20.04.2014

Au pied de la Cathédrale

HONNEUR. Le stade Aimé-Giral accueille cet après-midi l’EscBacAsp et l’US Millas. Explosif !

millas, honneur, billes, sanchez, USM EscBacAsp, lionel pérez, laurent rovira, sébastien lopez, fabien conilh, planxot cathédrale, aimé giral, rugby catalan, fédérale 3, championnat de France► Billes et Sanchez seront à nouveau opposés aujourd’hui.

Hier soir, le sommeil a probablement eu du mal à venir, pour certains, à quelques heures de réaliser le rêve d’une vie: fouler la pelouse du stade Aimé-Giral. Et si les Millassois ont eu quelques semaines pour s’y préparer, leurs adversaires de l’EscBacAsp ne savent qu’ils seront de la fête que depuis dimanche dernier et leur victoire en barrages face à Rivesaltes (18-15). « Jouer à Aimé-Giral est une grande chance, mais il y a beaucoup de pression, note Lionel Pérez, coentraîneur de l’EscBacAsp avec Laurent Rovira. C’est une finale, en Honneur et en plus à Aimé-Giral ! Mais il faut que les joueurs se lâchent. Une finale, ça se joue ».

Le vainqueur peut monter en Fédérale 3

D’autant que l’affiche promet beaucoup entre l’EscBacAsp, surprise de la saison, et Millas, qui a plané sur la phase Honneur, bouclée sans la moindre défaite. « Notre saison est déjà réussie, reprend Pérez. Et ils ont une belle équipe, solide devant, joueuse derrière. On ne les a jamais battus cette année. C’est surtout à eux d’avoir la pression ». Évidemment, du côté de Millas, on ne le voit pas de la même manière. « Une finale, ça se joue sur l’envie et sur l’expérience, pointe Sébastien Lopez, coentraîneur de l’USM avec Fabien Conilh. Comme ils sont plus expérimentés, je pense qu’ils sont un peu favoris, même si pour moi, une finale c’est du 50/50 ». Dont le vainqueur, en plus de soulever le planxot dans la «Cathédrale » du rugby catalan, sera qualifié pour le championnat de France et décrochera son accession en Fédérale 3. Et si le perdant, lui, ira en barrages du championnat de France, sa déception risque fort d’être à la hauteur de l’événement. L.M.

Le toréador aux couleurs de Millas

millas, toréador, club, finale, aimé giral, USM► Le toréador de l’entrée de Millas a décidé de revêtir les couleurs du club, rouge et noir à l’occasion de la finale qui se disputera aujourd’hui à Aimé-Giral.

Messe à Força Real

millas, lundi de pâques, força real, comité paroissial, omelette pascale► Le comité paroissial de Millas communique : lundi de Pâques à Força Réal, à 10 h 30, célébration de la messe, suivie du partage de l’omelette pascale offerte par le comité paroissial.

19.04.2014

La magie de Força-Réal

Confrontation franco-espagnole lundi, à Millas.

millas,cyclisme,vélos,força réal► Le départ de Millas est programmé lundi matin. Sport Imagen

Comme le veut l’histoire de cette course consacrée à Força-Réal, on s’achemine ce lundi de Pâques, vers une confrontation franco-espagnole. Oh ! la représentation étrangère ne s’arrête pas là, puisque sur la liste provisoire des engagés se retrouvent des Anglais installés dans le sud et les voisins Andorrans déjà vainqueurs de l’épreuve en 2010 avec Xavier Perez. La municipalité de Millas met les petits plats dans les grands pour que cette 36e édition, soit à la hauteur des précédentes.

Au G.P. de Força-Réal les participants choisissent leur circuit (106,6 km ou 67,3 km), sachant que pour tous, la course débute lundi à 11 h au départ de Millas (altitude 100 m), pour une arrivée pour tous au perron de la chapelle de Força-Réal (altitude 500 m).

Ils sont déjà une centaine à s’y être inscrits, bien que le nombre de ceux qui prennent l’habitude de venir au dernier moment augmente d’année en année. Toutefois, les retardataires pourront tout de même s’inscrire dès 8 h 30 au Centre Sportif de Millas. Pour participer il convient d’être licencié FFC, UFOLEP, FSGT, Triathlon ou non licencié en possession d’un certificat d’aptitude établi en 2014. 

Força-Réal atteindra-t-elle son record de participation qui est de 180 coureurs ? Força-Réal évitera-t-elle le froid (2°), le brouillard et la pluie de l’an passé ? Quoi qu’il en soit, une fois de plus, l’épreuve sera passionnante. Claude Soubielle

16.04.2014

Millas a tout vu

La demi-finale EscBacAsp - Rivesaltes a été suivie attentivement par plusieurs millassois.

millas,us millas,escbacasp,aimé giral,sébastien lopez,fabien conilh,allègre,gendre,anthony durand,munoz,rodriguez,romero► La performance de Durand a impressionné les Millassois.

Spectateurs attentifs, ils n’ont pas loupé une miette de la demi-finale gagnée par l’EscBacAsp face à Rivesaltes dimanche (18-15). Et pour cause, la dizaine de Millassois présente à Espira observait ses deux possibles adversaires pour la finale de dimanche à Aimé-Giral (17 h). « C’était aussi un match intéressant entre deux bonnes équipes, précise Sébastien Lopez, qui faisait partie, comme l’autre coentraîneur Fabien Conilh, des quelque 600 spectateurs présents à Espira. On voulait voir ce qui nous attend, même si on les connaît bien, maintenant. On a déjà joué les deux équipes ».

« Impressionné par le rythme »

Pas de grande révélation, donc, pour le technicien, mais plutôt des confirmations. « J’ai vu deux équipes de très bon niveau et Baixas qui a mérité de gagner. C’est une victoire à l’expérience de gars comme Allègre et Gendre ». Un autre joueur a tapé dans l’oeil de Sébastien Lopez et de la plupart des spectateurs : l’arrière buteur de l’EscBacAsp Anthony Durand, auteur des dix-huit points de son équipe avec 75% de tirs au but réussis (6/9). « Il a été excellent, note l’ancien 3/4. Aussi bon comme buteur que dans son rôle d’arrière. Mais plus généralement, j’ai été impressionné par le rythme et le jeu aéré proposés par Baixas. Il y avait beaucoup de mouvement. C’est une équipe qui a progressé et, surtout, qui peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience ».

Une donnée importante vu le contexte particulier dans lequel va se disputer la finale. « C’est un match à Aimé-Giral. Il y aura de la pression, un peu de monde, un peu de bruit. Mes 3/4 ont une moyenne d’âge de 21 ans alors que dans un match capital comme celui-là, il est important d’avoir de l’expérience. C’est pour ça que, même si ce genre de match c’est toujours du 50/50, je pense qu’ils sont quasiment favoris ». Même si Millas n’est pas non plus dépourvu en joueurs de métier avec les Conilh, Munoz ou encore Rodriguez qui devraient jouer dimanche. « Oui, mais ils ont plusieurs chez d’orchestre avec Allègre qu’on connaît bien (ancien millassois), Gendre à l’ouverture, Durand, Romero, des mecs qui ont l’habitude de ces matches couperets. Je pense que dimanche on va voir une belle finale ». Et cette fois, les Millassois seront sur le terrain. L.M.

14.04.2014

Força-Réal, déjà 36 ans !

Le lundi de Pâques, la colline de Força-Réal donne son rendez-vous habituel aux passionnés.

millas,grand prix de força-réal,vélo,claude soubielle► Un peloton très coloré avant le départ à Millas.

Une année encore, le Grand Prix de Força-Réal se déroule sous forme de cyclosportive.

Deux parcours sont proposés au choix de chacun (67,3 km et 106,6 km), avec pour tout le monde un départ à 11 heures de Millas (altitude 100) et une arrivée au perron de la chapelle de Força-Réal (altitude 500).Un final difficile qui s’ajoute aux autres difficultés.

Nouveauté: la montée du col de la bataille

Le sens du parcours dans la plaine reste inchangé par rapport à celui de l’édition précédente qui du centre de Millas se dirige vers le rond-point du toréador, vire à droite vers Thuir, ensuite toujours à droite vers Corbère, et ainsi de suite vers Néfiach et Millas. C’est-à-dire une mise en jambes de trois boucles dans la plaine avant d’aller affronter les difficultés. Depuis Millas la course se dirige vers Corneilla et franchit le col de la Dona avant de plonger vers la vallée de l’Agly. Nouveauté cette année avec la montée du col de la Bataille par Estagel. Au sommet de celui-ci, les deux parcours divergent. Pour les adeptes du circuit court, il faut enchaîner les quatre derniers kilomètres qui mènent au sommet de Força-Réal.

Pour les autres, il reste alors quarante trois kilomètres à accomplir, direction Bélesta, Caramany, Rasiguères, Planèzes, Latour-de-France.

Dès la sortie de ce dernier village débute la troisième ascension du jour, celle de Cassagnes, qui se prolonge jusqu’au col de Bélesta. Restent à négocier les raidillons qui mènent au sommet de la Bataille et le final jusqu’à l’arrivée au pied de la chapelle. Les portions de récupération sont pratiquement inexistantes, et les prétendants à la victoire, devront être patients avant de se dévoiler. Claude Soubielle

09.04.2014

La "cathédrale" les attend

Le comité du Pays Catalan organise le 20 avril la finale des championnats Honneur et 1re série au stade Aimé-Giral.

millas, cathédrale, aimé giral, comité pays catalan, finale championnat, honneur, 1ère série► Une partie des membres du comité entoure Paul Foussat à l’issue de la conférence de presse. L.M.

Les joueurs de Millas, l’EscBacAsp ou Rivesaltes, Bompas et Latour-Saint-Cyprien, vont réaliser le rêve d’un grand nombre de rugbymen amateurs. Le 20 avril, ils vont disputer les finales des championnats Honneur ou 1re série à Aimé-Giral, la « cathédrale» du rugby catalan ! L’info circulait depuis plusieurs semaines, elle a été confirmée par Paul Foussat, président du comité Pays Catalan, à l’occasion d’une conférence de presse organisée hier au siège du comité. « Jusqu’à maintenant, les finales des séries se disputaient sur cinq ou six sites, explique Paul Foussat. Et le nombre de spectateurs qui assistaient à ces rencontres n’était pas exceptionnel. Environ 1200 spectateurs payants. A Aimé-Giral, stade mythique, on espère augmenter ce nombre».

Du côté du comité, on table sur «1500 personnes. Mais s’il y en a plus, on ne les mettra pas dehors, poursuit Paul Foussat, qui n’oublie pas de saluer la mairie de Perpignan, propriétaire du stade. Qui a répondu très favorablement à notre requête, comme l’USAP ». Laquelle mettra ses quatre vestiaires à disposition des finalistes.

« Impressionnés et fiers »

A part pour « quelques invités », le prix d’entrée pour assister aux deux matches sera de six euros (gratuit pour les -16 ans). Une banda sera chargée de l’animation alors qu’un déjeuner officiel devrait réunir 180 personnes à 400 euros la table dans la salle prestige d’Aimé-Giral. La boutique de l’USAP sera même ouverte pour cette grande fête du rugby catalan. « Les quatre clubs concernés sont très contents d’aller à Aimé-Giral, assure le président du comité qui attend de ces derniers un comportement exemplaire. Et les autres râlent de ne pas y aller ». Si la tenue de la finale Honneur y est logique, dans le sens où c’est le meilleur niveau en Séries, celle de première série est le résultat d’un tirage au sort. Et ce n’est pas Léo Guiter, président de Bompas finaliste de 1re série (15h), qui s’en plaindra. « C’est une belle récompense pour nos joueurs de pouvoir combattre dans la cathédrale du rugby catalan », lance le dirigeant, rejoint par son adversaire François Bonneau, président de Saint-Cyprien Latour. Du côté de Millas, qui connaîtra à l’issue du barrage de dimanche entre l’Esc- BacAsp et Rivesaltes son adversaire en finale (17 h), le président David Gener souligne que « tous les joueurs sont impressionnés et fiers de pouvoir jouera Aimé-Giral ». Comme dans un rêve. L.M.

 80% de la recette du match sera reversée aux quatre clubs qui participeront aux finales. Les 20% restants serviront à rembourses les frais de l’organisation. Enfin, les bénéfices réalisés à la buvette seront reversés par le Comité aux quatre clubs perpignanais : le Moulin à Vent, les Baby Nyn’s, l’USAP féminin et le FLHV.

08.04.2014

Installation pilote d’une station d’épuration

La SCEA La Plantation continue son action dans le développement durable avec un projet écologique. Une démarche responsable pour prévenir tout risque sanitaire, mais limiter l’impact environnemental et participer à l’essor national de protection de la ressource en eau. L’inauguration se fera avec la présence de Robert Olive, président de la communauté de commune Roussillon-Conflent et de Damienne Beffara, maire, vendredi 25 avril, 3 route de Thuir.