31.01.2011

Diffusion des portraits des deux cadavres

 

millas, portrait homicide, corneilla-la-riviere, gendarmerie, recherche, montpellier, perpignanDans le cadre de l'affaire judiciaire portant sur le double homicide d'un père et de son fils, la gendarmerie vient de publier les portraits des deux cadavres découverts le 25 novembre 2010 entre Millas et Corneilla-la-Rivière. Les gendarmes de la section de recherches de Montpellier et de la compagnie de gendarmerie de Perpignan recherchent tous renseignements aux fins d'identification de ces deux personnes tuées par balles puisque la diffusion de leur profil génétique et de leurs empreintes digitales n'a pas pour l'instant rien donné. Pour mémoire, les corps de deux hommes ont été découverts par un chasseur et un agriculteur à trois kilomètres de distance. Les cadavres étaient enveloppés dans des tapis orientaux.

Plus d'information dans notre édition du 1er février

Vœux : « Roussillon-Conflent devrait conserver sa place… »

Robert Olive, président de la communauté de communes Roussillon-Conflent, a exprimé ses vœux à la population mercredi dernier à La Catalane à Ille-sur-Têt.

C'est face à une assemblée venue nombreuse que le 1er vice-président de la communauté de communes Roussillon-Conflent et maire d'Ille-sur-Têt, a ouvert la cérémonie des vœux.

millas, communé de communes, roussillon-conflent, voeux, robert olive, burghoffer Son discours d'accueil a permis de mettre l'accent sur le proche futur de Roussillon-Conflent. En effet, dès cette année, le préfet va élaborer un schéma départemental qui modifiera la carte de l'intercommunalité dans le département des P.-O. en rationalisant les périmètres : " Roussillon-Conflent devrait conserver sa place, de par la cohérence des actions menées mais aussi et surtout de par sa cohérence territoriale. Une cohérence qui pourrait s'accentuer par un regroupement avec les communes du canton de Vinça ce qui, à mon sens, renforcerait aux yeux des représentants de l'Etat, la légitimité d'un grand territoire rural le long de la vallée de la Têt ».

M. Olive, président de la communauté de communes, prit alors la parole. Faisant suite aux propos de M. Burghoffer, il a remercié le président de la CC Vinça-Canigou pour se présence, et les élus du territoire, les partenaires institutionnels avec lesquels Roussillon-Conflent travaille au quotidien et bien entendu la population. « Il y a déjà 15 ans, six communes se dotaient d'un outil de coopération intercommunale au service de leur développement. Aujourd'hui, Roussillon-Conflent, c'est 16 communes et 18 000 habitants. Notre intercommunalité a du sens, pour un projet de territoire dont l'objectif est de réduire les inégalités territoriales et sociales, et promouvoir les valeurs de solidarité, de cohésion sociale et de ruralité ».

Concrétisation de grands projets

Dans ses domaines de compétence, puis par les transferts successifs, Roussillon-Conflent a su grandir et rendre possible plusieurs grands projets : la création et la réhabilitation des médiathèques se poursuivent à un rythme élevé, il en est de même pour les cantines scolaires, les accueils de loisirs, les points d'information jeunesse. Les crèches, la gestion des déchets ménagers démontrent une action connue et reconnue par tous. D'autres secteurs sont investis progressivement, tel que le développement économique, les diverses aides que la communauté apporte au secteur agricole ou les fonds de concours favorisant l'émergence de projets en direction des populations.

« Dans un monde de plus en plus globalisé, l'institution locale reste le repère, il maintient le lien et rassure. Et c'est justement à ces échelons que s'attaque le gouvernement par la réforme sur la fiscalité locale ou encore la réforme des collectivités territoriales. L'exemple de la réforme de la taxe professionnelle est révélateur et nous aurions souhaité ne pas avoir comme seuls choix, soit d'avoir recours à l'impôt local, soit de diminuer des services ou des actions. Car au final, d'une façon ou d'une autre ce sont les citoyens qui paient ».

Poursuite des actions

2011 marquera la poursuite des actions telles que la construction de la médiathèque à Ille, la mise en place d'une cantine et d'un accueil périscolaire à Belesta, la réalisation d'une médiathèque à Corbère-les-Cabanes, la réhabilitation des décharges, la création d'une plateforme multimodale avec déchetterie et quai de transfert, le soutien du petit commerce, l'extension des zones d'activités économiques, la gestion du programme de réhabilitation viticole…

millas, communé de communes, roussillon-conflent, voeux, robert olive, burghoffer Robert Olive clôtura son discours par des remerciements tout particuliers à l'ensemble des agents, qui, chaque jour, œuvrent pour la réussite des actions communautaires, ainsi qu'à l'ensemble des élus qui travaillent pour le groupement, et l'épaulent dans ses fonctions : veiller au service public et à la préservation de l'équité de ses administrés, avec la ferme volonté de transmettre aux générations futures un environnement équilibré.

Volontaire international d'entreprise : le job «Caravelle» pour les jeunes

millas, cave oléicoleIntégrée au programme qui emprunte son nom aux navires de Christophe Colomb, cette mission vise à promouvoir nos entreprises locales à l'export. Le volontariat international d'entreprise (VIE) peut effectivement être assimilé à une nouvelle mission confiée à des jeunes dont l'âge est compris ente 18 et 28 ans. Mathieu Barrère appartient à cette génération de Catalans qui vivent à Londres et il connaît parfaitement la palette de nos productions locales. Il semblait donc tout désigné pour représenter le département et les sociétés qui ont fait le choix d'adhérer à cette démarche. Une démarche, à laquelle les entreprises locales peuvent prétendre en déposant une demande auprès du conseil général des P.-O.

Côté chiffres, précisons que l'Etat concède 40 000 euros de crédit d'impôt, le conseil régional finance 40 % des frais et le conseil général participe à hauteur de 12 000 euros par an, sachant qu'un VIE dure 23 mois. Le solde est pris en charge par les entreprises concernées.

Santa Maria et Pinta

Quatre entreprises figurent à cette première édition inscrite au sein du programme « Caravelle » intitulé Santa Maria.

Il s'agit de Prosain, entreprise référente établie à Bages spécialisée dans la conserverie bio, avec 8,5 millions d'euros de chiffre d'affaires et 35 salariés. Ont également adhéré à ce concept, le Château de Pena, structure viticole basée à Cases-de-Pène et vinifiant 12 000 hectos, la   Confiserie du Tech avec 77 employés et 6,5 millions d'euros de chiffre d'affaires et enfin   La Coume du Roy, domaine établi à Maury spécialisé dans la production de vieux VDN.

Précisons que le programme « Caravelle » est en train d'installer un autre VIE sur Bruxelles baptisé Pinta avec à nouveau la Confiserie du Tech, la cave Dom Brial à Baixas, la cave l'Etoile à Banyuls et la Coopérative oléicole de Millas. Une démarche qui, comme l'explique Pierre Estève, conseiller général et porteur de ce projet, vise à dynamiser le marché export : « Des actions similaires vont être conduites à Shanghai et à New York où ont été créées des Maisons de la Région qui hébergent, comme à Londres et à Bruxelles, les VIE. Il faut intervenir là où il y a un potentiel commercial pour nos entreprises locales. En synergie avec un calendrier d'action développé par Sud de France export, en respectant un effet de gamme et en mettant à disposition du VIE la logistique appropriée ».

Un volontaire international d'entreprise qui doit toutefois respecter un certain équilibre. Selon Mathieu Barrère, «il s'agit d'une mutualisation des compétences et des marchés. Il me faut donc organiser avec équité l'agenda des rencontres et des prospections ».

Jean-Paul Pelras

L'US Verfeil plus prompt que Millas

Il n'y avait pas cinquante solutions pour jouer hier sur un terrain impraticable : avancer debout dans l'axe et bien groupé en évitant toute attaque piégeuse au large. Quoique, et c'est à noter, on a pu être surpris de l'adresse des protagonistes qui ont commis finalement peu de fautes. Il est clair qu'un tel match se joue à l'envie et celui qui marque très vite quand les conditions sont encore acceptables, a fait le plus clair du chemin. C'est ce qui s'est passé pour les Verfeillois qui surent amener leur première action d'envergure derrière la ligne : ballon porté à gauche puis changement de côté par passes des trois quarts et nouveau ballon porté où la puissance locale parla.

Pour le reste du temps, il faut bien admettre que la ligne d'essai ne connut aucun frisson... En fait, la seule chose à noter, c'est le changement de maillot des hôtes à la mi-temps, tant ils étaient devenus méconnaissables. Ce sont les tentatives de transformations de pénalités qui meublèrent alors le tableau d'affichage dans une rencontre où Millas n'aura même pas eu droit au point du bonus défensif.
  
Christian Aspe 

30.01.2011

La passion du ballon entraîne Cali et Eric Cantona à Millas

Les cadets du club de rugby de Millas ne risquent pas d'oublier leur dernier entraînement : le célèbre entraîneur des trois-quarts, qui n'est autre que Cali, a en effet convié son illustre ami Eric Cantona pour partager avec eux un moment d'intimité sur le terrain.

millas,cali,cantona,gerard maincent,philippe dambach,jean-paul ribes,jean-charles barboteu,fabrice homs,bruno bazan,passion,ballon,entraîneur,cadets,usmDe gauche à droite, les entraîneurs, Philippe Dambach, Eric Cantona, Jean-Paul Ribes, Jean-Charles Barboteu, Fabrice Homs, un parent et Cali.

millas,cali,cantona,gm,gerard maincent
Les cadets étaient ravis d'accueillir ces deux célébrités à l'occasion de l'entraînement de vendredi soir.

Qui osera dire encore qu’il ne se passe pas grand-chose en semaine dans les traverses du stade Roger-Roquefort ! C’est comme deux poissons dans l’eau, que Cali et Cantona, ces deux célébrités venues de deux mondes différents, ont fait escale en toute discrétion vendredi, pendant les citrons, sur la pelouse de Millas.

Il ne faut pas oublier à l’origine que Cali est l'un des entraîneurs des trois-quarts des cadets de l’US Millas, aux côtés de Jean-Charles Barboteu pendant que Fabrice Homs et Jean-Paul Ribes, deux figures notoires du rugby catalan, s’occupent des avants.

Comment une telle rencontre a-t-elle pu se produire ? Tout est parti d’une petite phrase pendant le dernier match de rugby France-Nouvelle Zélande à Marseille : Fabrice Homs et Cali, qui ont joué ensemble en sélection du Roussillon, évoquent leurs rêves, dont celui pour le chanteur d’entraîner un jour une équipe de cadets. Voilà Cali prêt à participer à une aventure sur les terrains, renouant ainsi avec ses racines rugbystiques.

Une idée qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd : quand Jean-Charles Barboteu demande à Fabrice Homs de trouver un entraîneur pour les trois-quarts, ce dernier recontacte son ami chanteur.  Et voilà comment début septembre, Cali débarque avec le maillot d'entraîneur dans le staff de l’équipe des "rouge et noir".

Et Canto, comment a-t-il bien pu atterrir à son tour sur la pelouse catalane ? La légende du ballon rond, connue pour ses exploits foobalistiques, mais aussi ses coups de gueule, dont le dernier étant l'appel au "boycott" des banques, est un ami de Cali qui l'a mis dans le coup. Canto est ainsi venu à sa demande, tout simplement, partager un pur moment "sain et sans arrière-pensée" loin des caméras, car "c'était la moindre des choses pour les gosses".

Après un échange avec les joueurs et le staff, ces deux hommes de cœur se sont pliés avec plaisir, simplicité et sincérité à une séance photo, pour un moment intime et privilégié avec les jeunes. « Pour Cali et Eric, l’humain est très important, les gosses se sont régalés », explique Bruno Buzan, le manager de Cali et organisateur de ce petit aparté. Et si c’était tout simplement cela le bonheur !

millas,cali,cantona,gerard maincent,philippe dambach,jean-paul ribes,jean-charles barboteu,fabrice homs,bruno bazan,passion,ballon,entraîneur,cadets,usm

Millas peut faire le trou à Verfeil

millas, gerard maincent, gm, us millas, verfeil, La rencontre de cet après-midi aura un parfum spécifique. Après la victoire, la semaine passée, sur le dernier du tableau Saint-Girons, on respire un peu mieux du côté de Roquefort. Mais rien n'est encore joué pour l'avenir. Car Verfeil (battu par Pamiers 5-18 à domicile la semaine passée), ancien bastion cathare, s'annonce comme un des tournants de la saison pour Millas. « Peut-être la rencontre la plus importante de la saison. Si on les bat, on prendra un bon virage. On y va pour chercher la victoire », martèle Marc Juan, le coentraîneur d'une l'USMqui s'était imposée à l'aller 18 à 13.

Deux places d'écart séparent les deux équipes avec le même nombre de matches joués et perdus (quatre). Millas doit donc s'attendre à tout, sauf à une partie de plaisir.

« On a eu beaucoup de gastros et de grippes dans la semaine. On n'a pas d'absents mais les joueurs sont un peu diminués, poursuit le technicien. Nous avons une occasion de les distancer. Car Verfeil, c'est notre plus sérieux concurrent pour la septième place ».

Le groupe : Salvat, Tamisier, J. Aouissi, Metlaine, Grando, Lampe, Mauretta, Allegre, Casamitjana, Hernandez, Loeillet, Rodriguez, Argiles, Alves, N. Ribes, Osmont, P. Ribes, Amrani, Billes, Noguera, Th. Aouissi.

29.01.2011

Les Siciliens disparus sont-ils les deux cadavres de Millas?

Selon la presse sicilienne, les services de gendarmerie français ont pris attache avec les carabiniers de Palerme afin d'effectuer des recoupements et des vérifications pour tenter d'identifier les deux cadavres découverts le 25 novembre dans le secteur de Millas. Rappelons que les victimes de 30 et 60 ans environ, père et fils selon les expertises ADN, ont été exécutées d'une balle dans la tête et enroulés dans des tapis orientaux et des sacs plastiques liés par du ruban adhésif lorsqu'ils ont été retrouvés par hasard par un agriculteur et un chasseur, à 3 kilomètres de distance sur des chemins isolés. Toutefois, les visages des deux hommes étaient méconnaissables et ils n'étaient en possession d'aucun élément permettant de leur donner enfin un nom. Une affaire qui pourrait s'apparenter à une « vraie exécution mafieuse ».

Or, deux entrepreneurs de Palerme, un père et son fils, sont justement portés disparus depuis le 3 août 2007. Et, à cette époque, Antonio et Stephen Maiorana avaient respectivement 47 et 22 ans quand ils se sont volatilisés dans des conditions mystérieuses.

C'est un ressortissant italien qui se trouvait en France au moment de la découverte des corps, qui a fait le rapprochement avec l'affaire des deux entrepreneurs.

De son côté, l'ex-épouse et mère des deux disparus siciliens a été informée de la découverte des corps à Millas et donner quelques renseignements afin de faciliter leur identification.

« Mon fils Stephen a une cicatrice à la jambe, entre le mollet et le tibia, suite à un accident de voiture », aurait-elle précisé aux enquêteurs.   « Il a une taupe à l'intérieur de l'œil que l'on voit en levant la paupière. Et mon ex-mari a une déviation de la cloison nasale ».

Ces caractéristiques correspondent-elles à celles des deux inconnus ? Leurs portraits reconstitués par la gendarmerie qui seront révélés dans les prochains jours pourront peut-être permettre d'apporter une réponse. Sachant toutefois que, selon les premiers éléments, les deux hommes seraient plutôt de type caucasien.

Laure Moysset