22.06.2011

Poigne de fer et tête bien faite

millas,henri barbusse,commémorationJonathan Bonnet n'hésite pas à revenir s'entraîner à Millas, son club d'origine.  © Photo L.M.

Jonathan Bonnet n'a pas de temps à perdre. Entre sa présence au Pôle Espoirs de Toulouse qui requiert des entraînements quotidiens et ses études, contraignantes, en première année médecine, le boxeur catalan a un emploi du temps chargé : "Cette année, je n'ai pas eu beaucoup de repos. Je n'avais que 6 heures de sommeil par nuit entre les entraînements et les études". Mais le Millassois a la chance de pouvoir s'appuyer sur un soutien fidèle : son frère jumeau Jérémy, également membre du Pôle espoirs et qui suit les mêmes études que lui : "On se motive, surtout pour les études. On fait les mêmes choses, avec la même volonté. Parfois il y a des engueulades, mais on se tire vers le haut".

Champion à Milan

À tel point que leurs résultats sont quasi identiques dans tout ce qu'ils entreprennent... jusqu'à cette année. Très jeunes, leur entraîneur Jean-Pierre Guillemet choisit de les faire combattre dans des catégories différentes pour éviter les confrontations directes, toujours délicates entre frères. Jonathan évolue en Légers (-60 kg) et Jérémy en Super Légers (-65 kg) avec succès. Mais cette saison, le parcours de Jérémy s'est arrêté à la phase éliminatoire du championnat de France, terrassé par une gastro-entérite, alors que Jonathan devient champion du monde pour la première fois le 12 juin à Milan : "J'ai 19 ans, c'est la première année où c'était possible. C'est un aboutissement", enfin presque. "Mon objectif est de réussir le doublé. En boxe française, alterner championnat du Monde et d'Europe une année sur deux. Je veux être champion d'Europe juniors l'année prochaine".

Ensuite, cet adepte de varappe et de planche à voile basculera chez les Senior. Mais Jonathan Bonnet a le temps d'y penser. En attendant de recevoir les résultats du deuxième semestre (il était dans le numerus clausus au premier comme son frère), le boxeur de 19 ans va s'atteler à profiter de ses vacances, bien méritées : "On va pouvoir sortir un peu plus, s'amuser... et faire du sport". On ne se refait pas.

Les commentaires sont fermés.