30.09.2011

Bal country au profit des écoles

millas,écoles,bal country,parents d'élèvesL'association des parents d'élèves organise demain dès 19 h, un bal country au profit des écoles de Millas, animé par Texas.

Entrées : Adultes 5 €, Enfants 1 €. Buvette

Dix billets en jeu pour les "France"

millas, Aouissi, US Millas, Aouissi et les Millassois aimeraient retrouver la Fédérale 3.  © Photo G. Maincent

Jamais deux sans trois pour les clubs catalans ? Après l'EscBacAsp, il y a deux ans en troisième série, et Pia, la saison dernière en deuxième série, vingt-cinq équipes rêvent de devenir à leur tour championne de France au mois de juin prochain. Mais cette année plus que jamais, la bataille s'annonce rude.

Un groupe A relevé

La formule du championnat reste la même avec trois phases. La première, dite d'affectation, une deuxième phase de classement et le tableau final. Mais cette saison, les groupes des phases d'affectation ont été conçus en fonction du niveau supposé des équipes, et de leur résultat la saison précédente. Sur le modèle de ce qu'il se fait dans la plupart des autres comités. Ainsi, le groupe A est composé de trois équipes qui descendent de Fédérale 3 (Millas, la Salanque CR, et la Têt), du Boulou et du RSPP, qui y évoluaient il n'y a pas si longtemps, et du FLHV et de Bages Villeneuve, déjà en Honneur l'an dernier. "Le niveau du groupe est impressionnant", note Christophe Pérez coentraîneur de la Salanque CR. "Je pense qu'on va voir de gros matches". Les quatre premiers de ce groupe A se qualifieront dans la poule Honneur, les quatre suivants en Promotion Honneur.

Le même modèle est appliqué dans le groupe B avec les première et deuxième série et dans le groupe C avec les troisième et quatrième série.

Forcément du lourd en Honneur
Cette saison, contrairement aux éditions précédentes, les clubs engagés en championnat du Pays Catalan seront dès la première journée de la phase d'affectation dans le vif du sujet. Le moindre faux pas pourrait coûter très cher. Millas, Pollestres-Ponteilla et la Salanque CR visent clairement une qualification pour la poule Honneur. Pour les cinq autres équipes du groupe, les perspectives sont plus floues. Mais Le Boulou, finaliste l'an dernier, devrait se mêler à la lutte. L'USBV, la Têt, l'EscBacAsp et le FLHV font office de solides outsiders.

A dix en championnat de France
Bonne nouvelle pour les clubs roussillonnais : dix tickets pour les championnats de France seront distribués à l'issue de la saison au lieu de sept ces dernières saisons. Ils seront répartis comme suit.

En Honneur, le champion du Pays Catalan est qualifié pour le premier tour et monte en Fédérale 3. Le finaliste joue un barrage contre le troisième du Languedoc. En cas de bon parcours, il peut également espérer monter en Fédérale 3.

En Promotion Honneur, le champion est qualifié pour le premier tour et le finaliste joue un barrage contre le septième du Midi-Pyrénées.

En 1re série, le champion est qualifié pour le premier tour.

En 2e série, le champion est qualifié pour le premier tour et le finaliste joue un barrage contre le septième du Midi-Pyrénées.

En 3e série, le champion joue un barrage contre le deuxième du Midi-Pyrénées.

En 4e série, le champion joue un barrage contre le champion du Béarn.

Et si après l'EscBacAsp et Pia un troisième larron venait donner raison au dicton ?

Adroguer : "Ça s'annonce dur"

Le coentraîneur de Millas, Marc Adroguer, s'attend à vivre une saison compliquée.

Le championnat redémarre ce week-end, quel est l'objectif de l'US Millas ? "C'est de remonter, mais ça s'annonce dur, très dur. La Salanque CR est le gros morceau en Honneur. Il y a aussi Le Boulou, Pollestres et Pézilla. Le Foyer, l'EscBacAsp et Bages sont, je pense, un ton en dessous".

Dimanche, justement, Millas se rend à l'EscBacAsp pour un match compliqué...

"Comme vous dites, ça sera compliqué. J'espère que les joueurs ont compris qu'on va être attendu comme des relégués de Fédérale 3 et que les autres équipes voudront nous "taper", au moins chez eux. Il est important qu'on les respecte et qu'on fasse un bon match. Sinon ça peut vite devenir compliqué".

28.09.2011

Coopérative oléicole : réunion

Le Moulin à huile prépare la campagne 2011 de ramassage des olives : réunion d'organisation ce soir à 18 h, à la salle polyvalente.

27.09.2011

Les dons du sang pas assez nombreux

Vous avez été 106 à vous présenter pour répondre à l'appel : "Objectif : 100 dons". Malheureusement, ce chiffre n'a pas encore été atteint, car il a été comptabilisé 99 dons (soit 13 de plus que la collecte du mois d'avril 2011). Tous les donneurs sont invités à venir à la collecte du lundi 12 décembre, afin de pouvoir franchir cette barre des 100 dons.

Les bonnes nouvelles de cette collecte : 11 nouveaux donneurs qui ont fait le premier pas, et vaincu une petite appréhension toute légitime et auxquels nous disons "bravo !". Avec la mise en place des nouveaux horaires, de 14 h à 20 h, la collecte s'est déroulée de façon très fluide, de sorte que dans la tranche horaire très redoutée (de 18 h à 20 h) les donneurs n'ont pas dû attendre, et la collecte a pu se terminer à 20 h 15.

26.09.2011

Millas marque son territoire face au Boulou

millas, usm, le boulou, victoireLes riverains de la Têt débutèrent les hostilités dès la 11e, le pack d'avant guidant la manoeuvre, les lignes arrières en position de combat permirent à Pech d'aplatir en coin et ainsi porter le danger chez les Boulounencqs (7-0). Confirmé 5 minutes plus tard par une pénalité de Ribes (10-0). Cette montée en pression dans la marmite qui commençait à bouillir déboucha sur des chamailleries, entraînant un carton rouge pour Hernandez et Ferrer. Les Boulounencqs, après la sortie de leur capitaine sur blessure, mirent Millas à la faute en s'appuyant sur leur pack, ce qui leur permis de revenir dans le jeu avant les citrons (10 - 3).

A la reprise, profitant de l'aubaine, à 15 contre 13, les Boulounencqs, forts de leur potentiel, envoyèrent du "lourd" dans les 22, ce qui leur permis de marquer un essai en force (10-10). Les jeux étaient à refaire. Chaque camp avança ses pions en fonction de sa stratégie, Le Boulou, jouant sur le lourd, et Millas sur sa vitesse, entraînant quelques belles actions de part et d'autre. Mais les deux équipes étant brouillonnes, Il faudra attendre le réveil du métronome millassois, Paul Ribes, qui enquillera deux pénalités qui permettront aux siens d'obtenir la victoire. Le pré avait rendu son verdict.

13:43 Publié dans Sport | Tags : millas, usm, le boulou, victoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Sénatoriales : Bourquin et Calvet sortent Alduy

millas, sénatoriales, bourquin, calvetHier soir, Christian Bourquin, victorieux et sa suppléante Hermeline Malherbe.  © Photos Thierry Grillet

Les grands électeurs des Pyrénées-Orientales ont choisi de panacher leurs votes. Et ont élu, pour les représenter à la Haute assemblée, un sénateur de gauche et un sénateur de droite. Christian Bourquin et François Calvet. Un tandem inattendu pour beaucoup il y a encore une poignée de semaines. Inconcevable pour certains. Un tandem qui chamboule le paysage politique local. En renforçant la gauche et en affaiblissant la droite qui perd là un sénateur.

Uppercut gauche-droite Pour la droite, le premier coup est arrivé tôt. A 13 h 15 précises lorsque M. Puigségur, le président du tribunal où se déroulait le scrutin a officiellement proclamé "monsieur Christian Bourquin élu au premier tour". Sur un banc de la salle d'audience, l'intéressé savourait sa victoire avec retenue. Quelques heures plus tard, il était moins modeste en se présentant devant ses supporters "en (sa) qualité de leader politique régional".

Bourquin ne se lasse pas de cumuler. Le conseil général des P.-O. (qu'il va pourtant abandonner pour cause de cumul justement), la Région et aujourd'hui le Sénat. L'homme ne connaît pas le vertige mais l'a refilé à d'autres. Le message est clair : c'est lui qui 'tient' la région. Et les destinataires se reconnaîtront : la rue de Solférino, siège d'un PS dont il est toujours exclu. Mais pour combien de temps encore ? Quel candidat socialiste pourrait se passer du soutien d'un Bourquin tout puissant et des voix censées aller avec ? Régionalement, il s'enfonce un peu plus dans le fauteuil de Frêche et il sera désormais plus compliqué de le déloger du convoité hôtel de Région. Départementalement et peut-être plus personnellement, il a participé à la défaite de son meilleur ennemi, Jean-Paul Alduy. En prenant sa place de sénateur, il a aussi pris sa place d'homme fort des P.-O.

La sortie d'Alduy

Présent le matin et en début d'après-midi, le sénateur sortant est ensuite resté invisible. "Il se repose", soufflait pudiquement son suppléant Bernard Remedi à ceux qui le cherchaient. Dès le début du second dépouillement, Jean-Paul Alduy a su que c'était "plié" comme l'a dit l'un de ses supporters. Le sénateur sortant ne retournera pas au palais de Luxembourg. Un revers pour l'ancien maire de Perpignan et aujourd'hui président de l'Agglo qui n'a pas pu compter sur les voix des siens. Alduy n'a pas fait le plein en mairie, pas plus qu'à l'Agglo. Malgré le 'recadrage' de Jean-Marc Pujol qui entre les deux tours a rappelé à ses troupes de voter Alduy. Malgré le 'travail' fait auprès des maires ruraux. Il a maintenu sa candidature au second tour. Malgré les conseils de ses 'amis' UMP et, surtout, malgré une intervention de l'Elysée.

Le coup de fil de l'Elysée Jean-Paul Alduy a reçu hier en début d'après-midi un coup de fil venant directement de l'Elysée. Pas de l'UMP, pas de Matignon, mais du bureau du président de la République. Un proche de Nicolas Sarkozy lui a demandé de se désister afin d'assurer l'élection de l'UMP François Calvet. Jean-Paul Alduy a refusé et déposé sa candidature pour le second tour à 14 h 10. Quatre heures plus tard, Calvet était officiellement déclaré vainqueur de cette lutte fratricide. Un affrontement qui a fait perdre un siège à la droite dans les P.-O. Et qui laissera des traces profondes dans ce camp. Hier soir déjà, certains reprochaient une nouvelle fois à Alduy son positionnement auprès de Borloo, sa "distance avec les maires", ses répudiations. La bête politique, blessée, a pour l'instant choisi le silence.

Calvet au sommet

"J'ai travaillé entre midi et deux, à ma façon. Quand on m'em....., je travaille à ma façon". On le croit tout en rondeur, François Calvet sait aussi sortir les griffes et hier il les a aiguisés sur "Jean-Paul". "Moi, j'ai affiché mon étiquette, mes convictions, je ne me suis pas caché et moi, je me serais retiré si les places avaient été inversées". En donnant de ce discours aux grands électeurs indécis, il est arrivé devant Alduy au second tour, comme au premier. Le maire du Soler passe de l'Assemblée nationale au Sénat. Comme Bourquin, il a battu son meilleur ennemi et, cerise sur le gâteau, il a sauvé une place de sénateur pour l'UMP. En bon grognard. Il lui reste à faire le lit de son successeur sur la troisième circonscription. "J'ai demandé à Jean Castex de venir dans le département pour ça, parce qu'on a besoin de gens compétents comme lui", a-t-il affirmé hier soir. Le toujours président de l'UMP 66 entend donc redynamiser son camp avec son secrétaire départemental Gilles Foxonet et avec le secrétaire général adjoint de l'Elysée. A quelques mois de la présidentielle.