04.05.2012

Une lettre anonyme au domicile des leaders du FN

 Jean-Claude Pinget a constaté les faits hier matin en arrivant à la villa.

Jean-Claude Pinget a constaté les faits hier matin en arrivant à la villa.  © Photo Thierry Grillet

A deux jours de l'élection présidentielle, la résidence millassoise de Louis Aliot, numéro 2 du FN et de sa compagne Marine le Pen, chef de file du parti a été 'visitée' par des inconnus. La personne chargée de surveiller la propriété a, en effet, constaté quelques anomalies hier matin. "J'ai d'abord eu du mal à ouvrir le portail", expliquait hier soir Jean-Claude Pinget qui assure la surveillance de la maison en l'absence des propriétaires.

Une chaîne de type antivol de moto bloquait effectivement l'ouverture, ce qui l'a surpris. En outre, dans la boîte aux lettres, le gardien aurait retrouvé une vieille photo représentant un pied écrasant une croix gammée ainsi qu'un tract portant le message : "Vous n'avez pas le monopole du drapeau. Vous n'avez pas le monopole du patriotisme. Vous n'avez pas le monopole du peuple". Une lettre tapée à l'ordinateur "qui ne contenait aucune faute d'orthographe. En revanche, la syntaxe était déplorable", relève le gardien et adressée à Marine Le Pen plus qu'à son compagnon. "Ce n'étaient que des attaques contre elle, l'auteur du courrier lui écrit notamment qu'elle n'a rien à faire à Millas". Des désagréments qui pourraient ne pas constituer une infraction. Néanmoins, le ministère de la Justice aurait été informé de l'affaire. Contacté hier soir, Louis Aliot confirmait qu'il porterait plainte dès son retour dans les P.-O., soit aujourd'hui.

Les commentaires sont fermés.