31.03.2013

Réglez vos montres, on est à l'heure d'été!

millas, changement d'heure, ouest franceÀ 2 h 00 il sera 3 h 00, dans la nuit de samedi à dimanche. Photo Ouest-France/Thierry Creux ...

Réglez vos montres ! Nous avons changé d'heure cette nuit et adopté l'heure d'été, même si le froid polaire ne vous incite pas à y croire.

Le passage à l’heure d’été a eu précisément lieu à 2 h dans la nuit de samedi à dimanche, durant laquelle nous avons tous perdu une heure de sommeil. Le changement d’heure a pour but de faire correspondre au mieux les heures d’activité avec les heures d’ensoleillement, afin de limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Nous aurons donc 2 heures d’avance sur l’heure GMT jusqu’au 27 octobre prochain, date de retour à l’heure d’hiver. Selon les spécialistes, le passage à l'heure d'été serait davantage source de troubles. Pour ceux que cela angoisse, qui perdent l'appétit, voici quelques conseils pour bien appréhender ce changement d'heure.

Enfin, la meilleure solution pour rattrapper cette heure de sommeil en moins est de rester au lit, le froid vous y incite.

29.03.2013

APLEC de Força Real

millas, amis de notre dame de força réal, aplec, lundi de pâque, omelette pascaleL'association Les Amis de Notre Dame de Força Real vous invite à l'Aplec du lundi de Pâques à la chapelle : lundi 1° avril à 10h30, célébration suivie d'un pot de l'amitié et du partage de l'omelette pascale

Billes en tête

millas,billes julie,us millas,usap,marc billes,eric billesFace à Montpellier dimanche, les "sang et or" pourront compter sur le panache de Julie Billes. Dijon, vendredi 15 mars 2013. La deuxième période entre la France et l'Ecosse vient d'être engagée, et une certaine Julie Billes étonne et détonne dans la foulée par un essai d'une rare audace. Description : suite au coup de pied très haut de la Montpelliéraine et ancienne Usapiste Aurélie Bailon, l'ailière tricolore picore le cuir sur les têtes adverses, et se faufile autour d'une foret de jambes pour boucler sa course dans l'en but. Une concrétisation pleine de culot et de panache qui symbolise parfaitement l'état d'esprit qui habite la Millassoise. Parce qu'elle est comme ça Julie Billes… Jouant au rugby comme elle vit, toujours pied au plancher. Et ça ne date pas d'hier. Ça remonte même à loin, lorsqu'à cinq ans immergée dans la discipline autour de Marc, son père, ancien joueur de l'USM et Eric, actuel arrière des "rouge et noir", elle faisait tourner en bourrique tous les garçons dans la catégorie "premiers pas". Et le supplice allait durer. Jusqu'en minimes, comme seule fille isolée au beau milieu des mecs, avant de rallier les cadettes du feu USAT.

Plus proche du roseau que du Chêne

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts de la Canterrane. Et demain, l'aide soignante de la maison de retraite de Vinça qui fêtera ses vingt et un printemps, savoure sa troisième saison en Top 10. "Une année bizarre, souligne-t-elle. Une année qui a mal commencé avec une entorse du genou face à Lille, et à peine de retour j'enchaîne sur deux matches en club et avec l'équipe de France pour le Tournoi des VI Nations. Une malchance et enfin un vrai bonheur, un rêve de gosse qui s'est réalisé. Une sélection en équipe de France que j'avais comme objectif quand j'étais toute gamine…". Une récompense légitimée par de belles prestations en "sang et or", grâce à un travail colossal réalisé en amont lors des séances collectives, mais aussi individuelles sous les barres de fonte. Car si à ce jour encore son physique semble plus proche du roseau que du chêne, Julie Billes compense par une activité débordante, une nature incendiaire, insolente et téméraire. Même si elle confie qu'il lui reste du travail à faire pour progresser. "Sur ma technique, mon jeu au pied, ma vitesse, bref, sur tout…". Humilité, travail, remise en question, soit le trio indispensable vers un avenir gagnant. Et pas mal de rage aussi avant d'attaquer Montpellier dimanche à Roger-Ramis. "On a les moyens de l'emporter ! L'équipe est capable du meilleur comme du pire, mais on garde toujours comme ambition de remporter le titre. Ça commence par battre le MHRC !" Une perspective certes périlleuse mais pas impossible. Et l'USAP pourra compter sur la fougue et le talent de Julie Billes, pour s'y employer fermement. Julie Billes néo internationale de l'USAP.

27.03.2013

Terminus pour la "boîte à tonnerre"

Ancien wagon de la SNCF des années 1920, la "boîte à tonnerre" trouve aujourd'hui de nouvelles destinées. Au village, il fera bon dormir dans cette chambre d'hôte insolite.

millas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, gareL'arrivée de ce convoi hors norme n'est pas passée inaperçue dans la commune. Délicatement la "boîte à tonnerre" a été déposée dans le jardin. Et les heureux propriétaires recevront avec plaisir leurs hôtes dans cet établissement d'un nouveau genre. PHOTO/© D.R

Ancien wagon de la SNCF des années 1920, la "boîte à tonnerre" trouve aujourd'hui de nouvelles destinées. Au village, il fera bon dormir dans cette chambre d'hôte insolite. La SNCF a reçu en 1945 au titre des dommages de guerre un important parc de voitures et fourgons à deux essieux allemands construits entre 1928 et 1930. Concentrées surtout dans l'est de la France, ces voitures assurèrent un trafic omnibus jusqu'en 1974. Elles ont un charme indéniable et sont surnommées "boîte à tonnerre" en raison de leur bruit de roulement caractéristique. Aujourd'hui, un de ces véhicules est dans la commune chez Pierre Lamolinairie et Céline Rosse qui ont racheté l'ancienne gare SNCF du village, une des plus vieilles gares du département datant de 1868.

Une nouvelle vie

Originaire de Cases-de-Pène, Céline était à la recherche d'une maison de caractère pour revenir dans la région avec son compagnon. Lors d'un repas au restaurant, elle aperçoit le panneau à vendre sur la façade de la gare. La chance faisant bien les choses et une personne s'étant désistée ce jour-là pour la visite, Céline visite les lieux. Ni une, ni deux, elle appelle son compagnon, ils ont tous les deux un coup de foudre pour le site. Des projets plein la tête, ils quittent leurs métiers et leurs régions pour assouvir leur rêve. Lui travaillait dans la sellerie nautique en Bretagne et elle était formatrice en Vendée. L'idée de respecter l'ambiance des lieux germe en eux. Dans son projet de réhabilitation du bâtiment, Pierre était à la recherche d'un ancien wagon pour l'installer dans son jardin. Ils trouvent sur Internet la perle qui leur manquait. Une "boîte à tonnerre" qui servait de syndicat d'initiative dans la commune d'Hachimette en Alsace. Aussi la traversée des villages et l'installation du wagon dans le jardin ont étonné et surpris plus d'un promeneur. Il faut avouer que le convoi était imposant et qu'un wagon traversant la voie ferrée et volant dans les airs est une vision assez rare de nos jours. Après l'achèvement des travaux, la gare et le wagon deviendront des chambres d'hôtes à l'esprit rétro, tout en gardant l'esprit ferroviaire des lieux. Un joli rêve qui se réalise.

Elus MSA : les enjeux de 2013

millas,msa,claude bertolotti,olivier soulard,bernard macary,docteur moulichon,mario boubet,dépistage 66Claude Bertolotti, Louis Cros, vice-président et Olivier Soulard, directeur adjoint.

La MSA Grand Sud  rencontre ses élus des cantons de Thuir et de Millas, en  présence de Claude Bertolotti président de la MSA Grand Sud, du sous directeur Olivier Soulard, de l'animateur du réseau des élus Bernard Macary, du Dc Moulichon et de Marion Boubet de Dépistage 66.

" Le Grand Sud représente 153 120 adhérents dont 82 823 dans l'Aude et 70 297 dans les PO ", a rappelé Claude Bertolotti. L’accompagnement des personnes âgées, les nouveaux produits de Présence Verte Grand Sud, l’ambition de la MSA de développer ses relations via l’outil internet, le dépistage des cancers..."Le site internet a fait peau neuve en 2013"a précisé le président. " A l’heure actuelle, 18 963 internautes ont créé leur espace privé. Ils consultent des informations sur les prestations, impriment des documents, remplissent des déclarations ou adressent des demandes ". En 2013, également, l'appel à cotisations des non-salariés se fera en trois fois au lieu de deux afin de répondre aux besoins de trésorerie de la caisse.

Enfin, le Dr Moulichon, de Dépistages 66,  a présenté la prévention des cancers du sein et colorectal, rappelant que " 75 000 roussillonnaises entre 50 et 74 ans sont concernées par le cancer du sein et pour le cancer colorectal, c'est 142 000 personnes, de 50 à 74 ans, peuvent être concernées dans les PO. Le dépistage est, là encore, un moyen efficace pour préserver sa santé ".

26.03.2013

"Parcours d'eau" : inscrivez-vous

Cette année, la Semaine du Développement Durable aura lieu du 2 au 7 avrilA cette occasion, la ville de Millas, en partenariat avec la Communauté de Communes Roussillon Conflent, a décidé d’organiser une manifestation autour de cette thématique qui nous concerne tous. Ainsi, ce sont les élus et les services de la ville de Millas, la Fédération de Pêche des Pyrénées-Orientales, la Charte Intercommunale du canton de Millas et les responsables associatifs qui se sont mobilisés pour proposer : Le dimanche 7 avril, de 9 h 00 à 12 h 00, une matinée « parcours d'eau » avec une balade thématique consacrée à la protection des milieux aquatiques et de la culture bio.Le parcours sera accompagné et commenté. Rendez-vous à 9 h 00 au parking des lacs

Inscription gratuite en Mairie de Millas (04.68.57.35.03).

25.03.2013

La Côte trop forte pour Millas

Les Millassois sont en barrages malgré leur défaite à la Côte hier (26-13)

millas, Côte vermeille, US Millas, Naurea, Ollier, Billes Naranjo, Pelissier, LopezLopez et Millas n'ont pas pu stopper la Côte.

Le  score se passe de commentaires pour les Maritimes : 26 points marqués, 4 essais et beaucoup d'intentions. En face, 13 pointés pour Millas, ce qui est sévère pour sa dernière sortie à l’extérieur, mais l'addition aurait pu être encore plus corsée. Les Maritimes ont dominé de la tête et des épaules ce match. Les visiteurs, soumis à une pression défensive énorme par les locaux, se mettent souvent à la faute et la première alerte était donnée par la ligne d'attaque maritime qui emmène Naurea à l’essai. Ce coup de semonce devait être prémonitoire pour Millas puisqu'après sept minutes, la même tactique faisait encore mouche (12-3) pour Ollier. Malgré la sortie de Naurea à la 33° (carton rouge), en place et bien installé dans le camp visiteur, la Côte concrétisait une bonne occupation du terrain et une nette domination territoriale. Les Maritimes font parler la poudre, avec une relance d'un ailier à l'autre pour permettre à Hatem de marquer avant la pause (19 – 3).

A la reprise, Trafalgar continue pour les visiteurs à la recherche du bonus. Et malgré les petits pépins, la Côte tient bon le cap en inscrivant par Hatem son dernier essai (26-6). Se laissant aller à la satisfaction du travail accompli, les maritimes baissent la garde. Attaques et contre-attaques se succèdent. C'est animé mais brouillon. Millas en profite pour tenter le tout pour le tout afin de décrocher son précieux sésame, le cuir distillé de main de maître par Billes, atterrit dans les mains de Naranjo sur l’aile, perçant la défense adverse pour aplatir dans l’en-but, transformé par Pelissier (26-13).