07.05.2013

Antoine Noguéra tape en touche

millas, antoine noguera, palau, broncos, ruxgy à XIII, Antoine Noguéra rêve de retrouver Baho en finale pour un dernier match de feu. PHOTO/© D.R

Palau reçoit Tonneins demain (16h), un des derniers rendez-vous du manager des Broncos depuis cinq saisons. Antoine Noguéra ne sera plus manager général de Palau la saison prochaine, c'est ce qu'il a annoncé dimanche aux joueurs. Une page se tourne. « Par rapport au projet je pense être arrivé au bout. J'ai connu comme manager trois titres un en Nationale 1 et deux en Élite 2, sur un cycle de cinq ans. Ça me travaillait, mais il fallait que je prenne une décision. Je ne sais pas faire les choses à moitié ». Ce passionné de rugby est né d'une double culture, dans ce bastion quinziste qu'est Millas, où même l'église Sainte-Eulalie est du XVe, mais se visite moins que le stade Roger-Roquefort. Élevé au grain de l'US Millas, avec Gilbert Ferrères comme premier éducateur, dans une famille où le patriarche Alphonse Noguéra a poussé l'éducation des siens dans le sens du travail et du devoir, il a partagé avec ses trois frères Joseph, Alphonse et François cette passion du rugby. « Si nous avons eu cette passion, je peux en remercier mon père. Avec Alphonse nous occupons des fonctions au comité du Roussillon, lui à XV, moi à XIII ».

Thuir, Collioure, Argelès, Ponteilla, USAP...

Sa carrière est faite de rencontres et pas des moindres. D'abord à l'US Thuir où, entre les mains de Jo Bolzoms il est sacré champion de France Reichel B, en battant Mazamet (22-17), aux côtés des Michel Margaillan, Tony Espel, Philippe Bey, Georges Barry, Jean Ruiz... Un club où il croisera aussi Georges Coste, Alain Texidor, Jean Dunyach. Avant de poursuivre par Collioure, Argelès, Ponteilla, où il jouera avec son frère Alphonse. Puis se sera la Nationale B de l'USAP et quelques matches en première, dont le plus mémorable au stade Mayol à Toulon. Ce demi-de-mêlée malin suivait ensuite les consignes de Jean-Paul Villelongue et signait au XIII Catalan, où officiait Jacques Jorda, aux côtés des Guy Delaunay, Fifita... « J'ai vraiment touché là le haut-niveau on était presque semi-pro, on s'entraînait tous les jours. C'est de là qu'est venue ma passion pour le XIII ».

A Palau en 1992

En 1992, Antoine Noguéra signe à Palau, avec qui il dispute en fin de saison la finale à « Brutus » du championnat de France de Nationale 2 face à Cabestany. Il est sacré l'année suivante champion de France de Nationale 1 en battant Lyon (25-14), avec Patrick Marginet, le père de l'actuel demi-de-mêlée des Broncos. Avant de revenir à XV à Thuir, Rivesaltes où il croise Francis Mas et de finir à Pia à l'âge canonique de 39 ans sous les couleurs de l'US Pia XV. Et maintenant Antoine c'est XIII ou XV ? « Je me sens mieux à XIII où les Dragons ont donné une véritable dimension et un réel engouement. Le fait d'avoir joué à XV me permet de porter un autre jugement ». Cela ne doit pas être triste en famille ? « Il y a toujours des piques, mais on sait que l'engagement vers le haut-niveau à XIII comme à XV est le même. On se comprend ». Dans son rôle de manager, il prend une part importante dans le recrutement. « J'ai eu carte blanche. C'est une tâche importante et motivante ». Et puis il y a ce rôle d'homme de terrain plus proche du banc de touche que de la tribune. « Je ne concevrais pas d'être manager sans être proche des joueurs ». Ce sera encore le cas demain face à Tonneins, voire plus face à Baho en finale.

Les commentaires sont fermés.