16.09.2013

Le SCAR réussit son retour

Les Rivesaltais ont dominé Millas (22-19)

millas, US millas, rivesaltes, Raspaud, Calmon, Pelissier, geoffrey AmranyLes Rivesaltais se sont montrés solides.

Pour ceux qui en doutaient, la prestation des Rivesaltais a permis de vérifier qu’il serait toujours aussi difficile de venir gagner à François Delcamp cette saison. Qu’on se le dise ! Le jeu fut souvent à l’initiative des locaux dans la première mi-temps où les deux équipes se sont montrées parfois un peu trop obnubilées par cette première rencontre, au point de négliger parfois quelques ballons de relance. Raspaud, dans cette gestion de match, a su engranger les points nécessaires, offrant ainsi des garanties pour le futur (15-6). Et c’était bien vu, car en seconde mi-temp, sans remettre en cause leurs ambitions de jeu, suite à quelques tensions passagères, les cartons jaunes tombèrent de part et d’autres obligeant les deux équipes à réduire la voilure.

Les Millassois, à la peine face aux rivesaltais, surent, en seconde période impulser des mouvements, conserver, trouvant peu à peu leurs marques sur les phases de conquête et de reconquête. De plus, Pelissier, sûr au pas, permis aux siens de revenir en bonne position (15-12). Mais Calmon, profitant d’un temps mort dans la défense adverse, lancé comme un missile, intercepte le cuir, ajuste sa course et aplatit dans l’en-but adverse (22-12). Faute de baisser les bras, les Millassois remettent le couvert, et poc à poc, étiolant la confiance des Rivesaltais et le basculement du match faillit se produire à 8 mn de la fin, lorsqu’un ballon malencontreusement échappé d’un regroupement fit le bonheur de l’opportuniste Geoffrey Amrani, se permettant de saisir la balle au bond, de prendre les jambes à son coup et d’aplatir entre les poteaux (22-19). A ce moment, les millassois crurent pouvoir renverser la tendance et passer pour la première fois en tête, mais les rouge, malgré le pilonnage incessant, tinrent bon et débutèrent ce championnat par une victoire à domicile bien méritée.

Les commentaires sont fermés.