29.10.2013

Oléiculture : du retard mais de la qualité

millas, huile d'olive, moulin St-Pierre, Monique et Joseph PlanesLe Moulin St-Pierre va récolter 200 tonnes qui donneront 20 000 litres d'huile.

Cette année, il en va des olives comme il en fut du raisin. Mais si les premières récoltes ont été tardives, les oléiculteurs captent une clientèle de plus en plus attirée par ce produit.

A l’instar de la vendange 2013, la récolte d’olives accuse un retard de 10 à 15 jours. Ce qui n’aura aucune incidence sur la qualité de cette production, comme l’expliquent Monique et Joseph Planes, oléiculteurs au Mas Saint-Pierre à Millas : « La production est belle et la météo de ces derniers temps nous est favorable. Il faut seulement faire preuve d’un peu de patience pour récolter les 200 tonnes d’olives qui nous permettront d’élaborer environ 20 000 litres d’huile. » Une huile qui semble séduire de plus en plus d’amateurs. Toujours selon ces « oliverons » reconvertis dans l’oléiculture, en 2003, après avoir été, pendant de nombreuses années, producteurs de pêches et de nectarines : « la variété « arbequine » est douce. Elle a su séduire un public quelquefois hésitant. Nous pensons notamment aux gens du Nord, aux Alsaciens et aux Bretons, qui sont de plus en plus nombreux à se servir chez nous. Nous notons également une augmentation sensible des achats chez les jeunes".

C’est du jus de fruit d’olive

Avec une récolte en production biologique, qui devrait durer environ trois semaines à raison d’une tonne et demie à l’heure, le Mas Saint-Pierre stocke l’huile dans des cuves àù il laisse décanter un mois avant filtrage et mise en bouteille dans les contenants qui vont de 100 ml à 2,5 l. une production qui trouve preneur en vente directe, sur place ou à Collioure, mais également à l’export et par internet. Et un prix de vente qui avoisine 18 euros le litre, largement justifié selon Joseph Planes : « Nous produisons en quelque sorte du jus de fruit d’olive. Sachant que rien n’est rajouté et qu’il faut 10 kg d’olives pour faire un litre d’huile, 18 euros, c’est le prix de trois paquets de cigarettes. En terme de santé, inutile, bien sûr, de rajouter le moindre commentaire. Quant au goût, et bien disons que notre huile est référencée chez le maître chocolatier Olivier Bajard. Là encore, nous n’en dirons pas plus ». Jean-Paul Pelras

Les commentaires sont fermés.