17.02.2014

Un nouveau duel J. Garsau - D. Beffarra

millas,mairie,jacques garsau,damienne beffara► Quel locataire en mars ?

Il n’y a pas de citadelle imprenable. C’est en tout cas ce que se disent les colistiers de Jacques Garsau qui ont monté une liste pour affronter Damienne Beffara, maire de la commune depuis 2001, après son ex-mari (Christian Bourquin) qui lui-même avait succédé à son beau-père. C’est dire si la famille Beffara est implantée dans la commune depuis plus de 40 ans. « Nous sommes arrivés à un clientélisme et une gestion de clan, analyse Jacques Garsau qui avait déjà tenté sa chance, sans succès, en 2008. On a vraiment l’impression que la liberté d’expression dans la ville est sous contrôle. On nous assure que l’on part au casse-pipe, même nos amis nous le prédisent. Mais nous, nous sommes confiants, notre candidature n’est pas du simple témoignage, on sait que qu’il est possible de battre l’équipe sortante ».

Sé-ré-ni-té

Dans son bureau de l’hôtel de ville, Damienne Beffara affiche un sourire confiant. « Je n’ai rien à dire sur ce monsieur que je connais à peine, explique-t-elle, il n’habite dans la commune que depuis peu. Je préfère parler quant à moi des projets et de l’avenir de Millas ». Parmi ces projets, le futur collège qui, bien que du ressort du conseil général, sera aussi au centre d’équipements municipaux à vocations sportifs. Commune, communauté de communes, département, région, Damienne Beffara assure travailler avec tout le monde « pour le bien de la ville ».

L’équipe en place a fait valider le plan local d’urbanisme qui comprend un éco quartier, mais aussi l’extension de la zone d’activités, des aménagements liés aux obligations du Grenelle de l’environnement. Bref, tout est programmé pour la continuité.

Dette importante

« Ce qui nous inquiète surtout, pointe Jacques Garsau, c’est le niveau d’endettement de la commune, avec surtout une douzaine d’emprunts avec des taux exorbitants, et tous à la même banque. Notre action sera de renégocier en priorité ces taux, afin de contenir la dette sans grever les projets d’investissement ». On peut s’étonner aussi qu’avec un score de plus de 20% à l’élection présidentielle, le Front national n’ait pas décidé de présenter une liste sur la commune. « C’est vrai que Louis Aliot, qui habite Millas, explique Jacques Garsau, a demandé à me rencontrer. Je l’ai vu. On a parlé de tout et de rien, et quand je lui ai confirmé que je préparai une liste, il m’a dit que son parti n’en ferait alors pas».

L’opposition siégera 

Quoi qu’il arrive, des élus de l’opposition feront en mars leur entrée au conseil, chose nouvelle pour la commune qui va voter pour la première fois sur des listes complètes. « Tout ce que j’espère, sourit madame le maire, c’est qu’il y aura le moins possible d’élus de l’autre liste à siéger avec nous ». La liste de Jaques Garsau est prête, avec promet-il, des noms qui vont surprendre. Celle de Damienne Beffara aussi, elle comprendra 17 élus sortants, et de nouvelles têtes, tous impliqués à gauche. Mais contrairement à une rumeur persistante, le fils de Damienne et de Christian Bourquin n’en fait pas partie. D. D.

Les commentaires sont fermés.