16.08.2014

Viallat sublime Serrabone

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLes œuvres de Claude Viallat ornent les vitraux de Serrabone dans le cadre de l’événement régional «IN SITU».

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLe peintre a magnifié les vitraux d’un des fleurons de l’art roman.

millas,in situ patrimoine et art contemporain,bertrand gadenne,abbaye saint-michel de cuxa,la bougie,arnaud vasseux,prieuré de marcevol,ondes de surface,claude viallat,serrabone

L’artiste nîmois Claude Viallat de retour au prieuré qu’il a découvert à l’âge de 15 ans grâce à un ami.

La 3e édition de IN SITU Patrimoine et art contemporain se déroule en Languedoc-Roussillon jusqu’au 21 septembre. L’événement, qui établit un dialogue entre l’architecture patrimoniale et l’art contemporain, permet de valoriser les monuments de manière originale et inédite. Dans le département, il fournira au public l’occasion de découvrir le travail réalisé par Bertrand Gadenne en l’abbaye Saint-Michel de Cuxa (La bougie, 2006), Arnaud Vasseux au prieuré de Marcevol (Ondes de surface, 2 006) et, bien sûr, Claude Viallat à Serrabone.

En acceptant de réaliser des peintures destinées à devenir des vitraux provisoires à Serrabone, l’artiste nîmois réaffirme son intérêt pour une expérience qu’il connaît bien pour l’avoir déjà réalisée dans l’église Notre-Dame-des-Sablons. Ou encore dans la cathédrale de Nevers.

Rayons de couleurs

La proposition qui lui a été faite consiste à poser des vitres en plexiglas, sur lesquelles les peintures de l’artiste ont été digigraphiées. Réalisées par l’atelier d’Eric Linard, ces digigraphies proposent des simulations parfaites de vitraux qui couvriraient les quatre petites fenêtres du chœur et des absides. La radicalité de sa démarche révèle sa capacité à renouveler les compositions et la répartition de la couleur.

En entrant dans l’édifice, c’est le choc. Surtout lorsque le soleil vient jeter ses rayons de couleurs sur les murs. A travers les oeuvres inattendues de Viallat. A travers les formes, reconnaissables entre mille, de l’artiste. L’effet est réussi. Une fois éclairés par le soleil, ces drôles de motifs éclaboussent un arc-en-ciel vibrant sur les piliers de l’église, rayons qui évoquent d’emblée la présence de l'« invisible » par un jeu d’apparitions furtives.
Ces ouvrages d’art abstrait, n’avaient toujours pas reçu leurs lettres de noblesse. C’est aujourd’hui chose faite. C’est grâce à un ami que Viallat a découvert Serrabone lorsqu’il avait quinze ans. « Toute la difficulté consistait à révéler cette superbe architecture romane dans son milieu naturel et à transcender la lumière de ce lieu, commente le peintre. Ces oeuvres éphémères, créés par les ateliers Eric Linard (Drôme) apportent plus de corps et de force ». En ce début d’été, Claude Viallat est en pleine lumière au prieuré.

A voir tous les jours de 10h à 18h jusqu’au 21 septembre. Une médiation culturelle a lieu du mercredi au dimanche de 10h à 12 h et de 13 h à 17h. Renseignements : 04 68 84 09 30 ou www.cg66.fr

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLes vieilles pierres de Serrabone abritent les œuvres de Viallat jusqu’au 21 septembre.

Les commentaires sont fermés.