28.04.2014

Rivesaltes à toute vitesse

Les Babaus dominent Millas et s’offrent le planxot.

Le suspense n’a pas duré bien longtemps, hier à Elne. A peine un peu plus de cinq minutes de jeu et Rivesaltes avait déjà trouvé la faille à deux reprises dans la défense millassoise (3-12, 6e). La vitesse des Babaus a fait de gros dégâts et les Millassois ne sont pas parvenus à contrôler les offensives adverses.

Au final, six essais encaissés pour les coéquipiers d’Amrani et ce sont logiquement les jeunes rivesaltais qui ont pu soulever le planxot. Pourtant, c’est bel et bien l’USM qui pourrait représenter le Pays Catalan en championnat de France des réserves puisque le SCAR a été sanctionné d’un forfait cette saison, ce qui devrait le priver de phases finales... L.M.

23.04.2014

Ils ont aimé Giral

L’EscBacAsp, Millas, St-Cyprien/Latour et Bompas ont vécu un moment inoubliable.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Lionel Rodriguez (USM).

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  La salle prestige de l’USAP avait fait le plein avant les finales. 205 personnes, dont 14 tables de partenaires, avaient répondu présents.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,bessonmillas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Supporters contents et tristes.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  St-Cyprien-Latour a contenu Bompas .

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Le buteur Anthony Durand (Escbacasp).

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Plus de 2500 spectateurs ont assisté aux deux finales dans la cathédrale de l’USAP. Un moment fort de la saison du rugby catalan.

« On veut pérenniser l’événement »

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Paul Foussat, un président du Comité Pays Catalan ravi.

Vous vous attendiez à un tel succès populaire ?
Non, on comptait sur 1500 spectateurs et il y en a eu près de 2700, dont 2000 entrées payantes. Le reste, c’était des invitations et surtout des enfants car les moins de 16 ans ne payaient pas. Pour vous donner une idée de la réussite de ces finales à Aimé-Giral, l’an dernier, pour l’ensemble des finales du Comité dans les villages, il y avait eu 2200 entrées.

L’événement n’a pas été simple à « monter »
Le maire de Perpignan s’est vite montré favorable à notre projet mais le résultat des élections pouvait tout changer. Comme il a fallu obtenir l’accord de M. Rivière (président de l’USAP) alors qu’on avait négocié avec M.Besson (ex-président de l’USAP). Comme nous n’étions pas à l’abri, qu’à un moment donné, l’USAP décide de recevoir Toulon à Aimé-Giral et non plus à Barcelone.

Vous souhaitez pérenniser l’événement ?
Oui. C’était la première année qui était le plus dur. L’idée pour 2015, c’est de faire jouer une finale le samedi en fin de journée et deux le dimanche. Il y aura un tirage au sort pour deux finales, la troisième étant réservée à l’Honneur. E.D.

22.04.2014

Lauriers pour Durbiano et Martinez

La bruine et la brume ont accompagné hier les 170 partants. On est venu de partout affronter les pentes de Força-Réal.

millas, course cycliste, força réal, Miguel Martinez Semino,claude soubielle

►  Le poing rageur du Catalan Miguel Martinez Semino. Photos Sport Imagen

Il se parle toujours catalan sur la route de l’ermitage. Hier encore ces Catalans du sud ont écrasé la course, plaçant dix sept des leurs dans les vingt cinq premiers. Miguel Martinez Semino (Bicicletes Esteve) s’impose dans le circuit long au terme d’une course d’usure. La bonne échappée naît tout à fait en bas du barrage de Caramany, alors que la route recommence à s’élever pour se diriger vers Latour-de-France. Aux commandes se retrouvent huit hommes dont quatre maillots rouges de Bicis Esteve, deux de Tarragona, Dani Reyes de Sant Antoni et le Carcassonnais Kaggestad. Les huit vont grimper Cassagnes puis rouler de concert jusqu’au pied de Força-Réal. A partir du sommet du col de la Bataille, la sélection s’établit progressivement. Tarragona attaque et aussitôt Palafrugell répond et ainsi jusqu’à l’amorce de l’épingle à cheveu annonçant le dernier kilomètre. Le pourcentage à 10% finit de départager ces valeureux guerriers, comme l’indique le classement.

Les Roussillonnais ont tout de même bien résister avec Francis Roger (CC Le Boulou) 13e et ses 46 ans, tout comme Vincent Guedon (CC Rivesaltes) 14e et 41 ans. Des hommes qui n’ont pas à rougir face à une adversité beaucoup plus jeune. Romain Durbiano (VS Narbonnais) déjà vainqueur sur le circuit court en 2011, renouvelle son exploit et l’emporte facilement. Là, les ‘’Français’’ dominent et occupent neuf fauteuils dans le top dix. Jordi Ramon 4ème (VTT Club de Thuir) se classe premier des Roussillonnais, suivi de Mickaël Devilliers (Canohès) 6e, Joël Gimbernat (VTT Thuir) 7e, Jann Nowakokski (Le Boulou) 9e. Claude Soubielle

21.04.2014

L’immense exploit de l’EscBacAsp

HONNEUR, finale. Les Ententistes ont réussi une grande prestation pour dominer Millas à Aimé-Giral.

millas, EscAspBac, US millas, aimé giral, billes, anthony durand, conilh, olivier allègre, lamine tourek, lionel pérez, laurent morales, l'IndépendantL’air s’est sérieusement rafraîchi en ce début de soirée sur Aimé-Giral. Mais ivres de bonheur, les joueurs de l’EscBacAsp ne veulent pas quitter la Cathédrale qui les a couronnés rois ni le maillot de leur exploit. « C’est énorme, exceptionnel, lance Anthony Durand, une nouvelle fois excellent dans son rôle d’arrière-buteur hier (20 pts). On est une famille et cette victoire on l’a arrachée à l’envie, au mental ». Autant de vertus qui leur ont permis de renverser la hiérarchie et d’envoyer dans les cordes une équipe de Millas pourtant loin d’être ridicule (25-14).

Ce sont d’ailleurs les « rouge et noir » qui entraient le mieux dans le match. Les Millassois occupaient la moitié de terrain adverse et multipliaient les prises d’initiative. Mais sans déborder l’énorme défense de l’EscBacAsp, socle de son exploit. Capable d’engloutir le feu-follet Billes derrière une percée de Conilh (17e) pour la seule réelle opportunité millassoise en première période.

n Le Gal perce-muraille

L’USM s’en remettait donc à la botte de Pelissier pour scorer. Durand lui répondait et on se dirigeait vers un score nul à la pause (6-6). Jusqu’à l’inspiration de Le Gal. Le 3/4 ententiste prenait un minuscule espace dans la défense adverse avant d’échapper à quatre défenseurs pour filer en dame (13-6, 38 e). L’exploit était en marche. Galvanisés par leur avantage à la pause, les coéquipiers d’Olivier Allègre, une nouvelle fois au four et au moulin, parvenaient à limiter l’impact de l’imposant pack millassois. Perturbés, ces derniers balbutiaient leur rugby. Et si l’USM parvenait à trouver la faille suite à un groupé pénétrant (16-11, 57e), les joueurs de l’EscBacAsp ne doutaient pas, à l’image d’un Durand impérial (6/7 au pied). Ce dernier assénait le coup de grâce sur un drop magique (25-14, 80+4), point final d’une rencontre qui restera dans les annales. Autant pour son affluence (plus de 1500 spectateurs), que pour l’histoire exceptionnelle de cet incroyable EscBacAsp, qui va désormais tenter de renverser des montagnes en championnat de France. Avant, peut-être, de se frotter à la Fédérale 3. L.M.

Ils ont dit...

Lamine Tourek (pilier de Millas) : « C’est dommage. On n’a pas pris le match par le bon bout et on a eu du mal à se mettre en place en défense. Je pense qu’il y avait pas mal de pression pour certains qui n’avaient jamais vécu un match comme ça. J’estime que l’EscBacAsp était au-dessus sur ce match. Ils ont bénéficié de nos fautes et leur buteur était au point. De notre côté, on a eu du mal à concrétiser au début alors qu’on dominait. C’est une bonne claque pour repartir (NDLR Millas est qualifié pour les barrages du championnat de France). Ça reste dommage parce qu’on s’était dit certaines choses. On n’avait pas le droit de perdre aujourd’hui pour certaines personnes ».

Lionel Pérez (coentraîneur de l’EscBacAsp) : « On a fait une super préparation, dans l’émotion (NDLR les joueurs père de famille se sont fait remettre leur maillot par leur enfant). Les joueurs ont joué avec le cœur, ont mis beaucoup d’envie. Ils ont joué comme il le fallait. On est parvenus à les contrer devant. Il faut féliciter tout le monde et je pense que ça a été un beau match de rugby. Ce soir il y a énormément d’émotion parce qu’il y a une génération de joueurs qui arrête à la fin de la saison et les mecs ont montré qu’ils voulaient vraiment aller chercher ce titre ». Recueilli par L.M.

20.04.2014

Le toréador aux couleurs de Millas

millas, toréador, club, finale, aimé giral, USM► Le toréador de l’entrée de Millas a décidé de revêtir les couleurs du club, rouge et noir à l’occasion de la finale qui se disputera aujourd’hui à Aimé-Giral.

Au pied de la Cathédrale

HONNEUR. Le stade Aimé-Giral accueille cet après-midi l’EscBacAsp et l’US Millas. Explosif !

millas, honneur, billes, sanchez, USM EscBacAsp, lionel pérez, laurent rovira, sébastien lopez, fabien conilh, planxot cathédrale, aimé giral, rugby catalan, fédérale 3, championnat de France► Billes et Sanchez seront à nouveau opposés aujourd’hui.

Hier soir, le sommeil a probablement eu du mal à venir, pour certains, à quelques heures de réaliser le rêve d’une vie: fouler la pelouse du stade Aimé-Giral. Et si les Millassois ont eu quelques semaines pour s’y préparer, leurs adversaires de l’EscBacAsp ne savent qu’ils seront de la fête que depuis dimanche dernier et leur victoire en barrages face à Rivesaltes (18-15). « Jouer à Aimé-Giral est une grande chance, mais il y a beaucoup de pression, note Lionel Pérez, coentraîneur de l’EscBacAsp avec Laurent Rovira. C’est une finale, en Honneur et en plus à Aimé-Giral ! Mais il faut que les joueurs se lâchent. Une finale, ça se joue ».

Le vainqueur peut monter en Fédérale 3

D’autant que l’affiche promet beaucoup entre l’EscBacAsp, surprise de la saison, et Millas, qui a plané sur la phase Honneur, bouclée sans la moindre défaite. « Notre saison est déjà réussie, reprend Pérez. Et ils ont une belle équipe, solide devant, joueuse derrière. On ne les a jamais battus cette année. C’est surtout à eux d’avoir la pression ». Évidemment, du côté de Millas, on ne le voit pas de la même manière. « Une finale, ça se joue sur l’envie et sur l’expérience, pointe Sébastien Lopez, coentraîneur de l’USM avec Fabien Conilh. Comme ils sont plus expérimentés, je pense qu’ils sont un peu favoris, même si pour moi, une finale c’est du 50/50 ». Dont le vainqueur, en plus de soulever le planxot dans la «Cathédrale » du rugby catalan, sera qualifié pour le championnat de France et décrochera son accession en Fédérale 3. Et si le perdant, lui, ira en barrages du championnat de France, sa déception risque fort d’être à la hauteur de l’événement. L.M.

19.04.2014

La magie de Força-Réal

Confrontation franco-espagnole lundi, à Millas.

millas,cyclisme,vélos,força réal► Le départ de Millas est programmé lundi matin. Sport Imagen

Comme le veut l’histoire de cette course consacrée à Força-Réal, on s’achemine ce lundi de Pâques, vers une confrontation franco-espagnole. Oh ! la représentation étrangère ne s’arrête pas là, puisque sur la liste provisoire des engagés se retrouvent des Anglais installés dans le sud et les voisins Andorrans déjà vainqueurs de l’épreuve en 2010 avec Xavier Perez. La municipalité de Millas met les petits plats dans les grands pour que cette 36e édition, soit à la hauteur des précédentes.

Au G.P. de Força-Réal les participants choisissent leur circuit (106,6 km ou 67,3 km), sachant que pour tous, la course débute lundi à 11 h au départ de Millas (altitude 100 m), pour une arrivée pour tous au perron de la chapelle de Força-Réal (altitude 500 m).

Ils sont déjà une centaine à s’y être inscrits, bien que le nombre de ceux qui prennent l’habitude de venir au dernier moment augmente d’année en année. Toutefois, les retardataires pourront tout de même s’inscrire dès 8 h 30 au Centre Sportif de Millas. Pour participer il convient d’être licencié FFC, UFOLEP, FSGT, Triathlon ou non licencié en possession d’un certificat d’aptitude établi en 2014. 

Força-Réal atteindra-t-elle son record de participation qui est de 180 coureurs ? Força-Réal évitera-t-elle le froid (2°), le brouillard et la pluie de l’an passé ? Quoi qu’il en soit, une fois de plus, l’épreuve sera passionnante. Claude Soubielle