12.09.2014

À Barcelone, la rue a déjà voté

De 500 000 à 1,8 million de Catalans, selon les sources, ont dit leur désir d’indépendance hier à Barcelone. Dans le calme et avec Lluis Llach. Mais, Madrid refuse toujours le vote du 9 novembre.

millas, Barcelone, Catalogne, Indépendance, Lluis LlachDu jaune, du rouge et énormément d’enthousiasme pour les milliers de Catalans déterminés à prendre leur indépendance.

Aujourd’hui, nous remplissons les avenues de Barcelone, le 9 novembre nous remplirons les urnes de Catalogne. Nous écrivons l’histoire. Visca Catalunya lliure !» Carme Forcadell exulte. 18h sonnée place de les Glories, l’émotion étreint la présidente de l’Assemblea Naciona de Catalunya.

En ce jour de Diada, 300 ans après la perte de Barcelone, 1800000 personnes selon la guardia urbana de Barcelone (catalaniste), entre 470000 et 520000 selon la délégation du gouvernement espagnol forment le plus grand V humain jamais dessiné. Elles affichent en majuscule leur volonté d’autodétermination. Et au-delà, leur désir d’indépendance, sans cesse revendiquée hier.

L’avenue Diagonal et la Gran Via de les Corts ne sont plus qu’une immense senyera sang et or. Sur plus de 11 kilomètres et 200000 m2, toutes les régions de Catalogne et toutes les générations «veulent décider leur futur et construire un état solidaire, plus juste et plus libre », assure l’acteur Sergi Lopez.

«Ara es l’hora»

Même Lluis Llach est sorti de son silence pour accompagner au piano mille chanteurs scandant «ara es l’hora» (maintenant, c’est l’heure).

Entre les tours humaines des castellers, les esteladas (drapeaux indépendantistes) et quelques dragons de carton-pâte, Carles, la trentaine empâtée, est venu en famille. «Nous sommes trois couples et six enfants », dont deux tentent de siester couchés sur un bout d’herbe. « C’est très important d’être là en famille. On veut montrer au monde entier notre détermination pacifique et démocratique », s’agite l’architecte
barcelonais.

Un peu plus bas sur la Diagonal, non loin du tram 28 des 400 Catalans du nord, Jordi, un fonctionnaire de Sant-Fost de Capcentilles brandit un drapeau catalan et un drapeau écossais. «Nous menons la même lutte. Et si le 18 septembre, l’Ecosse dit oui à l’indépendance, cela donnera encore plus de force au combat de la Catalogne», prie le quinqua rigolard. En maître de cérémonie, Quim Masferrer, présentateur vedette à TV3, fait un tabac quand il lance, sur l’écran géant, Perret et sa rumba posthume “Catalunya tens poder “*. Une ola géante frissonne le long du V, qui entonne “Els Segadors “, l’hymne catalan.

Emma a voté

Il y a peu de risque que Madrid s’émeuve de cette démonstration de force. Mercredi encore, Soraya Sàenz de Santamaria, vice-présidente du gouvernement espagnol, assurait que « respecter la Constitution est plus démocratique que voter ». Le Premier ministre Mariano Rajoy ne cèdera pas face au calendrier d’Artur Mas qui veut, dès le 19 septembre, promulguer la loi de consultation et le 22, signer le décret de convocation du référendum du 9-N. Le gouvernement espagnol prépare déjà un double recours devant le Tribunal constitutionnel. Si ce dernier, comme c’est très probable, recale l’initiative du président de la Generalitat, le mouvement pourrait se radicaliser et fragiliser Mas qui, sous pression, serait condamné à convoquer de nouvelles élections.

Emma Soler, jeune lycéenne de 16 ans à Rubi, restera-t-elle longtemps la seule Catalane à avoir voté symboliquement hier pour ou contre l’indépendance? «Une immense émotion, un moment, un jour unique dans ma vie ».
A Barcelone, Thierry Bouldoire
*La Catalogne a le pouvoir

millas,barcelone,catalogne,indépendance,lluis llach

Démonstration de force dans les rues de Barcelone.

01.09.2014

Plein cadre sur Força Real en vidéo : panorama complet de jour et de nuit

Força Real, l'enfant chéri des Catalans du Riberal, et avant tout des Millassois, est au coeur d'une vidéo réalisée en "Time Lapse" par l'un de nos lecteurs. Sylvain Zaninotto nous a transmis par Facebook le résultat du montage de ses quelque 10 000 photos, qu'il dit avoir prises avec son portable. Un mois de travail.

20.08.2014

Aurelio Hernando remporte le concours

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, a remporté le second concours de Millas.

millas, corrida, aurelio hernando, tomas angulo, romero hijo, picador, gonzalo caballero, paco galache, clemente, christian bourquinBonne tarde de Clemente qui en tuant mieux aurait coupé l’oreille du Flor de Jara.

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, à forte connotation veragua, a remporté le second concours de Millas, bien qu’ayant été correct sans plus au cheval. Mais quelle caste par la suite, et quelle bravoure pour suivre les leurres par le bas, avec noblesse et transmission, tout au long d’une longue faena dont le meilleur se déroula sur le piton droit, Tomas Angulo se montrant moins précis sur l’autre. Si au lieu d’une demie épée d’effet rapide il avait mis une entière, les deux oreilles seraient tombées. L’autre novillo important de la journée fut celui de Valdefresno, un costaud qui chargea trois fois de loin au cheval où il poussa de belle manière, ce qui permit à Romero Hijo de remporter le prix au meilleur picador. Alourdi par ce tercio éprouvant, le novillo demandait à être toréé avec précision et distance, ce que Gonzalo Caballero ne fit pas. Autre bon novillo, du moins on le devina, fut celui de Paco Galache, qui se fracassa par trois fois contre les burladeros et se provoqua une lésion qui l’empêcha d’embister comme sa manière de mettre la tête permettait de le penser. Tomas Angula essaya, mais sans briller. Le novillo du Laget sorti en cinquième fut noble, et Gonzalo Caballero lui servit une faena quelque peu superficielle qui ne porta pas sur les tendidos. Pour Clémente avaient été enfermés deux Santa Colomas, un de Flor de Raja qui, après douze muletazos, pas un de plus, devint intraitable, et un de la Interrogacion, origine Coquilla, qui poussa au cheval d’où il sortit alourdi et sans trop d’options.

À noter que Clemente brinda son second novillo au président Christian Bourquin, grand aficionado, présent en contra barrera. Et l’on eut confirmation le matin de la course, de la part d’un membre du gouvernement présent à Millas, que le Premier ministre n’avait nullement conseillé à ses ministres de ne pas fréquenter les arènes cet été.

18.08.2014

Ricao en concert

La Camargue à l’honneur à la halle des sports.

millas, Ricao, manolo, manitas de plata, camargue, gitansRicao chantera sa Camargue demain soir.

Ricao fils de Manolo et neveu de Manitas de Plata est un chanteur et guitariste au talent exceptionnel qui a grandi dans le respect des traditions gitanes. Sa terre de prédilection est la Camargue où il joue toute l’année. C’est là qu’il retrouve ses racines, et qu’il puise son inspiration. Chaque année au mois de mai, pour le pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer, Ricao est présent, fidèle à l’appel de la fête. C’est dans cet esprit, dans cette façon de vivre qu’il crée ses compositions, où cohabitent tradition et rythme percutant : un mélange dont seul Ricao a le secret. Un concert à ne pas manquer. L’artiste se produira le mardi 19 août, à la halle des sports de Millas dès 21h.

16.08.2014

Viallat sublime Serrabone

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLes œuvres de Claude Viallat ornent les vitraux de Serrabone dans le cadre de l’événement régional «IN SITU».

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLe peintre a magnifié les vitraux d’un des fleurons de l’art roman.

millas,in situ patrimoine et art contemporain,bertrand gadenne,abbaye saint-michel de cuxa,la bougie,arnaud vasseux,prieuré de marcevol,ondes de surface,claude viallat,serrabone

L’artiste nîmois Claude Viallat de retour au prieuré qu’il a découvert à l’âge de 15 ans grâce à un ami.

La 3e édition de IN SITU Patrimoine et art contemporain se déroule en Languedoc-Roussillon jusqu’au 21 septembre. L’événement, qui établit un dialogue entre l’architecture patrimoniale et l’art contemporain, permet de valoriser les monuments de manière originale et inédite. Dans le département, il fournira au public l’occasion de découvrir le travail réalisé par Bertrand Gadenne en l’abbaye Saint-Michel de Cuxa (La bougie, 2006), Arnaud Vasseux au prieuré de Marcevol (Ondes de surface, 2 006) et, bien sûr, Claude Viallat à Serrabone.

En acceptant de réaliser des peintures destinées à devenir des vitraux provisoires à Serrabone, l’artiste nîmois réaffirme son intérêt pour une expérience qu’il connaît bien pour l’avoir déjà réalisée dans l’église Notre-Dame-des-Sablons. Ou encore dans la cathédrale de Nevers.

Rayons de couleurs

La proposition qui lui a été faite consiste à poser des vitres en plexiglas, sur lesquelles les peintures de l’artiste ont été digigraphiées. Réalisées par l’atelier d’Eric Linard, ces digigraphies proposent des simulations parfaites de vitraux qui couvriraient les quatre petites fenêtres du chœur et des absides. La radicalité de sa démarche révèle sa capacité à renouveler les compositions et la répartition de la couleur.

En entrant dans l’édifice, c’est le choc. Surtout lorsque le soleil vient jeter ses rayons de couleurs sur les murs. A travers les oeuvres inattendues de Viallat. A travers les formes, reconnaissables entre mille, de l’artiste. L’effet est réussi. Une fois éclairés par le soleil, ces drôles de motifs éclaboussent un arc-en-ciel vibrant sur les piliers de l’église, rayons qui évoquent d’emblée la présence de l'« invisible » par un jeu d’apparitions furtives.
Ces ouvrages d’art abstrait, n’avaient toujours pas reçu leurs lettres de noblesse. C’est aujourd’hui chose faite. C’est grâce à un ami que Viallat a découvert Serrabone lorsqu’il avait quinze ans. « Toute la difficulté consistait à révéler cette superbe architecture romane dans son milieu naturel et à transcender la lumière de ce lieu, commente le peintre. Ces oeuvres éphémères, créés par les ateliers Eric Linard (Drôme) apportent plus de corps et de force ». En ce début d’été, Claude Viallat est en pleine lumière au prieuré.

A voir tous les jours de 10h à 18h jusqu’au 21 septembre. Une médiation culturelle a lieu du mercredi au dimanche de 10h à 12 h et de 13 h à 17h. Renseignements : 04 68 84 09 30 ou www.cg66.fr

millas, IN SITU Patrimoine et art contemporain,Bertrand Gadenne, abbaye Saint-Michel de Cuxa,La bougie, Arnaud Vasseux,prieuré de Marcevol, Ondes de surface,  Claude Viallat,SerraboneLes vieilles pierres de Serrabone abritent les œuvres de Viallat jusqu’au 21 septembre.

15.08.2014

Matinée jeux de société à la médiathèque

millas,médiathèque,jeu de société,maxi-course des tortues,le verger,mon premier carcassonne,roussillon conflent,robert avrilMardi 26 août de 10h à 12 h, la médiathèque Robert Avril proposera une matinée jeux de société dans le parc. Petits ou grands, venez apprendre et partager en vous amusant, grâce à une sélection de jeux sélectionnés et animés par les bibliothécaires : « La maxi-course des tortues », «Le Verger », « Mon
Premier Carcassonne »...

Entrée libre, dès 5 ans. Pour tout renseignement, n’hésitez pas à les contacter au 04 68 57 81 97.

14.08.2014

Bilan d’une feria exceptionnelle

Avec une fréquentation en hausse, l'édition 2014 de la feria a été une véritable réussite.

millas, feria, abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas, font del rey, noïs de força réalmillas, feria, abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas, font del rey, noïs de força réal► 
Que de monde autour des bodegas.

Bernard Lopez et les membres du comité des fêtes ont de quoi se réjouir pour l’édition 2014 de la feria de Millas. Les festivités prévues et annoncées ont pu se dérouler dans une belle ambiance, sous un ciel parfois menaçant mais qui n’a jamais vraiment perturbé le programme. Plus de 50 heures de spectacles avec abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas et apéritif anisé à la font del rey ou encore la messe en catalan.

Fête foraine

La course La Panoramique et le concours de pétanque ont été aussi l’occasion pour les gens de la commune de se rencontrer à travers leur passion. La soirée gourmande des Noïs de Força Réal a rassemblé quelque 300 personnes à l’école maternelle, de même que pour la gardiane de toros. De
l’ambiance aussi autour des bodegas tenues par les plus fidèles bénévoles du comité d’animation sans qui la fête ne serait pas possible. Sans oublier les diverses attractions foraines qui ont réjoui les enfants. Un temps presque idéal, beaucoup de monde, de l’ambiance pour une belle fête 2014. La fréquentation des arènes a été importante cette année, les trois quarts de billets ayant été vendus, ce qui prouve la qualité des spectacles proposés.