15.05.2013

Double récompense pour le moulin à huile "La Catalane"

millas, la catalane, oivière fruité mûr, draguigna, brignoles, esprit de garrigueLe directeur a reçu les distinctions pour son huile.

Le moulin a huile «  La Catalane » a obtenu unr médaille d'Argent pour son huile « Olivière – fruité mûr », au concours national des huiles d'olives de Draguignan dernièrement. Dans la foulée, au concours International de Brignoles, "La Catalane" obtient la médaille de Bronze pour son huile « Esprit de Garrigue » fruité mûr. Ces distinctions honorent les oléiculteurs qui apportent la matière première : les olives ; ainsi que le Moulin à huile départemental et son personnel pour leur savoir faire. En espérant que d’autres récompenses viendront se rajouter à celles-ci afin d’encourager la nouvelle équipe du conseil d’administration qui ne ménage pas son temps. Ces huiles sont  le résultat d’une sélection rigoureuse lors des apports des fruits au moulin.

13.05.2013

La "Casa de la Pesca" a son emblème

Le "Pêcheur", oeuvre d'une équipe de ferroniers, trône désormais devant la maison de la pêche. Une sculpture déjà très admirée.

millas, ferronnerie catalane, le pêcheur, casa de la PescaDu savoir-faire et de savants calculs ont permis à l'œuvre de prendre corps. PHOTO/© D.R

C'est donc grâce à l'association de Ferronnerie catalane que plusieurs compagnons ont forgé et œuvré simultanément pour assembler cette sculpture, le "Pêcheur", faisant honneur à la Fédération des Pyrénées-Orientales pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Les ferronniers d'art ont fait montre, une fois de plus, de tout leur savoir. Une œuvre que le public peut découvrir en passant devant la "Casa de la Pesca" (maison de la pêche) et qui lors de son assemblage a créé un peu plus l'événement. Sous les yeux ébahis d'un public, toujours plus nombreux, les ferroniers ont réalisé cette magnifique sculpture durant deux jours. Le "Pêcheur" a été forgé en public sur les berges du lac et mise en place à la "Casa de la Pesca". Une fois de plus, les ferronniers, qui pour la plupart sont membres de l'association de Ferronnerie catalane, ont assuré le spectacle. Loin d'être "marteaux", ces passionnés ont travaillé la sculpture au bord du lac communal. Puis dimanche dernier, les forgerons de l'association retournaient au travail pour installer solidement et fixement le "Pêcheur" qui trône désormais au pied de la "Casa Pesca" (voir notre encadré). Par leur gentillesse et leur savoir-faire, ils ont largement contribué à faire connaître l'art de la forge, au public venu en nombre et éblouis par la beauté de leur création.

Autour du fer et du massif du Canigou

millas, casa de la pesca, le pêcheur, rené patau, fédération des pyrénées orientales pour la pêche et le mieu aquatique, canigou"Cette sculpture de 3 m de haut contemplera le Canigou, observera le temps et par sa qualité artistique contribuera à renforcer le portrait du pêcheur", soulignait par ces mots René Patau, président de la Fédération des Pyrénées-Orientales pour la pêche et la protection du milieu aquatique lors du discours inaugural. Il faut reconnaître que la sculpture, érigée au pied de la maison de la pêche et de la nature, la "Casa de la Pesca", est à la fois un élément d'une signalétique forte du loisir et de la pêche, mais aussi une œuvre témoignant de l'attachement des pêcheurs catalans au monde rural, à la montagne et aux pratiques comme la pêche et la chasse. Et c'est bien le mythique Canigou et le fer issu de son massif qui ont inspiré ce projet de sculpture où le pêcheur catalan est indissociable de la nature et de la montagne. "Posée sur une rivière, portée par les trois vallées qui traversent le département d'ouest en est, la sculpture rappelle que nos montagnes sont le domaine des eaux vives, des truites, que la diversité de nos cours d'eau fait la richesse du département et le bonheur des pêcheurs", précisait René Patau.

11.05.2013

Les Canaillous, ambassadeurs catalans, au festival des bandas de Condom

millas,les canaillous,festival de bandas,condom.La Banda catalane « les Canaillous » se prépare à cet événement. Dans les prochaines heures, la place Saint-Pierre va débuter sa mue annuelle afin de permettre la tenue de ce festival.  La grande scène de la place Saint-Pierre va venir trôner dans les prochaines heures. Cette même scène qu’enflammera Cali, le show-man perpignanais, le vendredi soir. Un artiste rock, un artiste surprenant, un artiste fou sur scène pour lancer cet anniversaire. Côté bandas, aussi, des nouveautés. À peine une dizaine de bandas en compétition pour cette 41e édition dont les célèbres « Canaillous » de Millas. Nombreuses viendront déambuler sur le macadam condomois en hors-concours. Une banda célèbre, palmée à de nombreuses reprises, Les Canaillous, représentera le pays Catalan et aussi la région Languedoc-Roussillon, étant la seule à y participer. Certaines bandas monteront à 100 sur scène, pendant deux heures, le samedi après-midi pour un moment d'anthologie. Ce grand moment se déroulera après le Paquito géant, autre moment phare du festival de Condom. Côté affluence, Condom espère faire aussi bien que l'année dernière. Franchir une fois encore les 25 000 spectateurs sur les 3 jours. En espérant que le temps soit de la partie pour faire de ce nouveau festival une grande réussite. Trois jours d'ivresse festive, trois jours de musique ponctués. Quoi qu'il en soit, Les Canaillous feront vibrer une fois encore leur Banda catalane ! Et c'est tant mieux ! Paroles de festayre…

Film en hommage aux gitans

millas, andré soucarrat, castillet, hommage aux gitans, la payaPHOTO/Photo Harry Jordan

Hier, André Soucarrat présentait au Castillet son long-métrage documentaire "Hommage aux gitans, de Mossa à la Paya". Un film dont la génèse est due à son histoire personnelle, André Soucarrat ayant été sauvé de la noyade alors qu'il avait 11 ans, par deux gitans. Mais c'est sans nostalgie qu'il leur donne la parole et surtout filme leur culture musicale. Jean-Pierre Romero le maire de Port-Vendres et la chanteuse La Paya étaient présents ainsi que des amis. J.M.C. A voir le 18 mai à 20 h 30 à Millas.

10.05.2013

La pêche au féminin au bord de l'eau

La pêche à la ligne n'est pas réservée uniquement à la gent masculine. Les femmes ont toutes leur place et même peut-être la première. Du coup, la Casa de la Pesca avec des techniciens de la pêche, animateurs professionnels et bénévoles les convient à une journée gratuite dimanche (de 9 h à 16 h) avec cadeaux, prêt du matériel, sur présentation de la carte de pêche*. Au programme : démonstration pêche en float-tube par Nicolas Procacci (11 h-12 h), puis paëlla offerte (sur place s'il fait beau ou à la Casa de la Pesca en cas de mauvais temps) et à 13 h 30 reprise pêche. Le tout accommodé de diverses animations telles le lancer pêche appâts naturels en surface, démonstration pêche au coup, pêche des carnassiers aux leurres et pêche à la mouche. Démonstration float-tube et pêche de la carpe. Pour la pêche, tous les poissons seront remis à l'eau, reste que les truites pouvant être conservées dans des glacières. Trois ateliers pêche seront proposés : buldo avec pêche à la truite pêche à la mouche + montage & quatre "stands" (connaître la structure associative de la pêche et visiter la Casa de la Pesca + démonstrations pêche de la carpe + en float-tube + pêche au coup). *A défaut de carte de pêche, participation aux frais : 30 € pour achat carte découverte femme, valable jusqu'au 31 décembre 2013 ou 10 euros pour achat Pass-Pêche valable pour le 12 mai.

07.05.2013

Antoine Noguéra tape en touche

millas, antoine noguera, palau, broncos, ruxgy à XIII, Antoine Noguéra rêve de retrouver Baho en finale pour un dernier match de feu. PHOTO/© D.R

Palau reçoit Tonneins demain (16h), un des derniers rendez-vous du manager des Broncos depuis cinq saisons. Antoine Noguéra ne sera plus manager général de Palau la saison prochaine, c'est ce qu'il a annoncé dimanche aux joueurs. Une page se tourne. « Par rapport au projet je pense être arrivé au bout. J'ai connu comme manager trois titres un en Nationale 1 et deux en Élite 2, sur un cycle de cinq ans. Ça me travaillait, mais il fallait que je prenne une décision. Je ne sais pas faire les choses à moitié ». Ce passionné de rugby est né d'une double culture, dans ce bastion quinziste qu'est Millas, où même l'église Sainte-Eulalie est du XVe, mais se visite moins que le stade Roger-Roquefort. Élevé au grain de l'US Millas, avec Gilbert Ferrères comme premier éducateur, dans une famille où le patriarche Alphonse Noguéra a poussé l'éducation des siens dans le sens du travail et du devoir, il a partagé avec ses trois frères Joseph, Alphonse et François cette passion du rugby. « Si nous avons eu cette passion, je peux en remercier mon père. Avec Alphonse nous occupons des fonctions au comité du Roussillon, lui à XV, moi à XIII ».

Thuir, Collioure, Argelès, Ponteilla, USAP...

Sa carrière est faite de rencontres et pas des moindres. D'abord à l'US Thuir où, entre les mains de Jo Bolzoms il est sacré champion de France Reichel B, en battant Mazamet (22-17), aux côtés des Michel Margaillan, Tony Espel, Philippe Bey, Georges Barry, Jean Ruiz... Un club où il croisera aussi Georges Coste, Alain Texidor, Jean Dunyach. Avant de poursuivre par Collioure, Argelès, Ponteilla, où il jouera avec son frère Alphonse. Puis se sera la Nationale B de l'USAP et quelques matches en première, dont le plus mémorable au stade Mayol à Toulon. Ce demi-de-mêlée malin suivait ensuite les consignes de Jean-Paul Villelongue et signait au XIII Catalan, où officiait Jacques Jorda, aux côtés des Guy Delaunay, Fifita... « J'ai vraiment touché là le haut-niveau on était presque semi-pro, on s'entraînait tous les jours. C'est de là qu'est venue ma passion pour le XIII ».

A Palau en 1992

En 1992, Antoine Noguéra signe à Palau, avec qui il dispute en fin de saison la finale à « Brutus » du championnat de France de Nationale 2 face à Cabestany. Il est sacré l'année suivante champion de France de Nationale 1 en battant Lyon (25-14), avec Patrick Marginet, le père de l'actuel demi-de-mêlée des Broncos. Avant de revenir à XV à Thuir, Rivesaltes où il croise Francis Mas et de finir à Pia à l'âge canonique de 39 ans sous les couleurs de l'US Pia XV. Et maintenant Antoine c'est XIII ou XV ? « Je me sens mieux à XIII où les Dragons ont donné une véritable dimension et un réel engouement. Le fait d'avoir joué à XV me permet de porter un autre jugement ». Cela ne doit pas être triste en famille ? « Il y a toujours des piques, mais on sait que l'engagement vers le haut-niveau à XIII comme à XV est le même. On se comprend ». Dans son rôle de manager, il prend une part importante dans le recrutement. « J'ai eu carte blanche. C'est une tâche importante et motivante ». Et puis il y a ce rôle d'homme de terrain plus proche du banc de touche que de la tribune. « Je ne concevrais pas d'être manager sans être proche des joueurs ». Ce sera encore le cas demain face à Tonneins, voire plus face à Baho en finale.