01.08.2014

Rejoignez la Peña du Réal Madrid des P.-O.

millas,peña du réal madridAmoureux du football et du Real Madrid, venez partager votre passion dans la nouvelle madridista des P.-O. Plus d’infos sur penamadridista66@gmail.com

30.07.2014

Réduire la quantité des ordures ménagères

Donnez un coup de pousse à votre jardin et à l’environnement avec le compostage domestique. Un geste éco-responsable.

millas, communauté de communes, roussillon conflent, ordures ménagères, crèche, la farandole, la rucheLes enfants des crèches de la Farandole de Millas et de la Ruche à Ille-sur-Têt entretiennent leur potager grâce à un compost fabriqué maison.

Avec déjà plus de 1000 composteurs individuels distribués gratuitement sur l’ensemble du territoire, la Communauté de communes Roussillon Conflent mène une politique volontaire en matière de traitement des déchets domestiques.

Programme de prévention

Engagé depuis 2010 dans le programme local de prévention des déchets aux côtés du Sydetom 66 et de l’ADEME, la collectivité multiplie les initiatives pour encourager un comportement éco-responsable et limiter la production de déchets. Fort de premiers résultats très encourageants, Roussillon Conflent persiste et signe avec une nouvelle campagne de sensibilisation sur les bienfaits du compostage individuel et partag

L’objectif ?

Réduire d’au moins 7% la quantité des ordures ménagères produites sur l’ensemble du territoire avant 2015. Chaque année, un habitant des Pyrénées-Orientales produit en moyenne 400 kg de déchets ménagers, dont 50 kg de matière organique. Le compostage individuel doit permettre de réduire considérablement cette part de déchets organiques.

Comment ?

En utilisant cette matière première comme un compost naturel comparable à l’humus. Ce terreau écologique d’excellente qualité favorise la croissance des végétaux, le renouvellement et l’enrichissement des sols.

Ceux qui l’ont testé, l’ont déjà adopté. « Nous avons souhaité nous équiper d’un composteur à la maison dans un but écologique témoigne Maryse. Mais nous nous sommes aperçus qu’en plus d’être un
formidable engrais naturel, cela nous permettait de réduire considérablement le volume de nos ordures ménagères ». Car, contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que les fruits et les légumes que l’on peut recycler. « Lorsque nous avons fait la demande d’un composteur, un agent de Roussillon Conflent nous a indiqués comment tout cela fonctionnait et quels déchets nous pouvions mettre au composteur » explique-t-elle. « Nous avons été très surpris d’apprendre que les journaux, les cartons, les filtres à cafés ou encore nos sachets de thé pouvaient être traités ».

Convertir le plus grand nombre au compostage domestique, telle est la mission que se sont assignés Roussillon Conflent et le Sydetom 66 à travers cette nouvelle campagne. Et, comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, la collectivité a déjà équipé la plupart de ses structures. C’est ainsi que les enfants des crèches de la Farandole de Millas et de la Ruche à Ille-sur-Têt entretiennent leur potager grâce à un compost fabriqué maison. De quoi donner des idées à leurs parents…

29.07.2014

Les bons plans de l'A.D.T. : Força Réal

millas, força réal, agence de développement touristiqueSitué entre les communes de Millas, Corneilla-la-Rivière et Montner, Força Réal a toujours occupé une place singulière dans le paysage départemental. Culminant à 507 mètres et jouissant d’une grande proximité avec la mer, Força Réal a eu au cours de son histoire un rôle stratégique important. Força Réal fut d’abord un repère aux temps antiques, un repère naturel pour les marins qui longeaient les côtes. Tout au long du Moyen-Âge, le site joua tour à tour le rôle de vigie, de tour à signaux, de « conjurador » pour faire fuir le mauvais temps, le rôle de poste frontière entre la Catalogne et le royaume de France. Pour l’anecdote, sachez qu’entre 1792 et 1799 les astronomes Pierre Méchain et Jean-Baptiste Delambre mesurent la longueur du méridien terrestre selon un plan de triangulations successives. Une de ces triangulations prend
Força Réal comme pivot. Les mesures sont ensuite effectuées par François Arago. Aujourd’hui encore, Força Réal sert de relais pour les ondes hertziennes et de sentinelle dans la lutte contre les incendies. Situé à 30 minutes de l’agglomération perpignanaise, il constitue désormais, un des «poumons verts » de la plaine et de son bassin de vie. Sa vue panoramique à 360° surplombe toute la plaine du Roussillon. Elle s’étend du cap de Port-Vendres jusqu’à Leucate, de la vallée de l’Agly à celle de la Têt.

Renseignements au 04 68 57 16 68. Situation : Millas, à 14 km à l’ouest de Perpignan par la RN116.

Ce coup de coeur vous est proposé par l’Agence de développement Touristique « Pyrénées-Orientales Tourisme » : www.tourisme-pyreneesorientales.com. w w w . facebook.com/tourisme.pyreneesorientales

20.07.2014

Un catalan du sud au «Moto club catalan»

millas,eugénio zafra-grima,jean-louis guillem,moto club catalan,dirt bike,free bikeEugenio Zafra Grima, pilote.

Eugénio Zafra-Grima né en 1981 à Sabadell, réside à Santa Eulalia (Catalogne sud), a contacté Jean-Louis Guillem, début 2014, désireux d’être licencié en France.

Après avoir passé les barrages administratifs, il a souhaité intégrer le Moto club catalan et défendre ainsi les couleurs du club au championnat de France de « Dirt-Bike » avec le N° 22. Ceci dit une dizaine de pilotes français de la spécialité a rejoint le MCC.

Eugénio est d’une gentillesse qui égale ses prouesses. Il est issu du BMX Espagne où il a été titré de nombreuses fois, puis l’âge aidant il a opté pour le dirt (mini-moto de cross), déjà pour les performances
de cette moto mais également par son prix, ensuite la proximité de la marque française YCF basée en basse Normandie et son réseau de distribution pour les P.-O. (Free-Bike, Saint-Estève) procure un atout pour le pilote.

Le MCC envisage une épreuve du championnat de France en 2014. Le « Dirt-Bike » est une spécialité en pleine évolution à savoir que sur chaque épreuve 200 pilotes sont engagés.

19.06.2014

XV: Natacha Katz remporte l’Orange rugby challenge

millas, katz natacha, orange rugby challenge, us millas, christophe payrou, jérôme soler, bernard dordain, stéphane deprades, usap, christelle leduc, comité pays catalan, maillolLa joueuse de l’USAP a déjà un beau parcours.

La famille Katz de Millas peut être fière de leur fille Natacha, après son deuxième titre consécutif remporté récemment à Paris, l’Orange Rugby Challenge disputé au CNR de Marcoussis. Elle a réussi à s’imposer lors d’ateliers où sont d’abord évaluées les qualités techniques, mais aussi les connaissances. Un moment de fierté et d’émotion pour cette jeune espoir du rugby féminin. Mais revenons à son club fétiche, l’US Millas, venant de la natation, elle voulait essayer un sport collectif, bien lui en a pris, de poussins à benjamins deuxième année, Christophe Payrou, Jérôme Soler, Bernard Dordain et Stéphane Deprades ont décelé en elle des capacités et lui ont transmis le virus du rugby. En changeant de catégorie elle a aussi changé de cap en rejoignant l’équipe féminine des minimes de l’USAP. Et depuis, grâce à Christelle Leduc qui lui a donné le virus, elle enchaîne sélections et qualifications jusqu’à l’apothéose, lors la remise du planxot au stade de France, le jour de la finale du Top 14. Une aubaine pour le Comité du Pays Catalan qu’elle représente. Mais son chemin ne s’arrêtera sans doute pas là, Natacha ayant des valeurs de respect, solidarité, combativité, partage, fondamentaux, toutes ses qualités requises pour le rugby. Lycéenne à Maillol en section rugby, elle aimerait devenir kiné.

20.05.2014

Quand la pêche se décline au féminin

La 2e manifestation pêche réservée aux femmes a réuni, dimanche, quarante participants : vingt-cinq femmes et quinze enfants.

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journéemillas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journéemillas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

► Bien sûr, les dames étaient à l’honneur de cette journée. Mais les enfants ont profité de sérieux conseils aussi.

Placée sous le signe de la bonne humeur, cette manifestation récréative a une portée symbolique forte : faire découvrir un loisir de pleine nature. « Elle intervient dans un contexte où la pêche innove, crée des produits pêche et doit rester ouverte à tous, expliquent les organisateurs. Trois espaces étaient réservés. Le premier pour l’apprentissage de la pêche à la truite aux appâts naturels, le second pour la pêche aux leurres et le troisième réservé aux enfants pour l’initiation de la pêche au coup ». La pêche s’annonçait dimanche favorable, sous des conditions météorologiques agréables. Les poissons et les truites en particulier se sont montrés discrets.

► Une journée familiale

Au total une quinzaine de truites ont été prises, ainsi qu’une vingtaine de gardons, une belle carpe, une jolie tanche et deux perches. Toute la matinée, deux jeunes pêcheurs pointus ont effectué une démonstration de pêche aux leurres, installés sur leur float tube. Dans le même temps Nicolas Procacci, le responsable du centre piscicole de Sahorre a proposé une démonstration de pêche en barque et a offert quelques baptêmes de pêche. Puis, la Fédération départementale de pêche a offert, sur place, une restauration rapide et bienvenue. Pour terminer, le tirage de la tombola a permis d’attribuer des lots de matériels de pêche et des cartes de pêche aux dames et aux enfants. Mention bien à toutes les participantes et aux enfants. Un grand merci aux animateurs salariés de la Fédération et bénévoles des associations agrées de pêche.

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

14.05.2014

Autopsie d’une hécatombe

Les clubs catalans n’ont pas brillé en championnat de France le week-end dernier avec deux qualifiés pour huit éliminés...

millas, championnat de france des séries, rugby, bernard mira, sorède, olivier allègre, EscBasAsp, eric caulo, St-Cyprien Latour, Sébastien lopez, USM► Le Millas de Samoura a buté sur Saint-Girons, un adversaire lourdement armé.

Le week-end dernier, sur dix clubs catalans engagés en championnat de France, huit ont baissé pavillon. Mais pour certains acteurs interrogés, cette berezina est due à un concours de circonstance. « On était pas mal diminués et on est tombés sur une belle équipe, note Bernard Mira, président de Sorède, éliminé par Thèze en 4e série (44-20). Et peut-être n’avons nous pas mis le même investissement qu’avant la finale régionale (gagnée face à Cabestany) ».

La décompression après le titre ?

En gros, brandir un planxot de champion du Pays Catalan suffirait à satisfaire les ambitions des joueurs. « On a eu trois semaines de repos entre notre finale et le championnat de France, explique Olivier Allègre, troisième ligne de l’EscBacAsp battu par Maubourguet en Honneur (22-14). Je pense qu’on a manqué de rythme et on n’a pas forcément mis les ingrédients. Ils n’étaient pas plus forts, on est juste passés à côté. Est-ce que notre championnat est plus faible ? Je ne sais pas. Après notre titre, on a peut-être plus pensé à faire la fête et on n’y était pas ».

Un championnat pas assez compétitif ?

Eric Caulo, entraîneur de St-Cyprien Latour battu par Lezat-sur-Leze (22-9) en 1re série, parle également de décompression. « La logique voudrait que le championnat de France soit motivant. On a un peu laissé la tête à Aimé-Giral (où St-Cyprien Latour a battu Bompas) et on est tombés sur une bonne équipe avec des décisions arbitrales qui nous ont porté préjudice. Si la formule du championnat y est pour quelque chose? Peut-être, mais quelle est la solution ? Les clubs Honneur pourraient se rapprocher du Languedoc ». Pour Sébastien Lopez, entraîneur de Millas battu par Saint-Girons en Honneur (19-12), c’est la faiblesse du championnat qui plombe les clubs roussillonnais. « On n’est pas du tout préparés au championnat de France. On prend le premier du Midi-Pyrénées qui ressemblait à une équipe de troisième division. Eux, ils ont vingt-quatre équipes en Honneur. Nous, quatre dont une fantôme. Alors l’année où tu n’as pas un niveau élevé comme il y a deux ans avec Le Boulou et la Salanque (champion de France et quart-de-finaliste), tu n’es pas prêt. La solution ? Peut-être se rapprocher des clubs de l’Aude ». En attendant de trouver la solution miracle, Ponteilla et le Vallespir, qui ont survécu à l’hécatombe, vont se sentir bien seuls ce week-end. L.M.