15.10.2014

Les supporters « madridistas » au pied de Força Real

La « Peña Madridista Força Real » vient d’être officialisée par le Real Madrid. C’est la quatrième en France, la deuxième de la région et la seule dans les Pyrénées-Orientales.

millas, Peña Madridista Força Real, ntoine Cortes. Raphaël Medina, Antoine et Anthony Cortes, Jean-Charles Lopez,Lionel Rodriguez► C’est autour du président Antoine Cortes (à gauche) que la peña s’est constituée. Photo Philippe Rouah

C’est après la « decima », la dixième victoire en Ligue des Champions du Real Madrid en mai contre l’Atlético, qu’une bande de copains a décidé de se lancer. La Peña madridista Força Real était née. Déclarée officiellement en août auprès de la préfecture de Perpignan. Et officialisée le mercredi 1er octobre par le club merengue. « On regardait déjà les matches ensemble depuis quelques années. Ça faisait un moment qu’on en parlait et on a fini par se lancer », expliquent-ils, carte de socios et courrier officiel du Real à l’appui. C’est la quatrième en France, les trois autres étant à Bordeaux, Tarbes et Caune-Minervois. Vingt supporteurs à la création, ils sont désormais 68. La peña grandit vite et bien, ce qui a accéléré la reconnaissance du Real. « Pour l’officialisation, il faut faire une demande auprès du club après avoir déposé les statuts en France. On doit compter cinq socios, avec la carte madridista, et cinquante membres majeurs minimum pour faire la demande. On remplit un dossier et ces cinq socios sont comme les garants de la peña », explique le président Antoine Cortes. Raphaël Medina, Antoine et Anthony Cortes, Jean-Charles Lopez et Lionel Rodriguez assurent ce rôle.

■ De père en fils

Mais comment devient-on supporter du Real Madrid en terre catalane ? « On est tous catalans mais le virus du Real Madrid nous est transmis de père en fils. On baigne dedans dans nos familles. Chez nous, c’est football et corrida. Et puis on est supporter du Real parce qu’on aime le jeu, et le beau jeu », avancent d’une même voix les fans madrilènes. Loin de faire de l’anti-Barça agressif. Ils avouent même avoir visité le Camp Nou et aller à l’occasion voir des matches de leur équipe à Barcelone. A l’Espanyol. « C’est trop compliqué maintenant pour avoir des places au Barça », concèdent-ils alors qu’un déplacement à Santiago Bernabéu est prévu en mai. « C’est un stade fermé, différent du Camp Nou qui est ouvert. A Madrid, ça fait plus caisse de résonnance. Et puis il y a le chauffage ».

■ « Le Real va mieux »

Mais alors, quid du Real Madrid 2014-2015 ? « On a eu des débuts difficiles mais ça va mieux. Ils ont dû bien fêter la decima ! Et puis Cristiano Ronaldo marque deux ou trois buts à chaque match... On a perdu un crack avec Di Maria mais il a été bien remplacé par Toni Kroos. Zidane ? C’est le roi, un grand monsieur. Respect. Il fait ses armes avec l’équipe réserve, il travaille dans l’ombre, il faut le laisser tranquille »Xavier Hamond

La peña madridista en bref

● Bureau. Voici la composition du bureau de la peña. Président Antoine Cortes; vice-président Simon Garcia; secrétaire Anthony Cortes; vice-secrétaire Marie Medina; trésorier Lionel Rodriguez; comptable Guillaume Galiay. Les 4 « voces » référentes : Laurent Sanchez, Juan Garcia, Antoine et Gabriel Galeto.

● Local. Les membres de l’association se réunissent une fois par mois pour les grandes affiches à Millas, dans une salle prêtée par la mairie.

● Clásico. Pour le match aller contre le Barça, le dimanche 25 octobre, la Peña madridista a prévu de louer une salle à Perpignan pour regarder le match sur grand écran.

● Pratique. L’adhésion à l’association est de 35 euros à l’année puis 15 euros pour les soirées repas.
Courriel : penamadridista66@gmail.com
Site internet : penamadridista66.com

07.10.2014

Du côté de Força real

● Exposition « Histoire de voir » et rencontre avec Jean Rifa. Mercredi 8 octobre, la médiathèque communautaire proposera une grande journée consacrée au patrimoine, dans le jardin et les salles de la Maison du Parc.

Dès 15h, exposition « Histoire de voir », un parcours visuel autour des contes et des légendes des Pyrénées, réalisé avec l’accueil de loisirs et les associations Mill’As en herbe, DD le Piaf et le Hang’Art.

A 18h30, Jean Rifa fera remonter le temps, la vie d’antan dans les villages du département et à Millas. Auteur, chroniqueur et conférencier, il est l’auteur des quatre tomes de « L’Histoire de nos villages » chez Alliance éditions. Conférence suivie d’une séance de dédicaces. Entrée libre.

Rens. au 04 68 57 81 97.

●  Permanence. Robert Olive, député de la 3e circonscription, assurera une permanence parlementaire vendredi 10 octobre, de 15 h 30 à 18 h 30, place de l’Hôtel-de-Ville.

Prendre rendez-vous au 04 68 85 80 34.

03.10.2014

L’USM ne retrouvera pas ses seniors cette saison

La réunion de la dernière chance n’a débouché sur rien : les seniors de l’équipe de rugby de Millas ne repartiront pas en Honneur.

millas, USM, école de rugbyReverra-t-on les joueurs de l’USM affronter Elne comme la saison dernière ?

Cette saison, l’équipe de rugby de Millas a été mise en sommeil. Alors qu’elle a été finaliste Honneur la saison dernière, l’USM n’aura pas d’équipes seniors en championnat cette année. La réunion qui s’est tenue le 19 septembre dernier entre le président du comité Pays catalan et le maire de Millas n’a pas permis de trouver de solution, notamment en raison du départ de 29 joueurs dans d’autres clubs et de 6 autres en “retraite” sportive.

Après cette douche froide, et la météo de circonstance ces derniers jours, comment réagissent les habitants de Millas.

Ce qu'ils en pensent

millas,usm,école de rugbyMadeleine, une habitante

« Que dire… C’est catastrophique. Mon fils y faisait du rugby. Mais, on n’a plus de soutien. Cela apportait beaucoup aux commerçants et à la vie de la commune. Le village a gros à perdre ».

millas,usm,école de rugby
David, garagiste à Saint-Féliu-d’Amont

« Ancien joueur jusqu’en junior, cela me “fout les boules”. Déjà l’année dernière, il n’y avait pas de cadets et de joueurs. il devait y avoir un souci, mais quoi ? Pour l’avenir, j’espère que quelqu’un, ancien joueur ou dirigeant, quelqu’un de vaillant et qui comprenne les jeunes, puisse relancer le club pour jouer comme à l’époque pour le clocher ».

millas,usm,école de rugby
Pascal, boucher-charcutier à Millas

« C’est très dommage, vraiment très dommage. Cela donnait de l’animation et de la vie le dimanche, les jours de matchs, c’était bon pour le commerce et le village. Pour une ville de 4000 habitants, c’est vraiment dommage, surtout qu’on a été surpris : on l’a appris au dernier moment alors que pourtant en fin de saison dernière, on nous laissait augurer des jours meilleurs. D’où le choc ».

millas,usm,école de rugby
Hugo, ancien joueur de l’US Millas

« Je suis dégoûté, Millas, c’est un club mythique connu dans tout le département pour son école de rugby et sa première. Que vont faire les anciens le dimanche ? Avant, ils pouvaient voir les jeunes jouer et suivre leur évolution et surtout se retrouver pour l’après-match. Étant, pour des raisons professionnelles, joueur à Bompas, cela m’aurait permis de jouer contre mes anciens copains. Si le club remonte l’année prochaine, il faudra que ce soit avec des potes à moi avec qui j’ai fait mon école de rugby et que d’anciens joueurs partis reviennent ».

millas,usm,école de rugby
Geneviève, boulangère

« C’était convivial, chacun donnait un coup de main, on se sentait bien. Autant de départs de joueurs, ce serait dû à une mauvaise entente entre dirigeants et joueurs, d’après ma clientèle. On a une désagréable sensation d’inachevé. On a rien fait pour la garder ».

millas,usm,école de rugby
Bernard, client de la boulangerie

« Le dimanche, c’était la sortie, on s’amusait, une sorte de 3e mi-temps, quand un village perd son rugby et sa pâtisserie, ce n’est pas bon signe. J’espère que cela repartira avec des joueurs de Millas, ayant l’esprit de clocher, car cela nous manque énormément ».

Du côté de Força Réal : du bridge aux retraités des collectivités

Reprise du bridge Les cours de bridge pour débutants complets reprennent dès aujourd’hui, sur Néfiach le soir et les après-midi, les mercredi à 14 h. Rens. auprès de Michel au 0613800476.

Élections CNRACL des actifs et retraités de la fonction publique territoriale du 4 décembre Le vote de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales se déroulera par correspondance ou par internet. Le matériel nécessaire de vote sera adressé au domicile. Les listes électorales des actifs et des retraités sont visibles en mairie aux lieux

06.09.2014

Du côté de Força Réal

Nouveau bureau au yoga. Le 7 septembre, le Club yoga millassois vous invite à venir découvrir leur stand au parc Bombe. Vous serez accueillis par les membres du nouveau bureau, qui sera ravi de vous faire partager leur plaisir et les bienfaits procurés par la pratique du yoga. Les cours seront maintenus par Corinne Chauveau, 2 fois par semaines, à la salle de la mairie. Mardi (changement) de 14h à 15h30, et vendredi de 18h30 à 20h.
Informations : 04 6857 30 84 ou 06 15 88 55 09 ou 06 82 13 30 75 ou yoga.millas@yahoo.fr

millas, força réal, yoga, judo, marie-josé vieillevigne, carmen juve, nadine suné, isabelle forcadell, nicole ayats, martine loupetisLe nouveau bureau du club de yoga, de gauche à droite : Marie-José Vieillevigne, Carmen Juve, Nadine Suné, Isabelle Forcadell, Nicole Ayats. Absente Martine Loupetis.

Reprise au Judo club. Le Judo club Millas reprend ses activités le lundi 8 septembre à 17h30 et le jeudi 11 septembre à 17h30. Les cours ont lieu au gymnase municipal. Venez (enfants, ados, adultes) découvrir la discipline en participant aux séances d’initiations gratuites qui se dérouleront durant le mois de septembre.
Tél. 04 68 80 53 42 ou 06 51 87 52 87.

31.08.2014

Reprise à la Savate boxe française

millas, club, savate, boxe, reprise, entraînementLe club de savate boxe française reprendra ses activités le lundi 1er septembre. Les entraînements ont lieu au gymnase des arènes. Les inscriptions seront prises sur place aux heures d’entraînement. Comme chaque année vous aurez la possibilité de participer gratuitement à un entraînement d’essai. Pour la pratique de la savate française, l’âge requis est de 9 ans. Pour la pratique de la savate forme, l’âge requis est de 14 ans. Lundi, savate forme de18 h 30 à 20 h ; mardi, savate BF loisirs de 18 h 30 à 20 h ; mercredi, savate BF 9-13 ans de 17 h 15 à 18 h 30 ; mercredi, savate BF compétiteurs de 18 h 30 à 20 h ; jeudi, boxe poings de 18 h à 19 h 30; vendredi, savate BF loisirs et compétiteurs de 18 h 30 à 20 h. Samedi, savate BF loisirs et compétiteurs de 16 h à 18 h. Le club sera au forum des associations dimanche 7 septembre. Les compétiteurs seront récompensés pour leur parcours sportif de la dernière saison.

29.08.2014

Le salut des anonymes et de la France à Christian Bourquin

Des milliers de personnes sont attendues ce matin à Millas où se tiennent les obsèques du président de la région. Tout un peuple, et même des ministres, pour un dernier adieu.

millas, christian bourquinA Millas, les citoyens ont défilé dans la chapelle ardente pour dire leur tristesse.

Aux côtés du premier ministre Manuel Valls, ils devraient être plusieurs milliers d’anonymes ce matin sur la promenade des platanes de Millas pour assister aux obsèques civiles de Christian Bourquin.

Depuis deux jours, nombreux sont les Perpignanais qui sont venus rendre un dernier hommage « à leur président ». Que ce soit à la Maison de la Région ou dans la salle Guy Mallet du Conseil général, ils témoignent en quelques lignes leurs émotions au travers des registres de condoléances installés dans les deux lieux.

A la lecture des mots chaleureux couchés sur le papier et où le tutoiement est le plus souvent de vigueur, s’étale la relation particulière, remplie de camaraderie et de proximité, qu’entretenait Christian Bourquin avec les Catalans. « Des hommes de ta stature et de ton courage sont de plus en plus rares », « Merci pour ce que tu as fait », « Adieu Camarade » peut-on lire dans ces derniers témoignages en signe d’adieu.

« La Catalogne a perdu un fils »

Présente hier au conseil général, Jeanine est venue tout naturellement à Perpignan pour laisser cette trace écrite. Les yeux rougis par l’émotion, elle ne cache pas sa tristesse. « Je ne vous dirai pas ce que j’ai écrit mais c’était un grand Catalan. Je l’ai connu petit garçon et j’ai eu la chance de le revoir quelques années plus tard. C’était un homme proche des gens, toujours à l’écoute et qui a surtout fait beaucoup pour son département. Malgré la maladie, il était capable de grandes choses et aujourd’hui, la Catalogne a perdu un fils ».

Camarade de route, Georges nous parle « d’un grand homme. Avec lui, les socialistes ont trouvé un leader naturel qui ne doit sa carrière politique qu’à son esprit battant. Quatre jours avant que la maladie le terrasse, il continuait à se battre sur les dossiers qui lui tenaient à cœur. C’est dire la force de cet homme. On le regrettera longtemps ».

Marc, salarié du conseil général se souvient lui aussi d’un homme à l’écoute « des employés des collectivités qu’il dirigeait que ce soit à la mairie de Millas, au conseil général ou à la Région. Il y avait
certes l’animal politique qui a fait tant pour notre département, mais il y avait aussi l’homme profondément respectueux de ses agents. Qu’il repose en paix car nous continuerons, là où nous sommes, à faire chanter l’accent catalan de la République française, que ce soit en plaine ou au sommet du Canigou ». Julien Marion

millas, christian bourquinA Perpignan ou à Millas, les marques d’affection se sont multipliées hier.
millas, christian bourquin Des gerbes de fleurs envoyées de tout le Languedoc-Roussillon et même de Provence. Photos Nicolas Parent.