07.07.2014

Jean-Luc Février, un artiste atypique à la Maison du Parc

millas,jean-luc février,exposition,miro,mathieu,tapiesCet ancien architecte qui avait rencontré Joan Miro s’est passionné pour la peinture. À découvrir.

Jusqu’au 19 juillet, Jean-Luc Février expose ses tableaux à la Maison du parc, lieu qui a pris une dimension culturelle dépassant largement le cadre de la commune. Cet ancien architecte s’est posé à Prades en 2004 pour mieux assouvir sa passion de la peinture. Un travail qui interpelle et s’explique par le parcours de Jean-Luc Février : « Je suis parti de l’abstraction lyrique de Georges Mathieu et j’ai rencontré Joan Miro ». Une rencontre qui a visiblement marqué l’artiste. Maniant avec gourmandise la palette et le pinceau, le peintre reconnaît puiser son inspiration chez Miro, Mathieu et Tapies. Heureux aussi le public qui s’est pressé nombreux au vernissage, pris dans l’émotion musicale de l’accordéoniste Jean-Paul Sire et du violoncelliste Paul Augé.

Une exposition pour découvrir le talent de Jean-Luc Février, artiste atypique.

A voir du mercredi au samedi, de 15 h 30 à 19 h 15.

06.07.2014

Centenaire de la Grande Guerre

La ville, la Charte du canton et le syndicat d’initiative, à l’occasion du centenaire du début de la Grande Guerre, proposent de commémorer cette période de l’histoire, en organisant une exposition à partir du 11 novembre prochain.

Toute la population est concernée et porteuse de mémoires familiales qu’il s’agit de partager. Pour cela, dès à présent, vous pourrez proposer le prêt de documents (cartes postales, lettres, articles de journaux…) ou d’objets qui agrémenteront cette exposition. Rendez-vous au syndicat d’initiative, Séverine et Claire prendront soin de copier immédiatement vos documents et vous feront remplir une fiche de prêt.

Tél.04 68 57 16 68.

05.07.2014

Du côté de Força Real

Assemblée générale Vivre et Sourire. L’assemblée générale de l’association Vivre et Sourire, aura lieu le mardi 8 juillet, à 18h30, à la mairie.

Conseil municipal. Le conseil municipal se réunira le lundi 7 juillet, à 20h, en mairie.

04.07.2014

Incendie dans un appartement

millas,incendieMILLAS. Les sapeurs-pompiers ont été appelés à intervenir hier vers 13 h 30 pour un incendie qui venait de se déclarer dans un appartement situé sur la commune de Millas. Les secours ont été immédiatement dépêchés sur zone et ont réussi à éteindre rapidement le sinistre qui a toutefois endommagé le logement. Aucun blessé n’est à déplorer. Le couple occupant les lieux a été recueilli par de la famille. La. M.

02.07.2014

Un ado de 16 ans arrêté à scooter avec le butin de son cambriolage

millas, gendarmerie, contrôle, cambriolageMILLAS. Lors d’une opération anti délinquance menée sur la circonscription de Millas, les gendarmes de la brigade territoriale ont procédé récemment à des contrôles, des vérifications d’identité et des fouilles dans des coffres de véhicules sur réquisitions du procureur de la République. 

Sur les lieux, les militaires ont intercepté un scooter à bord duquel circulaient deux personnes et dont le passager était en possession d’un sac contenant une tablette tactile et deux appareils photo. L’intéressé a montré quelques réticences lors des vérifications mais les recoupements ont vite montré que ces objets provenaient d’un cambriolage commis la veille à Thuir.

Le suspect, âgé de 16 ans et domicilié à Thuir, a finalement été interpellé et placé en garde à vue. Il a été laissé libre à l’issue de son audition mais sera convoqué ultérieurement devant le juge des enfants en vue d’une mise en examen.

Entre-temps, l’enquête a par ailleurs permis d’identifier son complice pour le cambriolage, qui n’était autre que le conducteur du scooter. Celui-ci, âgé de 24 ans et résidant à Perpignan, a également été arrêté. Il devra répondre de ses actes le 7 janvier devant le tribunal correctionnel de Perpignan. Sachant que des perquisitions ont été effectuées à son domicile et ont permis de retrouver la totalité du butin dérobé dans la résidence, excepté les bijoux et les montres. Les mis en cause n’ont pas fourni plus d’explications sur leur destination. Le matériel multimédia et autre divers outillages ont été restitués à leur propriétaire. La. M.

29.06.2014

Au col de la Bataille brille la flamme de la résistance

L’association des Amis du Maquis Henri Barbusse a honoré hier la mémoire des maquisards qui ont sauvé les habitants de Valmanya.

millas, adrien vidal, maquis henri barbusse, valmanya, col de la bataille

Adrien Vidal est l’un des derniers résistants vivants du maquis Henri Barbusse. Photo Harry Jordan

" Valmanya n’est pas un village martyr, c’est un village couvert de gloire. Julien Panchot n’est pas une victime, mais un héros de guerre ». Soixante-dix ans après, le résistant Adrien Vidal n’a pas perdu de sa fougue. Celle qui lui a permis de refuser en 1943 de partir en Allemagne pour le service du travail obligatoire, celle qui le jeta aux côtés du capitaine Julien Panchot dans le maquis des Francs-tireurs et Partisans (FTP) Henri Barbusse. A l’initiative des Amis du maquis Henri Barbusse, un hommage a été rendu hier, comme chaque année au début de l’été, à ces glorieux combattants devant la stèle érigée en leur honneur au col de la Bataille, entre Estagel et Millas.

Adrien Vidal alias “Jéhovah”

C’est à deux pas de là que le maquis du FTP voit le jour à la fin de l’année 43. « C’est le seul maquis, sans militaires de carrière en son sein, qui s’est constitué dans le département et qui a connu des faits d’armes. Il était composé de patriotes évadés, de résistants traqués mais surtout de réfractaires du STO recrutés à Estagel, Rasiguères, Millas, Thuir ou Saint-Paul-de-Fenouillet », avoue le militant communiste Adrien Vidal,
“Jéhovah” de son nom de résistant. Dominant la vallée de la Têt et ravitaillé par les populations environnantes et les parachutages anglais (« On s’alimentait aussi grâce aux vaches des pâturages voisins »), le groupe sera repéré le 6 mars 1944 par les forces allemandes. « L’ennemi concentre alors ses forces à partir du col de la Bataille. Il nous encercle et nous déloge. On est alors obligé de regrouper nos forces sur les flancs du Canigou. Mais en quelques semaines, le maquis récupère de nouvelles recrues et le commandement est confié aux frères Panchot qui affirment leur expérience acquise dans les Brigades Internationales ».

Le coup de Prades

Malgré le harcèlement sur terre et dans les airs de l’armée allemande, le groupe tient ses positions. Il occupera même durant toute une matinée la ville de Prades lors d’une opération punitive contre la Gestapo, pour venger la mort du jeune franc-tireur Roquefort de Millas et l’emprisonnement de Louis Lamolle d’Estagel, au volant d’une voiture chargée de pains pour le ravitaillement du maquis. « A Prades, on y a récupéré trois tonnes de tabac. C’était une denrée très prisée comme monnaie d’échange au marché noir », s’enorgueillit Adrien Vidal, instructeur dans le maquis.

Les habitants de Valmanya sauvés

Face à cette infamie pour les troupes allemandes, la barbarie nazie n’a que la revanche en tête et veut donner l’exemple aux soixante-dix habitants de Valmanya, comme ils l’ont fait quelques semaines plus tôt à Oradour-sur-Glane en massacrant la population. « Vu les caractéristiques de la route qui conduisait à Valmanya, nous avons empêché leur progression pendant une heure en détruisant les premiers véhicules. Cela a permis à la majeure partie des habitants du village de fuir sous la protection d’un groupe que nous avions mis en place ».

“ Seules ” cinq personnes n’ayant pas souhaité quitter le village seront exécutées par les Allemands, alors que les maisons et les bâtisses des anciennes mines de fer seront entièrement détruites à coup de grenades incendiaires. Alors que les résistants décrochent sur le versant de Valmanya, le chef Julien Panchot est blessé au pied et ne peut plus fuir devant la progression ennemie. Capturé et torturé, il est exécuté le 2 août 1944 devant un mur à la Pinouse. La perte est immense pour le maquis mais le nombre de victimes chez les maquisards est minime. Surtout, les villageois sont sauvés. A la libération, les deux compagnies constituant le maquis Henri Barbusse seront les seules à être reconnues “unité combattante” de la résistance armée dans les Pyrénées-Orientales, et Valmanya demeurera à jamais le nom de leur plus belle victoire.

Adrien Vidal, malgré ses 90 ans, confirme qu’il sera, jusqu’à son dernier souffle, le « témoin fidèle de la mémoire des camarades et de l’esprit de résistance qui flotte dans ces collines tout autour du col de la Bataille ». Julien Marion

25.06.2014

Le duo Aginor-Alonso à l’US Millas

Après cinq ans passés à Pia, le duo Michel Aginor (48 ans) et José Alonso a décidé de se relancer à Millas en Honneur, après la mise en sommeil du club salanquais. Ils remplaceront Fabien Conilh et Sébastien Lopez. « C’est un nouveau challenge. Le club veut retrouver de l’ambition et pourquoi pas remporter un titre », explique Michel Aginor qui pourrait compter sur l’arrivée de quelques éléments de Pia XV comme Pompa, Combes et Taofifenua. Raynal et Domingo pourraient également suivre. A.H.