14.11.2014

Concert de soutien à l’Ecole de musique

millas, école de musique, concert, Cali, gérard Jacquet, philippe Anglade

Samedi 15 novembre à partir de 18 h 30, le centre socioculturel accueillera un grand concert de soutien à l’École de musique. 

Ce concert organisé par l’association qui gère l’école verra donc se succéder sur scène de nouveaux groupes issus pour certains de l’atelier de musique actuelle de Millas mais aussi de l’Atelier métal animé par Joël Ferrer. Ensuite, Dream Like Confusion, The Dougg, You Hertz se produiront ainsi que des groupes et artistes plus confirmés comme Escalivada Boys et Gino Torralba.

A cette occasion se reformera exceptionnellement le groupe catalan de rock progressif des années 80 «Ample Temple» (Gérard Jacquet et Compagnie). Cali parraine cette soirée et Philippe Anglade de France Bleu Roussillon en assurera la présentation.

► Restauration sur place. Entrée : 5 euros.

10.11.2014

Ils s’appelaient Charles, Emile, Joseph, Eugène, Alfred

Du 11 au 22 novembre, Millas rend hommage à ses Poilus en leur consacrant une belle exposition.

millas, exposition, poilus millassoisOn en saura plus sur les Poilus millassois.

Demain sera inaugurée l’exposition « La Grande Guerre des Millassois ». Ainsi, juste après l’hommage qui leur sera rendu au monument aux Morts, les Poilus millassois vont être mis à l’honneur au travers de photos, lettres, document ou objets conservés et transmis précieusement, au fil des générations, par leurs familles. Des témoignages qui nous parviennent, cent ans après, chargés d’une émotion intacte. On peut ainsi ressentir comme cela pouvait être dur là-bas, sur le front, comme il y faisait froid… Et combien le pays, la famille et les amis leur manquaient. Souvent leurs lettres, écrites sur le front, dans les tranchées, commencent par un « Je vais bien pour l’instant… » lourd d’un sens qui, maintenant, nous fait frémir.

Ils étaient jeunes et ils sont partis à la guerre « la fleur au fusil », forts de leurs illusions… Nous ne les oublierons jamais. Un grand merci à tous ceux qui ont accepté de se séparer, le temps de l’exposition, de leurs souvenirs familiaux qui ont une inestimable valeur sentimentale !

Exposition visible du 11 au 22 novembre à la Maison du Parc, le mardi de 10h à 12 h et de 14h à 17h; du mercredi au samedi de 14 h à 17 h. Entrée libre.

09.11.2014

Commémoration du 11-Novembre

Rassemblement place de l’hôtel de ville à 10 h 30. Dépôt de gerbe au monument aux Morts. Inauguration de l’exposition « La Grande Guerre des Millassois » à la Maison du Parc. Remise des cartes d’identités aux enfants nés en 2005 à la Halle des Sports. Un apéritif sera servi.

07.11.2014

Exercice de confinement: les enfants sont bien en sécurité

Une simulation de crise a impliqué hier les établissements scolaires du département. On a testé les consignes et gestes de sécurité en cas de présence d’un nuage toxique dans les environs des écoles. Exemple à Millas.

millas, école► Les enfants ont été confinés dans des salles dont les aérations étaient calfeutrées pour empêcher le gaz toxique de pénétrer. Des jeux ont dédramatisé la situation.

Soixante-dix-huit établissements scolaires du département étaient hier en alerte. Il s’agissait d’un exercice de grande ampleur destiné à tester les procédures de prévention en cas de risque majeur. Celui qui était imaginé ce jeudi en temps réel simulait un accident de camion transportant des matières dangereuses. On imaginait qu’un gaz toxique se dirigeait alors vers ces écoles, collèges et lycées. Il était donc nécessaire de confiner les élèves dans des salles sécurisées. Le tout si possible sans panique et dans la plus grande sérénité. 

« Nous effectuons annuellement un exercice d’évacuation des locaux comme s’il s’agissait d’un départ de feu, explique Germain Fraguas le directeur de l’école maternelle de Millas concernée par cet exercice. Ce qui nous est proposé aujourd’hui est d’un autre domaine, bien plus complexe que simplement regrouper les enfants dans la cour. Nous devons en quelques minutes diriger les 150 élèves de notre école dans des salles prévues à cet effet, confiner les bouches d’aération, les fenêtres et les portes et tout mettre en sécurité en attendant la fin de l’alerte ».

 Corne de brune et rouleaux de scotch

9 h 15, celle-ci est déclenchée. Avec une corne de brume le directeur prévient ses collègues qui sont en classe. Immédiatement et dans le plus grand calme, les enfants sont regroupés dans la salle de motricité et dans une autre salle de classe dédiée. Pour les bambins c’est un nouveau jeu, il est vrai qu’ils n’ont que 4 à 5 ans.
On s’installe tranquillement alors que les maîtresses et les Atsem (agents spécialisés des écoles maternelles) calfeutrent les aérations avec du scotch large. En même temps les responsables comptent les enfants, les rassurent si besoin et vérifient que tout se passe pour le mieux. « Dans ces salles par exemple nous n’avons pas de toilettes, confie encore le directeur, il faut y prévoir des seaux en cas de besoin, comme il est nécessaire de disposer de talkie-walkie pour communiquer entre les différentes classes isolées les unes des autres. Il faut aussi rester constamment près du téléphone et de la radiopour attendre les consignes ». C’est en effet la radio, France bleu Roussillon en l’occurrence, qui donnerait les consignes en cas d’accident réel. Hier une émission test était enregistrée et diffusée. Le directeur suivait alors l’évolution de l’accident fictif minute par minute pour connaître la situation à l’extérieur de l’école calfeutrée. « Nous devons aussi gérer les appels téléphoniques de parents affolés, poursuit le directeur, nous devons rendre compte aux élus à la mairie qui sont eux aussi en alerte, et l’inspection académique qui suit l’opération en direct ». Pour plus de réalisme, hier des appels figurant des parents et des personnes extérieures étaient reçus par le directeur qui devait y répondre comme pour de vrai.

 Les élus rassurés eux aussi

Pendant ce temps-là les enfants jouent, dessinent, chantent sous la direction de leurs maîtresses sans se douter que dehors un gaz se diffuse dans les environs. « Cet exercice, poursuit Germain Fraguas, doit se poursuivre sur une certaine durée, il est nécessaire de voir comment la situation évolue après plusieurs dizaines de minutes de confinement »

C’est à 10 h30 que finalement l’exercice prend fin. On aère les locaux, qui ont en bien besoin, on reconduit les enfants dans les classes et la récréation va bientôt détendre tout le monde. Place alors au débriefing pour lister ce qui a bien fonctionné et ce qui pourrait être amélioré. Dans l’ensemble tout ici c’est bien passé, les élus présents sur place pour comprendre au plus près les contraintes des écoles dans la gestion d’une crise majeure sont eux aussi rassurés. Tout est prêt pour faire face si besoin à une situation exceptionnelle. Denis Dupont

A chaque type de crise ses gestes précis

Les établissements scolaires possèdent tous des plans de prévention et de mise en sûreté (PPMS) avec des “fiches action” qui énumèrent les conduites à tenir en cas de crise. Pour un départ de feu, un séisme, une inondation, une émanation de gaz toxique ou des vents violents, les gestes et les actions d’urgence sont différents. L’exercice global de ce jeudi était unique dans l’académie de Montpellier, il a concerné 53 écoles primaires et maternelles, 21 collèges, et 4 lycées. A la préfecture, une cellule de crise départementale était également mise en place, dans les mairies les élus étaient également impliqués. Cette organisation avait pour but d’améliorer la réactivité des personnes en les entraînant aux gestes adaptés aux différentes circonstances. Cet exercice sera renouvelé chaque année avec un scénario différent. « Ce qu’il est nécessaire de rappeler, insistent encore les responsables de la Sécurité civile, c’est qu’en cas d’événement réel, les parents d’élèves ne doivent pas venir chercher leurs enfants à l’école, ils y sont en sécurité. Il est par contre nécessaire pour eux de se mettre aussi en sécurité et suivre les consignes des autorités qui seront diffusées à la radio ».

05.11.2014

Le talent n’a pas d’âge surtout pour les gourmets

Après le succès remporté par la « journée cuisine » en 2013, les petits chefs ont remis la main à la pâte.

millas, école maternelle, journée cuisine, gourmetsmillas, école maternelle, journée cuisine, gourmets► Quel plaisir pour les enfants de mettre la main à la pâte, puis de déguster.

Quel régal de confectionner gâteaux, flans, pizzas et autres tartes. Un moment bien agréable qui s’est déroulé avec parents et grands-parents, apportant tout au long de la matinée, une touche de savoir-faire saupoudrée du plaisir de transmettre. Une brigade de cuisine avec des commis de qualité qui se sont particulièrement appliqués. Les petits cuistots en ont profité pour mettre en éveil tous leurs sens, allant de l’observation à la manipulation sans oublier de développer l’odorat et le goût. Si l’on ajoute à cela l’acquisition de vocabulaire et l’apprentissage du travail en groupe, on ne peut qu’être satisfait d’une journée aussi riche et joyeuse. Préparer c’est bien, mais goûter c’est mieux… Et c’est avec grand plaisir qu’en milieu d’après-midi, les enfants ont troqué leur toque de chef contre la casquette de critique gastronomique, en partageant un goûter collectif dans la cour de l’école.

Au vu de l’enthousiasme général, nul doute qu’après la première étoile décernée l’an dernier, les chefs en devenir obtiendront la deuxième incessamment sous peu !

04.11.2014

Médiathèques communautaires

Les médiathèques de Roussillon Conflent proposent des animations gratuites.

● Ille-sur-Têt. En novembre : tous les mardis de 17 h30 à 19 h « Bavardons à la médiathèque (Xerrem a la mediateca) » ateliers de conversation en catalan ; tous les vendredis de 10 h 30 à 12 h 30, cours d’informatique sur inscription, thème au choix ; mercredi 12 novembre, de 16 h 30 à 17 h, Ciné Bambins, à partir de 3 ans. Rens. au 04 68 80 17 50.

Millas. Demain et mercredi 12 novembre de 14 h15 à 16 h15, atelier Manga, BD, Comics avec Benjamin Raynal, dès 12 ans ; vendredi 7 novembre de 14 h 30 à 17 h 30, atelier d’initiation au scrapbooking et carterie, à partir de 14 ans. Des rendez-vous sur inscription. Rens. au 04 68 57 81 97.

Néfiach. Vendredi 7 novembre à 20 h 30, concert de Piérick, une plume fine et précise au service d’un humour noir et provocateur, parfois cynique mais toujours subtil, le tout joyeusement mis en musique.

Corbère. Vendredi 14 novembre à 20h, salle polyvalente, Ciné Corbère. Réseau des médiathèques au 04 68 57 92 90.

27.10.2014

La Légion d’honneur remise à Martine Badmington

C’est pour sa carrière dans l’Éducation nationale que la principale du collège a été honorée.

millas, légion dhonneur, martine badmington, christian philipMartine Badmington et son parrain Christian Philip.

Sur proposition de Christian Philip, ancien recteur de l’académie de Montpellier, de 2009 à 2013, au ministre de l’Éducation nationale pour services rendus à l’école et à la République pendant 43 ans, dont 23 de direction de collèges dans trois académies, six postes, (1990-2013) Rouen, Aix-Marseille et Montpellier, de 2009 à 2013, le décret du 18 avril 2014 a nommé Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur, Martine Badmington, née Dubos, le 21 mai 1951, à Evreux dans l’Eure (Normandie), institutrice, PEGC puis personnel de direction.

Christian Philip choisi pour parrain, par la récipiendaire, a remis dernièrement la récompense à Martine Badmington, principale de collège honoraire depuis septembre 2013, domiciliée dans la commune depuis février 2010, précédemment décorée Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques depuis 2009, dans l’académie d’Aix-Marseille. La cérémonie a eu lieu à la mairie de Millas, accueillis par Damienne Beffara, maire, en présence de Michel Rouquette, inspecteur académique, M. Pares, maire de Pia, doyen des maires et ami de la famille, le lieutenant-colonel Gérard Blanc, de la Société des membres de la Légion d’honneur des P.-O., portant le drapeau du 1er Ordre national.

■  Eloges

Après les nombreux discours, le recteur M. Philip, accrochait l’insigne après un bel éloge, rappelant les origines paysannes modestes, l’envie très jeune d’aller à l’école, des convictions et investissements divers (14 ans maire adjointe en Normandie), les relations internationales dans les comités de jumelage avec l’Angleterre et l’Allemagne, et la réussite dans des postes difficiles de direction avec la considération de tous, hiérarchie, personnels, parents.

La réception fut suivie d’un vin d’honneur et d’un buffet, offerts conjointement par la municipalité et la récipiendaire ou plus de 80 invités, voisins, amis, élus, enseignants, commerçants se sont retrouvés dans le parc de la maison du parc.