29.10.2013

Oléiculture : du retard mais de la qualité

millas, huile d'olive, moulin St-Pierre, Monique et Joseph PlanesLe Moulin St-Pierre va récolter 200 tonnes qui donneront 20 000 litres d'huile.

Cette année, il en va des olives comme il en fut du raisin. Mais si les premières récoltes ont été tardives, les oléiculteurs captent une clientèle de plus en plus attirée par ce produit.

A l’instar de la vendange 2013, la récolte d’olives accuse un retard de 10 à 15 jours. Ce qui n’aura aucune incidence sur la qualité de cette production, comme l’expliquent Monique et Joseph Planes, oléiculteurs au Mas Saint-Pierre à Millas : « La production est belle et la météo de ces derniers temps nous est favorable. Il faut seulement faire preuve d’un peu de patience pour récolter les 200 tonnes d’olives qui nous permettront d’élaborer environ 20 000 litres d’huile. » Une huile qui semble séduire de plus en plus d’amateurs. Toujours selon ces « oliverons » reconvertis dans l’oléiculture, en 2003, après avoir été, pendant de nombreuses années, producteurs de pêches et de nectarines : « la variété « arbequine » est douce. Elle a su séduire un public quelquefois hésitant. Nous pensons notamment aux gens du Nord, aux Alsaciens et aux Bretons, qui sont de plus en plus nombreux à se servir chez nous. Nous notons également une augmentation sensible des achats chez les jeunes".

C’est du jus de fruit d’olive

Avec une récolte en production biologique, qui devrait durer environ trois semaines à raison d’une tonne et demie à l’heure, le Mas Saint-Pierre stocke l’huile dans des cuves àù il laisse décanter un mois avant filtrage et mise en bouteille dans les contenants qui vont de 100 ml à 2,5 l. une production qui trouve preneur en vente directe, sur place ou à Collioure, mais également à l’export et par internet. Et un prix de vente qui avoisine 18 euros le litre, largement justifié selon Joseph Planes : « Nous produisons en quelque sorte du jus de fruit d’olive. Sachant que rien n’est rajouté et qu’il faut 10 kg d’olives pour faire un litre d’huile, 18 euros, c’est le prix de trois paquets de cigarettes. En terme de santé, inutile, bien sûr, de rajouter le moindre commentaire. Quant au goût, et bien disons que notre huile est référencée chez le maître chocolatier Olivier Bajard. Là encore, nous n’en dirons pas plus ». Jean-Paul Pelras

18.06.2013

Confrérie des chevaliers du goûte boudin Pascal et Théo Laffitte médaillés

millas, pascal laffitte, théo laffite, confrérie des compagnons du gôut, médaille dérgent, chevaliers du goûte-boudin. boudin traditionnel, second apprentiPascal Laffitte, le très réputé boucher-charcutier de l'avenue Jaurès, collectionne les titres et les diplômes. Sa spécialité ? Le boudin noir élaboré selon une recette immuable – sang de porc additionné de gras et d’oignons - avec une palette d'assaisonnements dont il conserve jalousement le secret, on le comprend. Pas de colorants ni additifs, du porc du Languedoc uniquement. Tout au plus, il confesse y adjoindre un tour de main spécifique.

Tombé très jeune dans la marmite, il totalise un nombre d'heures hebdomadaires impressionnant, comme tous les artisans. « Pour me maintenir au meilleur niveau, je me place tous les jours en situation de concours, question de principe, par respect pour mes clients ». Une exigence de qualité qui satisfait les palais des gourmets.

Notre homme est un habitué des concours, d'ailleurs, comme en témoignent les multiples diplômes qui tapissent les murs du magasin, sacré par la confrérie des Compagnons du goût, sélectionné parmi les meilleurs artisans de France. Le dernier en date lui a été décerné par la confrérie des chevaliers du goûte boudin, une médaille d'argent, en catégorie « Boudin Traditionnel ». Cela fait maintenant trois générations qu'on est boucher charcutier chez les Laffite. Et la relève se prépare avec son fils Théo qui a obtenu le titre de Second Apprenti pour sa fabrication « Boudin Traditionnel ».

12.06.2013

Du nouveau dans le commerce

millas, bazar, magali llobèresA Millas, il manquait un bazar, comme en Espagne, où l'on trouve de tout, des vêtements aux chaussures, des produits d'entretiens aux gadgets... C'est maintenant chose faîte depuis le 1er juin à l'Espace Mitterand (anciennement cabinet médecins). Magali Llobères vous accueillera tous les jours de la semaine, y compris le dimanche sauf le mardi de 9 h à 12 h  et de 16 h à 19 h 30.

20.05.2013

La pêche au féminin

La fédération amis en place un programme d'initiation à la pêche et à la découverte de l'environnement, destiné aux futurs pêcheurs.

millas, fédération de pêche, casa de la pesca, ségolène neuville, damienne beffara, casa de la pescaDémonstration de pêche à la truite pour les dames. PHOTO/© D.R

Ce programme s'accompagne de diverses manifestations destinées à promouvoir de manière festive ce loisir masculin et de renouveler l'image de la pêche, encore trop désuète et qui traîne une image quelque peu démodée. Donc, dernièrement, seul le public féminin était invité à la pratique de la pêche autour des plans d'eau. Une occasion d'abord de conforter la carte promotionnelle "découverte femme" qui bénéficie de la réciprocité gratuite dans 73 départements adhérents au club Halieutique ou à l'entente Halieutique du Grand Ouest.

A l'honneur

Mais aussi la volonté de satisfaire un public qui représente 10 % des effectifs de la Fédération de pêche des P.-O. Les femmes, méritaient donc largement d'être mises à honneur. La journée s'est déroulée autour de trois ateliers animés par des moniteurs bénévoles venus des quatre coins du département et des salariés de la Fédération. Vingt-trois femmes étaient au rendez-vous et ont testé les différentes techniques de pêche proposées : pêche à la truite aux appâts naturels, pêche à la mouche et pêche aux leurres artificiels. Mmes Ségolène Neuville députée et Damienne Beffara, maire de la commune étaient présentes. Comme presque toutes les participantes elles ont eu le plaisir de prendre une ou plusieurs truites, de découvrir le loisir pêche et surtout un état d'esprit. A midi l'ensemble des participants s'est retrouvé dans les locaux de la Maison de la Pêche et de la Nature, autour d'une succulente paëlla cuite au feu de bois. L'accueil, la cuisine, le service et le rangement ont été assurés par les hommes. Toutes les participantes ont reçu un tee-shirt, un diplôme de pêche et une tombola récompensant cinq dames a terminé l'après-midi. Une journée de détente et de bonne humeur qui en appelle d'autres. Le rendez-vous est pris pour l'année prochaine.

15.05.2013

Double récompense pour le moulin à huile "La Catalane"

millas, la catalane, oivière fruité mûr, draguigna, brignoles, esprit de garrigueLe directeur a reçu les distinctions pour son huile.

Le moulin a huile «  La Catalane » a obtenu unr médaille d'Argent pour son huile « Olivière – fruité mûr », au concours national des huiles d'olives de Draguignan dernièrement. Dans la foulée, au concours International de Brignoles, "La Catalane" obtient la médaille de Bronze pour son huile « Esprit de Garrigue » fruité mûr. Ces distinctions honorent les oléiculteurs qui apportent la matière première : les olives ; ainsi que le Moulin à huile départemental et son personnel pour leur savoir faire. En espérant que d’autres récompenses viendront se rajouter à celles-ci afin d’encourager la nouvelle équipe du conseil d’administration qui ne ménage pas son temps. Ces huiles sont  le résultat d’une sélection rigoureuse lors des apports des fruits au moulin.

13.05.2013

La "Casa de la Pesca" a son emblème

Le "Pêcheur", oeuvre d'une équipe de ferroniers, trône désormais devant la maison de la pêche. Une sculpture déjà très admirée.

millas, ferronnerie catalane, le pêcheur, casa de la PescaDu savoir-faire et de savants calculs ont permis à l'œuvre de prendre corps. PHOTO/© D.R

C'est donc grâce à l'association de Ferronnerie catalane que plusieurs compagnons ont forgé et œuvré simultanément pour assembler cette sculpture, le "Pêcheur", faisant honneur à la Fédération des Pyrénées-Orientales pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Les ferronniers d'art ont fait montre, une fois de plus, de tout leur savoir. Une œuvre que le public peut découvrir en passant devant la "Casa de la Pesca" (maison de la pêche) et qui lors de son assemblage a créé un peu plus l'événement. Sous les yeux ébahis d'un public, toujours plus nombreux, les ferroniers ont réalisé cette magnifique sculpture durant deux jours. Le "Pêcheur" a été forgé en public sur les berges du lac et mise en place à la "Casa de la Pesca". Une fois de plus, les ferronniers, qui pour la plupart sont membres de l'association de Ferronnerie catalane, ont assuré le spectacle. Loin d'être "marteaux", ces passionnés ont travaillé la sculpture au bord du lac communal. Puis dimanche dernier, les forgerons de l'association retournaient au travail pour installer solidement et fixement le "Pêcheur" qui trône désormais au pied de la "Casa Pesca" (voir notre encadré). Par leur gentillesse et leur savoir-faire, ils ont largement contribué à faire connaître l'art de la forge, au public venu en nombre et éblouis par la beauté de leur création.

Autour du fer et du massif du Canigou

millas, casa de la pesca, le pêcheur, rené patau, fédération des pyrénées orientales pour la pêche et le mieu aquatique, canigou"Cette sculpture de 3 m de haut contemplera le Canigou, observera le temps et par sa qualité artistique contribuera à renforcer le portrait du pêcheur", soulignait par ces mots René Patau, président de la Fédération des Pyrénées-Orientales pour la pêche et la protection du milieu aquatique lors du discours inaugural. Il faut reconnaître que la sculpture, érigée au pied de la maison de la pêche et de la nature, la "Casa de la Pesca", est à la fois un élément d'une signalétique forte du loisir et de la pêche, mais aussi une œuvre témoignant de l'attachement des pêcheurs catalans au monde rural, à la montagne et aux pratiques comme la pêche et la chasse. Et c'est bien le mythique Canigou et le fer issu de son massif qui ont inspiré ce projet de sculpture où le pêcheur catalan est indissociable de la nature et de la montagne. "Posée sur une rivière, portée par les trois vallées qui traversent le département d'ouest en est, la sculpture rappelle que nos montagnes sont le domaine des eaux vives, des truites, que la diversité de nos cours d'eau fait la richesse du département et le bonheur des pêcheurs", précisait René Patau.