11.05.2013

Les Canaillous, ambassadeurs catalans, au festival des bandas de Condom

millas,les canaillous,festival de bandas,condom.La Banda catalane « les Canaillous » se prépare à cet événement. Dans les prochaines heures, la place Saint-Pierre va débuter sa mue annuelle afin de permettre la tenue de ce festival.  La grande scène de la place Saint-Pierre va venir trôner dans les prochaines heures. Cette même scène qu’enflammera Cali, le show-man perpignanais, le vendredi soir. Un artiste rock, un artiste surprenant, un artiste fou sur scène pour lancer cet anniversaire. Côté bandas, aussi, des nouveautés. À peine une dizaine de bandas en compétition pour cette 41e édition dont les célèbres « Canaillous » de Millas. Nombreuses viendront déambuler sur le macadam condomois en hors-concours. Une banda célèbre, palmée à de nombreuses reprises, Les Canaillous, représentera le pays Catalan et aussi la région Languedoc-Roussillon, étant la seule à y participer. Certaines bandas monteront à 100 sur scène, pendant deux heures, le samedi après-midi pour un moment d'anthologie. Ce grand moment se déroulera après le Paquito géant, autre moment phare du festival de Condom. Côté affluence, Condom espère faire aussi bien que l'année dernière. Franchir une fois encore les 25 000 spectateurs sur les 3 jours. En espérant que le temps soit de la partie pour faire de ce nouveau festival une grande réussite. Trois jours d'ivresse festive, trois jours de musique ponctués. Quoi qu'il en soit, Les Canaillous feront vibrer une fois encore leur Banda catalane ! Et c'est tant mieux ! Paroles de festayre…

10.05.2013

La pêche au féminin au bord de l'eau

La pêche à la ligne n'est pas réservée uniquement à la gent masculine. Les femmes ont toutes leur place et même peut-être la première. Du coup, la Casa de la Pesca avec des techniciens de la pêche, animateurs professionnels et bénévoles les convient à une journée gratuite dimanche (de 9 h à 16 h) avec cadeaux, prêt du matériel, sur présentation de la carte de pêche*. Au programme : démonstration pêche en float-tube par Nicolas Procacci (11 h-12 h), puis paëlla offerte (sur place s'il fait beau ou à la Casa de la Pesca en cas de mauvais temps) et à 13 h 30 reprise pêche. Le tout accommodé de diverses animations telles le lancer pêche appâts naturels en surface, démonstration pêche au coup, pêche des carnassiers aux leurres et pêche à la mouche. Démonstration float-tube et pêche de la carpe. Pour la pêche, tous les poissons seront remis à l'eau, reste que les truites pouvant être conservées dans des glacières. Trois ateliers pêche seront proposés : buldo avec pêche à la truite pêche à la mouche + montage & quatre "stands" (connaître la structure associative de la pêche et visiter la Casa de la Pesca + démonstrations pêche de la carpe + en float-tube + pêche au coup). *A défaut de carte de pêche, participation aux frais : 30 € pour achat carte découverte femme, valable jusqu'au 31 décembre 2013 ou 10 euros pour achat Pass-Pêche valable pour le 12 mai.

05.04.2013

El Patio : du XV au XIII

L'ancien "Drac", Julien Touxagas, vient de racheter à Eric Alin, ex de l'USAP, ce lieu emblématique.
millas, el patio, julien touxagas, marie touxagas, eric alin, restaurant
millas,el patio,julien touxagas,marie touxagas,eric alin,restaurantCi dessus en bas, la soirée inaugurale à la hauteur de la réputation d'El Patio : chaleureuse et très festive. En haut, le nouveau propriétaire Julien Touxagas, aux côtés de son épouse Marie qui est comptable et qui le seconde au resto.


Rares sont les supporters et les amateurs de bonne cuisine du terroir à ne pas connaître cette enseigne. El Patio de la Loge, situé au 3 rue de L'incendie, vient de changer de main, mais baigne plus que jamais dans l'ambiance 'Ovalie'.

3e mi-temps mémorables

En effet, Eric Alin, ex-pilier de l'USAP (il a joué à ce poste de 1989 à 2000), puis à l'Entente de la Têt est le créateur de ce lieu emblématique qui a connu des troisièmes mi-temps mémorables. Il vient de le vendre à Julien Touxagas, 29 ans. Ce dernier, natif de Palau-del-Vidre, a également joué au rugby, à XIII. Il y a encore deux ans en arrière il faisait partie - excusez du peu - des Dragons Catalans où il s'est illustré comme seconde ligne. Bref, c'est une affaire rondement menée entre gens de bonne compagnie !

Conservé dans son jus

 Le décor a été revu et modernisé. Ce très convivial restaurant-pizzeria, qui a officiellement ouvert ses portes il y a bientôt trois semaines, vous accueille désormais tous les jours, exceptés le dimanche et le lundi. Julien recommande toutefois de réserver une table pour être sûr d'avoir de la place, tant le site et l'enseigne sont courus. A noter que la seconde salle, en contrebas, décorée à l'image d'un vestiaire avec quelques maillots célèbres encadrés au mur vaut le détour !

Le fief du ballon ovale et de l'amitié

"Je suis conscient de reprendre un commerce qui est, depuis 1998, l'année de sa création, l'un des fiefs du ballon ovale et surtout de l'amitié !", lance le nouveau patron, un grand sourire aux lèvres. "Je sais aussi, pour l'avoir fréquenté du temps de mes années rugby, qu'El Patio est autant prisé des sportifs de tous poils que par les autres clients, pas forcément fans de sport. C'est ce qui fait son charme et son originalité. J'ai voulu poursuivre cette belle aventure aux côtés de mon chef cuisinier qui va préparer des plats de saison à base de produits frais, des desserts maison et ce fameux camembert au four initié par Eric : une 'tuerie' !".

"Il peut compter sur moi !"

Eric Alin, présence discrète au cours de l'entretien, l'avoue : "Pour l'instant je ne réalise pas trop... J'ai encore l'impression d'être aux commandes !". Puis, se tournant vers "Juju" : "Il sait très bien qu'il peut compter sur moi , à n'importe quel moment". Et l'inverse est sans doute vrai. C'est ça, l'esprit rugby(s) ! Tél. 04 68 35 11 49.millas,el patio,julien touxagas,marie touxagas,eric alin,restaurant 

01.04.2013

Le bien nommé Truitathlon est relancé

millas, truitathlon, rené dibal, préfet, jean bonnet, fédération de la pêcheJean Bonnet et son fils se souviendront de leur sortie.(Photo par © D.R)

La prise d'un poisson hybride inquiète autant qu'elle intéresse la Fédé qui y voit un bel outil de promotion.

"Il a tiré fort, ce cochon !". Et il s'y connaît en la matière Jean Bonnet, fier comme au jour de sa première prise. Pourtant, ce pêcheur émérite qui arpente depuis plus d'un demi-siècle les berges de la Têt en a ramené des poissons, des pleines bourriches ! Mais un tel spécimen, jamais ! "Il était coriace et j'ai pensé à un carnassier, peut-être un black bass...".

Après 51 minutes de lutte acharnée, la surprise ne fut que plus grande pour Jeannot. Œil vif, écaille luisante, la bestiole sortie de l'eau à l'épuisette n'avait rien de bien impressionnante. Sauf à y regarder de plus près. Car ce sont bien des oreilles agressives que ce poisson arborait. Et quand la ligne a cédé, c'est le groin enfoui dans la terre que la bestiole a été rattrapée. "On aurait dit qu'il voulait creuser un trou ! Comme s'il cherchait une truffe...".

Une anomalie génétique qui, l'émotion passée, surprend à peine Jean Bonnet : "On a bien trouvé du cochon à la place de la viande de cheval dans des lasagnes au bœuf, alors ça, pourquoi pas ? Vous savez, tout est possible. Avec ces inondations, il aura suffi que du maïs transgénique se soit retrouvé dans le fleuve et voilà le résultat..."

Alerté, le préfet René Dibal a aussitôt dépêché les autorités sanitaires pour effectuer une batterie de tests. Trop tard. Il n'en restait pas une arête. "Pardi, on l'avait mangé. Juste grillé pour faire ressortir le fumet. Un régal !". Le mystère reste donc entier et la Fédération de pêche, après une ouverture de saison perturbée par les inondations, entend bien se servir du 'monstre de la Têt' pour promouvoir la discipline : "Après l'ouverture de la pêche à la truite, l'attractivité de la pêche se prolonge sur la Têt, se réjouit René Patau. En fait le débit soutenu actuel du fleuve permet de diversifier l'offre de pêche, une aubaine pour ce pêcheur en barque".

Un président qui s'attend à voir les cartes de pêche (*) se multiplier comme des petits pains et songe plus que jamais à relancer le Truitathlon, une compétition qui n'a jamais aussi bien porté son nom. Carpe Diem !

(*) Inscriptions sur internet : cartedepêche.fr Mi-truite, mi-truie.

29.03.2013

Billes en tête

millas,billes julie,us millas,usap,marc billes,eric billesFace à Montpellier dimanche, les "sang et or" pourront compter sur le panache de Julie Billes. Dijon, vendredi 15 mars 2013. La deuxième période entre la France et l'Ecosse vient d'être engagée, et une certaine Julie Billes étonne et détonne dans la foulée par un essai d'une rare audace. Description : suite au coup de pied très haut de la Montpelliéraine et ancienne Usapiste Aurélie Bailon, l'ailière tricolore picore le cuir sur les têtes adverses, et se faufile autour d'une foret de jambes pour boucler sa course dans l'en but. Une concrétisation pleine de culot et de panache qui symbolise parfaitement l'état d'esprit qui habite la Millassoise. Parce qu'elle est comme ça Julie Billes… Jouant au rugby comme elle vit, toujours pied au plancher. Et ça ne date pas d'hier. Ça remonte même à loin, lorsqu'à cinq ans immergée dans la discipline autour de Marc, son père, ancien joueur de l'USM et Eric, actuel arrière des "rouge et noir", elle faisait tourner en bourrique tous les garçons dans la catégorie "premiers pas". Et le supplice allait durer. Jusqu'en minimes, comme seule fille isolée au beau milieu des mecs, avant de rallier les cadettes du feu USAT.

Plus proche du roseau que du Chêne

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts de la Canterrane. Et demain, l'aide soignante de la maison de retraite de Vinça qui fêtera ses vingt et un printemps, savoure sa troisième saison en Top 10. "Une année bizarre, souligne-t-elle. Une année qui a mal commencé avec une entorse du genou face à Lille, et à peine de retour j'enchaîne sur deux matches en club et avec l'équipe de France pour le Tournoi des VI Nations. Une malchance et enfin un vrai bonheur, un rêve de gosse qui s'est réalisé. Une sélection en équipe de France que j'avais comme objectif quand j'étais toute gamine…". Une récompense légitimée par de belles prestations en "sang et or", grâce à un travail colossal réalisé en amont lors des séances collectives, mais aussi individuelles sous les barres de fonte. Car si à ce jour encore son physique semble plus proche du roseau que du chêne, Julie Billes compense par une activité débordante, une nature incendiaire, insolente et téméraire. Même si elle confie qu'il lui reste du travail à faire pour progresser. "Sur ma technique, mon jeu au pied, ma vitesse, bref, sur tout…". Humilité, travail, remise en question, soit le trio indispensable vers un avenir gagnant. Et pas mal de rage aussi avant d'attaquer Montpellier dimanche à Roger-Ramis. "On a les moyens de l'emporter ! L'équipe est capable du meilleur comme du pire, mais on garde toujours comme ambition de remporter le titre. Ça commence par battre le MHRC !" Une perspective certes périlleuse mais pas impossible. Et l'USAP pourra compter sur la fougue et le talent de Julie Billes, pour s'y employer fermement. Julie Billes néo internationale de l'USAP.

27.03.2013

Terminus pour la "boîte à tonnerre"

Ancien wagon de la SNCF des années 1920, la "boîte à tonnerre" trouve aujourd'hui de nouvelles destinées. Au village, il fera bon dormir dans cette chambre d'hôte insolite.

millas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, garemillas, boite à tonnerre, céline rosse, pierre lamonlinairie, sncf, gare, chambre d'h$ote, hachimette, alsace, gareL'arrivée de ce convoi hors norme n'est pas passée inaperçue dans la commune. Délicatement la "boîte à tonnerre" a été déposée dans le jardin. Et les heureux propriétaires recevront avec plaisir leurs hôtes dans cet établissement d'un nouveau genre. PHOTO/© D.R

Ancien wagon de la SNCF des années 1920, la "boîte à tonnerre" trouve aujourd'hui de nouvelles destinées. Au village, il fera bon dormir dans cette chambre d'hôte insolite. La SNCF a reçu en 1945 au titre des dommages de guerre un important parc de voitures et fourgons à deux essieux allemands construits entre 1928 et 1930. Concentrées surtout dans l'est de la France, ces voitures assurèrent un trafic omnibus jusqu'en 1974. Elles ont un charme indéniable et sont surnommées "boîte à tonnerre" en raison de leur bruit de roulement caractéristique. Aujourd'hui, un de ces véhicules est dans la commune chez Pierre Lamolinairie et Céline Rosse qui ont racheté l'ancienne gare SNCF du village, une des plus vieilles gares du département datant de 1868.

Une nouvelle vie

Originaire de Cases-de-Pène, Céline était à la recherche d'une maison de caractère pour revenir dans la région avec son compagnon. Lors d'un repas au restaurant, elle aperçoit le panneau à vendre sur la façade de la gare. La chance faisant bien les choses et une personne s'étant désistée ce jour-là pour la visite, Céline visite les lieux. Ni une, ni deux, elle appelle son compagnon, ils ont tous les deux un coup de foudre pour le site. Des projets plein la tête, ils quittent leurs métiers et leurs régions pour assouvir leur rêve. Lui travaillait dans la sellerie nautique en Bretagne et elle était formatrice en Vendée. L'idée de respecter l'ambiance des lieux germe en eux. Dans son projet de réhabilitation du bâtiment, Pierre était à la recherche d'un ancien wagon pour l'installer dans son jardin. Ils trouvent sur Internet la perle qui leur manquait. Une "boîte à tonnerre" qui servait de syndicat d'initiative dans la commune d'Hachimette en Alsace. Aussi la traversée des villages et l'installation du wagon dans le jardin ont étonné et surpris plus d'un promeneur. Il faut avouer que le convoi était imposant et qu'un wagon traversant la voie ferrée et volant dans les airs est une vision assez rare de nos jours. Après l'achèvement des travaux, la gare et le wagon deviendront des chambres d'hôtes à l'esprit rétro, tout en gardant l'esprit ferroviaire des lieux. Un joli rêve qui se réalise.

Elus MSA : les enjeux de 2013

millas,msa,claude bertolotti,olivier soulard,bernard macary,docteur moulichon,mario boubet,dépistage 66Claude Bertolotti, Louis Cros, vice-président et Olivier Soulard, directeur adjoint.

La MSA Grand Sud  rencontre ses élus des cantons de Thuir et de Millas, en  présence de Claude Bertolotti président de la MSA Grand Sud, du sous directeur Olivier Soulard, de l'animateur du réseau des élus Bernard Macary, du Dc Moulichon et de Marion Boubet de Dépistage 66.

" Le Grand Sud représente 153 120 adhérents dont 82 823 dans l'Aude et 70 297 dans les PO ", a rappelé Claude Bertolotti. L’accompagnement des personnes âgées, les nouveaux produits de Présence Verte Grand Sud, l’ambition de la MSA de développer ses relations via l’outil internet, le dépistage des cancers..."Le site internet a fait peau neuve en 2013"a précisé le président. " A l’heure actuelle, 18 963 internautes ont créé leur espace privé. Ils consultent des informations sur les prestations, impriment des documents, remplissent des déclarations ou adressent des demandes ". En 2013, également, l'appel à cotisations des non-salariés se fera en trois fois au lieu de deux afin de répondre aux besoins de trésorerie de la caisse.

Enfin, le Dr Moulichon, de Dépistages 66,  a présenté la prévention des cancers du sein et colorectal, rappelant que " 75 000 roussillonnaises entre 50 et 74 ans sont concernées par le cancer du sein et pour le cancer colorectal, c'est 142 000 personnes, de 50 à 74 ans, peuvent être concernées dans les PO. Le dépistage est, là encore, un moyen efficace pour préserver sa santé ".