01.01.2012

Happy new year !



N'oubliez pas de mettre le son pour l'ambiance...

27.12.2011

Révision annuelle des listes électorales

En dehors des heures habituelles d'ouverture une permanence sera assurée en mairie service "Elections" le samedi 31 décembre de 9 h à 12 h.

17.10.2011

Résultat Primaires Socialiste

Votants :   503

Exprimés : 499

François Hollande :         366  voix      73.35 %

Martine Aubry :               133  voix     26,65 %

26.09.2011

Sénatoriales : Bourquin et Calvet sortent Alduy

millas, sénatoriales, bourquin, calvetHier soir, Christian Bourquin, victorieux et sa suppléante Hermeline Malherbe.  © Photos Thierry Grillet

Les grands électeurs des Pyrénées-Orientales ont choisi de panacher leurs votes. Et ont élu, pour les représenter à la Haute assemblée, un sénateur de gauche et un sénateur de droite. Christian Bourquin et François Calvet. Un tandem inattendu pour beaucoup il y a encore une poignée de semaines. Inconcevable pour certains. Un tandem qui chamboule le paysage politique local. En renforçant la gauche et en affaiblissant la droite qui perd là un sénateur.

Uppercut gauche-droite Pour la droite, le premier coup est arrivé tôt. A 13 h 15 précises lorsque M. Puigségur, le président du tribunal où se déroulait le scrutin a officiellement proclamé "monsieur Christian Bourquin élu au premier tour". Sur un banc de la salle d'audience, l'intéressé savourait sa victoire avec retenue. Quelques heures plus tard, il était moins modeste en se présentant devant ses supporters "en (sa) qualité de leader politique régional".

Bourquin ne se lasse pas de cumuler. Le conseil général des P.-O. (qu'il va pourtant abandonner pour cause de cumul justement), la Région et aujourd'hui le Sénat. L'homme ne connaît pas le vertige mais l'a refilé à d'autres. Le message est clair : c'est lui qui 'tient' la région. Et les destinataires se reconnaîtront : la rue de Solférino, siège d'un PS dont il est toujours exclu. Mais pour combien de temps encore ? Quel candidat socialiste pourrait se passer du soutien d'un Bourquin tout puissant et des voix censées aller avec ? Régionalement, il s'enfonce un peu plus dans le fauteuil de Frêche et il sera désormais plus compliqué de le déloger du convoité hôtel de Région. Départementalement et peut-être plus personnellement, il a participé à la défaite de son meilleur ennemi, Jean-Paul Alduy. En prenant sa place de sénateur, il a aussi pris sa place d'homme fort des P.-O.

La sortie d'Alduy

Présent le matin et en début d'après-midi, le sénateur sortant est ensuite resté invisible. "Il se repose", soufflait pudiquement son suppléant Bernard Remedi à ceux qui le cherchaient. Dès le début du second dépouillement, Jean-Paul Alduy a su que c'était "plié" comme l'a dit l'un de ses supporters. Le sénateur sortant ne retournera pas au palais de Luxembourg. Un revers pour l'ancien maire de Perpignan et aujourd'hui président de l'Agglo qui n'a pas pu compter sur les voix des siens. Alduy n'a pas fait le plein en mairie, pas plus qu'à l'Agglo. Malgré le 'recadrage' de Jean-Marc Pujol qui entre les deux tours a rappelé à ses troupes de voter Alduy. Malgré le 'travail' fait auprès des maires ruraux. Il a maintenu sa candidature au second tour. Malgré les conseils de ses 'amis' UMP et, surtout, malgré une intervention de l'Elysée.

Le coup de fil de l'Elysée Jean-Paul Alduy a reçu hier en début d'après-midi un coup de fil venant directement de l'Elysée. Pas de l'UMP, pas de Matignon, mais du bureau du président de la République. Un proche de Nicolas Sarkozy lui a demandé de se désister afin d'assurer l'élection de l'UMP François Calvet. Jean-Paul Alduy a refusé et déposé sa candidature pour le second tour à 14 h 10. Quatre heures plus tard, Calvet était officiellement déclaré vainqueur de cette lutte fratricide. Un affrontement qui a fait perdre un siège à la droite dans les P.-O. Et qui laissera des traces profondes dans ce camp. Hier soir déjà, certains reprochaient une nouvelle fois à Alduy son positionnement auprès de Borloo, sa "distance avec les maires", ses répudiations. La bête politique, blessée, a pour l'instant choisi le silence.

Calvet au sommet

"J'ai travaillé entre midi et deux, à ma façon. Quand on m'em....., je travaille à ma façon". On le croit tout en rondeur, François Calvet sait aussi sortir les griffes et hier il les a aiguisés sur "Jean-Paul". "Moi, j'ai affiché mon étiquette, mes convictions, je ne me suis pas caché et moi, je me serais retiré si les places avaient été inversées". En donnant de ce discours aux grands électeurs indécis, il est arrivé devant Alduy au second tour, comme au premier. Le maire du Soler passe de l'Assemblée nationale au Sénat. Comme Bourquin, il a battu son meilleur ennemi et, cerise sur le gâteau, il a sauvé une place de sénateur pour l'UMP. En bon grognard. Il lui reste à faire le lit de son successeur sur la troisième circonscription. "J'ai demandé à Jean Castex de venir dans le département pour ça, parce qu'on a besoin de gens compétents comme lui", a-t-il affirmé hier soir. Le toujours président de l'UMP 66 entend donc redynamiser son camp avec son secrétaire départemental Gilles Foxonet et avec le secrétaire général adjoint de l'Elysée. A quelques mois de la présidentielle.

25.09.2011

Sénatoriales dans les P.O. : Christian Bourquin grand vainqueur du premier tour

millas,sénateur,christian bourquin,vainqueurChristian Bouquin, grand vainqueur du premier tour © D.R.

Christian Bourquin, président divers gauche de la région Languedoc-Roussillon, a été élu sénateur au premier tour de l'élection dans les P.-O. avec 580 voix.

Dans les P.-O., la gauche ravit donc un siège à la droite qui se partagera de second élu à l'occasion d'un duel fratricide au deuxième tour cet après-midi entre François Calvet (503 voix) et le sortant Jean-Paul Alduy (470 voix).

Comme dans la moitié des départements de France, les urnes se sont ouvertes ce dimanche matin aux 1 089 grands électeurs désignés, dans les Pyrénées-Orientales, pour élire deux sénateurs sur les douze candidats inscrits dont le sortant, Jean-Paul Alduy. Paul Blanc, lui, ayant choisi de ne pas se représenter Les trois favoris étaient donc Jean-Paul Alduy, Christian Bourquin et François Calvet. Entre les deux tours, prétendants et grands électeurs ont prévu de déjeuner ensemble au palais des congrès de Perpignan.

13.09.2011

Retrouvailles au PS

millas, jacques cresta, marie-pierre sadourny, Hermeline Malherbe, PS, fête de la roseJacques Cresta entouré de Marie-Pierre Sadourny et Hermeline Malherbe.

La Fête de la rose n'est qu'un instantané très convivial et champêtre. Le PS est mobilisé depuis belle lurette face à d'importantes échéances comme les primaires d'octobre ou les élections sénatoriales, un peu plus tôt, le 25 septembre, réservées certes aux grands électeurs mais qui sont de toutes les conversations au niveau des militants.

La Fête de la rose, dimanche sous les platanes à Millas, a surtout eu le mérite de resserrer les rangs autour de Marie-Pierre Sadourny, la trésorière fédérale, de Jacques Cresta, secrétaire fédéral, et bien sûr d'Hermeline Malherbe, la présidente du conseil général, en invitée de marque. "C'est un moment important, où l'on va porter un regard sur l'avenir du PS, sur celui de la fédération. C'est aussi le moment de prendre en compte les interrogations de nos militants", répète à l'envi Marie-Pierre Sadourny.

Fidèles à la tradition, les militants ont participé dans la matinée à différents ateliers et notamment à celui qui concernait la réforme des collectivités territoriales. Un atelier de réflexion et de propositions très suivi. Cela fait partie du travail pour l'élaboration du projet socialiste.

C'est autour de la table où l'on servait un repas plutôt copieux que les discussions se poursuivaient. Au dessert, près de 600 militants avaient droit aux prises de paroles de Marie-Pierre Sadourny, de Jacques Cresta et de l'invité d'honneur de cette journée, Hermeline Malherbe.

08.08.2011

Inauguration d'un sentier

millas,christian bourquin,charte,canton de millas,sentier,randonnéesLes randonneurs lors de l'inauguration.

Samedi 23 juillet, une assemblée nombreuse s'est réunie autour de Christian Bourquin : Hermeline Malherbe, Présidente du Conseil Général, Émile Vendrell, Maire de Corbère, Henri Pujol, Maire de Corbère-les-Cabanes, les maires membres de la Charte du canton de Millas, l'Association de Sauvegarde du Patrimoine des deux Corbère, les représentant de l'ONF, du Comité Départemental de

Randonnée Pédestre, mais aussi de nombreux anonymes, amoureux de la marche et de leur patrimoine.

Les élus ont exprimé leur plaisir d'inaugurer ce sentier, créé par la Charte du canton de Millas, et l'importance qu'ils attachent à la préservation et la mise en valeur de ce patrimoine naturel, culturel, historique et architectural si riche.

Christian Bourquin a officiellement confié à la Charte le projet d'aménager des sentiers de randonnée sur l'ensemble du territoire de la Charte, qui relieront entre elles les communes qui en sont membres.

Ces chemins balisés mettront en valeur leur patrimoine commun : l'histoire, les clochers, la garrigue, les vergers, les canaux, les celleres, les vignobles, les casots, les terrasses, les fontaines…

Les discours ont été clos par la cérémonie du découpage des rubans, symbolisant l'ouverture de ce sentier au public.

Puis, l'assemblée, chaussée pour l'occasion, a accompagné Christian Bourquin et les élus le long du sentier, et a découvert les pupitres, plaques et tables panoramiques retraçant l'histoire des deux Corbère.

L'inauguration s'est terminée par un buffet bien mérité à la chapelle Sant-Julia de Vall Ventosa, au cours duquel Christian Bourquin a donné rendez-vous pour les prochaines inaugurations des sentiers, notamment celui de Néfiach, qui aura lieu dans le courant du mois d'octobre.

Le guide du sentier de découverte et d'histoire des deux Corbère est à la disposition du public au Syndicat d'Initiative de Millas ainsi que dans les mairies de Corbère et Corbère-les-Cabanes.