31.01.2012

Votre correspondant vous souhaite :

millas,correspondant,l'indépendant,gérard maincent,bonne année

06.01.2012

Initiative généreuse pour "Le monde de Thibault"

Réparer la carosserie de sa voiture accidentée peut engendrer un geste généreux vers une association caritative. Explications

millas,sébastien lopez,le monde de thibault,mels car,carosserie,concept,mario,elsaLa remise du chèque à l'association "Le monde de Thibault".


Dernièrement, Sébastien Lopez, concessionnaire Peugeot au village, a lancé devant un public nombreux son nouveau concept : MEL cars (contraction du prénom de ses filles Marion et Elsa Lopez), un nouveau service de carrosserie. Contrairement à nombre d'idées reçues, et conformément au projet de loi sur la consommation. Un automobiliste a le choix du réparateur, il n'est pas obligé de prendre celui proposé par son assureur ou autre prestataire. Il peut choisir le réparateur qu'il souhaite et où bon lui semble, évitant ainsi aux conducteurs de subir le "racket" des assurances qui imposent souvent un réparateur moyennant une rétro-commission s'élevant de 7 à 13 %. Fort de ce constat, Sébastien Lopez, après mûre réflexion, a décidé de concrétiser son rêve et de franchir un nouveau pas en lançant sa propre marque, espérant faire des émules, car bon nombre de garagistes ne veulent plus être "taxés", ni "coincé", tout en offrant les mêmes prestations de qualité.

De plus, cerise sur le gâteau, en passant pour ses réparations par MEL cars, les automobilistes font une bonne action car ils viennent de faire un don à une association caritative.

Un chèque pour Thibault

Cette année, c'est l'association "le monde de Thibault" qui a reçu un chèque d'un montant de 2 011,30 euros, Cette somme aidera Thibault à grandir et à faire le bonheur de son papa et de sa maman tout en les aidant sur le plan moral et financier.

Thibault est un petit garçon de 4 ans qui est atteint d'une maladie orpheline non étiquetée. Du fait de sa maladie Thibault rencontre de nombreux problèmes de santé, neurologiques et respiratoires. Il ne peut se nourrir normalement et doit être alimenté par gastrotomie. Cet adorable et attachant petit garçon a besoin de soins et de matériel spécialisé non remboursés.

millas,sébastien lopez,le monde de thibault,mels car,carosserie,concept,mario,elsa

01.01.2012

Happy new year !



N'oubliez pas de mettre le son pour l'ambiance...

17.08.2011

Jacques Durand, lauréat du prix Feria 2011

millas, feria du livre, prix, jacques durand, toros, la tauromachie dans l'art populaireLors de la remise du prix au lauréat par les personnalités.

Le prix Feria, organisé par le comité d'organisation de la Feria de Millas et le CML (Centre Méditerranéen de Littérature), a été remis au journaliste Jacques Durand à l'occasion de la 13e édition de la Feria du livre, par Christian Bourquin, président de la région, et en présence d'André Bonet, président du CML et des membres du jury du prix présidé par Robert Berard.

"Nous avons souhaité distinguer l'un des meilleurs journalistes français écrivant sur la tauromachie", explique le jury. Responsable de la page tauromachique de Libération, Jacques Durand était également rédacteur-en-chef des émissions taurines sur Canal Plus, collaborateur du magazine télévisé consacré à la tauromachie n Face au Toril, sur France 3 Sud n et il est aussi le signataire de très nombreuses contributions dans la presse française et espagnole.

Son dernier ouvrage paru, "Toros, la Tauromachie dans l'art populaire" (Collection Henriette et Claude Viallat), publié aux Editions Gaussen, écrit à partir de la collection d'Henriette et de Claude Viallat, présente et analyse les diverses représentations de la corrida dans l'art populaire. "Car, depuis qu'elle existe, la corrida alimente l'imagerie populaire, explique Jacques Durand. Tous les supports lui sont bons : gravures, BD, publicité, objets souvenirs, cartes postales, boîtes d'allumettes, bagues de cigare, affiches de cinéma, assiettes peintes, partitions de musique, jeux, emballages, poupées etc, sur lesquels la corrida déploie le grand éventail d'histoires, de fables, d'explications qui la traversent".

17000 pièces de collection

Corrida comique, tragique, sérieuse, pour rire, érotique, sauvage, cruelle, sublime, admirable, fantaisiste, fantastique, sophistiquée, sommaire, haïssable, passionnelle. Depuis des années, le peintre Claude Viallat (lauréat du prix Feria 2 009) collectionne, sans en écarter un, tous ces supports, riches ou modestes, sur quoi s'inscrit le combat d'un homme avec un taureau et les sentiments, contradictoires, qu'il inspire. Sa collection, la plus riche au monde, environ 17 000 pièces à ce jour, donne à voir, l'étendue, la variété, l'infinie richesse de cette imagerie, sa créativité, sa puissance populaire.

Ce sont tous ces aspects que donne à voir le présent ouvrage écrit par Jacques Durand.

15.07.2011

Un millassois à l’honneur dans la presse bretonne

millas, alexis auffret, celte, musique, catalogneLe Moustoirien a importé la musique bretonne en Catalogne.

Depuis quand faites-vous de la musique bretonne ?

"J'ai appris la cornemuse et la bombarde lors de mes études au lycée Colbert de Lorient, de 1962 à 1968. Pendant deux années, j'en ai été le pen-sonneur (sonneur de tête = chef d'orchestre). En 1972, j'ai travaillé à Pontivy comme surveillant au lycée Loth, et j'ai participé à la création du cercle celtique (c'est une association qui a pour but de mettre en valeur les cultures propres à la Bretagne en utilisant éventuellement le breton) de ce lycée. Je suis ensuite parti vers le Sud, d'abord à Marseille, où j'ai suivi des études d'informatique, puis Aix-en-Provence, ensuite Perpignan à la Roussillonnaise pour finir au moulin à huile de Millas."

Comment Millas ?

"Mon beau-père était chef de gare à Millas. Quand j'étais à Marseille, je fréquentais ma future femme et je faisais la navette régulièrement. La destination de Millas est devenue au fil du temps inéluctable. La rencontre de deux cultures avec passion et émerveillement."

Comment peut-on jouer cette musique en Catalogne ?

"J'ai apporté mes instruments avec moi dans le Sud. En 1982, j'ai créé une école de musique à Millas. Avec quelques amis, nous avons fait des spectacles. Des musiciens Catalans ont trouvé ma musique magnifique. Pour nous amuser, nous avons décidé de monter un groupe ensemble qui s'appelle AOC (Appellation d'origine celte). Nous serons à Lorient les 13 et 14 août. Le 15, je jouerai sur les terres de mon enfance, car nous donnerons un concert au stade de Moustoir-Remungol."

Et aujourd'hui, quels sont vos projets ?

"Nous sommes cinq musiciens et un chanteur. Mon fils écrit la musique et est batteur. Notre groupe même si des Catalans font partis de la formation, c'est de la pure musique celte. Nous jouons de la musique festive et certains morceaux sont très dansants. Et à titre personnel, mon but est de jouer le plus longtemps possible, faire plaisir aux gens, jouer avec mes enfants et petits-enfants. Pour 2012, l'année de mes 50 ans de musique, je souhaiterais faire découvrir la musique celte au travers de ses instruments : cornemuse, biniou, bombarde, l'uiellean pipe (cornemuse irlandaise), etc... lors d'une exposition qui leur sera consacrée, un mini-fest-noz et la découverte de l'âme celte, en somme."

29.06.2011

Les papilles sont à la fête à Millas

Pascal Laffitte a été sacré par la confrérie des Compagnons du goût qui rassemble 380 artisans bouchers charcutiers traiteurs. Pour célébrer l'événement, il reçoit demain à partir de 18 h dans sa boucherie, 54 avenue Jean-Jaurès à Millas, pour partager avec les visiteurs sa passion, présenter ses engagements avec les Compagnons du goût et faire déguster quelques spécialités.

30.05.2011

Une nouvelle façon de forger le fer.

millas,gino,jean gomez,expoL'artiste a exposé ses oeuvres.

Le métal a toujours la côte... il compte toujours de très nombreux fans qui aiment ce métal pour sa noblesse et son harmonieuse façon de se marier avec toute sorte de matière et de mobilier. Jean Gomez dit "Gino", enfant du pays, conçoit et réalise des meubles et des objets de décoration en fer forgé. Ainsi de la table basse aux luminaires, en passant des miroirs aux consoles, des lits aux chaises en fer, le nombreux public a pu admirer un art nouveau dans le mobilier, émergeant d'un mariage unique entre le design et le fer forgé. C'est au décès de son papa Lorenzo Gomez en 2002, que le virus l'a attrapé, une façon de renouer avec l'héritage familial tout en suivant sa propre voie dans la déco. Apportant élégance, raffinement et originalité, Jean Gomez dit "Gino"surprend sans cesse avec ses créations uniques et originales apportant une touche intemporelle à votre intérieur. Durant l'exposition qu'il a tenu dernièrement, il a réussi à faire partager sa passion en les dévoilant le temps d'une semaine.