24.05.2014

Le programme des randonnées de «Millas montagne évasion»

millas, millas montagne évésion, randonneurs, souanyas, olette, nyer, saint-guilhem-le-desert, camporeils, amélie-les-bains, saint-laurent-de-cerdansLes randonneurs seront demain à Saint-Guilhem-le-Désert.

Pour fêter le mois de mai, le club de randonnée de Millas a organisé une superbe sortie, la boucle de Souanyas au départ d’Olette jusqu’au château de Nyer. Les adhérents étaient ravis en longeant les chemins et découvrant les couleurs printanières. Une grillade a été préparée et servis par les animateurs qui ont eu l’initiative d’organiser cette randonnée.

Les randonnées se font tous les dimanches au départ de Millas en appelant les différents animateurs (Alain au
0770531735 ou Florence au 0612 5917 25). Le 25 mai à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault). Le 31 mai et 1er juin aux Camporeils et le 8 juin, c’est la traversée d’Amélie-les-Bains à Saint-Laurent-de-Cerdans par les crêtes.

23.05.2014

Lopez et Conilh quittent Millas

Sébastien Lopez et Fabien Conilh ne seront plus les entraîneurs de l’US Millas la saison prochaine. Les deux techniciens n’ont pas souhaité poursuivre leur parcours à la tête du finaliste Honneur, battu par l’EscBacAsp à Aimé-Giral. « Ça fait longtemps que je pensais à arrêter », explique Lopez, qui entraînait à Millas depuis sept ans. D’abord en charge des Cadets puis des Juniors, l’ancien 3/4 polyvalent, entraînait les Senior depuis trois saisons. D’abord avec Marc Juan et Adroguer, puis avec Frédéric Munoz, avant de former un nouveau binôme avec Fabien Conilh. L.M.

Rugby à XV

Samedi 24 mai, sur le stade mythique de Roquefort, se dérouleront les finales minimes opposant les équipes de Millas, USAP 2, et La Salanque. Un bel après-midi en perspective, venez nombreux !

20.05.2014

Quand la pêche se décline au féminin

La 2e manifestation pêche réservée aux femmes a réuni, dimanche, quarante participants : vingt-cinq femmes et quinze enfants.

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journéemillas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journéemillas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

► Bien sûr, les dames étaient à l’honneur de cette journée. Mais les enfants ont profité de sérieux conseils aussi.

Placée sous le signe de la bonne humeur, cette manifestation récréative a une portée symbolique forte : faire découvrir un loisir de pleine nature. « Elle intervient dans un contexte où la pêche innove, crée des produits pêche et doit rester ouverte à tous, expliquent les organisateurs. Trois espaces étaient réservés. Le premier pour l’apprentissage de la pêche à la truite aux appâts naturels, le second pour la pêche aux leurres et le troisième réservé aux enfants pour l’initiation de la pêche au coup ». La pêche s’annonçait dimanche favorable, sous des conditions météorologiques agréables. Les poissons et les truites en particulier se sont montrés discrets.

► Une journée familiale

Au total une quinzaine de truites ont été prises, ainsi qu’une vingtaine de gardons, une belle carpe, une jolie tanche et deux perches. Toute la matinée, deux jeunes pêcheurs pointus ont effectué une démonstration de pêche aux leurres, installés sur leur float tube. Dans le même temps Nicolas Procacci, le responsable du centre piscicole de Sahorre a proposé une démonstration de pêche en barque et a offert quelques baptêmes de pêche. Puis, la Fédération départementale de pêche a offert, sur place, une restauration rapide et bienvenue. Pour terminer, le tirage de la tombola a permis d’attribuer des lots de matériels de pêche et des cartes de pêche aux dames et aux enfants. Mention bien à toutes les participantes et aux enfants. Un grand merci aux animateurs salariés de la Fédération et bénévoles des associations agrées de pêche.

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

millas, pêche, nicolas procacci, baptême, barque, truite, journée

14.05.2014

Un dimanche de pêche au féminin au plan d’eau

millas, pêche, féminin, maman, initiation► La pêche féminine a ses adeptes.

La première édition de la journée de pêche réservée aux dames, en 2013, organisée par la Fédération départementale de pêche avait remporté un petit succès. « Pour la saison 2013, dans le département et pour la pêche de loisir, le public féminin représente 9% des adhérents. Voilà pourquoi le rendez-vous est renouvelé », expliquent les organisateurs.

Toujours fixé autour des plans d’eau de la commune, cette journée est prévue dimanche 18 mai. Le public féminin et en particulier les mamans, qui souhaitent participer, peuvent venir accompagnées de leurs enfants. Une manifestation gratuite, avec le matériel mis à disposition et la formation assurée par les animateurs de la Fédération et des accompagnateurs bénévoles venus des quatre coins du département.

Les dames et les enfants qui n’ont pas leur carte de pêche seront dotés d’un « pass-pêche » autorisant cette activité le temps de la manifestation. La journée se déroulera autour de trois ateliers permettant de tester les différentes techniques de pêche proposées (pêche de la truite aux appâts naturels et pêche aux leurres) et de bénéficier d’un baptême de pêche en barque. Un espace pêche sera réservé pour les enfants. A midi l’ensemble des participants se retrouvera pour une tombola et un casse-croûte sur le terrain. L’après-midi, pour celles qui le souhaitent, la pêche et l’initiation continueront de 14 h 30 jusqu’à 16 h.

► Accueil et inscription de 8 h 30 à 9 h ; pêche de 9 h  à 12 h 30 pêche. Les inscriptions préalables sont vivement conseillées au 0468 66 88 38 ou par mail : federationpeche66@wanadoo.fr

Autopsie d’une hécatombe

Les clubs catalans n’ont pas brillé en championnat de France le week-end dernier avec deux qualifiés pour huit éliminés...

millas, championnat de france des séries, rugby, bernard mira, sorède, olivier allègre, EscBasAsp, eric caulo, St-Cyprien Latour, Sébastien lopez, USM► Le Millas de Samoura a buté sur Saint-Girons, un adversaire lourdement armé.

Le week-end dernier, sur dix clubs catalans engagés en championnat de France, huit ont baissé pavillon. Mais pour certains acteurs interrogés, cette berezina est due à un concours de circonstance. « On était pas mal diminués et on est tombés sur une belle équipe, note Bernard Mira, président de Sorède, éliminé par Thèze en 4e série (44-20). Et peut-être n’avons nous pas mis le même investissement qu’avant la finale régionale (gagnée face à Cabestany) ».

La décompression après le titre ?

En gros, brandir un planxot de champion du Pays Catalan suffirait à satisfaire les ambitions des joueurs. « On a eu trois semaines de repos entre notre finale et le championnat de France, explique Olivier Allègre, troisième ligne de l’EscBacAsp battu par Maubourguet en Honneur (22-14). Je pense qu’on a manqué de rythme et on n’a pas forcément mis les ingrédients. Ils n’étaient pas plus forts, on est juste passés à côté. Est-ce que notre championnat est plus faible ? Je ne sais pas. Après notre titre, on a peut-être plus pensé à faire la fête et on n’y était pas ».

Un championnat pas assez compétitif ?

Eric Caulo, entraîneur de St-Cyprien Latour battu par Lezat-sur-Leze (22-9) en 1re série, parle également de décompression. « La logique voudrait que le championnat de France soit motivant. On a un peu laissé la tête à Aimé-Giral (où St-Cyprien Latour a battu Bompas) et on est tombés sur une bonne équipe avec des décisions arbitrales qui nous ont porté préjudice. Si la formule du championnat y est pour quelque chose? Peut-être, mais quelle est la solution ? Les clubs Honneur pourraient se rapprocher du Languedoc ». Pour Sébastien Lopez, entraîneur de Millas battu par Saint-Girons en Honneur (19-12), c’est la faiblesse du championnat qui plombe les clubs roussillonnais. « On n’est pas du tout préparés au championnat de France. On prend le premier du Midi-Pyrénées qui ressemblait à une équipe de troisième division. Eux, ils ont vingt-quatre équipes en Honneur. Nous, quatre dont une fantôme. Alors l’année où tu n’as pas un niveau élevé comme il y a deux ans avec Le Boulou et la Salanque (champion de France et quart-de-finaliste), tu n’es pas prêt. La solution ? Peut-être se rapprocher des clubs de l’Aude ». En attendant de trouver la solution miracle, Ponteilla et le Vallespir, qui ont survécu à l’hécatombe, vont se sentir bien seuls ce week-end. L.M.

12.05.2014

Millas stoppé par St-Girons

Les Millassois sont tombés face à Saint-Girons. En mode diesel, les Catalans ont poussé sans remonter le retard.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons► Sans a fait jouer sa pointe de vitesse pour marquer le premier essai.

Dès l’entame, St-Girons joua léger devant, s’amusant à ça passe ou ça casse. Et ce fut le cas, à la sortie d’une touche dans les 22 mètres, les Ariégeois, pénétrèrent, sur un maul endiablé, laissant Dissegna plonger dans l’en-but (0-5). Prenant confiance et se libérant, les noirs de St-Girons profitèrent des ballons lâchés, des mauvais placements et des fautes… trop de fautes, ce qui permit à Pujol d’enfoncer le clou en inscrivant le second essai (0-12). Millas se devait de réagir, et c’est arrivé naturellement, Sans, toujours prêt à faire jouer sa pointe de vitesse sur son aile, déborda la défense adverse, inscrivit le premier essai millassois (5-12). Mais c’était sans compter sur l’âpreté des visiteurs qui, piqués au vif, repartirent de plus belle, jouant tous les coups et la persévérance finit par payer, sur un maul pénétrant Parenti, s’écarte, chistera pour Durrieu, qui aplatit le cuir entre les poteaux (5-19, 40).

A la reprise, il ne restait plus que 40 minutes à Millas pour vivre, l’USM n’avait pas le droit au faux pas. Après une première mi-temps nettement insatisfaisante, les Catalans se remirent au combat, faisant une seconde mi-temps de feu. Billes toujours égal à lui-même, déstabilisa St-Girons, et tel un feu follet, virevoltant de gauche à droite et surplombant l’équipe adverse, alla en dame (12-19). Millas commençait à espérer, mit tout le banc et ses tripes pour parvenir à renverser le jeu, le chrono tournait mais Millas ne trouvait pas la solution. St-Girons ne lâchait rien. Le chaud et le froid soufflaient en cette fin de partie, le chaud avec cette passion «rouge et noire », luttant jusqu’au bout, le froid avec cette poisse qui n’en finissait pas et qui laissa le score tel quel. Cela s’est joué sur des détails. Chaque équipe a eu ses temps forts, ses temps faibles, mais même les dinosaures finissent par chuter. Et c’est arrivé naturellement, Millas fait la pause.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons