25.12.2014

Un voyage musical en pays celte à la maternelle

Les petits écoliers ont découvert les instruments grâce à Alex Auffret. Un régal.

millas, écoles maternelles, alex auffret, musique celte► Les participants avec Alex Auffret.

« Les enfants, savez-vous quel est mon âge ? J’ai 130 ans ». Ainsi débutait ce qui non seulement allait être une présentation d’instruments celtes et moyenâgeux mais aussi un véritable voyage à la rencontre des légendes et des personnages mythiques.

Et c’est avec des yeux tout écarquillés et des oreilles très attentives que les enfants ont pu découvrir les nombreux instruments apportés par Alex Auffret, grand passionné de musique celte : de la bombarde à la cornemuse en passant par la harpe celtique et l’accordéon diatonique sans oublier le Kitchen pipe ainsi que le tin whistle et son cousin le low whistle. Chacune des présentations était enrichie par une
légende dont Alex a le secret. Ainsi, nos petits spectateurs ont appris l’existence de la forêt de Brocéliande
avec son arbre d’or, sa fontaine de jouvence (Alex, depuis qu’il s’y rend, rajeunit de jour en jour et a actuellement 62 ans!) et même son personnage le plus célèbre : Merlin l’enchanteur. Qui plus est, nos petits bambins ont eu la chance d’écouter et de voir des instruments du Moyen-âge: la vielle à roue et même un instrument qui ne se fabrique plus : le cromorne.

Alex Auffret a su mettre ses talents de musicien et de conteur au service des petits mélomanes en devenir qui garderont longtemps en mémoire le passage de ce « vieil homme » de 130 ans.millas,écoles maternelles,alex auffret,musique celte

12.12.2014

Périscolaire: bons débuts pour les Ateliers 3D

La communauté de communes Roussillon Conflent a dressé un premier bilan des activités périscolaires mises en place à la rentrée.

millas, roussillon-conflent, atelier 3D, germain fragas, Sabine Brest, caroline Pagès► Contrat rempli pour des Ateliers 3D qui plaisent même si des améliorations sont possibles.

Avec un taux de participation supérieur aux prévisions et des retours de parents très positifs, le premier bilan des Ateliers 3D mis en place par Roussillon Conflent dans le cadre des Nouvelles activités périscolaires (NAP) est prometteur. Trois mois après leur déploiement sur les communes du territoire, les Ateliers 3D ont passé un premier examen de passage à l’occasion des conseils d’école du premier trimestre. Et les retours sont bons, comme l’explique Sabine Brest, en charge de ces ateliers : « Grâce à l’implication de chacun, nous sommes en mesure de proposer des contenus de qualité aux enfants et de donner du sens à nos ateliers ». Même son de cloche chez les enseignants, à Millas par exemple, où Germain Fraguas, directeur de l’école maternelle, se réjouit de cette démarche : « Il était important pour nous que les activités proposées soient en lien avec le projet d’école ».

La qualité et la diversité des Ateliers 3D constituent l’autre principal motif de satisfaction relevé par les parents d’élèves. « Le bien-être des enfants est au coeur de la démarche 3D », affirme Chantal Bienaimé, responsable des Ateliers 3D de Rodès. Respecter le rythme de l’enfant mais aussi éveiller leur curiosité et leur faire découvrir de nouveaux univers. Par ailleurs, Roussillon Conflent a investi plus de 15 000 euros en « mallettes pédagogiques » pour accompagner la mise en place des Ateliers 3D. Chaque accueil du territoire propose ainsi un panel d’activités variées allant de la couture à la musique en passant par la découverte de nouveaux sports, la danse hip-hop, le théâtre, l’informatique ou encore la motricité pour les tout-petits. « Nous proposons, mais ce sont les enfants qui décident », précise Chantal Bienaimé.

Si les objectifs de plaisirs et d’ouverture semblent atteints, qu’en est-il de l’allègement des semaines des enfants, autre priorité de ces nouvelles activités périscolaires ? « Les retours des enseignants sont très positifs, estime Caroline Pagès, adjointe au maire d’Ille sur Tet en charge des affaires scolaires. Les enfants sont plus attentifs le matin, plus réceptifs ». Contrat rempli donc pour les Ateliers 3D même si des améliorations sont encore possibles. Certains parents souhaitent être mieux informés sur les activités proposées. L’autre axe de travail sera d’ouvrir les Ateliers 3D à des intervenants extérieurs. Aujourd’hui, ce sont plus 820 enfants qui participent quotidiennement aux NAP. Une fréquentation en hausse qui devrait se confirmer sur le second trimestre. Pour les derniers sceptiques, des portes ouvertes seront organisées très prochainement sur les communes du territoire.

19.11.2014

Des cartes d’identité pour les jeunes

millas, carte d'identité, canaillous, 11-Novembre, Une cérémonie toujours très chaleureuse.

Après les cérémonies du 11-Novembre, le maire, Damienne Beffara, et les élus ont accueilli les écoliers du primaire pour leur remettre leur carte d’identité. Cet acte chaleureux permet aux « nouveaux citoyens et citoyennes » d’officialiser leur existence pour leur vie future. Après une ronde endiablée sur une musique des Canaillous, le pot de l’amitié réuni petits et grands au centre socioculturel.

15.11.2014

L’exposition sur les Poilus millassois a été inaugurée

millas, exposition, poilus, armistice, noël cot, michel cousserans, jérôme parillaLa foule était au rendez-vous pour l’inauguration.

Les Millassois petits et grands, les autorités publiques et militaires ont répondu présent à la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918. Après les cérémonies commémorant le centenaire de l’Armistice aux monuments aux Morts. L’assistance a été ensuite conviée à se rendre à la maison du parc où l’attendait une exposition sur le centenaire de la Grande Guerre, autour des Poilus millassois, qui y avaient participé et dont certains n’étaient pas revenus. millas,exposition,poilus,armistice,noël cot,michel cousserans,jérôme parillaC’est Noël Cot, doyen de Millas, qui inaugura cette exposition, réussie grâce au concours des familles et institutions par leurs prêts de documents personnels. Tout le monde se retrouva ensuite autour du verre de l’amitié à la halle aux sports pour clôturer cette commémoration.

Cette exposition se clôturera, le samedi 22 novembre, à 17 h, à la Maison du Parc, par l’intervention de Michel Cousserans et Jérôme Parilla qui déclineront des récits et anecdotes « Sacrifices et vies volées ».

14.11.2014

Concert de soutien à l’Ecole de musique

millas, école de musique, concert, Cali, gérard Jacquet, philippe Anglade

Samedi 15 novembre à partir de 18 h 30, le centre socioculturel accueillera un grand concert de soutien à l’École de musique. 

Ce concert organisé par l’association qui gère l’école verra donc se succéder sur scène de nouveaux groupes issus pour certains de l’atelier de musique actuelle de Millas mais aussi de l’Atelier métal animé par Joël Ferrer. Ensuite, Dream Like Confusion, The Dougg, You Hertz se produiront ainsi que des groupes et artistes plus confirmés comme Escalivada Boys et Gino Torralba.

A cette occasion se reformera exceptionnellement le groupe catalan de rock progressif des années 80 «Ample Temple» (Gérard Jacquet et Compagnie). Cali parraine cette soirée et Philippe Anglade de France Bleu Roussillon en assurera la présentation.

► Restauration sur place. Entrée : 5 euros.

07.11.2014

Exercice de confinement: les enfants sont bien en sécurité

Une simulation de crise a impliqué hier les établissements scolaires du département. On a testé les consignes et gestes de sécurité en cas de présence d’un nuage toxique dans les environs des écoles. Exemple à Millas.

millas, école► Les enfants ont été confinés dans des salles dont les aérations étaient calfeutrées pour empêcher le gaz toxique de pénétrer. Des jeux ont dédramatisé la situation.

Soixante-dix-huit établissements scolaires du département étaient hier en alerte. Il s’agissait d’un exercice de grande ampleur destiné à tester les procédures de prévention en cas de risque majeur. Celui qui était imaginé ce jeudi en temps réel simulait un accident de camion transportant des matières dangereuses. On imaginait qu’un gaz toxique se dirigeait alors vers ces écoles, collèges et lycées. Il était donc nécessaire de confiner les élèves dans des salles sécurisées. Le tout si possible sans panique et dans la plus grande sérénité. 

« Nous effectuons annuellement un exercice d’évacuation des locaux comme s’il s’agissait d’un départ de feu, explique Germain Fraguas le directeur de l’école maternelle de Millas concernée par cet exercice. Ce qui nous est proposé aujourd’hui est d’un autre domaine, bien plus complexe que simplement regrouper les enfants dans la cour. Nous devons en quelques minutes diriger les 150 élèves de notre école dans des salles prévues à cet effet, confiner les bouches d’aération, les fenêtres et les portes et tout mettre en sécurité en attendant la fin de l’alerte ».

 Corne de brune et rouleaux de scotch

9 h 15, celle-ci est déclenchée. Avec une corne de brume le directeur prévient ses collègues qui sont en classe. Immédiatement et dans le plus grand calme, les enfants sont regroupés dans la salle de motricité et dans une autre salle de classe dédiée. Pour les bambins c’est un nouveau jeu, il est vrai qu’ils n’ont que 4 à 5 ans.
On s’installe tranquillement alors que les maîtresses et les Atsem (agents spécialisés des écoles maternelles) calfeutrent les aérations avec du scotch large. En même temps les responsables comptent les enfants, les rassurent si besoin et vérifient que tout se passe pour le mieux. « Dans ces salles par exemple nous n’avons pas de toilettes, confie encore le directeur, il faut y prévoir des seaux en cas de besoin, comme il est nécessaire de disposer de talkie-walkie pour communiquer entre les différentes classes isolées les unes des autres. Il faut aussi rester constamment près du téléphone et de la radiopour attendre les consignes ». C’est en effet la radio, France bleu Roussillon en l’occurrence, qui donnerait les consignes en cas d’accident réel. Hier une émission test était enregistrée et diffusée. Le directeur suivait alors l’évolution de l’accident fictif minute par minute pour connaître la situation à l’extérieur de l’école calfeutrée. « Nous devons aussi gérer les appels téléphoniques de parents affolés, poursuit le directeur, nous devons rendre compte aux élus à la mairie qui sont eux aussi en alerte, et l’inspection académique qui suit l’opération en direct ». Pour plus de réalisme, hier des appels figurant des parents et des personnes extérieures étaient reçus par le directeur qui devait y répondre comme pour de vrai.

 Les élus rassurés eux aussi

Pendant ce temps-là les enfants jouent, dessinent, chantent sous la direction de leurs maîtresses sans se douter que dehors un gaz se diffuse dans les environs. « Cet exercice, poursuit Germain Fraguas, doit se poursuivre sur une certaine durée, il est nécessaire de voir comment la situation évolue après plusieurs dizaines de minutes de confinement »

C’est à 10 h30 que finalement l’exercice prend fin. On aère les locaux, qui ont en bien besoin, on reconduit les enfants dans les classes et la récréation va bientôt détendre tout le monde. Place alors au débriefing pour lister ce qui a bien fonctionné et ce qui pourrait être amélioré. Dans l’ensemble tout ici c’est bien passé, les élus présents sur place pour comprendre au plus près les contraintes des écoles dans la gestion d’une crise majeure sont eux aussi rassurés. Tout est prêt pour faire face si besoin à une situation exceptionnelle. Denis Dupont

A chaque type de crise ses gestes précis

Les établissements scolaires possèdent tous des plans de prévention et de mise en sûreté (PPMS) avec des “fiches action” qui énumèrent les conduites à tenir en cas de crise. Pour un départ de feu, un séisme, une inondation, une émanation de gaz toxique ou des vents violents, les gestes et les actions d’urgence sont différents. L’exercice global de ce jeudi était unique dans l’académie de Montpellier, il a concerné 53 écoles primaires et maternelles, 21 collèges, et 4 lycées. A la préfecture, une cellule de crise départementale était également mise en place, dans les mairies les élus étaient également impliqués. Cette organisation avait pour but d’améliorer la réactivité des personnes en les entraînant aux gestes adaptés aux différentes circonstances. Cet exercice sera renouvelé chaque année avec un scénario différent. « Ce qu’il est nécessaire de rappeler, insistent encore les responsables de la Sécurité civile, c’est qu’en cas d’événement réel, les parents d’élèves ne doivent pas venir chercher leurs enfants à l’école, ils y sont en sécurité. Il est par contre nécessaire pour eux de se mettre aussi en sécurité et suivre les consignes des autorités qui seront diffusées à la radio ».

05.11.2014

Le talent n’a pas d’âge surtout pour les gourmets

Après le succès remporté par la « journée cuisine » en 2013, les petits chefs ont remis la main à la pâte.

millas, école maternelle, journée cuisine, gourmetsmillas, école maternelle, journée cuisine, gourmets► Quel plaisir pour les enfants de mettre la main à la pâte, puis de déguster.

Quel régal de confectionner gâteaux, flans, pizzas et autres tartes. Un moment bien agréable qui s’est déroulé avec parents et grands-parents, apportant tout au long de la matinée, une touche de savoir-faire saupoudrée du plaisir de transmettre. Une brigade de cuisine avec des commis de qualité qui se sont particulièrement appliqués. Les petits cuistots en ont profité pour mettre en éveil tous leurs sens, allant de l’observation à la manipulation sans oublier de développer l’odorat et le goût. Si l’on ajoute à cela l’acquisition de vocabulaire et l’apprentissage du travail en groupe, on ne peut qu’être satisfait d’une journée aussi riche et joyeuse. Préparer c’est bien, mais goûter c’est mieux… Et c’est avec grand plaisir qu’en milieu d’après-midi, les enfants ont troqué leur toque de chef contre la casquette de critique gastronomique, en partageant un goûter collectif dans la cour de l’école.

Au vu de l’enthousiasme général, nul doute qu’après la première étoile décernée l’an dernier, les chefs en devenir obtiendront la deuxième incessamment sous peu !