27.08.2014

« Ici à Millas, c’était Christian »

Hier après-midi, Millas, le fief de Christian Bourquin avait du mal à réaliser que celui qui fut élu maire en 1995, n’était plus. L’enfant du pays laissera une empreinte indélébile dans le village.

millas, christian bourquinChristian Bourquin avait tenu à être présent lors de la dernière édition de la feria de Millas,

« Douleur, chagrin, étourdissement… ». Hier après-midi, les mots manquaient aux proches de Christian Bourquin en ce jour de deuil. Écrasé par la chaleur et la terrible nouvelle, Millas avait du mal à réaliser.

millas,christian bourquin« On est KO »
, résume ainsi Joseph Cargol, cheville ouvrière de l’association Espoir qui vient notamment en aide à la communauté gitane de la commune. « Que voulez-vous que je vous dise ? », reprend ce dernier. « Il était à l’écoute. Ce qu’il disait, il le faisait. Nous, si on est là, c’est grâce à lui ». Effectivement, les photos punaisées au mur du local de l’association témoignent de la proximité de ses membres avec celui qui fut élu maire de la commune en 1995.

millas,christian bourquinAu deuxième étage, Michel Hoët, président du club de foot est, lui aussi, sous le choc.

« Du respect et de l’émotion à la feria »


« Je suis communiste, il était socialiste. Il me disait toujours qu’à nous deux, nous formions l’union de la gauche ». Élu depuis 26 ans, il souligne aussi la politique sociale menée par Christian Bourquin à Millas. « Il a toujours aidé notre club qui accueille de nombreux jeunes défavorisés ».

millas,christian bourquinC’est également une photo que regardait, hier après-midi, avec émotion, son ami de toujours, Bernard Lopez, le pâtissier du village. « C’était à la feria, il y a trois ou quatre ans, il était en pleine forme ». La feria justement. Christian Bourquin avait relancé les festivités avec l’aide de Bernard Lopez. Cette année, bien que très affaibli, il avait tenu à participer à tous les moments forts. « Pour la feria du livre, il avait même prononcé un petit discours. Il avait assisté à la messe en catalan et servi l’apéro à la fontaine comme il le faisait tous les ans », raconte Bernard Lopez qui garde également un souvenir poignant de la corrida. « Un toro lui a été brendé. Il s’est levé et le public l’a longuement applaudi. Avec beaucoup de respect et d’émotion ».

Malgré la douleur, l’enfant du pays avait tenu à être parmi les siens à l’occasion de ce rendez-vous devenu si important pour le village. « On voyait bien qu’il souffrait mais jamais il ne s’est plaint », reprend le pâtissier.

« Il est resté debout juqu’au bout »

C’est d’ailleurs l’impression générale qu’il a laissée à Millas et dans ses alentours. Robert Olive, maire de Saint-Féliu-d’Amont et copain d’enfance de Christian Bourquin, évoque, lui, une cargolade qui les avait réunis le 8 août dernier à Forca Réal. « Quand je lui ai demandé des nouvelles de sa santé, il m’a répondu : “ Je vais bien ” et il est vite passé à autre chose. Il est resté debout jusqu’au bout et ne s’est jamais lamenté sur ses ennuis de santé ».

millas,christian bourquinPrésentes hier en mairie, Ginette Moral, première adjointe et Jacqueline Albafouille, adjointe, confirment. « Il passait très vite à autre chose si on lui demandait comment il se sentait. Il regardait en permanence devant et construisait l’avenir ». Son arrivée à la mairie, en 1995, les deux élues s’en souviennent bien. « Il incarnait la jeunesse et faisait preuve d’un énorme dynamisme ». « Je m’étais engagée à ses côtés, parce que c’était lui », reprend Ginette Moral marquée par « sa volonté de réussir dans tout ce qu’il entreprenait, sa rigueur, son honnêteté, sa sensibilité et l’amour pour sa commune, son département et sa région ». Les élues décrivent également un « chef de file », « bourreau de travail » qui « savait entraîner les autres dans son sillage ». « Ici, à Millas, c’était Christian, il refusait qu’on l’appelle autrement ».
Et hier après-midi, au fur à mesure que les heures avançaient, Millas se disait qu’elle allait devoir vivre sans «Christian»… Estelle Devic

20.08.2014

Aurelio Hernando remporte le concours

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, a remporté le second concours de Millas.

millas, corrida, aurelio hernando, tomas angulo, romero hijo, picador, gonzalo caballero, paco galache, clemente, christian bourquinBonne tarde de Clemente qui en tuant mieux aurait coupé l’oreille du Flor de Jara.

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, à forte connotation veragua, a remporté le second concours de Millas, bien qu’ayant été correct sans plus au cheval. Mais quelle caste par la suite, et quelle bravoure pour suivre les leurres par le bas, avec noblesse et transmission, tout au long d’une longue faena dont le meilleur se déroula sur le piton droit, Tomas Angulo se montrant moins précis sur l’autre. Si au lieu d’une demie épée d’effet rapide il avait mis une entière, les deux oreilles seraient tombées. L’autre novillo important de la journée fut celui de Valdefresno, un costaud qui chargea trois fois de loin au cheval où il poussa de belle manière, ce qui permit à Romero Hijo de remporter le prix au meilleur picador. Alourdi par ce tercio éprouvant, le novillo demandait à être toréé avec précision et distance, ce que Gonzalo Caballero ne fit pas. Autre bon novillo, du moins on le devina, fut celui de Paco Galache, qui se fracassa par trois fois contre les burladeros et se provoqua une lésion qui l’empêcha d’embister comme sa manière de mettre la tête permettait de le penser. Tomas Angula essaya, mais sans briller. Le novillo du Laget sorti en cinquième fut noble, et Gonzalo Caballero lui servit une faena quelque peu superficielle qui ne porta pas sur les tendidos. Pour Clémente avaient été enfermés deux Santa Colomas, un de Flor de Raja qui, après douze muletazos, pas un de plus, devint intraitable, et un de la Interrogacion, origine Coquilla, qui poussa au cheval d’où il sortit alourdi et sans trop d’options.

À noter que Clemente brinda son second novillo au président Christian Bourquin, grand aficionado, présent en contra barrera. Et l’on eut confirmation le matin de la course, de la part d’un membre du gouvernement présent à Millas, que le Premier ministre n’avait nullement conseillé à ses ministres de ne pas fréquenter les arènes cet été.

14.08.2014

Bilan d’une feria exceptionnelle

Avec une fréquentation en hausse, l'édition 2014 de la feria a été une véritable réussite.

millas, feria, abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas, font del rey, noïs de força réalmillas, feria, abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas, font del rey, noïs de força réal► 
Que de monde autour des bodegas.

Bernard Lopez et les membres du comité des fêtes ont de quoi se réjouir pour l’édition 2014 de la feria de Millas. Les festivités prévues et annoncées ont pu se dérouler dans une belle ambiance, sous un ciel parfois menaçant mais qui n’a jamais vraiment perturbé le programme. Plus de 50 heures de spectacles avec abrivado, casteller, correfoc, sardanes, concert, bandas et apéritif anisé à la font del rey ou encore la messe en catalan.

Fête foraine

La course La Panoramique et le concours de pétanque ont été aussi l’occasion pour les gens de la commune de se rencontrer à travers leur passion. La soirée gourmande des Noïs de Força Réal a rassemblé quelque 300 personnes à l’école maternelle, de même que pour la gardiane de toros. De
l’ambiance aussi autour des bodegas tenues par les plus fidèles bénévoles du comité d’animation sans qui la fête ne serait pas possible. Sans oublier les diverses attractions foraines qui ont réjoui les enfants. Un temps presque idéal, beaucoup de monde, de l’ambiance pour une belle fête 2014. La fréquentation des arènes a été importante cette année, les trois quarts de billets ayant été vendus, ce qui prouve la qualité des spectacles proposés.

13.08.2014

Le Prix de la Feria de Millas au torero Nimeño

Une 16e édition riche en émotions pour cet événement culturel devenu incontournable de l’été catalan.

millas, feria du livre, alain montcouquiol, yves charnet, christian bourquin, ségolène neuville damienne beffaraLe prix Feria a été remis à Alain Montcouquiol, par Yves Charnet, président du jury et Christian Bourquin, à Millas.

Un vrai public, attentif, qui reste à l’écoute pendant trois heures, dans la salle de la mairie. Une ambiance de campagne, simple, chaleureuse, sans chichis. Les élus sont là. Madame le maire de Millas, Daminenne Beffara, le sénateur et président de Région, Christian Bourquin, la secrétaire d’État Ségolène Neuville. Ils soutiennent, interviennent. Dans un lieu, une région, une terre, ils savent, ils transmettent. Un patrimoine, des traditions, des valeurs. Ce sont des mots pour demain. Des mots pour tous. Des mots «populaires» pour reprendre le mot de Christian Bourquin dans son discours lors de l’émouvante remise du prix feria 2014 à Alain Montcouquiol.

Mots et toros

Dans les années soixante, Alain Montcouquiol devient, sous le nom de Nimeño, un des rares toreros français de l’après-guerre. En 1974, il met fin à sa carrière pour s’occuper de celle de son jeune frère, Christian, qui, sous le nom de Nimeño II, deviendra le premier grand torero français de l’histoire. Les années d’apprentissage et de misère en Espagne, les triomphes dans toutes les arènes de France, d’Espagne, du Mexique, et de Colombie, l’accident et la fin tragique de son frère, c’est cette aventure extraordinaire qu’Alain Montcouquiol a évoquée lors d’un entretien bouleversant qu’il a eu lors de la remise de son prix avec l’écrivain Yves Charnet, président de la Féria du livre.

Les moments d’échange avec Alain Montcouquiol, où il fut parlé si justement, si simplement, des grands mystères de la vie : le deuil, la mémoire et l’amour, furent des moments rares, qui durent longtemps après que les voix se sont tues.

On finira par la novillada du dimanche soir. Toutes et tous en rond dans le cercle des arènes, dans la douce lumière du Roussillon et l’on se dira, plein de nostalgie, déjà : à l’an prochain, pour la prochaine Féria, à Millas, la fête des mots et des taureaux.

12.08.2014

Feria de Millas : 23 alcoolémies

A l’occasion de la feria de Millas, l’EDSR 66 (escadron départemental de sécurité routière) a mis en place un dispositif de contrôle sur tous les axes routiers alentours. Sur l’ensemble du week-end, 68 infractions ont été constatées dont 23 conduites en état d’alcoolémie. Six d’entre elles ont donné lieu à une retrait du permis de conduire (17 alcoolémies dont 4 retraits de permis pour la seule nuit de samedi à dimanche). Ont également été relevés 9 franchissements de ligne continue, 8 défauts de port de ceinture, 6 usages de téléphone au volant, 5 excès la vitesse dont un retrait de permis et 2 non-respects de “Stop”. En parallèle, 75 infractions à la vitesse ont été enregistrées par les véhicules équipés du radar embarqué. La.M.

11.08.2014

Les anti-corrida à la feria de Millas

millas, anti-corrida, flac, manifestationHier, de 15h30 à 18h30, une trentaine de militants anticorrida se sont rassemblés autour du rond-point situé à l’entrée de Millas. Histoire de manifester et de distribuer des tracts à l’occasion de la feria (Photo G.M.).
« Nous demandons un référendum pour l’abolition de la corrida dans toutes les régions taurines », rappelle, entre autres, l’une des membres de la Fédération des luttes pour l’abolition des corridas (FLAC), qui était à l’initiative du rassemblement.

De nombreux manifestants auraient préféré se réunir au cœur du village pour avoir plus d’impact. Mais cela s’est une nouvelle fois révélé impossible: un arrêté leur interdisait de s’approcher à moins de 500 mètres des arènes. G.M et A.A.millas, anti-corrida, flac, manifestation

10.08.2014

La feria dans la dernière ligne droite

Les Millassois sont maintenant rompus à cet exercice difficile qui consiste à faire coexister tradition catalane, culture taurine et fête dans toute leur splendeur.

millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, ClementeL’abrivado hier matin dans les rues du village.

millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, ClementeLe baptême du pastis a lieu aujourd’hui après la messe.

Si la feria est un grand moment de débordement festif, il faut aussi qu’elle laisse place au recueillement religieux. C’est pourquoi, en ce dernier jour de fête, la messe en l’église Sainte-Eulalie est une authentique messe catalane, dite et chantée dans la langue du pays. La partie musicale sera assurée avec talent et entrain par le Fanal de Sant-Vicens. Suivi par le défilé des « Gegants ». Royaux ou grotesques, ils se livreront à leurs habiles pas de danse, drainant avec eux un public enthousiaste sur le lieu de rendez-vous incontournable de midi : la Font del Rey. Tous à la fontaine, tel sera le mot d’ordre, car après avoir assisté à la messe et déambulé dans les rues de Millas, on procédera au baptême du pastis avec l’eau de la Font del Rey où nombre de timbales remplies de ce divin breuvage circuleront de main en main, apéritif monstre animé par plusieurs «bandas», avant le traditionnel «paquito » géant.

Place aux toros

Après la collation, la ville redevient taurine avec l’abrivado, alliant amour des chevaux et passion des taureaux, une course folle dans les rues de Millas où les « attrapaïres » tenteront par tous les moyens d’endiguer la course du ou des toros, encadrés de main de maître par la manade Bilhau. Et surtout à 18h, la novillada aux arènes avec le concours de Ganaderias. Six novillos des ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación seront combattus par les novilleros Tomás Angulo, Antonio Linares et Clemente. Les animations ne seront pas en reste au podium central, dès 17 h, un spectacle folklorique catalan : la danse de l’ours par le groupe Alegria d’Arles-sur-Tech et à 18h30, un bal rétro avec l’orchestre Domino. Dès 21h45, le ball del diables i correfoc, un déluge de feux et de bruit assourdissant des percussions dans les rues du centre-ville par Aire Nou de Baho lancera le final musical dans les bodégas.

Bien sûr, en fin de soirée, quelques fêtards auront parfois du mal à se coucher, ce sera l’occasion d’un esmorzar entre amis avec le traditionnel pa amb tomaquet.millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, Clementemillas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, Clemente