16.04.2014

Millas a tout vu

La demi-finale EscBacAsp - Rivesaltes a été suivie attentivement par plusieurs millassois.

millas,us millas,escbacasp,aimé giral,sébastien lopez,fabien conilh,allègre,gendre,anthony durand,munoz,rodriguez,romero► La performance de Durand a impressionné les Millassois.

Spectateurs attentifs, ils n’ont pas loupé une miette de la demi-finale gagnée par l’EscBacAsp face à Rivesaltes dimanche (18-15). Et pour cause, la dizaine de Millassois présente à Espira observait ses deux possibles adversaires pour la finale de dimanche à Aimé-Giral (17 h). « C’était aussi un match intéressant entre deux bonnes équipes, précise Sébastien Lopez, qui faisait partie, comme l’autre coentraîneur Fabien Conilh, des quelque 600 spectateurs présents à Espira. On voulait voir ce qui nous attend, même si on les connaît bien, maintenant. On a déjà joué les deux équipes ».

« Impressionné par le rythme »

Pas de grande révélation, donc, pour le technicien, mais plutôt des confirmations. « J’ai vu deux équipes de très bon niveau et Baixas qui a mérité de gagner. C’est une victoire à l’expérience de gars comme Allègre et Gendre ». Un autre joueur a tapé dans l’oeil de Sébastien Lopez et de la plupart des spectateurs : l’arrière buteur de l’EscBacAsp Anthony Durand, auteur des dix-huit points de son équipe avec 75% de tirs au but réussis (6/9). « Il a été excellent, note l’ancien 3/4. Aussi bon comme buteur que dans son rôle d’arrière. Mais plus généralement, j’ai été impressionné par le rythme et le jeu aéré proposés par Baixas. Il y avait beaucoup de mouvement. C’est une équipe qui a progressé et, surtout, qui peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience ».

Une donnée importante vu le contexte particulier dans lequel va se disputer la finale. « C’est un match à Aimé-Giral. Il y aura de la pression, un peu de monde, un peu de bruit. Mes 3/4 ont une moyenne d’âge de 21 ans alors que dans un match capital comme celui-là, il est important d’avoir de l’expérience. C’est pour ça que, même si ce genre de match c’est toujours du 50/50, je pense qu’ils sont quasiment favoris ». Même si Millas n’est pas non plus dépourvu en joueurs de métier avec les Conilh, Munoz ou encore Rodriguez qui devraient jouer dimanche. « Oui, mais ils ont plusieurs chez d’orchestre avec Allègre qu’on connaît bien (ancien millassois), Gendre à l’ouverture, Durand, Romero, des mecs qui ont l’habitude de ces matches couperets. Je pense que dimanche on va voir une belle finale ». Et cette fois, les Millassois seront sur le terrain. L.M.

07.10.2013

US Millas : Incroyable scénario

millas, ESC BAC ASP, allègre, sanchez banet, leugule, sanz tourek pelissier, M. RaudLes Millassois ont gagné (19-21) hier sur le terrain de Baixas contre l'ESC-BAC-ASP.

Incroyable scénario à Espira-de-l'Agly. Les locaux qui menaient pourtant 19-0 à l'heure de jeu, se sont finalement inclinés de deux petits points. L'ESC-BAC-ASP n'a pas su gérer son dernier quart d'heure et c'est Millas qui signe la remontée du week-end. Un renversement de situation qui n'a pas particulièrement plus au coentraîneur Lionel Perez : "ça nous laisse évidemment beaucoup de regrets. parfois, il faut arrêter de vouloir jouer comme une équipe de Top 14 et tout le temps envoyer du jeu. Il faut savoir conserver un résultat".

21.11.2011

Millas domine la SCR

millas,usm,rugby,billes,allegre,rojas,roig,munozOlivier Allègre et Millas ont contré la Salanque CR.  © Photos G.M.

Après une mi-temps à patauger dans la gadoue, marquée par un festival de maladresses excusables vues les conditions de jeu (boue, ballon glissant, appuis incertains), et durant laquelle seule une pénalité de Paul Ribes (24e) est venue garnir le tableau d'affichage (3-0), Millassois et Salanquais ont commencé à proposer du jeu après la pause.

Billes dans les bons coups

Ce sont surtout les locaux qui se sont mis en évidence. Après une relance de Billes, le ballon parvient à Paul Ribes qui fixe la défense salanquaise pour servir Roig, lancé plein champ... mais le centre glisse au moment de marquer et commet un en avant. Ce n'est que partie remise pour l'USM puisque quelques minutes plus tard Munoz, après avoir percé le rideau défensif visiteur, sert Billes, dans tous les bons coups, l'arrière trouve Rojas pour le seul essai du match (8-0, 56e). Et la Salanque CR dans tout ça ? Imprécis, comme leurs hôtes, en première mi-temps, les hommes du trio Pérez-Porcu-Hernandez sont privés de ballons par leur propre indiscipline. Surtout, les Salanquais ont eu un mal fou à s'adapter aux conditions de jeu et n'ont pas assez occupé le terrain adverse. Ainsi, les fautes commises par les Millassois ne donnaient que des pénaltouches stériles pour les coéquipiers de Laurent Elie, alors que leurs hôtes, plus présents dans le camp adverse, faisaient gonfler la marque par Ribes (61e, 69e, 14-0), pourtant moins précis que d'habitude, hier.

Millas inflige à la Salanque Côte Radieuse sa première défaite en championnat de la saison (14-0), et confirme qu'il faudra être costaud pour aller chercher une victoire à Roquefort cette saison.

millas, USM, rugby, billes, allegre, rojas, roig, munozLes deux équipes ont tenté de mettre la balle au chaud pour progresser sur un terrain boueux.

21.02.2011

L'oeil d'Éric Planes

Conseiller Technique Régional, Eric Planes était un spectateur attentif du derby hier, d'autant qu'il retrouvait notamment Marc Adroguer (coach de Millas) qu'il a entraîné en junior à Argelès ou encore Jean-Pascal Pellicer (coach d'Elne), en sélection du Roussillon.

Quelle analyse dressez-vous de ce match ? Une rencontre bien dans la tradition des derbies. Chaque équipe a joué avec ses qualités. Millas organisé autour de son buteur Nicolas Ribes et Elne, qui a voulu rester fidèle à son jeu porté sur l'offensive. La JSI s'est mise toute seule la pression en ne concrétisant pas ses temps forts. Mais je suis vraiment respectueux du travail qui est fait à Millas. C'est un club certes atypique, mais qui sait se révolter chaque dimanche.

Le succès d'Elne est-il mérité ? Un nul aurait été équitable. Mais bon, Elne, pour son esprit d'entreprise mérite également sa victoire.

Avez-vous découvert des joueurs ? Cela m'a fait plaisir de revoir des jeunes que j'ai entraînés en sélection du Roussillon comme Suner, Serena, Bruni côté illibérien ou encore Allègre et la famille Ribes, côté millassois.

Sinon, j'ai bien aimé le match d'Allègre, Casamitjana et j'ai découvert le petit Billes à l'USM. On sent qu'il a des jambes de feu ce garçon.

Recueilli par A.H.

20.02.2011

Choc à fort enjeu

millas,elne,fédérale 3,allègre,marc adroguer,salvat,alves,argiles,géa,jsi,mascardo,arnaud hingraySix matches pour toucher le ciel, les étoiles. Et éviter la mine, l'enfer : le championnat du Roussillon. Millas n'a plus le choix et doit grappiller de-ci, de-là quelques bonus et surtout de nombreuses victoires pour éviter cette cruelle plus mauvaise septième place des quatre poules de Fédérale 3, synonyme de relégation. Aujourd'hui, avec 29 points au compteur, les « rouge et noir » accusent un débours de sept points sur Palavas (poule 4), actuellement deuxième plus mauvais septième, avec 36 points. Donc autant dire que les partenaires d'Allègre doivent se montrer conquérants dès aujourd'hui, même si l'espoir d'un maintien administratif, toujours possible, trotte dans un coin de leur tête.  « Je vais vous faire un aveu, je ne regarde pas l'évolution des autres poules. Si nous terminons septième de notre poule, nous aurons réalisé une belle saison », relativise Marc Adroguer. A l'aller, Elne avait lever les poings au ciel à Roquefort (14-12).  « Un souvenir douloureux.  Le pire de la saison même, avance le coentraîneur millassois. Je me souviens que nous avions fait une erreur de coaching ce jour-là d'octobre en sortant trop tôt les cadres de l'équipe. Nous l'avions payé sur la fin de la rencontre ». C'est Pull qui avait crucifié les rêves locaux, menant pourtant encore 12-9 à huit minutes de la sirène.

« Mais entre nous et Elne, il y a un monde d'écart. Si nous décrochons un point de bonus, nous serons ravis », poursuit Marc Adroguer, qui s'habille volontiers, pour le coup, du costume du Petit Poucet. Vingt-trois points les séparent en effet.

« J'aime bien Millas »

« Non, la JSI, c'est complet. Solide. Un bon cinq de devant, une troisième ligne joueuse et des arrières qui écartent les balles », constate-t-on encore du côté du staff millassois qui déplorera aujourd'hui l'absence de trois éléments (le pilier gauche Salvat suspendu et les deux demi-de-mêlée Alves et Argiles). Du coup, confiance sera donnée au troisième « 9 » du club, Géa, qui descend chaque vendredi soir de Paris pour l'entraînement. Du côté d'Elne en revanche, Vinas, Sempere et Laffitte manqueront à l'appel.   « Bien sûr que nous viserons les cinq points. Mais bon, ça m'embête un peu de devoir battre un club de chez nous. En face, je n'ai que des amis, les Casamitjana et consorts... Tourek et Olive évoluaient encore à Millas la saison dernière. Et puis, en plus, j'aime bien cette équipe de Millas. Ils sont bien dans l'esprit catalan. Ceux sont des vaillants. C'est pour cela que nous nous méfions d'eux, croyez-le bien », prévient Henri Mascardo, le co-entraîneur d'Elne. Arnaud Hingray 

31.03.2010

Allègre : "Millas est armé pour gagner le championnat"

En deux matches, Millas et Olivier Allègre ont déjà marqué leur territoire et se posent parmi les favoris à l'accession en Fédérale 3.

allegre.jpgAllègre avait des touches avec Prades et Ponteilla à l'intersaison. Avec Millas, il ne regrette pas son choix.


Alors que tout le monde, ou presque, s'accordait à dire que Prades était le grand favori de la poule Honneur, c'est Millas, qui, en deux matches, lui a volé la vedette en faisant un carton plein (deux victoires bonifiées à l'extérieur). Dans un collectif millasois de plus en plus homogène, un secteur de jeu brille particulièrement depuis le début de la seconde phase : la touche. Olivier Allègre et ses coéquipiers ont survolé leurs duels avec les alignements de Rivesaltes et du FLHV : "On s'en sort pas mal, reconnaît Allègre, avec Hannequard et "Vigne" (NDLR : les autres sauteurs) on prend pas mal de ballons. Il y a juste eu quelques matches contre des équipes moins renommées où on a manqué de concentration." Perfectionniste Allègre ? Marc Juan, son entraîneur depuis cette année (avec Marc Adroguer), n'en pense en tout cas que du bien.

Passé par les Espoirs de l'USAP

"Il nous a sorti deux matches simplement énormes. En plus dans le groupe c'est un bon mec. Pour Millas, un joueur de son niveau est une incroyable valeur ajoutée." Pour les non-initiés, le seconde ligne de Millas, est passé par les espoirs de l'USAP. "La première année en Reichel a été compliquée. C'était un gros défi mais ça m'a plu, se remémore Allègre, et je garde des supers souvenirs de l'époque et des copains. C'est un plaisir de voir briller Mélé, Porical, Pérez et Planté avec qui je garde contact." A la fin de son aventure avec l'USAP, Allègre est parti tenter sa chance du côté de Céret, alors en Fédérale 1. "Céret, c'est un super souvenir aussi. C'est un club comme je les aime, avec un vrai esprit de famille. J'y ai joué trois ans, jusqu'à l'année dernière. J'y étais bien mais mon travail (gardien de la paix à Paris depuis l'année dernière) m'a fait perdre ma place de titulaire." Or Allègre ne se voyait tout simplement pas dans la peau d'un remplaçant.

"Comme tout le monde je préfère jouer, quitte à changer de niveau. En plus les déplacements sont contraignants en Fédérale."
Direction le championnat du Roussillon, donc pour Allègre, qui ne manque pas d'options en juin dernier. "Il y avait Prades, Pollestres-Ponteilla avec qui j'avais des contacts mais je me suis dit que quitte à jouer dans la championnat du Roussillon, autant rentrer à Millas." Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'Allègre ne regrette pas son retour dans son club formateur.

"L'ambiance est franchement chouette. Il y a presque que des gars d'ici et les autres sont bien adaptés. En plus sportivement ça se passe bien. On est armés pour gagner le championnat même si la concurrence est rude. ça serait bien de sortir en championnat de France."
Mais qui dit victoire en championnat dit montée en Fédérale 3 et donc nouveau casse-tête pour Allègre. "Pfff, je préfère ne pas y penser, il faudrait y réfléchir. Pourl'instant, on a de gros matches à jouer." Et autant de défis à relever.