23.04.2014

Ils ont aimé Giral

L’EscBacAsp, Millas, St-Cyprien/Latour et Bompas ont vécu un moment inoubliable.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Lionel Rodriguez (USM).

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  La salle prestige de l’USAP avait fait le plein avant les finales. 205 personnes, dont 14 tables de partenaires, avaient répondu présents.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,bessonmillas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Supporters contents et tristes.

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  St-Cyprien-Latour a contenu Bompas .

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Le buteur Anthony Durand (Escbacasp).

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Plus de 2500 spectateurs ont assisté aux deux finales dans la cathédrale de l’USAP. Un moment fort de la saison du rugby catalan.

« On veut pérenniser l’événement »

millas,aimé giral,anthony durand,liondel rodriguez,usm,st cyprien-latour,bompas,escbacasp,usap,riviere,besson►  Paul Foussat, un président du Comité Pays Catalan ravi.

Vous vous attendiez à un tel succès populaire ?
Non, on comptait sur 1500 spectateurs et il y en a eu près de 2700, dont 2000 entrées payantes. Le reste, c’était des invitations et surtout des enfants car les moins de 16 ans ne payaient pas. Pour vous donner une idée de la réussite de ces finales à Aimé-Giral, l’an dernier, pour l’ensemble des finales du Comité dans les villages, il y avait eu 2200 entrées.

L’événement n’a pas été simple à « monter »
Le maire de Perpignan s’est vite montré favorable à notre projet mais le résultat des élections pouvait tout changer. Comme il a fallu obtenir l’accord de M. Rivière (président de l’USAP) alors qu’on avait négocié avec M.Besson (ex-président de l’USAP). Comme nous n’étions pas à l’abri, qu’à un moment donné, l’USAP décide de recevoir Toulon à Aimé-Giral et non plus à Barcelone.

Vous souhaitez pérenniser l’événement ?
Oui. C’était la première année qui était le plus dur. L’idée pour 2015, c’est de faire jouer une finale le samedi en fin de journée et deux le dimanche. Il y aura un tirage au sort pour deux finales, la troisième étant réservée à l’Honneur. E.D.

21.04.2014

L’immense exploit de l’EscBacAsp

HONNEUR, finale. Les Ententistes ont réussi une grande prestation pour dominer Millas à Aimé-Giral.

millas, EscAspBac, US millas, aimé giral, billes, anthony durand, conilh, olivier allègre, lamine tourek, lionel pérez, laurent morales, l'IndépendantL’air s’est sérieusement rafraîchi en ce début de soirée sur Aimé-Giral. Mais ivres de bonheur, les joueurs de l’EscBacAsp ne veulent pas quitter la Cathédrale qui les a couronnés rois ni le maillot de leur exploit. « C’est énorme, exceptionnel, lance Anthony Durand, une nouvelle fois excellent dans son rôle d’arrière-buteur hier (20 pts). On est une famille et cette victoire on l’a arrachée à l’envie, au mental ». Autant de vertus qui leur ont permis de renverser la hiérarchie et d’envoyer dans les cordes une équipe de Millas pourtant loin d’être ridicule (25-14).

Ce sont d’ailleurs les « rouge et noir » qui entraient le mieux dans le match. Les Millassois occupaient la moitié de terrain adverse et multipliaient les prises d’initiative. Mais sans déborder l’énorme défense de l’EscBacAsp, socle de son exploit. Capable d’engloutir le feu-follet Billes derrière une percée de Conilh (17e) pour la seule réelle opportunité millassoise en première période.

n Le Gal perce-muraille

L’USM s’en remettait donc à la botte de Pelissier pour scorer. Durand lui répondait et on se dirigeait vers un score nul à la pause (6-6). Jusqu’à l’inspiration de Le Gal. Le 3/4 ententiste prenait un minuscule espace dans la défense adverse avant d’échapper à quatre défenseurs pour filer en dame (13-6, 38 e). L’exploit était en marche. Galvanisés par leur avantage à la pause, les coéquipiers d’Olivier Allègre, une nouvelle fois au four et au moulin, parvenaient à limiter l’impact de l’imposant pack millassois. Perturbés, ces derniers balbutiaient leur rugby. Et si l’USM parvenait à trouver la faille suite à un groupé pénétrant (16-11, 57e), les joueurs de l’EscBacAsp ne doutaient pas, à l’image d’un Durand impérial (6/7 au pied). Ce dernier assénait le coup de grâce sur un drop magique (25-14, 80+4), point final d’une rencontre qui restera dans les annales. Autant pour son affluence (plus de 1500 spectateurs), que pour l’histoire exceptionnelle de cet incroyable EscBacAsp, qui va désormais tenter de renverser des montagnes en championnat de France. Avant, peut-être, de se frotter à la Fédérale 3. L.M.

Ils ont dit...

Lamine Tourek (pilier de Millas) : « C’est dommage. On n’a pas pris le match par le bon bout et on a eu du mal à se mettre en place en défense. Je pense qu’il y avait pas mal de pression pour certains qui n’avaient jamais vécu un match comme ça. J’estime que l’EscBacAsp était au-dessus sur ce match. Ils ont bénéficié de nos fautes et leur buteur était au point. De notre côté, on a eu du mal à concrétiser au début alors qu’on dominait. C’est une bonne claque pour repartir (NDLR Millas est qualifié pour les barrages du championnat de France). Ça reste dommage parce qu’on s’était dit certaines choses. On n’avait pas le droit de perdre aujourd’hui pour certaines personnes ».

Lionel Pérez (coentraîneur de l’EscBacAsp) : « On a fait une super préparation, dans l’émotion (NDLR les joueurs père de famille se sont fait remettre leur maillot par leur enfant). Les joueurs ont joué avec le cœur, ont mis beaucoup d’envie. Ils ont joué comme il le fallait. On est parvenus à les contrer devant. Il faut féliciter tout le monde et je pense que ça a été un beau match de rugby. Ce soir il y a énormément d’émotion parce qu’il y a une génération de joueurs qui arrête à la fin de la saison et les mecs ont montré qu’ils voulaient vraiment aller chercher ce titre ». Recueilli par L.M.

16.04.2014

Millas a tout vu

La demi-finale EscBacAsp - Rivesaltes a été suivie attentivement par plusieurs millassois.

millas,us millas,escbacasp,aimé giral,sébastien lopez,fabien conilh,allègre,gendre,anthony durand,munoz,rodriguez,romero► La performance de Durand a impressionné les Millassois.

Spectateurs attentifs, ils n’ont pas loupé une miette de la demi-finale gagnée par l’EscBacAsp face à Rivesaltes dimanche (18-15). Et pour cause, la dizaine de Millassois présente à Espira observait ses deux possibles adversaires pour la finale de dimanche à Aimé-Giral (17 h). « C’était aussi un match intéressant entre deux bonnes équipes, précise Sébastien Lopez, qui faisait partie, comme l’autre coentraîneur Fabien Conilh, des quelque 600 spectateurs présents à Espira. On voulait voir ce qui nous attend, même si on les connaît bien, maintenant. On a déjà joué les deux équipes ».

« Impressionné par le rythme »

Pas de grande révélation, donc, pour le technicien, mais plutôt des confirmations. « J’ai vu deux équipes de très bon niveau et Baixas qui a mérité de gagner. C’est une victoire à l’expérience de gars comme Allègre et Gendre ». Un autre joueur a tapé dans l’oeil de Sébastien Lopez et de la plupart des spectateurs : l’arrière buteur de l’EscBacAsp Anthony Durand, auteur des dix-huit points de son équipe avec 75% de tirs au but réussis (6/9). « Il a été excellent, note l’ancien 3/4. Aussi bon comme buteur que dans son rôle d’arrière. Mais plus généralement, j’ai été impressionné par le rythme et le jeu aéré proposés par Baixas. Il y avait beaucoup de mouvement. C’est une équipe qui a progressé et, surtout, qui peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience ».

Une donnée importante vu le contexte particulier dans lequel va se disputer la finale. « C’est un match à Aimé-Giral. Il y aura de la pression, un peu de monde, un peu de bruit. Mes 3/4 ont une moyenne d’âge de 21 ans alors que dans un match capital comme celui-là, il est important d’avoir de l’expérience. C’est pour ça que, même si ce genre de match c’est toujours du 50/50, je pense qu’ils sont quasiment favoris ». Même si Millas n’est pas non plus dépourvu en joueurs de métier avec les Conilh, Munoz ou encore Rodriguez qui devraient jouer dimanche. « Oui, mais ils ont plusieurs chez d’orchestre avec Allègre qu’on connaît bien (ancien millassois), Gendre à l’ouverture, Durand, Romero, des mecs qui ont l’habitude de ces matches couperets. Je pense que dimanche on va voir une belle finale ». Et cette fois, les Millassois seront sur le terrain. L.M.