12.05.2014

Millas stoppé par St-Girons

Les Millassois sont tombés face à Saint-Girons. En mode diesel, les Catalans ont poussé sans remonter le retard.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons► Sans a fait jouer sa pointe de vitesse pour marquer le premier essai.

Dès l’entame, St-Girons joua léger devant, s’amusant à ça passe ou ça casse. Et ce fut le cas, à la sortie d’une touche dans les 22 mètres, les Ariégeois, pénétrèrent, sur un maul endiablé, laissant Dissegna plonger dans l’en-but (0-5). Prenant confiance et se libérant, les noirs de St-Girons profitèrent des ballons lâchés, des mauvais placements et des fautes… trop de fautes, ce qui permit à Pujol d’enfoncer le clou en inscrivant le second essai (0-12). Millas se devait de réagir, et c’est arrivé naturellement, Sans, toujours prêt à faire jouer sa pointe de vitesse sur son aile, déborda la défense adverse, inscrivit le premier essai millassois (5-12). Mais c’était sans compter sur l’âpreté des visiteurs qui, piqués au vif, repartirent de plus belle, jouant tous les coups et la persévérance finit par payer, sur un maul pénétrant Parenti, s’écarte, chistera pour Durrieu, qui aplatit le cuir entre les poteaux (5-19, 40).

A la reprise, il ne restait plus que 40 minutes à Millas pour vivre, l’USM n’avait pas le droit au faux pas. Après une première mi-temps nettement insatisfaisante, les Catalans se remirent au combat, faisant une seconde mi-temps de feu. Billes toujours égal à lui-même, déstabilisa St-Girons, et tel un feu follet, virevoltant de gauche à droite et surplombant l’équipe adverse, alla en dame (12-19). Millas commençait à espérer, mit tout le banc et ses tripes pour parvenir à renverser le jeu, le chrono tournait mais Millas ne trouvait pas la solution. St-Girons ne lâchait rien. Le chaud et le froid soufflaient en cette fin de partie, le chaud avec cette passion «rouge et noire », luttant jusqu’au bout, le froid avec cette poisse qui n’en finissait pas et qui laissa le score tel quel. Cela s’est joué sur des détails. Chaque équipe a eu ses temps forts, ses temps faibles, mais même les dinosaures finissent par chuter. Et c’est arrivé naturellement, Millas fait la pause.

millas, honneur 32°, USM, sans, billes, St Girons

21.04.2014

L’immense exploit de l’EscBacAsp

HONNEUR, finale. Les Ententistes ont réussi une grande prestation pour dominer Millas à Aimé-Giral.

millas, EscAspBac, US millas, aimé giral, billes, anthony durand, conilh, olivier allègre, lamine tourek, lionel pérez, laurent morales, l'IndépendantL’air s’est sérieusement rafraîchi en ce début de soirée sur Aimé-Giral. Mais ivres de bonheur, les joueurs de l’EscBacAsp ne veulent pas quitter la Cathédrale qui les a couronnés rois ni le maillot de leur exploit. « C’est énorme, exceptionnel, lance Anthony Durand, une nouvelle fois excellent dans son rôle d’arrière-buteur hier (20 pts). On est une famille et cette victoire on l’a arrachée à l’envie, au mental ». Autant de vertus qui leur ont permis de renverser la hiérarchie et d’envoyer dans les cordes une équipe de Millas pourtant loin d’être ridicule (25-14).

Ce sont d’ailleurs les « rouge et noir » qui entraient le mieux dans le match. Les Millassois occupaient la moitié de terrain adverse et multipliaient les prises d’initiative. Mais sans déborder l’énorme défense de l’EscBacAsp, socle de son exploit. Capable d’engloutir le feu-follet Billes derrière une percée de Conilh (17e) pour la seule réelle opportunité millassoise en première période.

n Le Gal perce-muraille

L’USM s’en remettait donc à la botte de Pelissier pour scorer. Durand lui répondait et on se dirigeait vers un score nul à la pause (6-6). Jusqu’à l’inspiration de Le Gal. Le 3/4 ententiste prenait un minuscule espace dans la défense adverse avant d’échapper à quatre défenseurs pour filer en dame (13-6, 38 e). L’exploit était en marche. Galvanisés par leur avantage à la pause, les coéquipiers d’Olivier Allègre, une nouvelle fois au four et au moulin, parvenaient à limiter l’impact de l’imposant pack millassois. Perturbés, ces derniers balbutiaient leur rugby. Et si l’USM parvenait à trouver la faille suite à un groupé pénétrant (16-11, 57e), les joueurs de l’EscBacAsp ne doutaient pas, à l’image d’un Durand impérial (6/7 au pied). Ce dernier assénait le coup de grâce sur un drop magique (25-14, 80+4), point final d’une rencontre qui restera dans les annales. Autant pour son affluence (plus de 1500 spectateurs), que pour l’histoire exceptionnelle de cet incroyable EscBacAsp, qui va désormais tenter de renverser des montagnes en championnat de France. Avant, peut-être, de se frotter à la Fédérale 3. L.M.

Ils ont dit...

Lamine Tourek (pilier de Millas) : « C’est dommage. On n’a pas pris le match par le bon bout et on a eu du mal à se mettre en place en défense. Je pense qu’il y avait pas mal de pression pour certains qui n’avaient jamais vécu un match comme ça. J’estime que l’EscBacAsp était au-dessus sur ce match. Ils ont bénéficié de nos fautes et leur buteur était au point. De notre côté, on a eu du mal à concrétiser au début alors qu’on dominait. C’est une bonne claque pour repartir (NDLR Millas est qualifié pour les barrages du championnat de France). Ça reste dommage parce qu’on s’était dit certaines choses. On n’avait pas le droit de perdre aujourd’hui pour certaines personnes ».

Lionel Pérez (coentraîneur de l’EscBacAsp) : « On a fait une super préparation, dans l’émotion (NDLR les joueurs père de famille se sont fait remettre leur maillot par leur enfant). Les joueurs ont joué avec le cœur, ont mis beaucoup d’envie. Ils ont joué comme il le fallait. On est parvenus à les contrer devant. Il faut féliciter tout le monde et je pense que ça a été un beau match de rugby. Ce soir il y a énormément d’émotion parce qu’il y a une génération de joueurs qui arrête à la fin de la saison et les mecs ont montré qu’ils voulaient vraiment aller chercher ce titre ». Recueilli par L.M.

20.04.2014

Au pied de la Cathédrale

HONNEUR. Le stade Aimé-Giral accueille cet après-midi l’EscBacAsp et l’US Millas. Explosif !

millas, honneur, billes, sanchez, USM EscBacAsp, lionel pérez, laurent rovira, sébastien lopez, fabien conilh, planxot cathédrale, aimé giral, rugby catalan, fédérale 3, championnat de France► Billes et Sanchez seront à nouveau opposés aujourd’hui.

Hier soir, le sommeil a probablement eu du mal à venir, pour certains, à quelques heures de réaliser le rêve d’une vie: fouler la pelouse du stade Aimé-Giral. Et si les Millassois ont eu quelques semaines pour s’y préparer, leurs adversaires de l’EscBacAsp ne savent qu’ils seront de la fête que depuis dimanche dernier et leur victoire en barrages face à Rivesaltes (18-15). « Jouer à Aimé-Giral est une grande chance, mais il y a beaucoup de pression, note Lionel Pérez, coentraîneur de l’EscBacAsp avec Laurent Rovira. C’est une finale, en Honneur et en plus à Aimé-Giral ! Mais il faut que les joueurs se lâchent. Une finale, ça se joue ».

Le vainqueur peut monter en Fédérale 3

D’autant que l’affiche promet beaucoup entre l’EscBacAsp, surprise de la saison, et Millas, qui a plané sur la phase Honneur, bouclée sans la moindre défaite. « Notre saison est déjà réussie, reprend Pérez. Et ils ont une belle équipe, solide devant, joueuse derrière. On ne les a jamais battus cette année. C’est surtout à eux d’avoir la pression ». Évidemment, du côté de Millas, on ne le voit pas de la même manière. « Une finale, ça se joue sur l’envie et sur l’expérience, pointe Sébastien Lopez, coentraîneur de l’USM avec Fabien Conilh. Comme ils sont plus expérimentés, je pense qu’ils sont un peu favoris, même si pour moi, une finale c’est du 50/50 ». Dont le vainqueur, en plus de soulever le planxot dans la «Cathédrale » du rugby catalan, sera qualifié pour le championnat de France et décrochera son accession en Fédérale 3. Et si le perdant, lui, ira en barrages du championnat de France, sa déception risque fort d’être à la hauteur de l’événement. L.M.

24.02.2014

Rivesaltes a fait douter Millas

HONNEUR. Le SCAR a poussé le leader millassois dans ses derniers retranchements mais s’incline finalement (16-12).

millas, rugby, US Millas, SCAR, Billes, Guenoun, Amrani, Pelissier, Raspaud

► Les Millassois ont eu du mal à se défaire des Babaus. 

D’un côté, un Millas n’ayant pas droit à l’erreur et de l’autre, un Rivesaltes désirant une revanche pour effacer son dernier match. Et les traverses de Roquefort ont bien compris l’enjeu en accueillant une foule aux deux couleurs. Et elles méritaient bien ça, car d’emblée, l’affrontement s’annonçait terrible. Se lançant à l’assaut de la forteresse Millassoise dès les premières minutes. La tension était si forte qu’elle déboucha sur une pénalité qui ne pouvait échapper à Raspaud (0-3). Rivesaltes remis le bleu de chauffe et Raspaud idem (0-6). De quoi semer un vent de révolte dans les rangs millassois, il est d’abord venu des avants, mais sans succès, il faudra attendre que Billes lance la machine (3-6) par une pénalité avant de remettre en selle son équipe passant à Guenoun, allumant la charrette, avant qu’Amrani plonge le cuir dans l’en-but adverse (10 -6), remontant le moral des travées juste avant la pause.

Dès la reprise, Rivesaltes fait à nouveau plier la défense Millassoise, permettant à Raspaud de revenir à un minuscule petit point de Millas (10-9). Ce dernier revient s’installer près de la ligne sans la percer, lui permettant de faire la différence (13-9), mais c’était sans compter sur l’âpreté des Rivesaltais, derrière une touche, Raspaud sort sa spéciale, passe à Domenech qui enquille un drop net (13-12). Le suspens ne durera pas si longtemps, une balle de récupération dans un ruck, provoquant la défense des visiteurs permettant à Pellissier de marquer en coin et tenir la victoire (16-12) sur une dernière pénalité. Millas a eu chaud mais sort glorieux vainqueur d’un match à sensations.

17.02.2014

Il faut compter avec Millas

HONNEUR. Les Millassois n’ont jamais été inquiétés hier à Elne.

millas, USM, David Gener, fabien Conilh, billes, forcadell, amrani, tourek, sanz► Billes à la relance et c’est Millas qui s’impose. Michel Clementz

Millas ne peut plus avancer masqué. David Gener le président et Fabien Conilh, le coentraîneur, ont beau répéter à l’envi qu’ils ne sont que des outsiders dans cette poule, le net succès d’hier à Elne (0-26), balaye forcément ce paravent de ce trop plein de modestie.

Aujourd’hui leader, l’USM peut se montrer gourmande. Et songer au titre. « Non, non, nous ne visons rien du tout. Seulement la victoire dans le prochain match, sourit Fabien Conilh qui admet néanmoins que les Millassois ambitionnaient les quatre points à Elne. A l’arrivée, le bonus, c’est la cerise sur le gâteau ». Auteur de quatre essais en terre hostile, les Millassois ont bénéficié de l’apathie illibérienne, incapable de rivaliser. Pour preuve, seule une incursion dans les 22 mètres visiteurs, peu avant la pause, fera parcourir le frisson dans le dernier quarteron des supporters « jaune et bleu ». « Le résultat est logique », admettra fataliste, Lilian Raynal, le co entraîneur illibérien.

Passé un quart d’heure plutôt équilibré, c’est Millas qui prend les commandes grâce à Forcadel, qui intercepte sur le bord de ligne et cinquante mètres plus loin, s’en va planter son nez dans le gazon (0-7, 14). Un essai qui valide les initiatives millassoises, bien plus tranchantes. En face, la JSI se montre trop stérile. Privée de munitions. Et Amrani, fraîchement entré en jeu, transperce le rideau défensif pour donner un peu plus de marge aux Millassois (0-14, 51).

Des « noir et rouge » qui enfoncent un peu plus les locaux sur une relance dérobée par Tourek qui s’affale à son tour dans l’en-but (0-21, 62). Déjà lesté du bonus, l’USM parachèvera son implacable succès par Sans sur son aile (0-26, 78). Pour la JSI, il reste cinq matches pour redresser la barre. Mais pour en club en reconstruction, être invité à la table des grands est déjà une victoire. A.H.

28.10.2013

A la sauce catalane

Les « sang et or » obtiennent une victoire précieuse dans la lutte pour la qualification.

millas, challenge comité, pays catalan, billes, pech, snaoui, romarin, maincent, pelissierSnaoui et Romarin partent à l'attaque.

Le vestiaire catalan est une véritable ruche, chacun savoure cette belle victoire face au Béarn venu en Roussillon faire un résultat.

Ce succès bonifié permet aux coéquipiers du capitaine romarin d’occuper une flatteuse première place avant d’aller défier l’Armagnac Bigorre fin novembre. Les « sang et or » l’ont emporté mais les hommes du trio Champagnac-Aniel-Deprade ont eu très peur et ont même frisé la correctionnelle. Dans un premier acte à l’avantage des Béarnais dominateurs en touche et supérieurs en mêlée, les Catalans ont accumulé les fautes donnant l’occasion à Miro, d’une précision chirurgicale, de trouver la mire à trois reprises.

Entre-temps, Sanchez trompait l’arrière béarnais et donnait l’occasion à Madami d’aller aplatir au milieu des poteaux. Juste avant le repos Pecarrere réussissait un drop fortement contesté qui permettait aux « jaune et bleu » de mener à la marque, 12-10.

La victoire et le bonus

En deuxième période, la course-poursuite continue Sanchez et Miro se rendent la politesse. Lors des vingt dernières minutes, les Catalans trouvent des forces. Dans presque tous les secteurs de jeu ils rivalisent avec leurs adversaires et se montrent surtout beaucoup plus réalistes. Le tandem Millassois Pelissier-Billes se charge de scorer et de corser l’addition. A cela s’ajoute la réussite des buteurs qui ont apporté un capital point non négligeable dans un duel particulièrement équilibré. L’essai béarnais pendant le temps additionnel est anecdotique. Le Pays Catalan s’offre une victoire méritée et un bonus offensif qui fait énormément de bien. Jean-Louis Pallure.millas, challenge comité, pays catalan, billes, pech, snaoui, romarin, maincent, pelissier

Pays catalan : Billes, Pech, Madami, Grenet, Roure, Sanchez, Paloffis, Leclerc, Snaoui, Bouquin, Romarin, Burcet, Bili, Gracia, Aroun, Mira, Auté, Rosarde, Maincent, Bey, Torres, Pelissier

06.05.2013

Fin de parcours pour l'US Millas

millas, US Millas, avenir bleu et blanc, pelissier,guenoun, munoz, billes, Les Millassois ont été éliminés hier par l'Avenir Bleu et Blanc en barrage (14-13).Seul au milieu du terrain de Port-la-Nouvelle, Jean-Baptiste Pelissier ne peut retenir ses larmes. Ses coéquipiers, ses entraîneurs ont beau se presser pour le réconforter, le buteur de l'USM a bien du mal à digérer ses échecs au pied qui auraient pu permettre à son équipe de s'imposer. Pourtant, il serait franchement injuste de tenir le demi d'ouverture, qui a connu autant d'échecs que son homologue dans ses tentatives (trois), pour responsable de l'élimination de Millas par l'Avenir Bleu et Blanc (14-13). Une qualification de l'USM hier n'aurait pas été un hold-up mais les Héraultais, réduits à quatorze dès la quatrième minute de jeu (expulsion du seconde ligne Maurat pour coup de pied dans un regroupement), méritaient sans doute plus de passer ce barrage. Supérieurs en conquête, notamment en touche, conquérants dans le jeu au sol, les Capestanais n'ont rien réalisé d'extraordinaire mais ont intelligemment bâti leur succès. Avec l'appui du vent en première période, les Héraultais ont profité d'un mauvais placement défensif de Millas pour aller en dame (12e) avant de tirer parti de l'indiscipline catalane pour atteindre la mi-temps avec une avance confortable (14-3). Puis de mettre les barbelés en défense quand Millas a profité de l'appui du vent à son tour.

Malgré Billes...

Des Catalans qui auraient pu lancer idéalement leur course contre la montre si Guenoun n'avaient pas commis un en avant à quelques mètres de l'enbut à la réception d'une passe au pied subtile de Munoz (45e). Une grosse occasion d'essai avortée qui symbolise le manque de réalisme offensif de l'USM. Le temps file dangereusement et la qualification s'éloigne pour Millas. c'est le moment que choisit Eric Billes pour sortir de sa boîte. L'arrière "rouge et noir" place une première accélération impressionnante pour ramener son équipe à six points (14-8, 58e). C'est encore lui qui prend à revers toute la défense héraultaise pour offrir à Pelissier la transformation de la gagne (14-13, 76e). Mais le buteur, pas verni, ne trouve pas la cible. Les derniers espoirs de qualification de Millas viennent de s'envoler... Millas a buté sur la défense de l'Avenir Bleu et Blanc et voit sa saison se finir prématurément.