19.02.2013

lls cambriolaient une entreprise de maçonnerie

Il était près de 3 h dans la nuit de jeudi à vendredi dernier quand une habitante de Millas a alerté le centre opérationnel de la gendarmerie qu'elle avait entendu un bruit suspect émanant de l'entreprise de maçonnerie Payre située dans son voisinage. Immédiatement, les "hommes en noir" du Psig (peloton de surveillance et d'intervention) de Perpignan, qui effectuent des patrouilles sur toute la circonscription chaque nuit, ont été dépêchés sur les lieux. Et, ils ont constaté qu'une fenêtre de l'établissement avait été brisée, bloquant aussitôt les accès au bâtiment et interpellant trois individus qui étaient en train de cambrioler la société. Ils avaient déjà descellé un gros fil de cuivre du mur et avaient préparé divers autres objets qu'ils s'apprêtaient à emporter. Les suspects, tous jeunes majeurs et domiciliés sur la commune, ont été placés en garde à vue par les militaires de la brigade de Millas. Ils se sont vus notifier une convocation et devront répondre de leurs actes le 17 mai devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

25.03.2011

Confondus sur un cambriolage, ils en avouent cinq autres

L'affaire débute mercredi lors d'une patrouille effectuée par les gendarmes de la brigade de Millas à Nefiach. Les militaires repèrent un individu au comportement suspect et procèdent à son contrôle. L'homme est finalement laissé libre. Or, quelques minutes plus tard, un cambriolage est signalé dans le village. Les gendarmes se transportent immédiatement sur les lieux et procèdent à des constatations minutieuses et recueillent des éléments, dont une trace de pas avec l'empreinte d'une paire de baskets caractéristiques. Les mêmes que celles de l'individu précédemment contrôlé. Il est ainsi confondu ainsi que son complice. Les deux suspects ont été rapidement interpellés et placés en garde à vue. Au cours de leur audition, il leur a en outre été attribué cinq autres cambriolages, commis avec effraction ou dégradation, à Néfiach au cours des dernières semaines. Une partie du butin a été retrouvée dont un scooter et des bouteilles d'alcool. Laissés libres, les mis en cause seront convoqués en justice afin de répondre de leurs actes. Depuis le début d'année, la brigade de Millas intensifie et diversifie ces opérations de contrôle et les patrouilles pédestres dans les communes de sa circonscription.  « C'est précisément ce qui a permis d'intercepter le bon suspect au bon moment », se félicitaient hier l'adjudant-chef Combes, commandant cette unité et son équipe.  La. M. 

25.01.2011

Deux jeunes interpellés pour le double cambriolage de l'école maternelle

millas, gendarmerie, cambriolage, brigadeC'est au terme d'une minutieuse enquête que les gendarmes ont pu procéder à l'interpellation, dimanche et hier, de deux jeunes suspectés d'avoir cambriolé à deux reprises l'école maternelle Marie-Mellies.

En novembre dernier, à la faveur de la nuit, des individus avaient pénétré dans les locaux par effraction et s'étaient emparés de postes de télévision et de matériel informatique. Avant de quitter les lieux, ils avaient également passablement dégradé les salles de classe. Des faits qui avaient évidemment été communiqués aux gendarmes. Mais quelques jours plus tard, en décembre cette fois, les auteurs avaient recommencé. Comme la fois précédente, le cambriolage s'était doublé de dégradations commises au détriment des élèves.

Des filatures en civil. La brigade de gendarmerie de Millas, saisie de l'enquête, a alors décidé d'utiliser différemment ses ressources afin de procéder à l'identification des auteurs. Après avoir travaillé avec la police municipale de Pézilla à établir clairement l'identité des suspects éventuels, les militaires ont ainsi décidé de troquer leur tenue habituelle pour des tenues civiles.

En toute discrétion, ils ont ainsi pu effectuer une surveillance renforcée de deux jeunes gens soupçonnés d'avoir commis ces cambriolages. Ces filatures ont notamment permis aux gendarmes d'étoffer leur dossier, jusqu'à aboutir à l'interpellation, dimanche et lundi matin, des deux individus : un mineur domicilié à Pézilla, et un majeur de 22 ans domicilié à Saint-Estève défavorablement connu de leurs services.

Les deux jeunes ont été entendus sur les faits, à l'issue de quoi le mineur a fait l'objet d'une mesure de réparation pénale. Quant au majeur, récidiviste, il a été écroué dans l'attente de la poursuite des investigations. Des investigations destinées à retrouver éventuellement le butin dérobé à l'école… autant qu'à vérifier un lien éventuel avec d'autres faits similaires commis dans le secteur.
 
B. G.