21.04.2013

Millas défie la Côte Vermeille

millas,cote vermeille,jean pascal,finale,pellicer,n henri mascardo,frédéric cermeno,fred munoz,sébastien lopezVingt-huit jours plus tard, la Côte Vermeille retrouve la compétition. Quatre semaines après son dernier match officiel et une victoire en phase de poules contre... Millas (26-13, le 24 mars). "C'est un peu long", sourit Jean-Pascal Pellicer, coentraîneur de la Côte avec Henri Mascardo et Frédéric Cermeno. "On a essayé de s'entraîner le mieux possible et on a fait une opposition vendredi dernier contre la B d'Argelès pour reprendre le rythme et bien préparer cette finale". La Côte, qui sera privée cet après-midi de son flanker Benoît Buiatti, devrait donc être fin prête pour le match le plus important de sa saison. Une rencontre pour laquelle Pellicer refuse néanmoins l'étiquette de favori alors que son équipe a dominé le championnat Honneur de la tête et des épaules. "Le match est à 16 h dimanche et beaucoup de paramètres entrent en jeu, comme le temps qu'il fera... On repart de zéro, c'est du 50/50, c'est une finale". Une finale qui quoi qu'il en soit promet beaucoup entre la Côte Vermeille et ses individualités de premier plan qui ont su se mettre au service d'un collectif performant, et un Millas annoncé en reconstruction mais dont le jeune effectif a rapidement su se hisser au niveau de la division. "Je ne suis pas surpris de retrouver Millas en finale", reprend l'ancien demi-de-mêlée. "Ils ont montré de belles choses cette saison avec de bons joueurs et de bons entraîneurs".

La montée en jeu

Qui n'ont peut-être pas fini de surprendre. Après être allés chercher leur ticket pour la finale et le championnat de France* sur le terrain du FLHV il y a quinze jours (15-31), les Millassois rêvent d'une nouvelle perf'face aux Maritimes, qu'ils sont parvenus à battre une fois en quatre confrontations cette saison. "Au départ de la saison, on ne savait pas trop où on allait", rappelle Fred Munoz, coentraîneur de l'USM avec Sébastien Lopez. "On a essayé de faire le maximum en phase de poule, puis le maximum en demi-finale. On fera encore le maximum pour essayer de gagner la finale". Une formule qui a pour l'instant souri aux Millassois. "Ils auront plus de pression que nous puisqu'ils ont annoncé vouloir monter en Fédérale 3 (NDLR le champion Honneur du Pays Catalan accède à la Fédérale 3)", poursuit Munoz, qui s'appuiera sensiblement sur le même groupe cet après-midi que celui qui a fait tomber le Foyer. "Mais on jouera pour gagner. Une finale, c'est toujours du 50/50. Evidemment, en prenant du recul et en jetant un coup d'œil aux effectifs, on dirait plutôt que c'est du 70/30 pour la Côte, mais les finales sont particulières". Et Millas se tient prêt à relever le défi.

*Les finalistes Honneur sont qualifiés en championnat de France. Le champion est au premier tour alors que le finaliste vaincu doit passer par un barrage. "Planxot" et la remontée en Fédérale 3 sont en jeu.

04.04.2013

FLHV-Millas : forcer le barrage

millas,comité pays catalan,poule honneur,barrage,flhv,us millas,côte vermeille,finale,barrages,championnat de france,ffrLa commissions des règlements du comité Pays Catalan a finalement rendu son verdict mardi soir concernant la poule Honneur et le barrage opposera bien le FLHV à Millas. Comme le veut le règlement cette année, le deuxième de poule, donc le Foyer, accueille le troisième, Millas. Alcover étant indisponible, c'est à la Plaine de jeu, et dès dimanche (15h), que les deux formations se disputeront le billet pour rejoindre la Côte Vermeille en finale et, surtout, pour se qualifier en barrages du championnat de France.

25.03.2013

La Côte trop forte pour Millas

Les Millassois sont en barrages malgré leur défaite à la Côte hier (26-13)

millas, Côte vermeille, US Millas, Naurea, Ollier, Billes Naranjo, Pelissier, LopezLopez et Millas n'ont pas pu stopper la Côte.

Le  score se passe de commentaires pour les Maritimes : 26 points marqués, 4 essais et beaucoup d'intentions. En face, 13 pointés pour Millas, ce qui est sévère pour sa dernière sortie à l’extérieur, mais l'addition aurait pu être encore plus corsée. Les Maritimes ont dominé de la tête et des épaules ce match. Les visiteurs, soumis à une pression défensive énorme par les locaux, se mettent souvent à la faute et la première alerte était donnée par la ligne d'attaque maritime qui emmène Naurea à l’essai. Ce coup de semonce devait être prémonitoire pour Millas puisqu'après sept minutes, la même tactique faisait encore mouche (12-3) pour Ollier. Malgré la sortie de Naurea à la 33° (carton rouge), en place et bien installé dans le camp visiteur, la Côte concrétisait une bonne occupation du terrain et une nette domination territoriale. Les Maritimes font parler la poudre, avec une relance d'un ailier à l'autre pour permettre à Hatem de marquer avant la pause (19 – 3).

A la reprise, Trafalgar continue pour les visiteurs à la recherche du bonus. Et malgré les petits pépins, la Côte tient bon le cap en inscrivant par Hatem son dernier essai (26-6). Se laissant aller à la satisfaction du travail accompli, les maritimes baissent la garde. Attaques et contre-attaques se succèdent. C'est animé mais brouillon. Millas en profite pour tenter le tout pour le tout afin de décrocher son précieux sésame, le cuir distillé de main de maître par Billes, atterrit dans les mains de Naranjo sur l’aile, perçant la défense adverse pour aplatir dans l’en-but, transformé par Pelissier (26-13).

25.02.2013

Millas bute sur la Côte Vermeille

Succès bonifié de la Côte Vermeille sur le terrain d'un Millas diminué.

millas, côte vermeille, L'impact de la Côte Vermeille a fait des dégâts.

En plus des conditions météo glaciales, la venue de la grosse cylindrée s'annonçait comme l'un des dossiers sensibles de ce match, car il y avait comme un goût d'amertume dans les rangs de l'US Millas où on semblait avoir du mal à digérer les conséquences du week-end dernier. La partie s'annonçait particulièrement difficile, faute d'effectif, et elle le fut. Car d'entrée de jeu, les maritimes débarquèrent avec un gros engagement physique et la ferme volonté de repartir la cale pleine. D'emblée Hatem, auteur d'un doublé, donnait le cap à son équipe, en aplatissant le cuir dès la 8e. Pour les Millassois, la mission s'annonçait compliquée, mais pas insurmontable. Ils répondirent, du tac au tac, par Snaoui plongeant dans l'en-but adverse (5-7). Mais les maritimes voulaient faire "festin" en terre millassoise, et effectuèrent un deuxième service à base de "sauce catalane" par un essai de groupe, juste avant les citrons (5 -12). Le problème est qu'avec sept points de retard, la marge de manœuvre restait assez étroite, et une défaite sur son herbe mettrait Millas en ballottage plutôt défavorable. Afin de combler leur effectif, les entraîneurs "rouge et noir" reprirent du service, mais rien n'y fit, les maritimes avaient avec eux quelques nécessaires ingrédients de base très utiles en matière d'occupation du terrain et de possession de balle. Dominateurs en seconde mi-temps, les Maritimes mirent "pleine voile" ce qui permit à Etienne, sur un exploit personnel, de marquer entre les poteaux, suivi peu après du doublé de Hatem qui après un long travail de sape des avants, posa en dame (5-27).

21.11.2012

L'US Millas crée l'exploit contre la Côte Vermeille

millas, us millas, lopez, munoz, côte vermeilleDimanche, à Roquefort, les hommes du duo Lopez-Munoz ont fait chuter les favoris au titre de champion Honneur

07.03.2011

La Côte assure l'essentiel

Au terme d'un derby décevant émaillé par six cartons, dont trois rouges, la Côte Vermeille engrange une victoire importante face à Millas (19-12). Les Hommes d'Henri Marcuello reviennent à la hauteur d'Elne au classement de la poule.
millas, côte vermeille, henri marcuello, thomas aouissi,marty, clara, casamitjana, metlaine, USM, elne, lunel, gaillacAvant le coup d'envoi du match, la plupart des acteurs de ce Côte Vermeille - Millas n'avait qu'un seul sujet à la bouche : la réforme fédérale et le rendez-vous très attendu de demain soir entre représentants des clubs de Fédérale 3 et membres du comité du Roussillon.

À la fin, en revanche, c'est de l'arbitrage de M.Ramos qu'il a été question. Ou plutôt de sa grande sévérité dans un début de rencontre, certes musclé mais sans gestes vraiment dangereux et de ses cartons rouges adressés à Casamitjana (9e), Julien Gonzalvez (13e) et Metlaine (40e).

Quoi qu'il en soit, on n'a pas beaucoup parlé rugby, hier au stade Paul-Cervello. Et pour cause, mis à part une fin de deuxième mi-temps débridée où les Millasois ont envoyé du jeu de partout et inscrit deux essais pas vilains du tout par l'intermédiaire de leur ailier Thomas Aouissi (73e, 80+2e), les spectateurs présents à Port-Vendres n'ont pas eu de quoi se réjouir du spectacle proposé par les deux équipes.

La Côte à 14 contre 13

Certes la Côte Vermeille a assuré l'essentiel en profitant du faux pas d'Elne face à Lunel (9-11) pour revenir à la hauteur de son rival au classement, mais la formation d'Henri Marcuello n'a pas convaincu dans le jeu et, surtout, a laissé échapper un point de bonus offensif qui semblait à sa portée en fin de première mi-temps. A ce moment-là, la Côte Vermeille évoluait à 14 contre 13, menait 19-0 grâce à l'efficacité de Marty au pied et à un essai de Clara sur un maul.

Sauf qu'en deuxième mi-temps, les Maritimes ont confondu vitesse et précipitation. Tentant d'envoyer du jeu de leurs 22 mètres, ils ont perdu plusieurs ballons importants en touche. Le tout en étant trop souvent sanctionnés. De son côté, Millas s'est accroché et a fini par arracher le bonus défensif à la dernière seconde. Malheureusement pour l'USM, Thomas Aouissi s'est blessé au genou en inscrivant son deuxième essai personnel. Millas perd donc sur ce match trois joueurs (Aouissi, Casamitjana et Metlaine) qui ne joueront pas contre Gaillac. La Côte, elle, devra se passer de Julien Gonzalvez à Lunel... 

Laurent Moralesmillas, côte vermeille, henri marcuello, thomas aouissi,marty, clara, casamitjana, metlaine, USM, elne, lunel, gaillac

22.11.2010

La Côte broyée à la sauce millassoise

Millas avait sans doute davantage besoin de la victoire et s'en est donné les moyens hier dans un derby où la Côte Vermeille, en plein doute actuellement, n'a que trop peu tenté pour espérer remporter le magot.

GMT_4821.jpg
GMT_4838.jpg
GMT_4829.jpgSalvat, Grando et Billes (qui marque le deuxième essai), ont été trois des artisans du succès millassois. Photos Gérard Maincent

C'est   une joie intense, un pur délice au coup de sifflet final. En traversant le terrain, les sourires ont rongé les visages des joueurs du Riberal. On disserte, on raconte, on se fait plaisir. Ça dégouline, ça sent bon la belle histoire de potes. En décrochant son troisième succès de la saison, devant son homologue roussillonnais déshabillé du point de bonus défensif dans les derniers soupirs de la rencontre, Millas s'est offert une bonne bouffée d'oxygène. Oh, ce matin, Millas ne fait pas le paon, mais le soulagement était palpable, hier, du côté de Roquefort. Dans le sillage d'un Allègre impeccable, l'USM s'est encore nourrie de force, de courage et de vaillance, bref de tout ce qui peut bien couler dans leurs veines depuis tant d'années, pour essarter le chemin du bonheur.   « Elle fait du bien celle-là, d'autant qu'aux vertus bien connues du club, nous nous sommes efforcés de produire du jeu, se félicitait Marc Juan, le co-entraîneur, des étoiles plein les yeux   à la lecture des résultats plutôt favorables des autres rencontres de la poule.   Nous savons bien que nous ne sommes pas le Stade Toulousain, mais les joueurs nous ont fait plaisir aujourd'hui. Le travail commence à porter ses fruits ».

La bave aux lèvres

Car excepté une étincelle en tout début de rencontre, la Côte n'a que trop rarement exhibé son costume trois pièces, engoncée dans un jeu d'avants trop systématique. Comme le Canigou qui cachait son nez sous un épais manteau brumeux, le bataillon « vert et noir » semble aujourd'hui emmitouflé d'une peau de doutes et d'interrogations. Entre la frustration des arrières trop peu sollicités et la déception de leur deuxième défaite consécutive (après Elne 17-14), il sourdait une certaine tension dans les rangs maritimes en toute fin de match. Seule la botte précise de Marty a permis de maintenir, un temps, le bateau, à flot (6-9, 20). La suite ? Une domination outrageuse des locaux, la bave aux lèvres quatre-vingts minutes durant. A l'image de ce premier essai de Paul Ribes, profitant d'une glissade de Roque (par ailleurs le meilleur maritime hier), pour planter son nez dans le gazon (11-9, 22) ou encore à ce pilonnage en règle, autour de la demi-heure de jeu, récompensé par la deuxième réussite de l'USM. Sur le coup, c'est Grando qui sonne la charge et lamine un peu plus la lande. Argiles ouvre pour Nicolas Ribes et Billes, guibolles agiles et frétillantes, lancé comme une balle, déchire, plein axe, la défense visiteuse pour s'affaler dans l'enbut (18-9, 33). A la reprise, Nicolas Ribes, le buteur local, enfonce un peu plus le clou (21-9, 55). Les augures semblent alors limpides, pour les Millassois même si le diabolique Marty, ramène les siens à une portée de fusil (21-15, 75), avant que Nicolas Ribes ne les prive du maigre magot défensif à la sirène.

Arnaud Hingray