12.06.2012

16 cambriolages de résidences principales élucidés… Un réseau démantelé par les gendarmes !

millas,gendarmerie,cambriolages,bijouxAu terme d’investigations longues et minutieuses, les gendarmes des P-O ont mis la main sur des auteurs présumés de vols de bijoux qui sévissaient dans les résidences des alentours de Perpignan.

Deux suspects ont été interpellés le 7 juin dernier par la brigade territoriale de Millas. Ils sont soupçonnés d’une longue série de cambriolages dans des résidences principales perpétrés depuis le mois de janvier 2012. Ce sont 16 méfaits qui, pour l’heure, leur sont reprochés. Les cambrioleurs s’étaient spécialisés dans le vol de bijoux, dont ils s’emparaient en pénétrant dans les habitations.

Le butin était écoulé principalement dans les boutiques d’achat d’or. Le montant des butins correspondant aux bijoux volés est évalué à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

« Cette belle réussite démontre une nouvelle fois l’engagement total de la Gendarmerie dans la lutte contre les cambriolages, qui sont légitimement perçus comme un grave traumatisme, et cette belle réussite dans l’enquête judiciaire démontre l’efficacité de nos services », se félicite le capitaine Martinez, commandant par suppléance la Compagnie de Perpignan. © Ouillade.com

11.07.2011

Blessés par balle à leur domicile par leur cambrioleur

Peu d'informations ont filtré concernant ce violent cambriolage survenu dans la nuit de samedi à dimanche un peu après 22 heures dans une maison de Millas occupée par un couple de retraités.

Selon toute vraisemblance, l'homme aurait surpris un ou plusieurs malfaiteurs qui étaient entrés par effraction à son domicile. Loin de faire fuir le ou les cambrioleurs, le sexagénaire aurait reçu un premier coup de crosse. L'agression aurait même pu plus mal tourner quand son épouse est intervenue à son tour. Pris pour cible, le couple aurait ainsi essuyé plusieurs coups de feu avant que le ou les intrus armés ne prennent la fuite.

L'homme et la femme, tous deux âgés de 65 ans, ont été touchés par les projectiles. Pris en charge, ils ont été évacués par les pompiers au centre hospitalier de Perpignan vers 23 heures. Leurs jours ne seraient pas en danger.

Compte tenu de la violence des faits et des conséquences qu'aurait pu avoir cette intrusion, la gendarmerie, qui a immédiatement ouvert une enquête et procédé aux constatations d'usage ne souhaitait pas communiquer plus avant hier. J.M.S.