10.03.2011

Aux Catalans de croiser les doigts

millas, catalan fédérale 3, réunion, usm, adroguerMardi soir, Jean Dunyach, président du Comité du Roussillon, a reçu dans les locaux de l'instance, les représentants des clubs catalans engagés en Fédérale 3. Comme on pouvait s'y attendre, la réunion n'a pas vraiment apporté d'éléments nouveaux, le Comité n'ayant pas de pouvoir décisionnel en ce qui concerne les championnats de Fédérale :   « Cette réunion était une demande d'informations, rien d'autre, expliquait hier matin Jean Dunyach.   A l'origine, la demande vient de la Côte Vermeille qui voulait davantage d'éclairage sur la lettre du 5 mars. Entre-temps vous   (NDLR : L'Indépendant)   avez tout expliqué, mais comme la réunion était prévue, on en a profité pour voir tous les clubs ».

Une entrevue qui s'est finalement déroulée dans une ambiance bon enfant. Quelques éclats de voix ont retenti dans les couloirs, mais rien de bien méchant. Marc Bernardi, dirigeant de la Côte Vermeille présent mardi soir estime que « tout le monde savait que le nombre de sixièmes qui descendraient dépendait du nombre de clubs de Fédérale 2 de notre secteur qui seraient relégués. Maintenant on sait que c'est une décision nationale, les choses sont plus claires qu'avec le simple courrier ».

Marc Adroguer, coentraîneur de Millas, n'était pas à la réunion. « Mon père, Henri(président de l'USM), et Alphonse Noguera y étaient. Ils m'ont dit que rien ne bougerait, que ce n'était pas la faute du Comité. Les mecs du Grand Sud s'en foutent, ils font leur truc sans penser aux clubs. On va jouer à fond même si on sait qu'on a 99 % de chances de retourner en Honneur ». La tendance est effectivement défavorable à l'USM, qui n'a plus aucune chance de finir plus haut qu'à la septième place, actuellement occupée par les « rouge et noir ».

Un vide juridique 

Difficile aujourd'hui d'imaginer un septième de poule se sauver puisque même les sixièmes sont en grand danger. Les explications de Jean Dunyach : « Le scénario le plus pessimiste avec les 31 places accordées en Fédérale 3 au secteur Grand Sud peut reléguer tous les sixièmes. Si sept équipes descendent de Fédérale 2, avec les quatre promus d'Honneur, il ne resterait que 20 places donc seuls les 5 premiers de chaque poule se maintiendraient. On peut aller vers plus d'optimisme et imaginer seulement quatre descentes de Fédérale 2 et que quelques équipes du secteur atteignent les quarts de finale du championnat de France et soient promues en Fédérale 2 , permettant un plus grand nombre de maintiens ».

Quoi qu'il en soit, Elne et la Côte Vermeille, aujourd'hui cinquièmes ex aequo de leur poule sont à la lutte pour conserver cette place... ou plutôt pour ne pas finir sixièmes. Dans la configuration actuelle des poules, le sixième du groupe qui comprend la Côte ou la JSI pourrait à la fois se qualifier en tant que meilleur sixième et être relégué en Honneur. Mais que se passerait-il si ce fameux sixième atteignait les quarts de finale du championnat de France mais refusait la montée en Fédérale 2 ? Difficile à dire puisqu'un vide juridique existe : « Effectivement, admet Jean Dunyach.   On ne s'est pas posé la question mais sportivement, même si ce n'est que mon avis et rien d'autre, elle devrait rester en Fédérale 3 mais sans pouvoir évoluer en championnat de France en fin de saison »

La marge de manœuvre est étroite et la situation d'autant plus frustrante que certains clubs ne connaîtront leur sort que le 28 mai, jour où se dérouleront les huitièmes de finale du championnat de France de Fédérale 3. Soit un mois et demi après la fin de la phase de poule... Laurent Morales