20.08.2014

Aurelio Hernando remporte le concours

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, a remporté le second concours de Millas.

millas, corrida, aurelio hernando, tomas angulo, romero hijo, picador, gonzalo caballero, paco galache, clemente, christian bourquinBonne tarde de Clemente qui en tuant mieux aurait coupé l’oreille du Flor de Jara.

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, à forte connotation veragua, a remporté le second concours de Millas, bien qu’ayant été correct sans plus au cheval. Mais quelle caste par la suite, et quelle bravoure pour suivre les leurres par le bas, avec noblesse et transmission, tout au long d’une longue faena dont le meilleur se déroula sur le piton droit, Tomas Angulo se montrant moins précis sur l’autre. Si au lieu d’une demie épée d’effet rapide il avait mis une entière, les deux oreilles seraient tombées. L’autre novillo important de la journée fut celui de Valdefresno, un costaud qui chargea trois fois de loin au cheval où il poussa de belle manière, ce qui permit à Romero Hijo de remporter le prix au meilleur picador. Alourdi par ce tercio éprouvant, le novillo demandait à être toréé avec précision et distance, ce que Gonzalo Caballero ne fit pas. Autre bon novillo, du moins on le devina, fut celui de Paco Galache, qui se fracassa par trois fois contre les burladeros et se provoqua une lésion qui l’empêcha d’embister comme sa manière de mettre la tête permettait de le penser. Tomas Angula essaya, mais sans briller. Le novillo du Laget sorti en cinquième fut noble, et Gonzalo Caballero lui servit une faena quelque peu superficielle qui ne porta pas sur les tendidos. Pour Clémente avaient été enfermés deux Santa Colomas, un de Flor de Raja qui, après douze muletazos, pas un de plus, devint intraitable, et un de la Interrogacion, origine Coquilla, qui poussa au cheval d’où il sortit alourdi et sans trop d’options.

À noter que Clemente brinda son second novillo au président Christian Bourquin, grand aficionado, présent en contra barrera. Et l’on eut confirmation le matin de la course, de la part d’un membre du gouvernement présent à Millas, que le Premier ministre n’avait nullement conseillé à ses ministres de ne pas fréquenter les arènes cet été.

10.08.2014

La feria dans la dernière ligne droite

Les Millassois sont maintenant rompus à cet exercice difficile qui consiste à faire coexister tradition catalane, culture taurine et fête dans toute leur splendeur.

millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, ClementeL’abrivado hier matin dans les rues du village.

millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, ClementeLe baptême du pastis a lieu aujourd’hui après la messe.

Si la feria est un grand moment de débordement festif, il faut aussi qu’elle laisse place au recueillement religieux. C’est pourquoi, en ce dernier jour de fête, la messe en l’église Sainte-Eulalie est une authentique messe catalane, dite et chantée dans la langue du pays. La partie musicale sera assurée avec talent et entrain par le Fanal de Sant-Vicens. Suivi par le défilé des « Gegants ». Royaux ou grotesques, ils se livreront à leurs habiles pas de danse, drainant avec eux un public enthousiaste sur le lieu de rendez-vous incontournable de midi : la Font del Rey. Tous à la fontaine, tel sera le mot d’ordre, car après avoir assisté à la messe et déambulé dans les rues de Millas, on procédera au baptême du pastis avec l’eau de la Font del Rey où nombre de timbales remplies de ce divin breuvage circuleront de main en main, apéritif monstre animé par plusieurs «bandas», avant le traditionnel «paquito » géant.

Place aux toros

Après la collation, la ville redevient taurine avec l’abrivado, alliant amour des chevaux et passion des taureaux, une course folle dans les rues de Millas où les « attrapaïres » tenteront par tous les moyens d’endiguer la course du ou des toros, encadrés de main de maître par la manade Bilhau. Et surtout à 18h, la novillada aux arènes avec le concours de Ganaderias. Six novillos des ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación seront combattus par les novilleros Tomás Angulo, Antonio Linares et Clemente. Les animations ne seront pas en reste au podium central, dès 17 h, un spectacle folklorique catalan : la danse de l’ours par le groupe Alegria d’Arles-sur-Tech et à 18h30, un bal rétro avec l’orchestre Domino. Dès 21h45, le ball del diables i correfoc, un déluge de feux et de bruit assourdissant des percussions dans les rues du centre-ville par Aire Nou de Baho lancera le final musical dans les bodégas.

Bien sûr, en fin de soirée, quelques fêtards auront parfois du mal à se coucher, ce sera l’occasion d’un esmorzar entre amis avec le traditionnel pa amb tomaquet.millas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, Clementemillas, messe en catalan, gegants, apéritif, pawstis, font del rey, abrivado, ,novillos,ganaderias de Paco Galache, Valdefresno, Flor de Jara, Aurelio Hernando, Le Laget, La Interrogación, novilleros, Tomás Angulo, Antonio Linares, Clemente