20.08.2014

Aurelio Hernando remporte le concours

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, a remporté le second concours de Millas.

millas, corrida, aurelio hernando, tomas angulo, romero hijo, picador, gonzalo caballero, paco galache, clemente, christian bourquinBonne tarde de Clemente qui en tuant mieux aurait coupé l’oreille du Flor de Jara.

Le novillo jabonero de Aurelio Hernando, à forte connotation veragua, a remporté le second concours de Millas, bien qu’ayant été correct sans plus au cheval. Mais quelle caste par la suite, et quelle bravoure pour suivre les leurres par le bas, avec noblesse et transmission, tout au long d’une longue faena dont le meilleur se déroula sur le piton droit, Tomas Angulo se montrant moins précis sur l’autre. Si au lieu d’une demie épée d’effet rapide il avait mis une entière, les deux oreilles seraient tombées. L’autre novillo important de la journée fut celui de Valdefresno, un costaud qui chargea trois fois de loin au cheval où il poussa de belle manière, ce qui permit à Romero Hijo de remporter le prix au meilleur picador. Alourdi par ce tercio éprouvant, le novillo demandait à être toréé avec précision et distance, ce que Gonzalo Caballero ne fit pas. Autre bon novillo, du moins on le devina, fut celui de Paco Galache, qui se fracassa par trois fois contre les burladeros et se provoqua une lésion qui l’empêcha d’embister comme sa manière de mettre la tête permettait de le penser. Tomas Angula essaya, mais sans briller. Le novillo du Laget sorti en cinquième fut noble, et Gonzalo Caballero lui servit une faena quelque peu superficielle qui ne porta pas sur les tendidos. Pour Clémente avaient été enfermés deux Santa Colomas, un de Flor de Raja qui, après douze muletazos, pas un de plus, devint intraitable, et un de la Interrogacion, origine Coquilla, qui poussa au cheval d’où il sortit alourdi et sans trop d’options.

À noter que Clemente brinda son second novillo au président Christian Bourquin, grand aficionado, présent en contra barrera. Et l’on eut confirmation le matin de la course, de la part d’un membre du gouvernement présent à Millas, que le Premier ministre n’avait nullement conseillé à ses ministres de ne pas fréquenter les arènes cet été.

08.08.2013

Trente ans de feria

Pour tous les amateurs de festivités, musique et culture taurine.

millas, feria, corrida, bodega, bandas, la panoramique, AOC, el drac de foc, chevalissimo, DJ obsession, DJ tito, Dj Creason, Mil Lenaria, b allada, sardanes, cobla, inter canton, count'ry, gunshotCorrida, bodega, bandas, ne manquez rien de la feria qui envahit, dès aujourd'hui les rues de la ville.

Le compte à rebours a commencé avant que ne retentisse ce soir, et pour quatre jours, le top départ en fanfare pour ces journées de fête consacrées à la traditionnelle et festive feria de Millas.

La Féria est le point d'orgue de la vie festive Millassoise. Pendant quatre jours, le taureau est roi. Mais on ne vient pas à Millas uniquement pour la tauromachie : on inaugure la Feria par la cérémonie des foulards. Puis, on assiste à une animation, on se dirige vers une bodega. On voit déambuler, sur les boulevards, les bandas, on danse la nuit dans les bodegas, le muscat abricot, la sangria coulent à flot. On vient à la Feria avant tout pour la fête, les amis et la musique. C'est pour l'animation des rues, la folie ambiante et les bodegas que l’on y reste. On y revient pour l'atmosphère et les rencontres que l'on y fait.

Tapis rouge

C'est bien plus qu'un événement festif, c'est un rendez-vous majeur pour tous les amateurs de festivités, de musique et de culture taurine, une semaine inscrite dans le patrimoine catalan. Tous les ingrédients sont réunis pour partager ces moments magiques. Guettée, attendue, espérée, la feria 2013 déroulera, pour ses trente bougies, son tapis rouge pour vous accueillir. A Millas, une feria est un ensemble, elle se vit pleinement. Ce n'est pas que bodega et corrida, mais c'est surtout s'amuser, danser, se rencontrer, partager et décompresser. De quoi ravir tous les amateurs de fête populaire aux parfums tauromachique.

Programme de jeudi et vendredi

La feria va démarrer aujourd'hui avec la course « La Panoramique » (à 19h) suivi de l’apéritif musical avec les bandas au podium central (à 18h). Juste avant le spectacle où homme et cheval sont à l'unisson avec « Chevalissimo » aux arènes. La cérémonie des foulards lancera dès 22 h les festivités organisées par le Comité d'animations culturelles de la ville. On ouvre avec « El drac de foc » au rythme des percussions et des bandas avant l’ouverture des Bodégas à 22h30. Au podium central, un concert avec le groupe celto-catalan A.O.C. qui fête ses 10 ans, suivi de DJ Obsession, DJ Tito à la latine & DJ Creason aux Arènes.

Demain, grand concours de pétanque, Ballada de sardanes avec la cobla Mil.lenaria, et dès 21h30 l’inter canton aux arènes (jeux taurins opposant les villes du Canton). Soirée Country avec démonstration et initiation suivi du groupe Gunshot.

13.08.2012

De Caracas à Millas, Castañeda apprend le métier de matador

millas,corrida,fabio castañeda,jimenez,javier jimenez,moreno silva,taureauxFabio Castañeda rarement été à son avantage hier à Millas.

C'est un torero de peu. De peu d'expérience, de peu de métier, de peu de technique. Mais de beaucoup de kilomètres. Un jeune homme venu de son Venezuela natal se construire un destin en France et en Espagne. Brun et solide, Fabio Castañeda apprend. Il voyage en classe toro, mais version low-cost. Loin des grandes arènes et des triomphes annoncés. Il se coltine ces petites plazas où il y a plus à perdre qu'à rêver. "C'est un novillero baroque", présente Bernard Lopez, indéfectible monsieur corrida à Millas depuis près de 30 ans.

Malgré la Tramontane, pire ennemi des matadors, et face à des Moreno Silva inégaux, faibles pour les trois premiers, complexes et avisés ensuite, Castañeda a tenté de faire le métier hier dans une arène pleine aux deux tiers. A sa façon : généreuse, mais brouillonne.

L'oreille de Jimenez

"On voit qu'il manque d'expérience. Il s'expose inutilement. Il a manqué son second novillo (le dernier de la journée), alors qu'il offrait tout pour triompher. A l'image de cette pique vraiment spectaculaire", juge André Viard, le chroniqueur taurin. "Il ne sait pas tuer. Mais, il est courageux. Et puis, ils sont rares aujourd'hui, les novilleros qui banderillent".

Fabio l'a fait, et bien fait, hier. Ce furent les seuls moments où la musique l'accompagna. Où le rose et or de son costume recevaient un brin de lumière. Castañeda apprend ce qui ne sera peut-être jamais son métier : matador.

millas,corrida,fabio castañeda,jimenez,javier jimenez,moreno silva,taureauxL'Andalou Javier Jimenez devrait lui rapidement franchir le pas. Intelligent, posé, plutôt élégant de ses naturelles, il a coupé la seule oreille de la tarde à son premier. Aurait même pu doubler la mise ensuite, mais, il bousilla sa mise à mort.

millas,corrida,fabio castañeda,jimenez,javier jimenez,moreno silva,taureauxLe Mexicain Sergio Flores prend son alternative dans trois semaines. Donc, hier, il n'a pris aucun risque, aucune initiative. Il a traversé Millas sans daigner s'y arrêter. Dans son coin, Fafio Castañeda ne comprenait guère. A Caracas comme à Millas, lui ne galvaude rien. C'est son prix à payer pour espérer encore. Thierry Bouldoire

18.08.2010

Corridas : les places françaises prêtes à accueillir les Catalans

Depuis l'interdiction des corridas en Catalogne, les villes taurines françaises manifestent leur soutien aux aficionados catalans.

Dans la foulée, la feria de Millas, habituellement moins revendicative protestait également contre cette interdiction. Christian Bourquin, président du conseil général des Pyrénées-Orientales (ex PS), et élu du canton a effectivement toujours dit son attachement aux courses de taureaux. En mars dernier, il était même à Barcelone où il a plaidé la cause de la tauromachie auprès des députés du parlement catalan. Fin juillet, tandis que l'interdiction venait de tomber, il affirmait déjà "regretter qu'il existe désormais une Catalogne tolérante et une autre qui ne l'est pas". Des propos qu'il a répétés à l'envi pendant la feria de Millas, laissant même entendre qu'il avait en tête "une idée pour montrer aux députés catalans ce qu'est vraiment la corrida".

02.08.2008

Présentation Féria 2008

La féria 2008 de Millas, la 25ème se déroulera du jeudi 7 août 2008 au 10 août 2008. Elle est bien plus qu'un événement festif, Elle est une part de l'âme de la ville, un moment hors du temps partagé par tous, un fragment inaliénable de l'identité millassoise.
Millas la généreuse ouvrira ses portes le premier jeudi d'Août, à tous ceux qui aiment chanter, danser, s'amuser et partager. La Féria de milla sest un grand moment fraternité et d'amitié. Pour que la fête soit plus belle il faut commencer par enfiler la tenue du festayre et se laisser porter au son des bandas. Les Millassois auront à coeur de guider et renseigner les nouveaux venus.
S'amuser, changer, danser...rencontrer, partager, décompresser,... la Féria de Millas est un formidable événement populaire, c'est à dire « la fête pour tous, gratuite », où chacun peut, le temps d'un instant, d'un après-midi, d'une journée ou d'une soirée s'évader de son quotidien dans une ambiance unique de convivialité. Un moment où, grâce à la contribution de tous,...la magie opère et la fête est réussie.
Que la « FIESTA » commence
En plus des Bodegas, le programme culturel et festif a été particulièrement soigné. Depuis la présentation lundi soir au Palais des Rois de Majorque à Perpignan, la ville de Millas frémit toute entière dans l'attente de sa 25ème féria. Ce seront quatre jours de fête intégrales qui s'annoncent :
Les spectacles de rues avec la cérémonie du Bandana, la Tronada monstre, le défilé des Trabucayrese suivi du Toro de Fuego dans les rues avec les Bandas, défilé du « Drac de foc » accompagné par les percussions du Riberal.
Le Sportif avec la « Panoramique » course mythique de 16km800, une légende régionale ainsi que le concours de pétanque
Le Culturel avec la Féria du livre, l'Observatoire des Cultures Taurines, , les Tertulias, etc.
L'Exposition. La féria étant un rendez-vous culturel, l'édition 2008 sera marqué du sceau du peintre Millasois Bernard Salles
Les Animations : les jeux taurins opposant les villes du Canton animé par Philippe Anghlade et les Vachettes de la manade Gire. Le traditionnel lâcher de toros – Abrivado, les Tours humaines, les Castellers,etc..
Les Concerts et Spectacles avec la grande nuit du Flammenco comprenant spectacles et ballets suivi en deuxième partie du groupe Chispa Latina qui vous fera apprecier les couleurs du sud de l'Espagne. L'Orchestre Nexzik, le nouveau show musical que l'on attendait 100% live agrémenté de show excetptionnel.
La Catalanité avec la grande messe en Catalan à l'église Ste Eulalie avec la participation de Jordi Barre, le fanal de Sant Vicens et les collers de gegants. Le Paquito géant à la font del Rei et le plus grand spectacle pyrotechnique de la région : les « Correfocs ». Un déluge de feux et le bruit assourdissant des percussions dans les rues du centre ville.
Et cette année la Féria des Enfants avec structure gonflable, théâtre et diverses animations.
Apéro ou Paëlla ? Bien sûr l'odeur aiguise l'appétit, mais on vous suggère deux détours dans la cour de l'école maternelle de Millas, le samedi soir dès 21h00, pour l'ambiance et la fête, la gigantesque paëlla préparée par les Noïs de Força Réal et le dimanche midi la grandiose repas traditionnel avec la gardiane de taureau..
Pas de féria sans musique, mais pas de féria sans taureau non plus.
La Novillada de Millas est l'une des festivités les plus importantes de la région. Les plus grands toreros tel Marco Leal ou Miguel Angel Delgado ou les plus prometteurs tel « tomasito » se relaieront afin de donner un spectacle magique et inoubliable à chaque fois car les conditions d'un grand spectacle seront réunis avec la ganaderia du Laget.