27.03.2009

Un défibrillateur : comment ça marche ?

formdefibril.jpgParents, collègues, sportifs... N'importe quel témoin d'un arrêt cardiaque peut être amené à se servir d'un défibrillateur automatique. Très simple à utiliser, il peut sauver une vie.

Toutefois des rudiments de secourisme facilitent son utilisation et le comportement par rapport au « blessé ». Sous l'autorité de l'adjudant des pompiers éric Buform, un session de familiarisation a eu lieu les 4 & 5 mars accueillant 10 personnes.

D'autres séances seront mises en place, les personnes interréssées peuvent contacter la Mairie ou les Pompiers.

Rappel :
le Défibrillateur se situe à côté du Syndicat d'Initiative.

04.02.2009

Un défibillateur au service de tous

GMT_1396.jpgL'inauguration officielle du défibrillateur installé à la Mairie s'est déroulé mardi dernier. C'est devant un public attentif que Robert Olive, Maire de Saint-Féliu-d'Amont et Christian Bourquin, Président du conseil général ont insisté sur le fait qu'à cette installation, devrait suivre une formation dispensé par les pompiers du S.D.I.S. 66 permettant d'acquérir des automatismes face à une situation difficile. Car même en connaissant plus ou moins le défibrillateur, il faut pour plus de réussite, savoir faire un massage cardiaque en attendant les secours.

Robert Olive a  rassuré les personnes présentes à l'utilisation du défibrillateur : « il n'y a aucune crainte à avoir en utilisant cet appareil. Vous ne ferez pas de bêtise, il contrôle tout et donne des informations précises sur la conduite à tenir. » Idem pour les massages cardiaques : « apprendre à les faire c'est mieux, mais en attentant, même pas correctement effectués, c'est aussi mieux que rien. » Et de rappeler que ce sont les 15 premières minutes qui comptent pour une personne victime d'un malaise cardiaque : « apprendre les bons gestes est simple, on peut les apprendre dès 10 ans et ils seront , peut-être, bientôt enseignés dans les écoles. » précisa le président du conseil général.
Pour Robert Olive, s'adressant au public, l'enjeu est important : « il faut bien prendre conscience que les témoins doivent être des acteurs. Ils sont les premiers sur place, après, grâce à eux, la chaîne des secours sera opérationnelle. » Dans la commune, proche du centre de secours de Millas, la formation des habitants n'est donc pas un luxe, mais une nécessité. Merci de tout cœur à cette initiative porté par le conseil général. G.M.

14.10.2008

La ville a son Défibrillateur

Défibrilateur.jpgLe Conseil Général vient d’installer, devant le syndicat d’initiative, à la place Lafayette, un défibrillateur externe automatique.

Chaque année, près de 40 000 personnes meurent, en France, d’un arrêt cardiaque soudain faute d’une intervention médicale immédiate. La majorité de ces arrêts du cœur est liée à un trouble du rythme cardiaque appelé la fibrillation ventriculaire. La défibrillation consiste donc à envoyer un courant électrique dans le cœur pour rétablir un rythme normal ; c’est-ce que fait l’appareil installé à MILLAS.

Très visible et parfaitement accessible, le défibrillateur est très facilement utilisable par tout un chacun car il donne la marche à suivre et déclenche simultanément une alerte téléphonique chez les pompiers. Si un défibrillateur est utilisé pour la réanimation d’une victime dans les cinq premières minutes après l’arrêt cardiaque, celle-ci à 30% de chance de survivre sans séquelles.
Grâce à cet  équipement public, idéalement placé dans un endroit très passant de la ville, tout témoin d’un accident cardiaque aura les moyens de porter immédiatement secours à la victime afin d’augmenter les chances de survie de celle-ci.

Avec le défibrillateur et grâce à l’action du Conseil Général, MILLAS se trouve ainsi dotée d’un outil supplémentaire au service de la santé publique.