01.10.2012

Millas sans trembler

Victoire logique de l'USM face à la têt, hier (26-8)
millas,usm,entente têt,derby,amrani,billes,pelissier,noguera,rodriguez,moratoLes Millasois se sont offert le derby en recevant pour l'ouverture de la saison à Roger Roquefort l'Entente de la Têt. Les "rouge et noir" étaient sur un petit nuage, ils avaient préparé la venue de cette équipe qu'il ne faut surtout pas prendre à la légère en insistant sur les fondamentaux : la conquête. Durant les 20 premières minutes, les Millassois pilonnèrent la ligne jaune mais ne purent la franchir. Il faudra attendre l'ingéniosité d'Amrani et le débordement de Billes sur l'aile pour déflorer le score auquel Noguera participa par une pénalité quelques minutes avant les citrons (8-0). Tout le groupe millassois se sentit sans doute piquer au vif par une intrusion de Morata (8-5) chez eux et vengea l'affront en enquillant deux pénalités successives (14-5), un essai collectif manière Rodriguez (19 n 5) et une prouesse de Pelissier aplatissant entre les poteaux (26-5). Les "jaune et noir" parvinrent à marquer des points en seconde mi-temps avec le pied de Fontana (26-8) mais ne purent ébrécher la citadelle millassoise ni revenir dans le match.

21.02.2011

Elne domine Millas dans la douleur

millas, elne usm, ribes, billes, coup de chapeauContrairement aux précédentes équipes du bas de tableau, les Millassois étaient venus à Elne avec la ferme intention d'obtenir un résultat et il s'en est fallu d'un rien qu'ils réussissent dans leur entreprise. Car leur dernière attaque à la dernière seconde sur une relance de l'arrière Billes vient mourir sur le drapeau de coin. Les visiteurs, forts de leur esprit de clocher, avec un mental à toute épreuve, malgré leur infériorité en poids, jetèrent toutes leurs forces dans la bataille, aidés en cela par des locaux au fonds de jeu inexistant cafouillant ou cadenassant tous les ballons qui leur échurent. Il fallut attendre la 10e minute et la première incursion des « rouge et noir » suivi d'une générale pour que Ribes, face au vent, transforme sa première pénalité 0-3. Réponse d'Olive peu après le quart d'heure de jeu, toujours après une nouvelle et dernière générale 3 à 3. 

Le jeu haché par le « Caruso » du sifflet n'évoluera guère d'un camp à l'autre et Olive convertira sa deuxième pénalité 3 à 6. Maître du ballon mais n'arrivant pas à imposer leur jeu, les locaux se verront rattraper par la botte de Ribes sur une énième pénalité pour faute au sol 6 à 6 (40).

Dès la reprise et la rentrée de Galano le mouvement va s'accélérer et sur une pénalité depuis ses propres vingt mètres rapidement jouée à la main, Bise et Martinez vont enchaîner pour lancer Sans dans le trou pour un essai au milieu des poteaux 13 à 6 (48), avec la transformation d'Olive. Le seul éclair de l'après-midi où Elne, maître d'œuvre, va continuer à buter sur une défense acharnée. Ribes par son jeu au pied et aidé par Eole maintiendra Bise et ses coéquipiers dans leur camp, accrochant au passage deux pénalités (63-73) et c'est sur le final que l'on connaît que les deux équipes regagneront les vestiaires. 

Les Illibériens peuvent pousser un « ouf » de soulagement et ne retenir que les quatre points de la victoire. Coup de chapeau aux Millassois pour leur bravoure et qui ont combattu jusqu'au bout et doivent avoir bien des regrets. Aimé Raynal

millas,elne,derby,bille,ribesmillas,elne,derby,bille,ribes

21.11.2010

Millas attend la Côte Vermeille pour un derby à l'ancienne

nogaro.jpgL'US Millas accueille la Côte Vermeille cet après-midi (15 h) au stade Roger-Roquefort.

En   l'espace de deux semaines, la Côte Vermeille aura effectué ses deux déplacements les plus courts de la saison, mais certainement pas les plus reposants. Après s'être inclinés à Elne (17-14) au terme d'un match à rebondissements, les hommes d'Henri Marcuello vont tenter de mieux négocier le deuxième derby consécutif à l'extérieur que leur offre le calendrier, cette fois à Millas. 
Mais cet après-midi, il n'y aura pas, comme à Elne, d'opposition de style pour la Côte Vermeille, confrontée à une formation millasoise qui propose un jeu profondément similaire au sien :   «Millas nous ressemble beaucoup, admet Henri Marcuello,   ils sont performants devant et jouent moins derrière. Il va falloir être vigilants ».

Ce mimétisme dans le jeu ne s'arrête pas là : outre le fait de s'appuyer, parfois à outrance, sur leur pack, les deux équipes peuvent compter sur des buteurs de classe, bien qu'actuellement dans le creux de la vague. 

Côté Maritime, Loïc Marty est en train de réussir un début de saison de haut niveau. Régulièrement décisif, le demi d'ouverture côtiste a cependant raté son match à Elne et doit une revanche aux supporters de la Côte. Pour Millas, Nicolas Ribes, tout simplement injouable la saison dernière en Honneur, a perdu de sa superbe et, plus problématique pour un buteur, un peu de confiance ces derniers temps.
Mais comme l'explique Marc Juan, coentraîneur de l'USM avec Marc Adroguer, Millas compte sur Ribes pour gagner le duel des buteurs qui pourrait être la clé du match :   «On espère retrouver le vrai Nicolas contre la Côte. Comme je le lui ai expliqué, un buteur peut faire gagner son équipe mais pas la faire perdre, il doit simplement refaire ce qu'il a souvent fait pour nous : convertir le travail des avants en points ».

Marc Juan : « Le plus motivé gagnera »

Le décor est planté. A priori, on ne devrait pas assister à un match fait de grandes envolées, de chisteras ou autres gourmandises mais à un derby dans la plus pure tradition rugbystique avec du combat et beaucoup d'engagement :   « Je pense, continue Marc Juan, les deux équipes ont ce profil-là. Je n'apprend rien à personne en disant que celui qui gagnera sera sûrement celui qui aura le plus envie de remporter ce match. Mais il faut absolument qu'on arrête d'être obnubilés par la peur de descendre et qu'on ose tenter des choses avec le ballon ».

Côté Maritime, les causes sont différentes mais les effets sont les mêmes :   « On a tellement confiance en notre force devant qu'on n'amène pas assez d'alternance, regrette Henri Marcuello, o   n en devient prévisible. C'est d'autant plus dommage qu'on a de la qualité derrière. Encore, si on avait des fers à repasser chez nos trois-quarts... On peut aussi jouer un peu plus derrière et ainsi garder des forces devant pour la fin de match ». 

Une telle initiative, d'un côté ou de l'autre, pourrait bien permettre à celui qui la prendrait de forcer la décision...

Laurent Morales