02.04.2014

Les gros au rendez-vous

millas,usm,championnat honneur,rugby,conilh,lopez,escbacasp,rivesaltes,elne► Snaoui et Millas sont en finale.

A l’image de Millas en Honneur, les gros bras du championnat ont tenu leur rang en deuxième phase.

La commission des règlements doit rendre son verdict ce jeudi pour entériner définitivement les classements, mais la deuxième phase du championnat, qui s’est achevée le week-end dernier pour la plupart des séries, n’a fait que confirmer la hiérarchie établie en première phase.

Avec six victoires en six matches, Millas a plané au-dessus de la série. Et les hommes du duo Conilh-Lopez sont déjà qualifiés pour la finale, prévue le 20 avril, et le championnat de France. Le deuxième ticket se jouera entre l’EscBacAsp et Rivesaltes le 13 avril.

Mais les Babaus devront se déplacer chez le dauphin de l’USM. La saison d’Elne, handicapé par un effectif trop juste, est déjà terminée.

16.03.2014

Elne forfait à Millas

► En proie à des problèmes d'effectif, la JSI a informé les dirigeants Millassois qu'elle ne se rendra pas cet après-midi au stade Roger-Roquefort.

03.02.2014

Millas dominateur à Elne

Battus à domicile par Millas, les Illibériens filent malgré tout en Honneur suite à la défaite de Pia.

millas,us millas,jsi,elne,lopez,sanchez,pech,pelissier,rodriguezLes Millassois ont imposé leur puissance et leur expérience.

Sur une pelouse balayée par les premiers frimas et sous un beau soleil, les « rouge et noir » millassois ont défait la JSI sur un score de 13 à 6. Côté météo, c’est le dieu Eole qui fit des siennes et empêchait un jeu fluide, notamment en touche. Elne, d’entrée de jeu menait les débats, en poussant Millas à la faute (3-0). La réaction des visiteurs prit plus de temps que prévu, il faudra attendre la 27e pour que Lopez, tape un petit coup de pied en diagonale pour Sanchez qui récupère, cafouille le ballon, mais Pech vient à la rescousse, s’empare du cuir et aplatit en bout de ligne (3-5). Elne ne se laisse pas abattre, et continue son travail de sape, ses renversements d’attaque mais doit se contenter d’une pénalité compensatrice pour passer la mi-temps en tête (6-5) La pause est réparatrice pour les Millassois et avec patience et abnégation, ils remontent, poc à poc, leur retard. D’abord sur une pénalité réussie par Pelissier (6-8). Les « rouge et noir » s’appuient sur leur expérience face à une équipe joueuse et prometteuse. Ballon capté en mêlée, mis au chaud dans le paquet d’avants, cocotte dévastatrice qui avance donnant le tournis à l’adversaire et essai imparable de Rodriguez, qui saisit sa chance pour transpercer la défense illibérienne et permet aux visiteurs de garder l’avantage (6-13) malgré une dernière tentative de transformation de Pelissier, s’écrasant sur le poteau. Les Illibériens, de leur côté, n’ont rien à se reprocher, ils s’affirment. C’est de bon augure pour la suite, mais cela n’a pas suffi aujourd’hui.

05.03.2011

Fédérale 3 : tremblez Roussillonnais !

Les clubs de Fédérale 3 du secteur Grand Sud (Armagnac-Bigorre, Languedoc, Midi-Pyrénées et Roussillon) sont sur les nerfs. A quatre journées de la fin, et après une lettre de rappel d'Antoine Marin le président du Secteur Grand Sud, ils ont pris conscience du danger que représentait la réforme fédérale évoquée en fin de saison dernière, réforme engagée pour réduire le nombre d'équipes en championnat de France.

Le règlement

Le 26 juillet dernier, la Commission des Épreuves Secteur Grand Sud publiait le règlement pour la saison de Fédérale 3 2010/2011. À l'intérieur de la missive de quatre pages était précisé le nombre d'équipes reléguées à l'issue de la compétition : 5 formations par poule et la moins bonne septième des quatre poules au soir de la dernière journée devraient retourner en séries territoriales.

Sept mois plus tard, le 2 mars, Antoine Marin, Président du Secteur Grand Sud jugeait bon d'adresser aux Présidents des quatre Comités du secteur une lettre où était surligné le passage suivant : « Des descentes supplémentaires pourront avoir lieu en fonction du nombre de descentes de Deuxième Division Fédérale (NDLR : en fait la Fédérale 2). Elles se feront dans l'ordre du classement dans les poules et inter-poules ».

En réalité, cette précision était déjà présente dans la missive de l'été dernier, mais seulement en dessous du tableau récapitulatif de qualification dans lequel étaient précisées les relégations. Bref, ce « passage » n'a pas retenu l'attention de tout le monde.

Quoi qu'il en soit, le document en question précisait que seuls 31 clubs du Secteur Grand Sud, contre 48 aujourd'hui, pourraient participer au championnat de Fédérale 3 la saison prochaine.

Les conséquences
 
En comptant les quatre équipes qui seront à coup sûr reléguées d'une poule 5 de Fédérale 2 uniquement composée de formations du Grand Sud, et les quatre équipes promues d'Honneur (une par comité), ne restent donc que 23 places à pourvoir pour la saison prochaine parmi les équipes engagées cette année.

Donc seuls les 5 premiers de chaque poule et les trois meilleurs sixièmes conserveraient leur place au mois de septembre prochain. Cela dans le meilleur des cas.

La situation actuelle
 
A part l'Entente de la Têt, déjà condamnée car elle ne peut plus combler son retard de points, la plupart des clubs roussillonnais de Fédérale 3 sont, à des degrés divers, touchés par la « nouvelle ». Millas, qui compte 20 points de retard sur le sixième de sa poule (la Côte Vermeille), aurait besoin, non pas d'un, mais de plusieurs miracles pour se sauver.

La Salanque Côte Radieuse, elle, avec 6 points de retard sur le sixième de sa poule, va devoir compter sur plusieurs faux-pas de ses concurrents pour espérer se maintenir, alors que la Côte Vermeille croise les doigts pour qu'aucune autre équipe du Secteur Grand Sud de Fédérale 2 ne descende. Elne est dans la même situation que la Côte sur laquelle elle ne compte que trois points d'avance à quatre journées de la fin.  

Le pire scénario

Aujourd'hui, la tendance est plutôt au pessimisme. Si le championnat s'arrêtait aujourd'hui, sept équipes de Fédérale 2 du secteur Grand Sud seraient reléguées : Thuir, Vendres, Gimont et Sigean-La Nouvelle dans la poule 5, Millau et Isle Jourdain dans la poule 6, Miélan-Mirande dans la poule 7. Et là, les conséquences seraient beaucoup plus importantes puisque toutes les équipes classées sixièmes de poule seraient automatiquement reléguées en séries régionales. 

L'espoir 

Si la possibilité que la Têt, Millas, Salanque et même la Côte Vermeille voire Elne soient relégués en Honneur, il existe au moins un motif d'espoir : qu'une équipe du secteur Grand Sud de Fédérale 3 se qualifie pour les quarts de finale et accède donc en Fédérale 2. Cela libérerait alors une place en Fédérale 3.

Laurent Morales et Eric Dubuis

21.02.2011

Elne domine Millas dans la douleur

millas, elne usm, ribes, billes, coup de chapeauContrairement aux précédentes équipes du bas de tableau, les Millassois étaient venus à Elne avec la ferme intention d'obtenir un résultat et il s'en est fallu d'un rien qu'ils réussissent dans leur entreprise. Car leur dernière attaque à la dernière seconde sur une relance de l'arrière Billes vient mourir sur le drapeau de coin. Les visiteurs, forts de leur esprit de clocher, avec un mental à toute épreuve, malgré leur infériorité en poids, jetèrent toutes leurs forces dans la bataille, aidés en cela par des locaux au fonds de jeu inexistant cafouillant ou cadenassant tous les ballons qui leur échurent. Il fallut attendre la 10e minute et la première incursion des « rouge et noir » suivi d'une générale pour que Ribes, face au vent, transforme sa première pénalité 0-3. Réponse d'Olive peu après le quart d'heure de jeu, toujours après une nouvelle et dernière générale 3 à 3. 

Le jeu haché par le « Caruso » du sifflet n'évoluera guère d'un camp à l'autre et Olive convertira sa deuxième pénalité 3 à 6. Maître du ballon mais n'arrivant pas à imposer leur jeu, les locaux se verront rattraper par la botte de Ribes sur une énième pénalité pour faute au sol 6 à 6 (40).

Dès la reprise et la rentrée de Galano le mouvement va s'accélérer et sur une pénalité depuis ses propres vingt mètres rapidement jouée à la main, Bise et Martinez vont enchaîner pour lancer Sans dans le trou pour un essai au milieu des poteaux 13 à 6 (48), avec la transformation d'Olive. Le seul éclair de l'après-midi où Elne, maître d'œuvre, va continuer à buter sur une défense acharnée. Ribes par son jeu au pied et aidé par Eole maintiendra Bise et ses coéquipiers dans leur camp, accrochant au passage deux pénalités (63-73) et c'est sur le final que l'on connaît que les deux équipes regagneront les vestiaires. 

Les Illibériens peuvent pousser un « ouf » de soulagement et ne retenir que les quatre points de la victoire. Coup de chapeau aux Millassois pour leur bravoure et qui ont combattu jusqu'au bout et doivent avoir bien des regrets. Aimé Raynal

millas,elne,derby,bille,ribesmillas,elne,derby,bille,ribes

"Avertissement sans frais..."

Florent Martinez (centre d'Elne) : « On s'en sort bien. Sur la fin, nous avons même eu chaud. Millas nous a rendu la tâche difficile. Nous passons à côté de la première mi-temps où nous ne concrétisons pas. En deuxième période, les Millassois campent dans notre camp, sans scorer. Cette courte victoire heureuse nous remet les pieds sur terre. On se voyait peut-être trop beau. C'est un avertissement, sans frais ».

Henri Mascardo (entraîneur d'Elne) : « D'abord bravo Millas. Ils ne méritent pas d'être à leur place. Ce succès est un signal d'alarme pour nous. Que voulez-vous quand vous oubliez les fondamentaux, la conquête, la conservation, vous vous exposez forcément. Nous avons parfois oublié cet après-midi que le rugby était un sport de contact ».

Marc Juan (coentraîneur Millas) : « Ce résultat est frustrant. D'autant que j'ai le sentiment que le corps arbitral ne nous fait pas de cadeau depuis le début de saison. On enfonce toujours les plus petits, c'est bien connu. Cet après-midi, nous avons réalisé un match d'hommes. Je suis fier de mes joueurs. Nous étions venus faire un coup à Elne, nous avons été à deux doigts de le réaliser ».

Marc Adroguer (coentraîneur Millas) : « On a fait ce qu'il fallait, certes sans produire beaucoup de jeu. Nous avons répondu présents sur le combat, dommage que nous encaissions un essai casquette. Aujourd'hui, le nul aurait été plus équitable. Dommage que l'arbitre ne prenne pas ses responsabilités sur la fin. Mais bon, ce bonus défensif est un bon point de pris. Les gars ont fait honneur au maillot ".

Recueilli par Arnaud Hingray 

20.02.2011

Choc à fort enjeu

millas,elne,fédérale 3,allègre,marc adroguer,salvat,alves,argiles,géa,jsi,mascardo,arnaud hingraySix matches pour toucher le ciel, les étoiles. Et éviter la mine, l'enfer : le championnat du Roussillon. Millas n'a plus le choix et doit grappiller de-ci, de-là quelques bonus et surtout de nombreuses victoires pour éviter cette cruelle plus mauvaise septième place des quatre poules de Fédérale 3, synonyme de relégation. Aujourd'hui, avec 29 points au compteur, les « rouge et noir » accusent un débours de sept points sur Palavas (poule 4), actuellement deuxième plus mauvais septième, avec 36 points. Donc autant dire que les partenaires d'Allègre doivent se montrer conquérants dès aujourd'hui, même si l'espoir d'un maintien administratif, toujours possible, trotte dans un coin de leur tête.  « Je vais vous faire un aveu, je ne regarde pas l'évolution des autres poules. Si nous terminons septième de notre poule, nous aurons réalisé une belle saison », relativise Marc Adroguer. A l'aller, Elne avait lever les poings au ciel à Roquefort (14-12).  « Un souvenir douloureux.  Le pire de la saison même, avance le coentraîneur millassois. Je me souviens que nous avions fait une erreur de coaching ce jour-là d'octobre en sortant trop tôt les cadres de l'équipe. Nous l'avions payé sur la fin de la rencontre ». C'est Pull qui avait crucifié les rêves locaux, menant pourtant encore 12-9 à huit minutes de la sirène.

« Mais entre nous et Elne, il y a un monde d'écart. Si nous décrochons un point de bonus, nous serons ravis », poursuit Marc Adroguer, qui s'habille volontiers, pour le coup, du costume du Petit Poucet. Vingt-trois points les séparent en effet.

« J'aime bien Millas »

« Non, la JSI, c'est complet. Solide. Un bon cinq de devant, une troisième ligne joueuse et des arrières qui écartent les balles », constate-t-on encore du côté du staff millassois qui déplorera aujourd'hui l'absence de trois éléments (le pilier gauche Salvat suspendu et les deux demi-de-mêlée Alves et Argiles). Du coup, confiance sera donnée au troisième « 9 » du club, Géa, qui descend chaque vendredi soir de Paris pour l'entraînement. Du côté d'Elne en revanche, Vinas, Sempere et Laffitte manqueront à l'appel.   « Bien sûr que nous viserons les cinq points. Mais bon, ça m'embête un peu de devoir battre un club de chez nous. En face, je n'ai que des amis, les Casamitjana et consorts... Tourek et Olive évoluaient encore à Millas la saison dernière. Et puis, en plus, j'aime bien cette équipe de Millas. Ils sont bien dans l'esprit catalan. Ceux sont des vaillants. C'est pour cela que nous nous méfions d'eux, croyez-le bien », prévient Henri Mascardo, le co-entraîneur d'Elne. Arnaud Hingray