20.04.2014

Au pied de la Cathédrale

HONNEUR. Le stade Aimé-Giral accueille cet après-midi l’EscBacAsp et l’US Millas. Explosif !

millas, honneur, billes, sanchez, USM EscBacAsp, lionel pérez, laurent rovira, sébastien lopez, fabien conilh, planxot cathédrale, aimé giral, rugby catalan, fédérale 3, championnat de France► Billes et Sanchez seront à nouveau opposés aujourd’hui.

Hier soir, le sommeil a probablement eu du mal à venir, pour certains, à quelques heures de réaliser le rêve d’une vie: fouler la pelouse du stade Aimé-Giral. Et si les Millassois ont eu quelques semaines pour s’y préparer, leurs adversaires de l’EscBacAsp ne savent qu’ils seront de la fête que depuis dimanche dernier et leur victoire en barrages face à Rivesaltes (18-15). « Jouer à Aimé-Giral est une grande chance, mais il y a beaucoup de pression, note Lionel Pérez, coentraîneur de l’EscBacAsp avec Laurent Rovira. C’est une finale, en Honneur et en plus à Aimé-Giral ! Mais il faut que les joueurs se lâchent. Une finale, ça se joue ».

Le vainqueur peut monter en Fédérale 3

D’autant que l’affiche promet beaucoup entre l’EscBacAsp, surprise de la saison, et Millas, qui a plané sur la phase Honneur, bouclée sans la moindre défaite. « Notre saison est déjà réussie, reprend Pérez. Et ils ont une belle équipe, solide devant, joueuse derrière. On ne les a jamais battus cette année. C’est surtout à eux d’avoir la pression ». Évidemment, du côté de Millas, on ne le voit pas de la même manière. « Une finale, ça se joue sur l’envie et sur l’expérience, pointe Sébastien Lopez, coentraîneur de l’USM avec Fabien Conilh. Comme ils sont plus expérimentés, je pense qu’ils sont un peu favoris, même si pour moi, une finale c’est du 50/50 ». Dont le vainqueur, en plus de soulever le planxot dans la «Cathédrale » du rugby catalan, sera qualifié pour le championnat de France et décrochera son accession en Fédérale 3. Et si le perdant, lui, ira en barrages du championnat de France, sa déception risque fort d’être à la hauteur de l’événement. L.M.

11.01.2012

La sensation Millas

Millas a affiché ses ambitions dimanche en s'imposant au Boulou, alors que la 2e phase approche.

millas,usm,paul ribes,le boulou,honneur,fédérale 3,rugbyMillas a étouffé Le Boulou de Cyril Nègre, au sol.

La perf' : Millas a bien digéré les fêtes. Pour son premier match de l'année, l'USM est allée s'imposer sur le terrain du Boulou (12-22) au terme d'un match maîtrisé. Si certains en doutaient encore, il faudra compter sur les coéquipiers de Paul Ribes en Honneur. les Millassois sont plus que jamais candidats à une remontée immédiate après leur rélégation de Fédérale 3 en juin dernier.

12.04.2011

Le temps des regrets

Fin de l'aventure en Fédérale 3 pour la Salanque Côte Radieuse, l'Entente de la Têt et l'US Millas. Le coup est rude pour ces trois clubs. Surtout pour les deux premiers cités qui, en début de saison, ne pensaient pas lutter pour le maintien mais plutôt pour la qualification. Finalement, la réforme fédérale a fait que tout le monde s'est retrouvé à batailler pour sauver sa peau dans un championnat élitiste. Même la Côte Vermeille, valeur sûre à ce niveau, qualifiée ces trois dernières saisons et huitième de finaliste du championnat de France il y a deux ans de ça, n'est pas certaine d'être de la partie en septembre. Mais la Côte a toujours pour elle l'espoir.

Les derniers de la Salanque Côte Radieuse se sont probablement envolés dimanche à Beaumont-de-Lomagne dans un match que la Salanque a perdu lors des 20 premières minutes. Comme le reflet d'une saison où les hommes de Laurent Hernandez et Dominique Drevet ont connu un retard à l'allumage fatal malgré un sprint final de grande qualité. Malheureusement, cette issue fatale pourrait sonner le glas d'une entente vieille de deux ans à peine.

L'Entente de la Têt, elle, n'a pas eu le temps d'espérer. Le fameux mariage en début de saison aurait coûté un brin de fraîcheur et une défaite d'entrée, face à Lectoure (21-23), à la Têt. Quoi qu'il en soit, les hommes du duo Fontaine-Fontana, abandonnés en cours de route par quelques-uns des leurs, ne se sont jamais vraiment relevés de leur début de saison loupé.

L'US Millas, pour sa part, a surtout manqué de chance. L'équipe des deux Marc a choisi la mauvaise saison pour monter. Jeune, inexpérimentée, l'USM s'est appuyée sur un état d'esprit exemplaire qui lui a permis de ne perdre chez elle que face aux 5 premiers de la poule, et en prenant à chaque fois le bonus défensif.

Différentes causes mêmes effets, ces trois formations quittent la Fédérale 3 avec un goût amer dans la bouche, celui des regrets.

22.03.2011

Panorama de la Fédérale 3

L'USM prend l'air.  « On savait bien que nous n'allions pas nous imposer à Lunel. Nous sommes allés prendre l'air dans l'Hérault tout en faisant le boulot. Mais le score est un peu lourd (38-6). L'arbitre nous refuse un essai et nous pénalise à la dernière minute. Mais qu'importe...», concède Marc Adroguer, le coentraîneur des « rouge et noir », satisfait d'avoir regagné le Roussillon sans blessé, ni carton.

La Fête samedi.  Samedi soir 23h, à la salle des Fêtes de Millas, l'USM organise sa soirée repas dansant en vue de récolter des fonds pour le voyage des joueurs, dirigeants et entraîneurs en juillet à Ibiza.

14.03.2011

Millas : l'ivresse d'un Gaillac

Victoire de prestige pour Millas qui fait tomber Gaillac à Roquefort. Les hommes du tandem Juan-Adroguer confortent leur septième place au classement de la poule 2.

millas,gaillac,ivresse,fédérale 3,poule 2,juan,adroguer,paul ribes,gerard maincentL'US Millas de Paul Ribes a su profiter des espaces laissés par la défense de Gaillac.

Les Tarnais étaient venus avec des intentions pour asseoir leur position sur le podium, mais ils sont tombés sur des «rouge et noir» bien inspirés. Mais rien ne fut facile. 

Opposés à une formation joueuse, les hommes du tandem Adroguer-Juan ont vite mis la pression sur les «blancs» en marquant dès le début leur territoire par l'intermédiaire d'Amrani sur une passe sautée d'Alves. Et lorsqu'après 6 minutes de jeu, Gaillac revenait au score, on aurait pu craindre le pire. Malmenés, mais parvenant heureusement à faire mieux que soutenir la comparaison, Maureta profita de l'occasion pour scorer et mener à la pause (18-8). 

Paul Ribes inspiré

Mais dès le retour des vestiaires, les visiteurs marquèrent coup sur coup, par deux belles actions de Gisquet et Rouffiac leur permettant de reprendre l'avantage au score. 

Les jeux étaient-ils faits ? Non, réalistes, encaissant plutôt bien le face à face, les Millassois trouvaient finalement la solution en jouant sur leurs «standards» et en tentant l'improbable avec un Paul Ribes en grande forme auteur d'une pénalité et d'un drop salvateurs permettant aux siens de faire basculer le match. Millas, en prenant le large, parvint à déstabiliser le solide bloc tarnais. Les «rouge et noir», plus sereins, se transformèrent alors en habiles gestionnaires, évitant de subir le jeu de Gaillac trop imprécis et trop fautif. Et c'est avec une joie retrouvée, que Millas peut inscrire cette victoire dans les mémoires du club. « C'est une des plus belles victoires de la saison», déclarait Marc Juan visiblement très satisafait, tandis que son complice Marc Adroguer surenchérissait « C'est une victoire qui marque la vie d'un joueur. C'est un de ces matchs dont on se rappellera toute sa vie»

millas,gaillac,ivresse,fédérale 3,poule 2,juan,adroguer,paul ribes,gerard maincentEn s'imposant à domicile, Millas reste au plus près de ses objectifs de début de saison (septième avec 44 points).

05.03.2011

Fédérale 3 : tremblez Roussillonnais !

Les clubs de Fédérale 3 du secteur Grand Sud (Armagnac-Bigorre, Languedoc, Midi-Pyrénées et Roussillon) sont sur les nerfs. A quatre journées de la fin, et après une lettre de rappel d'Antoine Marin le président du Secteur Grand Sud, ils ont pris conscience du danger que représentait la réforme fédérale évoquée en fin de saison dernière, réforme engagée pour réduire le nombre d'équipes en championnat de France.

Le règlement

Le 26 juillet dernier, la Commission des Épreuves Secteur Grand Sud publiait le règlement pour la saison de Fédérale 3 2010/2011. À l'intérieur de la missive de quatre pages était précisé le nombre d'équipes reléguées à l'issue de la compétition : 5 formations par poule et la moins bonne septième des quatre poules au soir de la dernière journée devraient retourner en séries territoriales.

Sept mois plus tard, le 2 mars, Antoine Marin, Président du Secteur Grand Sud jugeait bon d'adresser aux Présidents des quatre Comités du secteur une lettre où était surligné le passage suivant : « Des descentes supplémentaires pourront avoir lieu en fonction du nombre de descentes de Deuxième Division Fédérale (NDLR : en fait la Fédérale 2). Elles se feront dans l'ordre du classement dans les poules et inter-poules ».

En réalité, cette précision était déjà présente dans la missive de l'été dernier, mais seulement en dessous du tableau récapitulatif de qualification dans lequel étaient précisées les relégations. Bref, ce « passage » n'a pas retenu l'attention de tout le monde.

Quoi qu'il en soit, le document en question précisait que seuls 31 clubs du Secteur Grand Sud, contre 48 aujourd'hui, pourraient participer au championnat de Fédérale 3 la saison prochaine.

Les conséquences
 
En comptant les quatre équipes qui seront à coup sûr reléguées d'une poule 5 de Fédérale 2 uniquement composée de formations du Grand Sud, et les quatre équipes promues d'Honneur (une par comité), ne restent donc que 23 places à pourvoir pour la saison prochaine parmi les équipes engagées cette année.

Donc seuls les 5 premiers de chaque poule et les trois meilleurs sixièmes conserveraient leur place au mois de septembre prochain. Cela dans le meilleur des cas.

La situation actuelle
 
A part l'Entente de la Têt, déjà condamnée car elle ne peut plus combler son retard de points, la plupart des clubs roussillonnais de Fédérale 3 sont, à des degrés divers, touchés par la « nouvelle ». Millas, qui compte 20 points de retard sur le sixième de sa poule (la Côte Vermeille), aurait besoin, non pas d'un, mais de plusieurs miracles pour se sauver.

La Salanque Côte Radieuse, elle, avec 6 points de retard sur le sixième de sa poule, va devoir compter sur plusieurs faux-pas de ses concurrents pour espérer se maintenir, alors que la Côte Vermeille croise les doigts pour qu'aucune autre équipe du Secteur Grand Sud de Fédérale 2 ne descende. Elne est dans la même situation que la Côte sur laquelle elle ne compte que trois points d'avance à quatre journées de la fin.  

Le pire scénario

Aujourd'hui, la tendance est plutôt au pessimisme. Si le championnat s'arrêtait aujourd'hui, sept équipes de Fédérale 2 du secteur Grand Sud seraient reléguées : Thuir, Vendres, Gimont et Sigean-La Nouvelle dans la poule 5, Millau et Isle Jourdain dans la poule 6, Miélan-Mirande dans la poule 7. Et là, les conséquences seraient beaucoup plus importantes puisque toutes les équipes classées sixièmes de poule seraient automatiquement reléguées en séries régionales. 

L'espoir 

Si la possibilité que la Têt, Millas, Salanque et même la Côte Vermeille voire Elne soient relégués en Honneur, il existe au moins un motif d'espoir : qu'une équipe du secteur Grand Sud de Fédérale 3 se qualifie pour les quarts de finale et accède donc en Fédérale 2. Cela libérerait alors une place en Fédérale 3.

Laurent Morales et Eric Dubuis

20.02.2011

Choc à fort enjeu

millas,elne,fédérale 3,allègre,marc adroguer,salvat,alves,argiles,géa,jsi,mascardo,arnaud hingraySix matches pour toucher le ciel, les étoiles. Et éviter la mine, l'enfer : le championnat du Roussillon. Millas n'a plus le choix et doit grappiller de-ci, de-là quelques bonus et surtout de nombreuses victoires pour éviter cette cruelle plus mauvaise septième place des quatre poules de Fédérale 3, synonyme de relégation. Aujourd'hui, avec 29 points au compteur, les « rouge et noir » accusent un débours de sept points sur Palavas (poule 4), actuellement deuxième plus mauvais septième, avec 36 points. Donc autant dire que les partenaires d'Allègre doivent se montrer conquérants dès aujourd'hui, même si l'espoir d'un maintien administratif, toujours possible, trotte dans un coin de leur tête.  « Je vais vous faire un aveu, je ne regarde pas l'évolution des autres poules. Si nous terminons septième de notre poule, nous aurons réalisé une belle saison », relativise Marc Adroguer. A l'aller, Elne avait lever les poings au ciel à Roquefort (14-12).  « Un souvenir douloureux.  Le pire de la saison même, avance le coentraîneur millassois. Je me souviens que nous avions fait une erreur de coaching ce jour-là d'octobre en sortant trop tôt les cadres de l'équipe. Nous l'avions payé sur la fin de la rencontre ». C'est Pull qui avait crucifié les rêves locaux, menant pourtant encore 12-9 à huit minutes de la sirène.

« Mais entre nous et Elne, il y a un monde d'écart. Si nous décrochons un point de bonus, nous serons ravis », poursuit Marc Adroguer, qui s'habille volontiers, pour le coup, du costume du Petit Poucet. Vingt-trois points les séparent en effet.

« J'aime bien Millas »

« Non, la JSI, c'est complet. Solide. Un bon cinq de devant, une troisième ligne joueuse et des arrières qui écartent les balles », constate-t-on encore du côté du staff millassois qui déplorera aujourd'hui l'absence de trois éléments (le pilier gauche Salvat suspendu et les deux demi-de-mêlée Alves et Argiles). Du coup, confiance sera donnée au troisième « 9 » du club, Géa, qui descend chaque vendredi soir de Paris pour l'entraînement. Du côté d'Elne en revanche, Vinas, Sempere et Laffitte manqueront à l'appel.   « Bien sûr que nous viserons les cinq points. Mais bon, ça m'embête un peu de devoir battre un club de chez nous. En face, je n'ai que des amis, les Casamitjana et consorts... Tourek et Olive évoluaient encore à Millas la saison dernière. Et puis, en plus, j'aime bien cette équipe de Millas. Ils sont bien dans l'esprit catalan. Ceux sont des vaillants. C'est pour cela que nous nous méfions d'eux, croyez-le bien », prévient Henri Mascardo, le co-entraîneur d'Elne. Arnaud Hingray