01.02.2015

Les truites n’étaient pas au rendez-vous

millas, pêche à la mouche, float tube, Fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique Les jeunes et moins jeunes pêcheurs se sont retrouvés malgré le froid.

La Fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique multiplie les initiatives pour dynamiser la pêche. La mise en place du réservoir de pêche à la mouche à Millas et les premiers parcours en float tube viennent compléter les parcours labellisés et répondre aux attentes des pêcheurs. Le réservoir peuplé en black-bass et en truites, fait l’objet d’une réglementation particulière où toutes les prises doivent être relâchées.

On ne peut y pêcher qu’à la mouche fouettée en pratiquant le no-kill. Toutefois, par dérogation préfectorale la conservation des captures est autorisée, selon le règlement intérieur de la Fédération, sept journées dans l’année, les 24 janvier, 28 février, 28 mars et le 25 avril pour le premier semestre 2015.

L’année vient de débuter et illustre ces projets avec la première journée open. L’objectif d’une journée open est de rendre le réservoir accessible également à la pêche aux leurres et d’autoriser la conservation de trois truites pour chaque participant muni de sa carte de pêche. Les triples des leurres seront remplacés par un hameçon simple sans ardillon ou ardillon écrasé, exactement comme pour les mouches artificielles. Malgré une tramontane violente et un thermomètre affichant quelques degrés, tôt le matin, quatre pêcheurs étaient au rendez-vous et dans la journée quatre autres sont venus les rejoindre. Dans ces conditions défavorables, la pêche était difficile et les truites peu mordeuses. A l’inverse, en début d’après-midi, quelques surprises avec la capture de quatre ou cinq brochets près des bordures.

15.03.2013

La Maison de la pêche et de la nature a son siège

C'est demain, à 11 h, que la Fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique inaugurera officiellement, la Maison de la pêche et de la nature.

millas, casa de la pesca, maison de la pêhce et de la nature, siège, rené patau, fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique, inaugurationmillas, casa de la pesca, maison de la pêhce et de la nature, siège, rené patau, fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique, inaugurationmillas, casa de la pesca, maison de la pêhce et de la nature, siège, rené patau, fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique, inaugurationCôté architectural, la démarche était de proposer un projet entre histoire (bois rappelant les cabanes de pêcheurs) et contemporain. Le tout se voulant écologique par nature. René Patau (en médaillon) président de la Fédérationdes P.-O. pour la pêche.

La Maison de la pêche et de la nature, ou Casa de la pesca, aura un siège digne de la fédération départementale qui sera inaugurée un an jour pour jour après la pose de la première pierre, demain.

en terme de licenciés avec ses 12 979 adhérents et ses 29 associations agréées pour la pêche et la protection du milieu aquatique (AAPPMA), la fédération départementale avait besoin d'un outil de travail adapté. Ses nouveaux locaux abriteront le siège social sur 220 m² et un Pôle départemental d'initiation pêche nature (PDIPN) sur 140 m². Une construction de 360 m² et de plus d'1 M €. On est loin du garage de la fédération en 1987.

Trois objectifs

C'est un projet particulièrement emblématique pour les pêcheurs catalans, d'abord parce qu'il s'inscrit dans un projet global visant trois objectifs principaux. le premier est de créer un siège social, dans le but d'accompagner l'ensemble de son réseau associatif mais aussi disposer d'un outil de travail opérationnel et faciliter l'accès pour l'accueil et l'information du public. cette création était devenue une nécessité.

Il était aussi important pour la fédération de proposer une structure pédagogique, permettant à travers de nombreuses animations ou interventions ponctuelles, la promotion de l'apprentissage de la pêche ainsi que la découverte de la nature et des milieux aquatiques.

Le troisième objectif étant de favoriser la qualité du projet, grâce aux atouts du site d'accueil. la création d'un siètge social, doublé d'une structure destinée à abriter le Pôle départemental d'intitiative pêche nature ainsi que la proximité des eaux vives et de de quatre plans d'eaux ont fait pencher la balance pour le choix de l'implantation. La commune de Millas offre trois opportunités ayant un lien fort avec l'eau : un espace accueil et informatin, un espace découverte abritant des eaux vives et permettant la réhabilitation d'une mare pédagogique (découverte de l'eau, des végétaux aquatiques, des invertéb rés et des oiseaux) et un espace pêche avec ses nombreux lacs.

Cette entité occupe un lieu stratégique sur la Têt entre l'Agly et le Tech, à mi-chemin entre mer et montagne. Les pêcheurs seront agréablement reçus et conseillés par quatre permanents et trois bénévoles. Ils auront peut-être la chance de tomber sur René Patau, possédant 51 cartes aux compteur depuis ses seize ans, qui saura avec simplicité et passion expliquer les diffé(rentes facettes du rôle primordial de cette Maison de la pêche et de la nature. Et vous pourrez ensuite, seul, en famille ou entre amis, taquiner le poisson ou participer aux diverses activités proposées afin de sensibiliser les enfants sur le thème de l'environnement aquatique et les initier aux rudiments de la pêche.

Côté finances, un coût de 1 046 872 euros

Le coût s'élève à 1.046.872 € TTC répartie comme suit :

- Acquisition foncière : 82.690 €
- Maîtrise d’œuvre : 60.780 € HT
- Travaux tous corps d’états : 721.198 € HT.
- Autres dépenses 28.937 €
- TVA : 153.267 €.

Le financement, quant à lui, se répartit comme suit : Conseil Général : 16 %, Conseil Régional 20 %, FEADER : 9 %, FNPF : 21 %, FD 66 : 26 %, Emprunt : 8 %.

En résumé, les collectivités piscicoles interviennent à hauteur de 575 612 € (55%) et les collectivités territoriales pour 471 260 € (45%).