04.01.2015

Bonne année 2015

voeux 2015.jpg

10:04 Publié dans Web | Tags : millas, gerard maincent, blog | Lien permanent | Commentaires (0)

14.03.2012

Millas fait son introspection

Dominé dans le combat, Millas a raté son match à la Salanque. Une réaction est attendue dès dimanche contre Pollestres-Ponteilla (15h).

millas,rugby,paul ribes,hernandez,marc adroguer,marc juan,sébastien lopez,fabien salvat,lionel rodriguez,gerard maincentPaul Ribes tente une combinaison avec Hernandez sur un des rares ballons d'attaque millassois face à la Salanque Côte Radieuse dimanche dernier.  © Photo Gérard Maincent

La difficile victoire décrochée par Millas contre Le Boulou (13-10) à Roquefort le 4 mars dernier avait ouvert une brèche. Si dominateur lors de la première phase (une seule défaite à Pollestres avec une équipe remaniée), l'USM était passé près de la correctionnelle face à un adversaire privé de ses maîtres à jouer (Camps, Cortes et Roitg). Une brèche dans laquelle la Salanque Côte Radieuse, en pleine bourre ces dernières semaines, s'est engouffrée avec gourmandise le week-end dernier (15-3) pour signer une victoire à cinq points et reléguer son rival pour la première place, synonyme de finale Honneur sans passer par un barrage, loin derrière (NDLR : Millas devrait être privé de deux points après avoir cumulé plus de 200 jours de suspension).

Mais au-delà de l'aspect comptable, c'est la manière de laquelle les "rouge et noir" ont sombré à Torreilles qui interpelle. Maladroits, dominés dans le combat, ce qui n'est pas vraiment le genre de la maison, les Millassois semblaient jouer sans fil conducteur, ni réelle volonté d'avancer ensemble. Marc Adroguer, coentraîneur de l'USM avec Marc Juan et Sébastien Lopez s'avoue "inquiet. Ça fait trois matches qu'on n'y est pas trop. Tout le monde doit se remettre en question. Les entraîneurs, les joueurs, tout le monde". Le mal millassois remonterait donc au début de la phase Honneur... Pas tout à fait selon Adroguer : "En début de saison, on gagnait nos matches, mais il n'y avait pas grand-chose. On avait de la réussite. On n'est pas bien, mais rien n'est cassé. Il faut que cette défaite nous serve".

Salvat et Rodriguez espérés contre le RSPP

Parfois une défaite dans un match d'une telle importance peut avoir des effets positifs. A condition de prendre conscience de l'urgence de la situation et de serrer les rangs. A condition, aussi, qu'un ou plusieurs leaders se dégagent pour tirer l'équipe vers le haut. A Millas, personne ne le cache : le départ de Christophe Grando à l'intersaison, parti terminer sa carrière à Vinça, a laissé un vide. "Il nous manque un papa sur le terrain", confirme Adroguer. "Ce dimanche (NDLR : contre Pollestres-Ponteilla), Fabien Salvat et Lionel Rodriguez, qui jouent un peu ce rôle-là, seront peut-être de retour. En début de saison, on voyait déjà qu'il nous manquait ce leader et Rodriguez, qui devait être entraîneur, est retourné sur le terrain". Mais le vieux soldat (34 ans) n'est pas éternel. Et l'USM a besoin de voir ses jeunes prendre la relève, sous peine de devoir renoncer à ses objectifs, déjà revus à la baisse depuis la défaite du week-end dernier : "Maintenant, il y a 95 % de chances que la Salanque soit en finale", reprend l'ancien deuxième ligne. "On espérait aller en finale sans le barrage... On va voir si Le Boulou va gagner là-bas mais en tout cas, de notre côté, il faut qu'on gagne dimanche pour assurer la demi-finale. Et si la Salanque bat Le Boulou, il nous restera deux matches amicaux à jouer puisque finir deuxième ou troisième n'a aucune importance, on serait en barrages de toute façon". Quoi qu'il en soit, Millas a besoin de réagir très vite. Avant que le doute ne s'installe dans les esprits pour de bon, du côté du Ribéral.

31.01.2012

Votre correspondant vous souhaite :

millas,correspondant,l'indépendant,gérard maincent,bonne année

01.01.2012

Happy new year !



N'oubliez pas de mettre le son pour l'ambiance...

14.03.2011

Millas : l'ivresse d'un Gaillac

Victoire de prestige pour Millas qui fait tomber Gaillac à Roquefort. Les hommes du tandem Juan-Adroguer confortent leur septième place au classement de la poule 2.

millas,gaillac,ivresse,fédérale 3,poule 2,juan,adroguer,paul ribes,gerard maincentL'US Millas de Paul Ribes a su profiter des espaces laissés par la défense de Gaillac.

Les Tarnais étaient venus avec des intentions pour asseoir leur position sur le podium, mais ils sont tombés sur des «rouge et noir» bien inspirés. Mais rien ne fut facile. 

Opposés à une formation joueuse, les hommes du tandem Adroguer-Juan ont vite mis la pression sur les «blancs» en marquant dès le début leur territoire par l'intermédiaire d'Amrani sur une passe sautée d'Alves. Et lorsqu'après 6 minutes de jeu, Gaillac revenait au score, on aurait pu craindre le pire. Malmenés, mais parvenant heureusement à faire mieux que soutenir la comparaison, Maureta profita de l'occasion pour scorer et mener à la pause (18-8). 

Paul Ribes inspiré

Mais dès le retour des vestiaires, les visiteurs marquèrent coup sur coup, par deux belles actions de Gisquet et Rouffiac leur permettant de reprendre l'avantage au score. 

Les jeux étaient-ils faits ? Non, réalistes, encaissant plutôt bien le face à face, les Millassois trouvaient finalement la solution en jouant sur leurs «standards» et en tentant l'improbable avec un Paul Ribes en grande forme auteur d'une pénalité et d'un drop salvateurs permettant aux siens de faire basculer le match. Millas, en prenant le large, parvint à déstabiliser le solide bloc tarnais. Les «rouge et noir», plus sereins, se transformèrent alors en habiles gestionnaires, évitant de subir le jeu de Gaillac trop imprécis et trop fautif. Et c'est avec une joie retrouvée, que Millas peut inscrire cette victoire dans les mémoires du club. « C'est une des plus belles victoires de la saison», déclarait Marc Juan visiblement très satisafait, tandis que son complice Marc Adroguer surenchérissait « C'est une victoire qui marque la vie d'un joueur. C'est un de ces matchs dont on se rappellera toute sa vie»

millas,gaillac,ivresse,fédérale 3,poule 2,juan,adroguer,paul ribes,gerard maincentEn s'imposant à domicile, Millas reste au plus près de ses objectifs de début de saison (septième avec 44 points).

30.01.2011

La passion du ballon entraîne Cali et Eric Cantona à Millas

Les cadets du club de rugby de Millas ne risquent pas d'oublier leur dernier entraînement : le célèbre entraîneur des trois-quarts, qui n'est autre que Cali, a en effet convié son illustre ami Eric Cantona pour partager avec eux un moment d'intimité sur le terrain.

millas,cali,cantona,gerard maincent,philippe dambach,jean-paul ribes,jean-charles barboteu,fabrice homs,bruno bazan,passion,ballon,entraîneur,cadets,usmDe gauche à droite, les entraîneurs, Philippe Dambach, Eric Cantona, Jean-Paul Ribes, Jean-Charles Barboteu, Fabrice Homs, un parent et Cali.

millas,cali,cantona,gm,gerard maincent
Les cadets étaient ravis d'accueillir ces deux célébrités à l'occasion de l'entraînement de vendredi soir.

Qui osera dire encore qu’il ne se passe pas grand-chose en semaine dans les traverses du stade Roger-Roquefort ! C’est comme deux poissons dans l’eau, que Cali et Cantona, ces deux célébrités venues de deux mondes différents, ont fait escale en toute discrétion vendredi, pendant les citrons, sur la pelouse de Millas.

Il ne faut pas oublier à l’origine que Cali est l'un des entraîneurs des trois-quarts des cadets de l’US Millas, aux côtés de Jean-Charles Barboteu pendant que Fabrice Homs et Jean-Paul Ribes, deux figures notoires du rugby catalan, s’occupent des avants.

Comment une telle rencontre a-t-elle pu se produire ? Tout est parti d’une petite phrase pendant le dernier match de rugby France-Nouvelle Zélande à Marseille : Fabrice Homs et Cali, qui ont joué ensemble en sélection du Roussillon, évoquent leurs rêves, dont celui pour le chanteur d’entraîner un jour une équipe de cadets. Voilà Cali prêt à participer à une aventure sur les terrains, renouant ainsi avec ses racines rugbystiques.

Une idée qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd : quand Jean-Charles Barboteu demande à Fabrice Homs de trouver un entraîneur pour les trois-quarts, ce dernier recontacte son ami chanteur.  Et voilà comment début septembre, Cali débarque avec le maillot d'entraîneur dans le staff de l’équipe des "rouge et noir".

Et Canto, comment a-t-il bien pu atterrir à son tour sur la pelouse catalane ? La légende du ballon rond, connue pour ses exploits foobalistiques, mais aussi ses coups de gueule, dont le dernier étant l'appel au "boycott" des banques, est un ami de Cali qui l'a mis dans le coup. Canto est ainsi venu à sa demande, tout simplement, partager un pur moment "sain et sans arrière-pensée" loin des caméras, car "c'était la moindre des choses pour les gosses".

Après un échange avec les joueurs et le staff, ces deux hommes de cœur se sont pliés avec plaisir, simplicité et sincérité à une séance photo, pour un moment intime et privilégié avec les jeunes. « Pour Cali et Eric, l’humain est très important, les gosses se sont régalés », explique Bruno Buzan, le manager de Cali et organisateur de ce petit aparté. Et si c’était tout simplement cela le bonheur !

millas,cali,cantona,gerard maincent,philippe dambach,jean-paul ribes,jean-charles barboteu,fabrice homs,bruno bazan,passion,ballon,entraîneur,cadets,usm

Millas peut faire le trou à Verfeil

millas, gerard maincent, gm, us millas, verfeil, La rencontre de cet après-midi aura un parfum spécifique. Après la victoire, la semaine passée, sur le dernier du tableau Saint-Girons, on respire un peu mieux du côté de Roquefort. Mais rien n'est encore joué pour l'avenir. Car Verfeil (battu par Pamiers 5-18 à domicile la semaine passée), ancien bastion cathare, s'annonce comme un des tournants de la saison pour Millas. « Peut-être la rencontre la plus importante de la saison. Si on les bat, on prendra un bon virage. On y va pour chercher la victoire », martèle Marc Juan, le coentraîneur d'une l'USMqui s'était imposée à l'aller 18 à 13.

Deux places d'écart séparent les deux équipes avec le même nombre de matches joués et perdus (quatre). Millas doit donc s'attendre à tout, sauf à une partie de plaisir.

« On a eu beaucoup de gastros et de grippes dans la semaine. On n'a pas d'absents mais les joueurs sont un peu diminués, poursuit le technicien. Nous avons une occasion de les distancer. Car Verfeil, c'est notre plus sérieux concurrent pour la septième place ».

Le groupe : Salvat, Tamisier, J. Aouissi, Metlaine, Grando, Lampe, Mauretta, Allegre, Casamitjana, Hernandez, Loeillet, Rodriguez, Argiles, Alves, N. Ribes, Osmont, P. Ribes, Amrani, Billes, Noguera, Th. Aouissi.