14.03.2012

Millas fait son introspection

Dominé dans le combat, Millas a raté son match à la Salanque. Une réaction est attendue dès dimanche contre Pollestres-Ponteilla (15h).

millas,rugby,paul ribes,hernandez,marc adroguer,marc juan,sébastien lopez,fabien salvat,lionel rodriguez,gerard maincentPaul Ribes tente une combinaison avec Hernandez sur un des rares ballons d'attaque millassois face à la Salanque Côte Radieuse dimanche dernier.  © Photo Gérard Maincent

La difficile victoire décrochée par Millas contre Le Boulou (13-10) à Roquefort le 4 mars dernier avait ouvert une brèche. Si dominateur lors de la première phase (une seule défaite à Pollestres avec une équipe remaniée), l'USM était passé près de la correctionnelle face à un adversaire privé de ses maîtres à jouer (Camps, Cortes et Roitg). Une brèche dans laquelle la Salanque Côte Radieuse, en pleine bourre ces dernières semaines, s'est engouffrée avec gourmandise le week-end dernier (15-3) pour signer une victoire à cinq points et reléguer son rival pour la première place, synonyme de finale Honneur sans passer par un barrage, loin derrière (NDLR : Millas devrait être privé de deux points après avoir cumulé plus de 200 jours de suspension).

Mais au-delà de l'aspect comptable, c'est la manière de laquelle les "rouge et noir" ont sombré à Torreilles qui interpelle. Maladroits, dominés dans le combat, ce qui n'est pas vraiment le genre de la maison, les Millassois semblaient jouer sans fil conducteur, ni réelle volonté d'avancer ensemble. Marc Adroguer, coentraîneur de l'USM avec Marc Juan et Sébastien Lopez s'avoue "inquiet. Ça fait trois matches qu'on n'y est pas trop. Tout le monde doit se remettre en question. Les entraîneurs, les joueurs, tout le monde". Le mal millassois remonterait donc au début de la phase Honneur... Pas tout à fait selon Adroguer : "En début de saison, on gagnait nos matches, mais il n'y avait pas grand-chose. On avait de la réussite. On n'est pas bien, mais rien n'est cassé. Il faut que cette défaite nous serve".

Salvat et Rodriguez espérés contre le RSPP

Parfois une défaite dans un match d'une telle importance peut avoir des effets positifs. A condition de prendre conscience de l'urgence de la situation et de serrer les rangs. A condition, aussi, qu'un ou plusieurs leaders se dégagent pour tirer l'équipe vers le haut. A Millas, personne ne le cache : le départ de Christophe Grando à l'intersaison, parti terminer sa carrière à Vinça, a laissé un vide. "Il nous manque un papa sur le terrain", confirme Adroguer. "Ce dimanche (NDLR : contre Pollestres-Ponteilla), Fabien Salvat et Lionel Rodriguez, qui jouent un peu ce rôle-là, seront peut-être de retour. En début de saison, on voyait déjà qu'il nous manquait ce leader et Rodriguez, qui devait être entraîneur, est retourné sur le terrain". Mais le vieux soldat (34 ans) n'est pas éternel. Et l'USM a besoin de voir ses jeunes prendre la relève, sous peine de devoir renoncer à ses objectifs, déjà revus à la baisse depuis la défaite du week-end dernier : "Maintenant, il y a 95 % de chances que la Salanque soit en finale", reprend l'ancien deuxième ligne. "On espérait aller en finale sans le barrage... On va voir si Le Boulou va gagner là-bas mais en tout cas, de notre côté, il faut qu'on gagne dimanche pour assurer la demi-finale. Et si la Salanque bat Le Boulou, il nous restera deux matches amicaux à jouer puisque finir deuxième ou troisième n'a aucune importance, on serait en barrages de toute façon". Quoi qu'il en soit, Millas a besoin de réagir très vite. Avant que le doute ne s'installe dans les esprits pour de bon, du côté du Ribéral.

13.03.2011

Millas veut y croire

Les Millassois, bien qu'ayant peu de chance de se maintenir à ce niveau, veulent rester maîtres à Roquefort, face à Gaillac.

millas,rugby,gaillac,marc juan,aouissi,hernandez,casamitjana,metlaineGrando et les Millassois vont dresser des barbelés devant l'enbut catalan.

Plus que trois rencontres à disputer pour les « rouge et noir » de l'US Millas avant de connaître le verdict. Un suspense qui ne risque plus de durer jusqu'à l'ultime rencontre contre La Salvetat. Mathématiquement, une victoire n'assurera pas l'avenir des Millassois. Car après la dernière réunion au comité du Roussillon, la donne a changé. Sauf miracle, en septième position, Millas n'a guère le pouvoir de se maintenir. Pourtant les troupes des « deux Marc », ne craignent plus aucun combat et sont prêtes à terminer la saison avec l'ambition de démontrer qu'elles avaient réellement leur place en Fédérale 3.

En effet, fort d'une nouvelle maturité, d'une efficacité et d'une confiance retrouvée, comme en témoigne le match contre la Côte Vermeille le week-end dernier, l'équipe aura à cœur de montrer qu'elle avait sa place dans une autre course que celle qu'elle mène actuellement pour son maintien.

Quatre absences
 
Pour les Tarnais de Gaillac, classé quatrième, l'équation est simple : prendre quelques points d'avance supplémentaires, en visant la victoire bonifiée.   « C'est du solide, confirme Marc Juan, C'est une belle équipe qui risque d'aller loin dans le championnat, je le pense ». Avec la pluie et le terrain gras, les Millassois pourraient être avantagés, mais quoi qu'il en soit  « les gars feront le maximum », poursuit Marc Juan. Du côté de l'effectif, Aouissi (entorse) et Hernandez sont toujours à l'infirmerie. Casamitjana et Metlaine, attrapés par la patrouille la semaine passée à Port-Vendres purgeront un match de suspension.

L'équipe : Campa - Osmond, Noguera, Ribes P, Alves D - N. Ribes, Alves - Mole, Loeillet, Allègre - Grando, Maureta - Salvat, Rogriguez (cap), Tamisier.

Remplaçants : Amrani, A, Quentin, Gea, Roig, Pech, Campa C.

28.02.2011

Millas s'impose sans la manière

Bousculée par une équipe de Rieumes plutôt joueuse, l'US Millas n'a arraché la victoire qu'en fin de match grâce à l'efficacité de son buteur Nicolas Ribes (21-15).

millas, rieumes, grando, hernandez, nicolas ribesAmrani, sous l'oeil de Hernandez, tente de déborder la défense de Rieumes.


Sur le papier, il ne faisait aucun doute que la machine à gagner « rouge et noir », carburant à l'envie, prendrait le dessus sur Rieumes. Il faut reconnaître qu'en première mi-temps, malgré un terrain gras dû à quelques « rufaques », la mécanique millassoise bien huilée concrétisa deux belles actions dans les cinq mètres des visiteurs. La première par un essai de groupe, conclu par Grando et le second par Hernandez, après un bon travail des avants, perçant la défense Rieumoise pour aplatir entre les poteaux. En face, dans la première période, les bleus durent attendre la sixième pénalité avant que leur buteur n'offre les 3 premiers points à son équipe (12-3).

N'abdiquant pas, les visiteurs honorèrent leur maillot et firent bonne figure face à la grosse écurie Millassoise. En plantant deux terribles banderilles coup sur coup, dès la reprise, à 3 minutes d'intervalles, sur deux courses de Danielou et Lannes, quittant leurs 22 mètres pour aplatir dans le camp adverse, ramenant ainsi les leurs au score et dans le match. N'hésitant pas à remettre l'ouvrage sur le métier quand il le fallait, les « rouge et noir » prétendaient encore à la victoire finale et se remirent sur les rails grâce à Nicolas Ribes, et son jeu au pied qu'il maîtrisait de mieux en mieux malgré le vent. Millas réussissant à revenir au score avec un drop de son 10 qui creusait l'écart avec deux pénalités successives (21-15).

En rendant une copie correcte, mais sans mention, il reste à savoir comment les hommes des deux Marc géreront leur match de dimanche prochain. Histoire que le petit Poucet ne se fasse pas croquer par l'ogre de la Côte Vermeille.millas,rieumes,grando,hernandez,nicolas ribes