17.06.2012

LÉGISLATIVES : 3e Circonscription - 2ème tour

millas, legislatives, résultats, segolene neuville, jean casteix

24.05.2012

Troisième circonscription : un secteur en souffrance Assez équilibré sur Perpignan La logique d'échec enclenchée par la gauche en 2002 en passe d'être inversée

millas, troisième circonscription, christian bourquin, françois calvet, ségolène neuville, jean casteixJuste avant d'accéder à la présidence du conseil général, Christian Bourquin (PS) avait remporté cette circonscription en 1997 mais ses actions volontaristes sur ce territoire montagneux lui ont finalement coûté son siège cinq ans plus tard. La Cerdagne n'avait effectivement pas vraiment apprécié la fermeture aux voitures de la route menant aux Bouillouses... En 2002, il est battu par François Calvet (UMP) de 1 166 voix alors que le front national manque de très peu la qualification pour le second tour. Le leader socialiste départemental retente sa chance en 2007 mais est finalement noyé par la vague bleue qui suit l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. François Calvet est réélu député avec près de 4 points et quelque 1 560 voix d'avance. Élu sénateur en septembre dernier, il ne terminera pas son mandat et, ironie de l'histoire, retrouve sur les bancs du Palais du Luxembourg, son principal adversaire politique Christian Bourquin ! Cette année, aucun des deux n'est donc candidat aux législatives. Pour l'UMP, c'est Jean Castex, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Élysée qui se lance. Face à lui, la socialiste Ségolène Neuville qui creuse son sillon depuis son arrivée au conseil général des Pyrénées-Orientales en 2008. La candidate est en position de force puisqu'au vu des résulats de la présidentielle, la gauche est de nouveau en tête sur la cironconscription, François Hollande devançant Nicolas Sarkozy de 3629 voix au second tour. Reste maintenant à la candidate à confirmer ce revirement à gauche pour espérer accéder au poste de député.

POLITIQUE

1 La plus étendue et la plus diverse De Perpignan aux portes de l'Andorre, la troisième circonscription des Pyrénées-Orientales est la plus étendue de France. Mais pas la plus peuplée ni la plus riche, loin de là. Si elle accueille désormais le canton de Saint-Estève, fort de quelque 14 000 inscrits et comprend tout de même trois cantons de Perpignan et celui de la sous-préfecture Prades, elle ne compte que bien moins d'électeurs que la deuxième ou la quatrième.

Un panel d'autant plus large que les populations sont différentes d'un point à l'autre du territoire. Si à Saint-Estève, 53,2 % des foyers fiscaux sont imposables (contre 45,6 % en moyenne départementale), Vinça et Prades sont bien moins bien lotis (38,5 % et 37,2 %).

2 Un chômage très fort dans les villes moyennes Si Perpignan n'est pas épargné par le fléau du chômage, les villes moyennes de la vallée de la Têt ne sont pas épargnées non plus. Avec des taux de 17,3 % et de 20,8 %, Millas et Prades sont bien au-dessus de la moyenne départementale (15,5 %), déjà très élevée.

En revanche, les cantons de montagne s'en sortent beaucoup mieux. (5,6 % à Mont-Louis et 7,1 % à Saillagouse), les personnes à la recherche d'un emploi préférant certainement vivre à proximité des secteurs dynamiques.

3 Des emplois en déclin dans l'arrière-pays Avec plus d'un millier d'emplois créés entre 1999 et 2008, le canton de Saint-Estève est un des plus dynamiques de la circonscription. C'est aussi un de ceux qui accueille le plus fort taux de retraités (29,6 %) avec Vinça (38,4 %) et Prades (40 %). Quant à l'arrière-pays, il souffre. Si l'emploi a tendance à stagner sur Prades (+41 de 1999 à 2008), il baisse lorsqu'on s'enfonce dans les terres (-39 sur Mont-Louis et -59 sur Saillagouse). En revanche, le taux de retraités diminue avec l'éloignement du centre nerveux du département (21,9 % à Mont-Louis et 26,2 % à Saillagouse).

4 Les nouveaux arrivants se concentrent dans la plaine Les cantons de Saint-Estève, Millas et Prades sont ceux dont l'augmentation de population entre 1999 et 2008 est principalement due à l'arrivée de nouveaux habitants (+1,3 % ; +1,7 % ; +1,7 %). En revanche, les cantons de montagne, plus éloignés du centre urbain, ne séduisent pas vraiment les nouveaux arrivants (+0,1 % à Mont-Louis et +0,9 % à Saillagouse).

5 Un territoire et panel d'emplois variés Bien que très rurale, la circonscription ne concentre ses emplois agricoles que dans la vallée de la Têt (30,6 % sur Vinça). C'est davantage le tourisme qui fait vivre la zone de montagne (52 % des emplois dans le commerce sur Saillagouse) tandis que Prades peut principalement compter sur son activité commerciale (59,6 %), son statut de sous-préfecture ne lui apportant 'que' 22,3 % d'emplois administratifs.