16.06.2009

Les adhérents de la FNACA en Lubéron

Le prénom Hélios du sympathique et excellent conducteur des cars Capeille présageait déjà un séjour ensoleillé pour les anciens d'Algérie du comité de Millas. Il le fût, modérément.

L'aller jusqu'au village de Thor, lieu du logement, près d'Isle sur Sorgue, se fit dans la bonne humeur avec crises de fou-rire, les jours suivants aussi d'ailleurs. Plus bref que les précédents, ce séjour fut riche en découvertes : sites, arts, personnages rencontrés sous la conduite de la guide fort sympathique. Le village Roussillon, plein de charme et le panorama, méritait la visite, mais plus encore les  impressionnantes falaises ocres. Tout aussi pittoresques, avec de superbes vues sur le Luberon, les célèbres villages de Gordes et des Baux de Provence, L'austère abbaye de Senanque, isolée dans sa combe, entourée de collines calcaires, toujours hantée par de silencieux moines cisterciens, suscite recueillement et méditation. Quel contraste avec la façon de M. Mathieu, au cours de la visite de son moulin à huile familial, expliquant avec passion et intelligence la situation des oléiculteurs, le passé et le devenir de cette profession. Mais la rencontre la plus émouvante eût lieu à Robion : là , de jeunes handicapés fabriquent des confitures sous l'affectueuse direction de personnes découées dont la patience et la douce autorité forcent l'admiration.

Au Coustellet, capitale de la lavande, les dames firent provision de parfums tandis que les hommes admiraients la collection d'alambics de Georges Lincelé. La fontaine de Vaucluse venait de se tarir tandis qu'en aval de puissantes sources karstiques alimentent les nombreuses roues de moulins de la Sorgue. Le célèbre palais des papes en Avignon aux salles spacieuses est l'édifice gothique le plus important de France. Immenses aussi et fugitives les images des oeuvres de Picasso en la cathédrale d'images. Elles surprennent au premier abord mais suscitent un charme dont on a du mal à se défaire en sortant.

La guide locale, à Vaison-la-romaine, a su faire revivre avec force détails imagés, l'existence des riches romains en leurs villas provencales. Enfin, la qualité des mets, le confort du logis faisaient dire à certains, au moment du départ : « Hélas, le séjour se termine à Thor ».