09.08.2014

La feria sur les bons rails

Débutées jeudi soir, les festivités se poursuivent aujourd’hui.

millas, feria, novillada, abrivado, feria du livre, paellaDes bodegas, de la musique, de la bonne humeur et un peu de sport, le cocktail gagnant depuis l’ouverture de la fête jeudi.

Aujourd’hui, mise en bouche par un lâcher de taureaux dans les rues de Millas par la «manade de Bilhau» à 11h. Dès 15h, ouverture de la feria du livre avec la remise du prix feria 2012 à Alain Montcouquiol. Dès 16 h, le toro sera à l’honneur avec un lâcher de toros (abrivado) dans les rues de la ville par la «manade Bilhau». A 17h, vous serez admiratifs devant les participants qui construiront devant vous des tours humaines. Après l’apéritif concert, vous pourrez le soir vous restaurer dans la cour de l’école maternelle avec la gigantesque paella préparée par les Noïs de Força Réal (rugby) et animée par les bandas suivis du concert des Al Chemist au podium central à 22h.

Ensuite vous aurez le choix entre déambuler de bodega en bodega ou assister, dès 22h, au grand concert du groupe Al Chemist ou un peu plus tard à 22h30, à l’un des meilleurs shows dansants de France avec l’orchestre Les Méditérranées, et ses 22 artistes sur scène.

Demain en famille

Le dimanche 10 août, est réservé à toute la famille, avec la grande messe en catalan à 10h30, animé par le Fanal Sant Vicens, défilé de six «colles de Geganters» avec toutes les bandas, les gardians de la "manade Bilhau" et les diables infantiles du Riberal, apéritif monstre à la font del rei, paquito géant, repas champêtre: gardiane de toro à l’école maternelle, et surtout dans cette ville taurine le coup d’envoi avec dès 16 h, «abrivado» et dès 18 h, la «Grandiose Novillada intégrale»: 6 novillos toros de la ganaderia Moreno de Silva pour les vaillants novilleros Tomás Angulo, Antonio Linares et Clémente. Et avant le final musical dans
les bodégas, grand spectacle pyrotechnique avec le «Ball des diables i correfoc», un déluge de feux et le
bruit assourdissant des percussions dans les rues du centre-ville.

12.08.2012

Feria : Aujourd'hui le toro est roi

La ville s'apprête à vivre aujourd'hui sa dernière journée de fête. Les arènes en sont évidemment le centre. on y célèbre le culte du Dieu Taureau.

La fête bat son plein avec ses animations et continue aujourd'hui avec une grandiose novillada intégrale
millas, feria, toro, messe colles des gegants, manade, apéritif monstre,paquito, abrivado, novillada, moreno de silva, sergio flores, javier jiménez, fabion castanedamillas, feria, toro, messe colles des gegants, manade, apéritif monstre,paquito, abrivado, novillada, moreno de silva, sergio flores, javier jiménez, fabion castanedamillas, feria, toro, messe colles des gegants, manade, apéritif monstre,paquito, abrivado, novillada, moreno de silva, sergio flores, javier jiménez, fabion castanedamillas, feria, toro, messe colles des gegants, manade, apéritif monstre,paquito, abrivado, novillada, moreno de silva, sergio flores, javier jiménez, fabion castanedaÀ Millas, on ne se prend pas au sérieux. C'est connu. Et reconnu. Et ça fait du bien, de prendre l'air, le temps d'une feria, surtout comme hier quand le soleil est là, chauffe la foule, réchauffe le moral. Bref, quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ce qui devrait favoriser la fréquentation des arènes et des rues. Subtil mélange entre traditions catalanes et festives, rendez-vous populaire, royaume du pastis et de la sangria, des bodegas populaires et des expositions, la feria se vit de mille manières. C’est ainsi que jeudi, on lançait quatre jours de fête, que l’on distribuait les « poutous » au rythme des bandas. Oui, c'est comme ça, ici. L'on festoie et puis voilà.
 

Feria. Si ce mot aux cinq lettres magiques pour les amateurs de taureaux, de catalinité et de joie, éveille un sentiment irrépressible de fête, de rencontre et de partage, il porte en lui un secret : celui de la vérité d'un genre, issue d'une adéquation avec le public spécifique au lieu et aux gens qui l'habitent. Entre expositions, animations, bandas, soirée mousse, musique et bien sûr, le dieu Toro, la feria de Millas bat son plein. La ville de Millas s'apprête à vivre aujourd’hui sa dernière journée de fête. Les arènes en sont évidemment le centre. On y célèbre le culte du dieu taureau.
 

La soirée d'hier était énorme mais aujourd'hui, le couvert est remis avec toujours la feria du Livre de 10h à 12h ; la grande messe en catalan à l'église Sainte-Eulalie avec la participation du  fanal de Sant vicens et les Colles des Gegants suivi du Grand défilé de la Feria avec 8 colles accompagnés par les gardians de la manade Berthaut et les bandas suivi d'un apéritif monstre à la Font del Rey ; suivi d'un record à battre, dans un Paquito géant à la Font del Rei.
 

A l'école maternelle repas traditionnel (toro à la broche). Après, le toro est roi avec le lâcher de toros-abrivado dans les rues, avant l'évènement à 18h aux arènes, grandiose novillada intégrale, avec 6 novillos (toros) de la célèbre ganadaria Moreno de Silva de Séville pour les vaillants novilleros, Sergio Flores (Mexique), Javier Jiménez (Séville) et Fabio Castañeda (Venezuela). Vous pouvez également vous divertir avec le spectacle folklorique catalan du groupe Or i Grana dès 16 h 30, juste avant le bal retro avec l’orchestre Domino à 18 h 30. Avant de conclure en « fanfare » avec le ball dels diables i correfoc, un déluge de feux et le bruit assourdissant des percussions dans les rues de la cité. Mais évidemment, c'est le soir que la fête prend toute sa dimension. Dès la nuit venue, les fêtards prennent d'assaut les bodegas animées par le groupe Système sans Interdit, DJ Tito et Mega dance floor DJ Obsession.

Pour le reste, ces journées furent savoureuses comme cette dernière devrait l'être. Un monde fou, des amis qui se retrouvent, sans prise de tête, sans a priori. Tout simplement.

08.08.2012

Un cocktail aux trois saveurs à la feria de Millas

Dès demain, c'est le début de quatre jours de fête.

millas, feria, cocktail, festayre, abrivado, salsa, cocktail de nuit, drac de foc, percussions du riberal, la panoramique, les canaillous, chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes, cobla mil-lenària, inter canton, francis wolff, abrivado manade berthhaut, paella, noïs de Força réal, al chemist, colles de geganters, messe en catalan, paquito géan, font del rei, novillada, ganaderia, moreno de silva, sergio flores, javier jimenez, fabio Castañeda, ball des diables i correfoc.Quatre jours de folie en perspective du côté de Millas. Photos G.M.

Le rendez-vous est pris depuis longtemps. Ce sera le temps de la fête, le temps de la feria, de sa liesse, de ses grands moments d’amitié, de retrouvailles et de partage. Grâce à son cocktail novillada-fiesta-bodegas, la feria est devenue le point de convergence de tous les festayres.

Coup d'envoi demain

La ville s'apprête à vivre demain sa première nuit de fête. Mais en attendant, la feria 2012 va démarrer "au pas de course" avec la course pédestre La Panoramique (à 19h) suivie de la cérémonie des foulards (à 22h) qui lancera les festivités organisées par le Comité d'animations culturelles de la ville. Ouverture avec une tronada monstre (à 22h15) suivi du défilé du « Drac de Foc » au rythme des percussions du Ribéral, accompagné par la banda les canaillous dans les rues avant l’ouverture des Bodégas à 22h30. Aux arènes, la beauté du cheval sera mise en avant avec le nouveau spectacle Chevalissimo Tour 2012.

Pétanque vendredi

Après cette mise en bouche suivra vendredi le grand concours de pétanque (14h), une Batllada de sardanes au podium central avec la cobla « Mil-lenària » suivi d’une aubade et apéritif avec les bandas et dès 21h30 l’inter canton « Olympique » aux arènes (jeux taurins opposant 8 villages). Dès 22h30, débutera la « nit de la salsa » à la Font del rei avec initiation par Fanny et Willy (professeurs) à la danse suivi d’un concert avec le groupe Cubano Timbalaye.

Féria du livre samedi

Le Samedi, les enfants ne seront pas oubliés au parc municipal pour leur propre féria de 10 h30 à 15 h 30. Dès 11 h, ouverture de la Feria du Livre avec la remise du prix feria 2012 à Francis Wolff (18 h). Dès 16h, le toro sera à l’honneur avec un lâcher de toros (Abrivado) dans les rues de la ville, idem le soir (21h30) par la manade Berthaut, vous serez admiratifs devant les participants qui construiront devant vous des tours humaines, après l’apéritif concert, vous pourrez le soir vous restaurer dans la cour de l’école maternelle avec la gigantesque pælla préparée par les Noïs de Força Réal (rugby) et animée par les bandas suivis du concert des « Al Chemist » au podium central (à 22h).

Ensuite vous aurez le choix entre déambuler de bodegas en bodegas ou d’assister, dès 22h30 à  l’un des meilleurs orchestre de France Coktail de nuit qui vous présentera son show, tout ceci sur un rythme d’enfer et une passion pour la fête.

Dimanche en famille

Dimanche réservé à toute la famille, avec la grande messe en Catalan,  défilé de 8 Colles de Geganters, apéritif monstre à la font del rei, paquito géant, repas champêtre : toro à la broche, et surtout dans cette ville taurine la Grandiose Novillada intégrale : 6 novillos toros de la ganaderia Moreno de Silva pour les vaillants novilleros sergio Flores, javier jiménez et Fabio Castañeda. Et avant le final musical dans les bodégas, grand spectacle pyrotechnique avec le « Ball des diables i correfoc », un déluge de feux et le bruit assourdissant des percussions dans les rues du centre-ville.millas,feria,cocktail,festayre,abrivado,salsa,cocktail de nuit,drac de foc,percussions du riberal,la panoramique,les canaillous,chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes,cobla mil-lenària,inter canton,francis wolff,abrivado manade berthhaut,paella,noïs de força réal,al chemist,colles de geganters,messe en catalan,paquito géan,font del rei,novillada,ganaderia,moreno de silva,sergio flores,javier jimenez,fabio castañeda,ball des diables i correfoc.millas,feria,cocktail,festayre,abrivado,salsa,cocktail de nuit,drac de foc,percussions du riberal,la panoramique,les canaillous,chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes,cobla mil-lenària,inter canton,francis wolff,abrivado manade berthhaut,paella,noïs de força réal,al chemist,colles de geganters,messe en catalan,paquito géan,font del rei,novillada,ganaderia,moreno de silva,sergio flores,javier jimenez,fabio castañeda,ball des diables i correfoc.millas,feria,cocktail,festayre,abrivado,salsa,cocktail de nuit,drac de foc,percussions du riberal,la panoramique,les canaillous,chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes,cobla mil-lenària,inter canton,francis wolff,abrivado manade berthhaut,paella,noïs de força réal,al chemist,colles de geganters,messe en catalan,paquito géan,font del rei,novillada,ganaderia,moreno de silva,sergio flores,javier jimenez,fabio castañeda,ball des diables i correfoc.millas,feria,cocktail,festayre,abrivado,salsa,cocktail de nuit,drac de foc,percussions du riberal,la panoramique,les canaillous,chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes,cobla mil-lenària,inter canton,francis wolff,abrivado manade berthhaut,paella,noïs de força réal,al chemist,colles de geganters,messe en catalan,paquito géan,font del rei,novillada,ganaderia,moreno de silva,sergio flores,javier jimenez,fabio castañeda,ball des diables i correfoc.
millas,feria,cocktail,festayre,abrivado,salsa,cocktail de nuit,drac de foc,percussions du riberal,la panoramique,les canaillous,chevalissimo tour 2012 ballada de sardanes,cobla mil-lenària,inter canton,francis wolff,abrivado manade berthhaut,paella,noïs de força réal,al chemist,colles de geganters,messe en catalan,paquito géan,font del rei,novillada,ganaderia,moreno de silva,sergio flores,javier jimenez,fabio castañeda,ball des diables i correfoc.

12.08.2011

Novillada : oreille pour Javier Jimenez

Dans les arènes qui affichaient presque complet, la novillada de la feria a vu Javier Jimenez, Pedro Carrero et José Arevalo à l'oeuvre.

millaqs, novillada, javier jimenez, pedro carrero, josé arevalo, arènes, moreno silvaJavier Jimenez lors de la novillada du début de semaine.


Il y eut dans la novillada de Moreno Silva deux novillos de triomphe, en raison de leur bravoure franche et de la classe de leurs embestidas. José Arévalo profita à sa manière de celui sorti en second, offrant quelques séquences baroques non dénuées de temple, tant au capote qu'à la muleta, dont il perdit le bénéfice à l'épée.

La deuxième oreille perdue à l'épée

Javier Jimenez profita quant à lui du dernier, un grand petit novillo, qu'il toréa avec professionnalisme des deux côtés, perdant une probable seconde oreille à l'épée. Pedro Carrero toucha le lot le moins intéressant, avec un premier qui offrit quelques bonnes embestidas au début puis s'orienta très vite, et un quatrième qui, tout en se laissant, ne se livra complètement jamais. Face au cinquième, brave mais qui ne s'en laissa pas compter, Arévalo souffrit de son manque de rodage et face au troisième, qui s'arrêta vite, Jimenez abrégea. Au terme de la faena au dernier, il invita le mayoral de Moreno de Silva à l'accompagner dans sa vuelta.

10.08.2010

Novillada : un Rabo pour José Arévalo, Vuelta pour Camino de Santiago

Le ganado français a encore marqué des points avec cette novillada de Camino Santiago dont les six exemplaires ont tous montré de la classe. Les premier, second et quatrième ont hélas manqué de moteur pour s'exprimer totalement. Le cinquième s'éteignit un peu en fin de parcours. Le troisième fut le plus complet pour le ganadero et le dernier supérieur à la muleta. Sauf le premier tous ont été applaudis à l'arastre. Le dernier à été honoré de la vuelta posthume. Patrick Oliver, silence aux deux. Mathieu Gillon ; oreille et salut. José Arevalo oreille et deux oreilles et la queue.torero3.jpg

Le faible premier poussa par à coup avec style sous la pique. Par manque de force il resta cout à la muleta. Oliver l'aida en lui donnant de la distance et réussit de belles séquences templées. Il finit spectaculairement par des circulaires parfaitement maitrisées et des enchainements sur place mais une épée tombée lui coûta l'oreille. Silence. A peine piqué, le quatrième ne montra sa bravoure que dans la lidia à pied. Il suivit les leurres tête basse en se propulsant violemment, et parfois de manière désordonnée, vers la sortie de passe de toute la force de son arrière train. En fin de parcours il rompit le combat et chercha l'appui des planches. Sur la corne gauche, la meilleure, Oliver livra d'excellentes séries avant de devoir composer avec la finale décadente de son adversaire. Entière tombée. Silence.pensée.jpg

Le mobile second fut brave au cheval et afficha dans les leurres une volonté d'en découdre de tous les instants. Il répondit à tous les toques mais par manque de moteur ne sortit jamais du passe sur l'inertie et se révéla collant. Guillon sut profiter de ses attaques franches et rusa avec sa course réduite. Il bascula valeureusement sur la corne pour enfoncer une entière mortelle. Oreille. Le cinquième montra classe et engagement au cheval. Au troisième tiers il donna des charges claires et de bonne amplitude. Habille et inspiré Guillon composa une faena copieuse, alternant les séquences profondes et les plages moins appuyées. Salut après mise à mort en deux voyages.torero1.jpg

Le troisième s'employa avec force et grande classe, poussant droit perpendiculairement au peto, tête basse, ce qui laissa espérer le meilleur comportement dans la muleta. Il confirma entre les mains de Arevalo qui lui servit un toreo sain et efficace non dénué d'inventivité mais plus physique qu'artistique. Entière tendida. Oreille. Le dernier permit à l'aprés midi de finir en apothéose. Il poussa de toute la force de son arrière train, reins engagés, tête basse. Il attaqua la muleta dans la même attitude, donnant des charges vibrantes et de grande classe. Jusqu'au bout il se battit avec générosité, puissance et franchise. Par sa générosité personnelle et son engagement sans faille Arevalo sut hisser sa prestation à hauteur de l'évènement; à la grande satisfaction du public qui pétitionna bruyamment pour la queue. Le président céda à la volonté populaire, tout en n'oubliant pas de récompenser légitimement le novillo d'une vuelta posthume. Lors de son tour de piste le novillero invita le ganadero à se joindre à lui. Les trois novilleros (même Patrick Oliver !) alternèrent avec brio aux banderilles. Chaleur sèche de type catalan, trois quart d'arène, sortie sur les épaules de José Arevalo.foule.jpg

06.08.2009

Pendant quatre jours, la feria s'empare de Millas

Feria.jpgEntre exposition de peinture, course pédestre, bandas, soirée mousse, musique et bien sûr Novillada, la feria catalane de Millas bat son plein pour quatre jours. De quoi ravir tous les amateurs de fête populaire aux parfums tauromachiques.

La ville s'apprête à vivre aujourd’hui sa première nuit de fête. Mais en attendant, la feria 2009 va démarrer "au pas de course" avec la course pédestre « La Panoramique » (à 14h) suivi de l’apéritif musical avec les bandas au podium central (à 18h). La cérémonie des foulards lancera les festivités organisée par le Comité d'animations culturelles de la ville.

On ouvre avec une tronada monstre suivi du défilé des Trabucayres dans les ruesavec « el drac de foc » au rythme des percussions et des bandas avant l’ouverture des Bodégas à 22h30. Aux arène cela sera avec le groupe catalan Alchemiste, à la latine, DJ Tito au Central, Obsession.

Après cette mise en bouche suivra demain le grand concours de pétanque, une Batllada de sardanes et concert de musique catalane avec « Tres Vents » et dès 21h30 l’inter canton aux arènes (jeux taurins opposant les villes du Canton). Un grand spectacle de Flamenco dès 22h30 à la Font del Rey et la soirée mousse à la bodéga les Aficionados.

Samedi ouverture de la féria du livre et de la feria des enfants avec un spectacle qui leur est dédié « les jeux du cirque », dès 16h l’Abrivado (lâcher de toros) dans les rues de la ville et le soir, vous serez admiratif devant les 300 participants qui construiront devant vous des tours humaines , après l’apéritif concert, vouspourrez le soir vous restaurer dans la cour de l’école maternelle avec la gigantesque pælla préparée par les Nois de Foirça Réal (rugby) et animé par les bandas.

Et dès 21h30 Le toro sera de nouveau à l’honneur avec un lâcher de toros vers 21h30 suivi du Toro de fuego animé par les bandas. Ensuite vous aurez le choix entre déambuler de bodegas en bodegas ou d’assister au plus grand orchestre de danse Jean Ribull.

Dimanche réservé à toute la famille, avec défilé de Colles de Geganters, apéritif monstre à la font del rei, paquito géant, repas traditionel : gardiane de taureau, et surtout dans cette ville taurine la Grandiose Novillada intégrale : 6 novillos toros de la ganaderia Camino de Santiago pour Marco leal, Mathieu Guillon et la révélation 2009 Sergio Flores. Et avant le final musical dans les bodégas, grand spectacle pyrotechnique avec le Correfoc.

31.08.2008

Marco Leal a hombros, cornada pour Tomasito.

leal.jpgHomogène et typée, la novillada des frères Jalabert aurait pu se solder par un triomphe général...
Seul Marco Leal est sorti a hombros (porté triomphalement) au terme d'une tarde prenante au cours de laquelle, en raison de la blessure de Tomasito, il tua trois novillos, coupant l'oreille de son second et les deux du dernier combattu à la place de son jeune compañero.
Puerta gayola initiale , bel engagement aux banderilles, présence de chaque instant face à chacun des trois novillos, Marco fit étalage d'une ambition du meilleur aloi et le public le remercia chaleureusement de sa conscience professionnelle d'autant que face à son premier, glissant à la sortie d'une paire de banderilles, il fut sérieusement accroché et l'échappa belle, sa taleguilla terminant en lambeaux.
Miguel Angel Delgado aurait probablement coupé trois oreilles en tuant moins mal.
Sa facilité est évidente, de même que son talent, mais c'est après être resté un peu en dedans du bon second qu'il donna sa réelle mesure face au meilleur cinquième. Avec un poil de nonchalance en moins et un peu plus de conviction, il est un sérieux espoir de relève, à condition de tuer mieux.
Tomasito resta pratiquement inédit, se faisant prendre dès la première série de derechazos, par son premier adversaire qui lui infligea au sol une cornada d'une quinzaine de centimètres au niveau de l'aine avec trajectoire ascendante mais heureusement superficielle.
Paraissant éteint à la sortie des piques, ce novillo reprit du poil de la bête durant le tercio de banderilles qu'il termina en patron.
Blessé, Tomasito eut le pundonor de porter l'estocade après s'être fait poser un garrot, et avant de passer à l'infirmerie d'où, après exploration de la blessure, il fut évacué vers l'hôpital de Perpignan qu'il quitta trois heures plus tard sous sa responsabilité pour aller se faire soigner à Nîmes.
Du lot des frères Jalabert, il convient de distinguer les seconds pour leur noblesse, quatrième et surtout les deux derniers. Le premier fut compliqué, et le troisième déconcertant.
Des gradins bien remplis et un grand beau temps ont servi un beau spectacle qui a ravi le public.