18.03.2012

De nouveaux locaux pour les gendarmes

millas, nouveaux locaux, gendarmes, gendarmerie, préfet, rené Bidal, maire, Damienne Beffara, Christian Bourquin, sénateur, président région, Ségolène neuville, office 66, robert olive, président, roussillon conflentCi-dessus à droite : le préfet René Bidal accueilli par le maire Damienne Beffara avant le traditionnel coupage de ruban en compagnie de Christian Bourquin, de Ségolène Neuville présidente de l'Office 66 et conseillère générale, ainsi que de Robert Olive le président de la communauté de communes "Roussillon Conflent".millas, nouveaux locaux, gendarmes, gendarmerie, préfet, rené Bidal, maire, Damienne Beffara, Christian Bourquin, sénateur, président région, Ségolène neuville, office 66, robert olive, président, roussillon conflent

De l'avis général, ce n'est pas tous les jours que l'on inaugure une gendarmerie. Dans la commune, en un siècle et demi, ce sont tout de même trois casernes qui ont vu le jour, les précédentes ayant été construites en 1870 et en 1971.

Dessinée par les architectes Jean-Luc Flamand et Yannick Alba, située au Camp de las Canals, entre un centre médical et le siège de la Fédération de pêche, la nouvelle gendarmerie se fond dans le paysage d'un lotissement. Cet équipement est aussi et surtout le résultat de nombreux efforts financiers consentis par la communauté de commune ayant cédé le terrain (valeur 140 000 euros) et le conseil général (CG) avec une "aide à la pierre" de 200 000 euros. L'Office public départemental HLM est le maître d'oeuvre de cette réalisation ayant coûté 2 400 000 euros. L'Etat est locataire de l'ensemble (loyer annuel de 118 000 euros) comprenant dix logements de fonctions en plus des locaux techniques et administratifs. "L'installation des familles est extrêmement importante pour l'engagement des hommes", précisait le préfet René Bidal lors de son discours.

Hommage aux fonctionnaires

millas,nouveaux locaux,gendarmes,gendarmerie,préfet,rené bidal,maire,damienne beffara,christian bourquin,sénateur,président région,ségolène neuville,office 66,robert olive,président,roussillon conflentChristian Bourquin, aujourd'hui président de la région, ne manquait de rappeler son rôle de président du CG à la naissance du projet, ni les faiblesses de l'Etat quant au financement de ses équipements. Et c'est aux élus de son cher canton puis aux militaires qu'il rendait particulièrement hommage : "Cette inauguration est aussi une reconnaissance de votre dévouement. Vous êtes des éléments de paix et de sécurité". Puis il prenait du champ : "Notre République devra un jour résoudre ce dilemme entre police et gendarmerie…".

Voici donc la douzaine de gendarmes affectés au village dignement logés. Ils interviennent sur le territoire de huit communes et auprès de 12 000 habitants.millas,nouveaux locaux,gendarmes,gendarmerie,préfet,rené bidal,maire,damienne beffara,christian bourquin,sénateur,président région,ségolène neuville,office 66,robert olive,président,roussillon conflent

05.02.2011

Logements sociaux : un outil pour maîtriser le coût du foncier

300 nouveaux logements sociaux construits tous les ans dans les P.-O. tandis que près de 6 000 foyers sont en attente d'une attribution. Un rythme qu'il faut non seulement  « maintenir mais aussi et surtout accélérer » selon Ségolène Neuville, président de l'Office 66. L'élue départementale, comme la présidente du conseil général, se félicitaient dernièrement de la venue à Perpignan de Corinne Giacometti, présidente de l'Établissement Public Foncier Régional. Créé en 2008, cet organisme est chargé de réaliser du portage de foncier pour venir en aide aux communes.

En clair, il achète des terrains qu'il leur revend plus tard, « au prix des Domaines, sans le moindre bénéfice » afin de leur permettre de construire des logements (dont au moins 25 % de sociaux). L'EPF achète aussi les terrains sur lesquels sont construits les ZAC (zone d'aménagement concerté). « Mais la priorité reste le logement ». Un outil particulièrement intéressant d'après la présidente de l'office 66 qui explique que « souvent le financement pose problème » au moment d'envisager de nouvelles constructions. Dans les P.-O., onze communes ont eu recours à l'EPF (Corbère-le-château, Maury, Toulouges, Le Boulou, Millas, Communauté de communes de Cerdagne, Argelès, St-Génis-des-Fontaines, Arles-sur- Tech, Campôme, Olette/ Evol). « Aujourd'hui, le logement social concerne tout le monde. Deux habitants sur trois de la région y sont éligibles » explique Corinne Giacometti qui constate « que les maires sont de moins en moins réticents à construire des logements sociaux ». Et le chemin reste long. Tandis que la loi prévoit 20 % de logements sociaux dans chaque ville, la moyenne régionale peine à franchir la barre des 10 %.