30.07.2012

14ème édition de la Feria du Livre… « La corrida, une philosophie et un art »

Débats, lectures taurines, dédicaces et remise de prix sont au programme du rendez-vous régional du livre taurin, les 11 et 12 août prochains à Millas.

La corrida est-elle un art et une philosophie ? millas,feria,francis wolff,socrate,belmonte,stravinsky,paco ojeda,jose tomas,sebastien castella,julien lescarret,yves charnet,jean-claude ettori,centre méditerranéen de littérature. le presse papierTrès certainement, c’est ce que soutient Francis Wolff (photo ci-contre),
lauréat du prix Feria du Livre de Millas 2012 pour son livre L’appel de Séville; discours de philosophie taurine à l’usage de tous (publié aux éditions du Diable Vauvert).

La corrida a inspiré les plus grands artistes et nombre de théoriciens, mais nul, à ce jour, ne s’était aventuré à philosopher sur elle. C’est le défi qu’a relevé Francis Wolff, directeur du département de philosophie de l’Ecole normale supérieure, auteur de plusieurs ouvrages, notamment Aristote et la politique (PUF, 1997), Socrate (PUF, 2000) et Dire le monde (PUF, 2004).

A le lire, on comprend quela corrida, parce qu’elle touche aux valeurs éthiques et qu’elle redéfinit l’essence même de l’art, est un magnifique objet de pensée : « la corrida est une lutte à mort entre un homme et un taureau, mais sa morale n’est pas celle qu’on croit ! Car aucune espèce animale liée à l’homme n’a de sort plus enviable que celui du taureau qui vit en toute liberté et meurt en combattant. La corrida est également une école de sagesse : être torero, c’est une certaine manière de styliser sa vie, d’afficher son détachement par rapport aux aléas de l’existence, de promettre une victoire sur l’imprévisible. La corrida est aussi un art. Elle donne forme à une matière brute, la charge du taureau ; elle crée du beau avec son contraire, la peur de mourir ; elle exhibe un réel dont les autres arts ne font que rêver (…) ». Sous la plume jubilatoire de Francis Wolff, on découvre ce que Socrate pensait de la tauromachie, que Belmonte peut être comparé à Stravinsky, comment Paco Ojeda et José Tomàs fondent une éthique de la liberté et pourquoi Sébastien Castella est un virtuose de l’impassible…

Vous l’avez compris, le philosophe Francis Wolff est aussi un aficionado averti. Il est donc lauréat du prix Feria 2012, distinction qui lui sera remise le samedi 11 août 2012, à Millas, par Christian Bourquin, sénateur des Pyrénées-Orientales et président de la Région Languedoc-Roussillon.

DEMANDEZ LE PROGRAMME…

millas,feria,francis wolff,socrate,belmonte,stravinsky,paco ojeda,jose tomas,sebastien castella,julien lescarret,yves charnet,jean-claude ettori,centre méditerranéen de littérature. le presse papier- Samedi 11 août : à partir de 11h, salle de la mairie de Millas, Salon du Livre taurin avec l’Union des bibliophiles taurins de France (UBTF) qui présentera ses collections. Invités d’honneur : le torero landais Julien Lescarret et l’écrivain Yves Charnet. Lectures taurines de textes sur la tauromachie par Jean-Claude Ettori (des textes dynamiques sur la corrida). Extraits de Mosquito, prix Hemingway 2012.

- Samedi 11 août : à partir de 16h 30, salle de la mairie de Millas. Salon du Livre taurin durant toute la feria de Millas organisé par le Centre Méditerranéen de Littérature (CML) et la Librairie Le Presse Papier. Dédicaces et expositions à la mairie. Vu sur Ouillade.eu ©