18.04.2012

Une page se tourne à Millas

millas, marc adroguer, marc juan, paul ribes, usm, Clap de fin pour Juan (à gauche) et Adroguer.  © Photo G.M.

En trois saisons aux commandes de l'USM, Marc Juan et Marc Adroguer ont marqué le club de leur empreinte : un titre de champion du Roussillon Honneur et la montée en Fédérale 3 dès leur première année au club puis une prometteuse septième place en troisième division l'an dernier. Pas suffisant pour assurer le maintien puisque la réforme fédérale a entraîné la relégation des... sept derniers de F3 sur douze.

Cette saison devait donc être celle de la relance pour Millas de retour en Honneur. Mais après une première phase prometteuse (1ers, une seule défaite concédée), les coéquipiers de Paul Ribes sont passés à côté de la deuxième avant de se faire sortir par Le Boulou en barrages dimanche dernier : "C'est une grosse déception", lance Marc Adroguer, encore marqué par l'élimination. "On a plutôt fait un bon match mais on manque de réalisme. Ça se joue sur des détails, on se met en difficulté tout seuls".

"Un autre discours"

Les regrets pointent dans la voix du technicien, qui n'a cependant aucun reproche à adresser à ses joueurs. "Cette année le groupe n'a pas progressé comme il devait et c'est surtout notre faute, nous les entraîneurs. Ça fait trois ans qu'on est là et je pense qu'il faut un autre discours". La question n'a pas besoin d'être posée et la suite vient naturellement : "J'arrête et Marc (Juan) aussi. Sur les trois saisons, le groupe de cette année est le meilleur qu'on ait eu. On a connu de supers moments ici mais il est temps de changer, on est tombés dans une routine". L'avenir de Sébastien Lopez, entraîneur des lignes arrières depuis le début de saison, n'est pas arrêté. Marc Juan, qui suit le même groupe depuis six ans (en cadets, juniors puis seniors), ne souhaite pas entraîner à Millas l'an prochain.

Quant à Marc Adroguer, s'il n'occupera plus sur le banc millassois en 2012-2013, il n'en sera pas bien loin non plus : "Je coupe, j'en ai besoin. Mais je prendrai ma carte de spectateur à l'USM». En attendant, la réserve millassoise a encore besoin de ses entraîneurs pour sa finale contre la Salanque dimanche (14 h à Elne).

Les regrets de Juan

"Je m'en veux par rapport aux deux points de suspension dont j'ai écopé... Je suis sûr que si on ne les avait pas perdus, on aurait fini premiers de poule. Je m'en veux pas rapport aux joueurs". Marc Juan, suspendu suite à un accrochage avec un arbitre lors de la première phase et sanctionné de 190 jours de suspension, a tenu à exprimer ses regrets pour ce qui a coûté, selon lui, la place de finaliste direct à Millas.

16.04.2012

Le Boulou rejoint la SCR en finale

millas, le boulou, olivier toure, la salanque, ostalrich, coll, onofri, paul ribes, munoz, florent roigtAmrani (Millas) n'échappera pas à Nègre (Le Boulou).  © G.M.

On comprend mieux pourquoi Olivier Toure a accueilli avec autant d'enthousiasme le retour de blessure de David Coll. Le 3/4 centre, dans tous les bons coups et auteur des deux essais de son équipe contre Millas (17e, 46e), a grandement pesé dans l'issue du barrage Honneur, hier.

Mais si Le Boulou a gagné le droit d'affronter la Salanque Côte Radieuse en finale Honneur ce dimanche, il le doit surtout à une prestation collective d'envergure. C'est suite à une belle combinaison de ses 3/4 et un service dans le tempo d'Ostalrich que Coll concrétise la domination de son équipe en première mi-temps (17e). Avant que le pack boulounenc n'enfonce son homologue millassois sur dix mètres pour sortir le ballon jusqu'à Onofri. L'ailier du Boulou fixe la défense "rouge et noire" avant de servir Coll à la conclusion (46e, 12-0).

millas,le boulou,olivier toure,la salanque,ostalrich,coll,onofri,paul ribes,munoz,florent roigtUn deuxième essai qui a permis au Boulou de gagner en sérénité face à une formation millassoise qui a copieusement dominé la deuxième mi-temps, avec l'appui du vent, mais en manque cruel de réalisme. Lorsque Paul Ribes réduit la marque peu avant l'heure de jeu, le demi d'ouverture score enfin sur sa... sixième tentative (1/7 au total) de l'après-midi (12-3), alors que Munoz a laissé échapper le cuir dans l'enbut au moment de conclure (63e).

Le vent, violent et qui a soufflé par rafales, n'a pas aidé les buteurs non plus. Florent Roigt a également connu un déchet plus important que d'habitude dans ses tentatives. Mais hier, Le Boulou pouvait compter sur un David Coll en grande forme pour le guider vers la finale Honneur et le championnat de France.

14.03.2012

Millas fait son introspection

Dominé dans le combat, Millas a raté son match à la Salanque. Une réaction est attendue dès dimanche contre Pollestres-Ponteilla (15h).

millas,rugby,paul ribes,hernandez,marc adroguer,marc juan,sébastien lopez,fabien salvat,lionel rodriguez,gerard maincentPaul Ribes tente une combinaison avec Hernandez sur un des rares ballons d'attaque millassois face à la Salanque Côte Radieuse dimanche dernier.  © Photo Gérard Maincent

La difficile victoire décrochée par Millas contre Le Boulou (13-10) à Roquefort le 4 mars dernier avait ouvert une brèche. Si dominateur lors de la première phase (une seule défaite à Pollestres avec une équipe remaniée), l'USM était passé près de la correctionnelle face à un adversaire privé de ses maîtres à jouer (Camps, Cortes et Roitg). Une brèche dans laquelle la Salanque Côte Radieuse, en pleine bourre ces dernières semaines, s'est engouffrée avec gourmandise le week-end dernier (15-3) pour signer une victoire à cinq points et reléguer son rival pour la première place, synonyme de finale Honneur sans passer par un barrage, loin derrière (NDLR : Millas devrait être privé de deux points après avoir cumulé plus de 200 jours de suspension).

Mais au-delà de l'aspect comptable, c'est la manière de laquelle les "rouge et noir" ont sombré à Torreilles qui interpelle. Maladroits, dominés dans le combat, ce qui n'est pas vraiment le genre de la maison, les Millassois semblaient jouer sans fil conducteur, ni réelle volonté d'avancer ensemble. Marc Adroguer, coentraîneur de l'USM avec Marc Juan et Sébastien Lopez s'avoue "inquiet. Ça fait trois matches qu'on n'y est pas trop. Tout le monde doit se remettre en question. Les entraîneurs, les joueurs, tout le monde". Le mal millassois remonterait donc au début de la phase Honneur... Pas tout à fait selon Adroguer : "En début de saison, on gagnait nos matches, mais il n'y avait pas grand-chose. On avait de la réussite. On n'est pas bien, mais rien n'est cassé. Il faut que cette défaite nous serve".

Salvat et Rodriguez espérés contre le RSPP

Parfois une défaite dans un match d'une telle importance peut avoir des effets positifs. A condition de prendre conscience de l'urgence de la situation et de serrer les rangs. A condition, aussi, qu'un ou plusieurs leaders se dégagent pour tirer l'équipe vers le haut. A Millas, personne ne le cache : le départ de Christophe Grando à l'intersaison, parti terminer sa carrière à Vinça, a laissé un vide. "Il nous manque un papa sur le terrain", confirme Adroguer. "Ce dimanche (NDLR : contre Pollestres-Ponteilla), Fabien Salvat et Lionel Rodriguez, qui jouent un peu ce rôle-là, seront peut-être de retour. En début de saison, on voyait déjà qu'il nous manquait ce leader et Rodriguez, qui devait être entraîneur, est retourné sur le terrain". Mais le vieux soldat (34 ans) n'est pas éternel. Et l'USM a besoin de voir ses jeunes prendre la relève, sous peine de devoir renoncer à ses objectifs, déjà revus à la baisse depuis la défaite du week-end dernier : "Maintenant, il y a 95 % de chances que la Salanque soit en finale", reprend l'ancien deuxième ligne. "On espérait aller en finale sans le barrage... On va voir si Le Boulou va gagner là-bas mais en tout cas, de notre côté, il faut qu'on gagne dimanche pour assurer la demi-finale. Et si la Salanque bat Le Boulou, il nous restera deux matches amicaux à jouer puisque finir deuxième ou troisième n'a aucune importance, on serait en barrages de toute façon". Quoi qu'il en soit, Millas a besoin de réagir très vite. Avant que le doute ne s'installe dans les esprits pour de bon, du côté du Ribéral.

12.03.2012

La Salanque CR punit Millas

millas, Eric Billes, Thomas Aouissi, Ortiz, Sebastien Orell, Mach, Paul Ribes, Olivier Allègre, Marc Juan, CR la Salanque, US millasBret et les Salanquais ont maîtrisé les débats.  © Photo G.M.

La tête entre les mains, assis à côté du banc de touche de Millas, Eric Billes ne peut retenir ses larmes. On joue à peine la 25e minute de jeu et ses entraîneurs viennent de remplacer l'arrière "rouge et noir" par Thomas Aouissi. Le talentueux 3/4, dans un jour sans, est passé à côté de son match. Son erreur, un ballon mal négocié dans ses 22 sur un coup de pied à suivre d'Ortiz (SCR), a permis à la Salanque Côte Radieuse de récupérer le ballon et d'amorcer une attaque au large conclue par Casas en bout de ligne (10-0, 23e). Mais il serait franchement injuste d'attribuer à Billes la responsabilité de la défaite de Millas à Torreilles (15-3). Archi-dominés, les Millasois ont traversé la première mi-temps comme des ombres, encaissant deux autres essais par Sébastien Orell (2e) derrière un groupé pénétrant, puis sur une inspiration géniale de March, qui laissait la défense visiteuse sur place après une touche vite jouée (35e).

Mis sous pression, il est vrai, par la Salanque Côte Radieuse, les partenaires d'un Paul Ribes lui aussi peu inspiré avaient déjà abandonné à peu près tous leurs espoirs de ramener quelque chose de Torreilles à la pause (15-0). "Sans envie, sans engagement, ce n'est pas évident de jouer au rugby", lâchait, dépité, Olivier Allègre, le flanker millasois, à l'issue de la rencontre. "On s'est peut-être vus trop beaux". La pénalité réussie par Ribes en début de deuxième période (48e, 15-3) adoucit à peine la mauvaise opération : Millas voit la Salanque Côte Radieuse s'envoler au classement : "Ils prennent cinq points et nous zéro", soupirait Marc Juan, coentraîneur de Millas avec Marc Adroguer. "Même si je pense que Le Boulou peut gagner ici (NDLR à la Salanque), ça va être très dur pour la première place".

11.01.2012

La sensation Millas

Millas a affiché ses ambitions dimanche en s'imposant au Boulou, alors que la 2e phase approche.

millas,usm,paul ribes,le boulou,honneur,fédérale 3,rugbyMillas a étouffé Le Boulou de Cyril Nègre, au sol.

La perf' : Millas a bien digéré les fêtes. Pour son premier match de l'année, l'USM est allée s'imposer sur le terrain du Boulou (12-22) au terme d'un match maîtrisé. Si certains en doutaient encore, il faudra compter sur les coéquipiers de Paul Ribes en Honneur. les Millassois sont plus que jamais candidats à une remontée immédiate après leur rélégation de Fédérale 3 en juin dernier.

02.11.2011

Millas marque son territoire

millas, usm, le boulou, paul ribes, florent toigt, marc juan, ZitouniLe Boulou a dominé devant mais Millas a gagné, dimanche dernier.

1 La perf'

Évidemment, c'est la victoire de Millas sur Le Boulou qui a marqué les esprits (19-14). Combatifs, solides et emmenés par un Paul Ribes étincelant, les Millassois ont pris la mesure des coéquipiers de Pierre Cortes, qui partaient pourtant favoris pour plusieurs acteurs du championnat, présents dimanche dernier à Millas.millas,usm,le boulou,paul ribes,florent toigt,marc juan,zitouni

2 Le blessé

C'est sans Florent Roitg que Le Boulou a abordé le choc face à Millas le week-end passé. Victime d'une fracture de l'index de la main droite, l'artilleur boulounenc devrait manquer plusieurs rencontres ces prochaines semaines.

3 La phrase

millas,usm,le boulou,paul ribes,florent toigt,marc juan,zitouni"C'est le Racing contre le Stade Toulousain", lançait Marc Juan, sourire en coin, juste avant le coup d'envoi de Millas - Le Boulou. Le Millassois, qui s'est rapproché du terrain ces dernières semaines, faisait évidemment référence aux couleurs des deux équipes. Les Boulounencs arboraient leur maillot bleu ciel et blanc, qui n'est pas sans rappeler, effectivement, celui des Racingmen alors que les locaux portaient, comme d'habitude, leur tunique "rouge et noir", les mêmes couleurs que celles du Stade Toulousain.

4 La stat'

Seul un quart (3/12) des matches prévus le week-end dernier en championnat ont eu lieu. La pluie tombée en fin de semaine dernière a poussé plusieurs municipalités à fermer leurs terrains pour le week-end. Au grand regret de plusieurs entraîneurs et dirigeants de clubs. On les comprend. Le soleil brillait, dimanche, et toutes les conditions étaient réunies pour jouer au rugby. De là à parler de décisions hâtives...

5 Le clin d'oeil

millas,usm,le boulou,paul ribes,florent toigt,marc juan,zitouniLa journée de l'arbitrage a eu lieu dimanche dernier. A Millas, le capitaine local et celui du Boulou ont reçu un fanion chacun des mains de Monsieur Zitouni, arbitre de la rencontre. Malheureusement, l'officiel n'a pas passé une après-midi de tout repos. Il a dû sortir ses cartons à cinq reprises (4 jaunes, 1 rouge) et a subi pas mal de contestations malgré un arbitrage cohérent. Visiblement, ce n'était pas le jour de l'arbitre...

31.10.2011

Millas tient le choc

millas,usm,le boulou,rugby,paul ribesNicolas Ribes a parfois tenu l'US Millas à bout de bras ces dernières saisons. Hier, son frère Paul a pris le relais. Face au Boulou, le demi d'ouverture a été rayonnant. Intelligent dans ses choix, précis dans l'orientation du jeu, il a surtout permis à son équipe de prendre confiance grâce à son efficacité aux tirs au but. Ses trois pénalités (100 %) en 1re mi-temps ont donné une avance confortable à Millas alors que les deux équipes faisaient jeu égal jusque-là.
Parce que sur les 40 premières minutes, Le Boulou a autant d'occasions de scorer que son hôte. Mais manque de réalisme. Pierre Cortes, qui supplée en tant que buteur Florent Roigt, blessé et absent, manque une pénalité (7e) puis un drop (16e). Surtout, les Boulounencs bénéficient de deux pénaltouches à cinq mètres de l'enbut de l'USM (13e, 40+4e)... mais n'assurent pas les lancers. "On fait des annonces mais on n'écoute pas", pestait le deuxième ligne Patrice Busquets après la rencontre. A l'issue de cette première mi-temps, heurtée, durant laquelle Monsieur Zitouni a distribué quatre cartons jaunes, dont deux pour Jérémie Aouissi (11e, 31e), finalement exclu, Millas mène 9 à 0.
A la reprise, Le Boulou passe le premier à l'attaque. Baylet, lancé par Cortes (47e), puis Guerrero (49e), sont proches de trouver la faille mais laissent tomber le ballon. Pire, en jouant dans leur camp, les partenaires de Cyril Nègre perdent un ballon aussitôt récupéré par Moles, qui lance Alves à l'essai (55e) ! Ribes transforme, avant d'aggraver la marque sur pénalité (63e, 19-0). Millas s'échappe au tableau d'affichage.

millas, USM, le Boulou, rugby, paul ribesLa réaction du Boulou

Mais Le Boulou ne lâche pas. Sur une nouvelle pénaltouche dans le camp millassois, le lancer est assuré, une cocotte se forme, progresse jusque dans l'enbut et s'écroule. Essai. Cortes transforme et le Boulou reprend espoir (67e, 19-7). D'autant plus que quelques minutes plus tard, sur une action similaire, Luyckfassel double la mise (74e, 19-14). Millas doute et l'atmosphère devient irrespirable. Les Boulounencs jettent leurs dernières forces dans la bataille. Sur une mêlée au milieu du terrain, Froger s'échappe petit côté et sert Luyckfassel. Le 3e ligne s'échappe, parvient dans les 22 mètres de Millas, mais laisse échapper le ballon... et la dernière chance du Boulou. Millas a tenu le choc, et voit la poule Honneur se rapprocher.