28.01.2011

Morts de Millas : les portraits reconstitués

A la demande du procureur de la République de Perpignan, les services de gendarmerie viennent de lancer un appel à témoins sur leur site internet national afin de recueillir tout renseignement leur permettant d'identifier les deux cadavres découverts dans le secteur de Millas en fin d'année. Deux hommes exécutés qui, malgré les diffusions de messages au niveau européen, les recoupements et autres vérifications, demeurent toujours sans nom. Conservant, de fait, tout le mystère quant au mobile de leur assassinat.

Le 25 novembre, à 9 h 45 et 10 h 15, à trois kilomètres de distance, sur les communes de Millas et de Corneilla-la-Rivière, étaient découverts par hasard deux corps enveloppés dans des tapis orientaux et des sacs plastiques noirs, liés par des rubans adhésifs gris.

« Il s'agit vraisemblablement d'un règlement de compte , précise l'avis de recherches. Les deux victimes ayant été abattues par arme à feu (calibre 7,65) ».

Les victimes de 30 et 60 ans, de type caucasien, père et fils selon confirmation des analyses ADN, n'étaient en possession d'aucun élément permettant leur identification.

Selon la description, le plus jeune, de corpulence moyenne, mesure entre 1,80 et 1,85 m, les cheveux courts, de pilosité rousse. Il était vêtu d'un pull col camionneur à manches longues zippé sur le haut, de marque Atwardson, taille M, d'un tee-shirt gris de la marque Kangaroos siglé « sportswear brand since 1979 », d'un jean Daniel Hechter taille 33/32 L, d'un caleçon noir de marque Trigema et d'une paire de chaussettes bleues avec un sigle blanc.

Le père mesure 1,70 m, cheveux grisonnants. Au moment de sa découverte, il portait un pull polaire marron et beige avec l'inscription « Champion usa », une chemise polaire à carreaux beiges et marron à manches longues de marque Crane sports, d'un tee-shirt blanc à manches courtes marque Watsons taille 6, d'un pantalon molletonné gris Crane sports taille 48/50, d'un caleçon long blanc marque Watsons et de chaussettes grises.

Les portraits reconstitués des victimes, qui étaient élaborés depuis plusieurs semaines par des spécialistes de la gendarmerie, sont désormais terminés. Ils devraient être révélés dans les prochains jours afin d'être diffusés par voie de presse.
  
La. M.