25.06.2014

Le duo Aginor-Alonso à l’US Millas

Après cinq ans passés à Pia, le duo Michel Aginor (48 ans) et José Alonso a décidé de se relancer à Millas en Honneur, après la mise en sommeil du club salanquais. Ils remplaceront Fabien Conilh et Sébastien Lopez. « C’est un nouveau challenge. Le club veut retrouver de l’ambition et pourquoi pas remporter un titre », explique Michel Aginor qui pourrait compter sur l’arrivée de quelques éléments de Pia XV comme Pompa, Combes et Taofifenua. Raynal et Domingo pourraient également suivre. A.H.

23.05.2014

Lopez et Conilh quittent Millas

Sébastien Lopez et Fabien Conilh ne seront plus les entraîneurs de l’US Millas la saison prochaine. Les deux techniciens n’ont pas souhaité poursuivre leur parcours à la tête du finaliste Honneur, battu par l’EscBacAsp à Aimé-Giral. « Ça fait longtemps que je pensais à arrêter », explique Lopez, qui entraînait à Millas depuis sept ans. D’abord en charge des Cadets puis des Juniors, l’ancien 3/4 polyvalent, entraînait les Senior depuis trois saisons. D’abord avec Marc Juan et Adroguer, puis avec Frédéric Munoz, avant de former un nouveau binôme avec Fabien Conilh. L.M.

14.05.2014

Autopsie d’une hécatombe

Les clubs catalans n’ont pas brillé en championnat de France le week-end dernier avec deux qualifiés pour huit éliminés...

millas, championnat de france des séries, rugby, bernard mira, sorède, olivier allègre, EscBasAsp, eric caulo, St-Cyprien Latour, Sébastien lopez, USM► Le Millas de Samoura a buté sur Saint-Girons, un adversaire lourdement armé.

Le week-end dernier, sur dix clubs catalans engagés en championnat de France, huit ont baissé pavillon. Mais pour certains acteurs interrogés, cette berezina est due à un concours de circonstance. « On était pas mal diminués et on est tombés sur une belle équipe, note Bernard Mira, président de Sorède, éliminé par Thèze en 4e série (44-20). Et peut-être n’avons nous pas mis le même investissement qu’avant la finale régionale (gagnée face à Cabestany) ».

La décompression après le titre ?

En gros, brandir un planxot de champion du Pays Catalan suffirait à satisfaire les ambitions des joueurs. « On a eu trois semaines de repos entre notre finale et le championnat de France, explique Olivier Allègre, troisième ligne de l’EscBacAsp battu par Maubourguet en Honneur (22-14). Je pense qu’on a manqué de rythme et on n’a pas forcément mis les ingrédients. Ils n’étaient pas plus forts, on est juste passés à côté. Est-ce que notre championnat est plus faible ? Je ne sais pas. Après notre titre, on a peut-être plus pensé à faire la fête et on n’y était pas ».

Un championnat pas assez compétitif ?

Eric Caulo, entraîneur de St-Cyprien Latour battu par Lezat-sur-Leze (22-9) en 1re série, parle également de décompression. « La logique voudrait que le championnat de France soit motivant. On a un peu laissé la tête à Aimé-Giral (où St-Cyprien Latour a battu Bompas) et on est tombés sur une bonne équipe avec des décisions arbitrales qui nous ont porté préjudice. Si la formule du championnat y est pour quelque chose? Peut-être, mais quelle est la solution ? Les clubs Honneur pourraient se rapprocher du Languedoc ». Pour Sébastien Lopez, entraîneur de Millas battu par Saint-Girons en Honneur (19-12), c’est la faiblesse du championnat qui plombe les clubs roussillonnais. « On n’est pas du tout préparés au championnat de France. On prend le premier du Midi-Pyrénées qui ressemblait à une équipe de troisième division. Eux, ils ont vingt-quatre équipes en Honneur. Nous, quatre dont une fantôme. Alors l’année où tu n’as pas un niveau élevé comme il y a deux ans avec Le Boulou et la Salanque (champion de France et quart-de-finaliste), tu n’es pas prêt. La solution ? Peut-être se rapprocher des clubs de l’Aude ». En attendant de trouver la solution miracle, Ponteilla et le Vallespir, qui ont survécu à l’hécatombe, vont se sentir bien seuls ce week-end. L.M.

04.05.2014

Millas revanchard

millas,usm,sigean,sébastien lopez,fabien conilhBattu en finale du championnat du Pays Catalan par l’EscBacAsp à Aimé-Giral il y a deux semaines, Millas retrouve la compétition cet après-midi (15 h) face à Sigean PLN à Villelongue-de-la-Salanque. L’occasion de se relancer après la déception née de cet accroc. « Ça a été plus dur à digérer pour le staff que pour les joueurs, note Sébastien Lopez, coentraîneur avec Fabien Conilh. Ils sont jeunes et pour eux, le lendemain, c’était fini ». Face aux Audois qui descendent de Fédérale 3, les Millassois vont tenter de se relancer. « Déjà, on va essayer de s’appliquer et de faire un meilleur match, reprend Lopez, qui s’appuie sur un groupe au complet. Après, en championnat de France, on part toujours un peu dans l’inconnu. Ce premier match sera le plus dur pour nous puisque nous sommes habitués à jouer toujours les mêmes équipes ». Et l’USM ne s’est pas fixée d’objectifs particuliers pour ces phases finales. «On veut essayer d’aller le plus loin possible et passer un maximum de tours en prenant les matches les uns après les autres ». L.M.

 

30.04.2014

Millas (B) à qui perd gagne

millas, usm, rugby, championnat de France, Sébastien Lopez, fabien conhil, EscBacAsp, Scar, Rivesaltes, sigean, villelongue, laurent moralesMême si l'équipe première a eu le privilège de jouer à Aimé-Giral, les finales du Pays Catalan 2014 ne resteront pas un souvenir inoubliable pour Millas. Après la défaite de l'équipe première face à l'EscBacAsp en Honneur (14-25), la réserve s'est logiquement inclinée contre son homologue rivesaltaise dimanche, à Elne (15-38). Pourtant, aucune des deux équipes seniors de l'USM n'a terminé sa saison. L'équipe première affrontera Sigean dimanche à Villelongue en barrage Honneur du championnat de France. Et la réserve, elle, profite d'un forfait du SCAR au cours de la saison pour récupérer le ticket pour le championnat de France. « On partage le gâteau, expliquait Sébastien Lopez, coentraîneur de Millas avec Fabien Conilh à l'issue de la défaite de son équipe B. Eux ont le titre, nous, on ira en championnat de France ». L'USM n'a pas tout perdu. L.M.

20.04.2014

Au pied de la Cathédrale

HONNEUR. Le stade Aimé-Giral accueille cet après-midi l’EscBacAsp et l’US Millas. Explosif !

millas, honneur, billes, sanchez, USM EscBacAsp, lionel pérez, laurent rovira, sébastien lopez, fabien conilh, planxot cathédrale, aimé giral, rugby catalan, fédérale 3, championnat de France► Billes et Sanchez seront à nouveau opposés aujourd’hui.

Hier soir, le sommeil a probablement eu du mal à venir, pour certains, à quelques heures de réaliser le rêve d’une vie: fouler la pelouse du stade Aimé-Giral. Et si les Millassois ont eu quelques semaines pour s’y préparer, leurs adversaires de l’EscBacAsp ne savent qu’ils seront de la fête que depuis dimanche dernier et leur victoire en barrages face à Rivesaltes (18-15). « Jouer à Aimé-Giral est une grande chance, mais il y a beaucoup de pression, note Lionel Pérez, coentraîneur de l’EscBacAsp avec Laurent Rovira. C’est une finale, en Honneur et en plus à Aimé-Giral ! Mais il faut que les joueurs se lâchent. Une finale, ça se joue ».

Le vainqueur peut monter en Fédérale 3

D’autant que l’affiche promet beaucoup entre l’EscBacAsp, surprise de la saison, et Millas, qui a plané sur la phase Honneur, bouclée sans la moindre défaite. « Notre saison est déjà réussie, reprend Pérez. Et ils ont une belle équipe, solide devant, joueuse derrière. On ne les a jamais battus cette année. C’est surtout à eux d’avoir la pression ». Évidemment, du côté de Millas, on ne le voit pas de la même manière. « Une finale, ça se joue sur l’envie et sur l’expérience, pointe Sébastien Lopez, coentraîneur de l’USM avec Fabien Conilh. Comme ils sont plus expérimentés, je pense qu’ils sont un peu favoris, même si pour moi, une finale c’est du 50/50 ». Dont le vainqueur, en plus de soulever le planxot dans la «Cathédrale » du rugby catalan, sera qualifié pour le championnat de France et décrochera son accession en Fédérale 3. Et si le perdant, lui, ira en barrages du championnat de France, sa déception risque fort d’être à la hauteur de l’événement. L.M.

16.04.2014

Millas a tout vu

La demi-finale EscBacAsp - Rivesaltes a été suivie attentivement par plusieurs millassois.

millas,us millas,escbacasp,aimé giral,sébastien lopez,fabien conilh,allègre,gendre,anthony durand,munoz,rodriguez,romero► La performance de Durand a impressionné les Millassois.

Spectateurs attentifs, ils n’ont pas loupé une miette de la demi-finale gagnée par l’EscBacAsp face à Rivesaltes dimanche (18-15). Et pour cause, la dizaine de Millassois présente à Espira observait ses deux possibles adversaires pour la finale de dimanche à Aimé-Giral (17 h). « C’était aussi un match intéressant entre deux bonnes équipes, précise Sébastien Lopez, qui faisait partie, comme l’autre coentraîneur Fabien Conilh, des quelque 600 spectateurs présents à Espira. On voulait voir ce qui nous attend, même si on les connaît bien, maintenant. On a déjà joué les deux équipes ».

« Impressionné par le rythme »

Pas de grande révélation, donc, pour le technicien, mais plutôt des confirmations. « J’ai vu deux équipes de très bon niveau et Baixas qui a mérité de gagner. C’est une victoire à l’expérience de gars comme Allègre et Gendre ». Un autre joueur a tapé dans l’oeil de Sébastien Lopez et de la plupart des spectateurs : l’arrière buteur de l’EscBacAsp Anthony Durand, auteur des dix-huit points de son équipe avec 75% de tirs au but réussis (6/9). « Il a été excellent, note l’ancien 3/4. Aussi bon comme buteur que dans son rôle d’arrière. Mais plus généralement, j’ai été impressionné par le rythme et le jeu aéré proposés par Baixas. Il y avait beaucoup de mouvement. C’est une équipe qui a progressé et, surtout, qui peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience ».

Une donnée importante vu le contexte particulier dans lequel va se disputer la finale. « C’est un match à Aimé-Giral. Il y aura de la pression, un peu de monde, un peu de bruit. Mes 3/4 ont une moyenne d’âge de 21 ans alors que dans un match capital comme celui-là, il est important d’avoir de l’expérience. C’est pour ça que, même si ce genre de match c’est toujours du 50/50, je pense qu’ils sont quasiment favoris ». Même si Millas n’est pas non plus dépourvu en joueurs de métier avec les Conilh, Munoz ou encore Rodriguez qui devraient jouer dimanche. « Oui, mais ils ont plusieurs chez d’orchestre avec Allègre qu’on connaît bien (ancien millassois), Gendre à l’ouverture, Durand, Romero, des mecs qui ont l’habitude de ces matches couperets. Je pense que dimanche on va voir une belle finale ». Et cette fois, les Millassois seront sur le terrain. L.M.