29.01.2011

Les Siciliens disparus sont-ils les deux cadavres de Millas?

Selon la presse sicilienne, les services de gendarmerie français ont pris attache avec les carabiniers de Palerme afin d'effectuer des recoupements et des vérifications pour tenter d'identifier les deux cadavres découverts le 25 novembre dans le secteur de Millas. Rappelons que les victimes de 30 et 60 ans environ, père et fils selon les expertises ADN, ont été exécutées d'une balle dans la tête et enroulés dans des tapis orientaux et des sacs plastiques liés par du ruban adhésif lorsqu'ils ont été retrouvés par hasard par un agriculteur et un chasseur, à 3 kilomètres de distance sur des chemins isolés. Toutefois, les visages des deux hommes étaient méconnaissables et ils n'étaient en possession d'aucun élément permettant de leur donner enfin un nom. Une affaire qui pourrait s'apparenter à une « vraie exécution mafieuse ».

Or, deux entrepreneurs de Palerme, un père et son fils, sont justement portés disparus depuis le 3 août 2007. Et, à cette époque, Antonio et Stephen Maiorana avaient respectivement 47 et 22 ans quand ils se sont volatilisés dans des conditions mystérieuses.

C'est un ressortissant italien qui se trouvait en France au moment de la découverte des corps, qui a fait le rapprochement avec l'affaire des deux entrepreneurs.

De son côté, l'ex-épouse et mère des deux disparus siciliens a été informée de la découverte des corps à Millas et donner quelques renseignements afin de faciliter leur identification.

« Mon fils Stephen a une cicatrice à la jambe, entre le mollet et le tibia, suite à un accident de voiture », aurait-elle précisé aux enquêteurs.   « Il a une taupe à l'intérieur de l'œil que l'on voit en levant la paupière. Et mon ex-mari a une déviation de la cloison nasale ».

Ces caractéristiques correspondent-elles à celles des deux inconnus ? Leurs portraits reconstitués par la gendarmerie qui seront révélés dans les prochains jours pourront peut-être permettre d'apporter une réponse. Sachant toutefois que, selon les premiers éléments, les deux hommes seraient plutôt de type caucasien.

Laure Moysset